23/04/2015

Le B-1B à nouveau porteur de l’arme nucléaire !

B-1B_Lancer_Awaits_Inspection.JPG

 

La situation internationale a changé, l’US Air Force prévoit donc de ré-organiser sa dissuasion nucléaire. Pour ce faire, l’Air Force Global Strike Command regroupera désormais l’ensemble des forces de frappes à longue portée de l’USAF, qu’elles soient conventionnelles ou nucléaires. Celle-ci reprend donc le rôle de jadis occupé par le Strategic Air Command (SAC).

 

Ré-armement des B-1B « Lancer » : 

 

L’une première étape de cette ré-organisation qui doit faire face à l’augmentation des menaces faites par la Russie et la Chine et de remettre en activité l’arme nucléaire à partir des bombardiers B-1B « Lancer ». Ceux-ci étaient à l’époque le symbole de la dissuasion nucléaire durant la "guerre froide ».

 

Profonde ré-organisation : 

 

Pour l’USAF il s’agit de transférer l’Air Combat Command (ACC) vers l’Air Force Global Strike Command (AFGSC). Ce changement va permettre de regrouper sous un commandement unique les trois types de bombardiers stratégiques déjà existants (B-1B *Lancer », B-2 « Spirit » et B-52 « Stratofortress »), puis à terme de pouvoir y joindre le futur bombardier hypersonique en développement (programme Long Range Strike-B).

A terme, cela veut dire que les 66 bombardiers B-1B « Lancer » vont à nouveau pouvoir rejoindre la capacité de frappe nucléaire et ceci en plus des 21 B-2 et des 76 « bon vieux » B-52.

 

 

Le B-1B modernisé : 

 

Les B-1B modernisés sont doté d’un nouveau système électronique intégré avec une mise à jour du système de navigation et d’affichage, d’un système de la communication plus rapide. Le radar et les systèmes d’armes, ont subit une mise à jour des logiciels. Un prototype dont les essais ont été effectués en 2011 sur la base d’Edwards en Californie, a permis de valider le concept. 

Cette mise à niveau et le plus vaste programme de modifications de l’histoire du B-1B.  L’arrivée d’un affichage sur écrans couleurs, un système de liaison de données, permet de renforcer de façon significative l’emploi de ce type d’avion au sein de l’US Air Forces. L’ensemble va permettre une meilleure redondance des systèmes, pour offrir aux équipages, une situation plus claire de l’espace de combat autour d'eux. A terme, se sont 66 machines qui sont concernées par ces améliorations.

 

Petit Rappel :

 

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B «Lancer» est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’administration dirigée par le président Reagan, qui, en 1981 lance le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le «lancer» subit plusieurs améliorations pour  l’adapter aux multiplications des menaces.

 

b1_patrol_20090106.jpg

 

 

Photos : le B-1B @ USAF 

Commentaires

Je suis perdu sur le nombre de B2 en état de vol. Vous annoncez 21 appareils. Mais le vendredi 22 février 2008 à 10 h 45 heure locale (UTC+10) (soit le samedi 23 février 2008 à 0 h 45 UTC), un B-2 s'est écrasé pendant son décollage depuis la Andersen Air Force Base située sur l'île de Guam. Ses deux pilotes sont parvenus à s'éjecter de l'avion et sont sains et saufs, a annoncé le porte-parole de l'Air Combat Command, mais l'un d'entre eux a dû être hospitalisé tandis que la flotte de B-2 a été interdite de vol le temps d'une inspection. L'appareil détruit est l'AV-12 Spirit of Kansas, n° de série 89-0127. Le coût de la perte de l'appareil est estimé par l'USAF à 1,4 milliard de dollars. Sauf erreur de ma part, il y à eu 21 B2 livré moins 1 perte, il reste 20 avions en service.


Au plaisir de lire vos avis.

Écrit par : Benoit | 24/04/2015

Les commentaires sont fermés.