02/04/2015

Le « Super Hercules » pour compenser l’A400m ?

A400MTUDM-colours.jpg

 

Paris,  la France pourrait acquérir une dizaine d'avions de transport militaire américain Lockheed-Martin C-130J  « Super Hercules » et ceci pour compenser les carences de l’Airbus A400M « Atlas » en matière de ravitaillement en vol pour hélicoptères.

 

La nouvelle a de quoi faire bondir les initiés, pourtant, il y a bien un problème avec l’A400M « Atlas » d’Airbus, celui-ci ne peut en effet, ravitailler de manière sécuritaire les hélicoptères en vol. En cause, le système d’hélices contra-rotatives (dans le cas de l'A400M les hélices tournent en sens contraire) qui produit beaucoup trop de tourbillons marginaux et rend ainsi l’opération dangereuse. En effet, les essais ayant eu lieu jusqu’à présent ont clairement démontrés que l’alignement derrière la nacelle de ravitaillement en vol pose d’énormes problèmes. L’une des solutions consistait à allonger de plusieurs mètres le tuyau flexible déroulé par la nacelle de ravitaillement pour éloigner l’hélicoptère de la zone dangereuse. Mais les récents essais ont malheureusement démontrés l’insuffisance de la solution.

L’information est, par ailleurs, confirmée la Direction Générale pour l’Armement (DGA). Par ailleurs, la DGA émet également des doutes sur la capacité de l’A400M en ce qui concerne le largage de matériel par les portes latérales. Certes, il reste la porte cargo. 

 

A400M-1866.jpg

 

Pour la RAF les choses sont claires:

 

Au sein de la prestigieuse Royal Air Force, il est d’ailleurs prévu d’utiliser les Lockheed-Martin C-130J pour  effectuer ce type de travaux, alors que l’A400M sera quant à lui utilisé au transport tactique uniquement. La RAF a purement et simplement rayé l’idée de l’utilisation de l’A400M en tant que ravitailleur pour ses hélicoptères.

 

Des essais qui contredisent Airbus : 

 

Le choix de la RAF et les résultats de la DGA contredisent Airbus, en effet, l’avionneur affirmait jusqu’ici que l’A400M était capable de ravitailler la gamme complète d’avions et d’hélicoptères militaires. Si les avions de combats ne sont pas concernés et peuvent être ravitaillés sans difficulté, les hélicoptères de type AW101 « Merlin », CH- 53 « Sea Stallion »  EC725 « Caracal » et HH-60 «-Pave Hawk » en sont eux exclut.

 

On ne sait pas à l’heure actuelle, si Airbus prépare une solution à cet épineux problème. Si, le choix des hélices contra-rotatives offrent un excellent gain de puissance pour l’A400M, cette solution est aujourd’hui à double tranchant pour l’avionneur européen. 

 

10191276.jpg

 

 

Photos : 1 A400M malaisien 2 Les hélices contra-rotatives en causes 3 Ravitaillement de Mirage 2000B @ Airbus

Commentaires

On ne peut pas parler d'hélices contrarotatives comme par exemple pour l'Antonov An-70 ou du Tu-95

Mais il est vrai que les hélices des moteurs aile droite / aile gauche tournent en sens contraire

Bravo pour vos rubriques

Écrit par : jacques raybaut | 02/04/2015

Bonjour
En fait les moteurs extérieur ne tournent pas dans le même sens que les moteurs internes (pour réduire la taille de l'empennage et la dissymétrie en cas de perte moteur)
La dernière photo montre des Mirage 2000N et non des 2000B !

Quand on est obligé d'acheter d'autres aéronefs pour compenser les carences d'un autre , on peut considérer le programme comme un échec (prix , fiabilité , capacités) pour autant l'idée de base n'est pas mauvaise..

Écrit par : moi | 03/04/2015

Ce matin la quantité de C130 J a diminué de moitié.

http://www.air-cosmos.com/2015/04/02/31921-la-france-va-acquerir-des-c-130-maj

Petite question, la France va-t-elle demander un compensation à Airbus de la valeur de cette commande?

Au plaisir de lire vos avis.

Écrit par : Benoit | 03/04/2015

Est-ce que le ravitaillement d'hélicoptères faisait partie du cahier des charges?
De la part de la France, ce serait une grande commande.
Bluff pour faire pression sur Airbus?

Écrit par : Al&X | 03/04/2015

@ Benoit
Le ministère de la Défense qui a déjà du mal à boucler son budget, COMPTE bien faire payer une bonne partie de cette acquisition à Airbus !
Jean-Yves Le Drian a envoyé une lettre en ce sens il y a quelques semaines à Tom Enders, PDG d'Airbus, lui précisant "qu'en raison des déconvenues de l'ouverture des capacités l'A400M, le constructeur européen aurait à subir tout ou partie du coût des mesures palliatives".

Écrit par : forêt10 | 03/04/2015

Le cout du programme A400M a tellement grimpé, qu'on aurait du finalement s'acheter des C-17 qui étaient quasiment au meme prix. On aurait gagné en capacité de transport, en fiabilité, et en quasiment tout.
Ce programme A400M, dirigé et géré par les espagnols de Casa aura été un véritable gachi, d'autant que l'avion est encore loin de répondre aux cachiers des charges et les problèmes techniques se multiplies, les allemands ont déja listé plus de 1000 défauts et apparemment les pilotes francais sont très déçus d'après ce qu'on peu lire dans la presse.

Écrit par : mustard | 04/04/2015

Cette rumeur d'acquisition de C-130J a été démentie par la DGA
http://www.journal-aviation.com/actualites/29353-la-dga-ne-confirme-pas-l-acquisition-de-c-130j-super-hercules

Écrit par : mustard | 04/04/2015

Ce qui est important dans cette histoire c'est que la DGA ne confirme pas un changement de cap en direction du C-130J, du moins pour l'instant, mais par contre confirme l'incapacité de l'A400M en matière de ravitaillement destiné à la flotte d'hélicoptères. Nous avons là, un joli statu quo !

Écrit par : Hervés | 04/04/2015

@ Forêt10

Merci pour votre réponse. j'ai lu ceci. les rumeurs sont de 500 à 600 Million d'Euro de compensation. Pensez vous que l'armée de l'air va recevoir les 4 avions prévu cette année?

Au plaisir de lire vos avis

Écrit par : Benoit | 04/04/2015

Je reste malgré tout surpris de voir de tel gros porteur utilisé pur ravitailler de simple hélico (beaucoup plus lent et volant bas).
Pourquoi ne pas simplement adapter en ravitailleur pour hélico des avions plus petits, plus souples d'utilisation et bien moins cher comme le C-295 ?
Ca me parait disproportionné d'utiliser un A400M pour ravitailler des hélicos.

Sinon, aux USA, des CH-53 peuvent ravitailler d'autres CH-53. Pourquoi ne pas acheter ces CH53 ? ou adapter des NH-90 en ravitailleur ?

Écrit par : mustard | 04/04/2015

Etre obligé d'acheter entre 5 et 10 (selon les sources) C-130J pour pallier l'abandon de la capacité de ravitaillement en vol d'hélicoptères est la conséquence directe des égarements de la politique européenne en matière de programmes militaires.

Le délégué général français, pour l'armement Laurent Collet-Billon l'avait déjà révélé durant la présentation des résultats de la DGA, estimant qu'en raison des turbulences des hélices de l'A400M, la procédure est trop dangereuse pour ravitailler les hélicoptères.

A cela s'ajoute les doléances allemandes sur plus de 1500 manques, ou défauts de toutes sortes et on arrive a un énorme gâchis de plus.

Comment voulez-vous arriver à un résultat cohérent, lorsque chaque pays émet son propre cahier des charges, veut plus que sa part en offset, et surtout que la répartition de ceux-ci se fassent en dépit du bon sens et des compétences de chacun.

Le résultat est effarant, hormis une charge de fret supérieure, l'A-400 un projet lancé en grandes pompes il y maintenant presque 20 ans, reste en tous points, inférieur au C-130J!

Les exemples des fiascos d'Airbus ne manquent pas:
- A-318
- A-340-200, 300, 500, 600
- Eurofighter (il va bientôt coûter aussi cher qu'un F-35)
- Drones (guerre fratricide entre allemands, anglais et français).
Et bientôt, dans la foulée, Ariane et la construction de satellites (guerre fratricide entre allemands et français).

Pendant ce temps les américains engrangent les contrats…

Écrit par : forêt10 | 05/04/2015

Certes, le partenariat européen devient ingérable avec des souhaits différents pour chaque participant.
Mais ne mettons pas tout sur le dos des programmes en partenariat, si on regarde bine les programme B2, F-22, et F-35 ont aussi explosés les records de cout alors qu'un seul pays s'occupait du developpement.

Pour moi la première erreur a été de déléguer la construction à CASA, qui à mon sens n'avait pas du tout les épaules pour un tel projet trop complexe. D'ailleurs le probleme de gestion des moteurs a fini par etre repris par les ingénieurs d'Airbus France car les espagnols ont été incapable de solutionner ce problème qui a plombé le programme. Mais l'A400M ca a été un cumul d'erreur, de mauvaise gestion, de promesses intenables.
On aurait du choisir la solution du réacteur, comme le C-17. Résultat on a eu un tas de soucis à cause de ces turbomoteurs.

Écrit par : mustard | 05/04/2015

Bonjour forêt10,

Je vous trouve injustement sévère avec Airbus sur ce coup.
L'A340 a été vendu à plus de 370 exemplaires, et son cousin bimoteur l'A330 (les deux ont été développés en même temps sur la même base et partagent des éléments, d'où des économies d'échelles a priori)à plus de 1000 exemplaires. L'A318 n'a pas eu le même succès, mais la famille dont il fait partie si. Je vois mal quel reproche on peut faire à ce avions, à part le fait d'être né sur des créneaux difficiles (concurrence du 777 pour le 340, et sûrement des turboprops et jet régionaux pour le 318).


De même, le Typhoon fait le boulot pour lequel il a été conçu, ce qui n'est pas encore le cas du F-35. On rajoute des capacités (non prévues à la base, mais ça c'est la faute du client, pas du constructeur) au Typhoon (en air sol surtout) tandis qu'à ma connaissance le F-35 n'est toujours pas opérationnel.

Pour les drones : vous dites vous-même que c'est une guerre politique, alors pourquoi incriminer Airbus ?

Pour l'A400M : il va faire moins bien que le C130J sur certains points (ravitaillement en vol des hélicos notamment, et peut-être d'autres caractéristiques que je ne connais pas), mais il fait mieux sur d'autres (il est plus gros donc mécaniquement il emporte plus de charge, plus loin, un peu plus vite). Pas de quoi justifier un tel écart de prix toutefois(malgré l'effet de série des C-130).

Mustard : je suppose qu'un ravitailleur de type C-130 emporte plus de carburant qu'un autre hélico, et peut aller plus loin, et est probablement déjà prépositionné en étant venu par ses propres moyen. Je ne suis pas sûre que des C-17 puissent ravitailler des hélicos à cause de la différence de vitesse ! Comme avion comparable en taille je ne vois que l'AN-70 dont le cahier des charges est bien plus restreint (pas de ravitaillement en vol, ne remplace pas différents types d'avion...)

Écrit par : Marine | 05/04/2015

L'A340 avait un gros défaut de manque de puissance avec un faible taux de montée. Cette mauvaise réputation a eu raison de ses ventes qui se sont écroulées au fil du temps.
L'A318, je pense que le créneaux des Bombardier, Embraer, etc était déja bien saturé. L'avantage d'un A318 était les pièces communes aux A319-A320-A312. Or les grandes compagnies n'ont pas été interessé par les lignes régionales. Résultats les compagnies régionales ont préférer acheter des avions qu'elles avaient déja pour réduire les pièces et fournisseurs.

Pour revenir à l'A400M, on voit clairement que l'avion est destiné à du transport lourd, de masse, or la France à imposé une capacité d'atterrissage en zone non préparée comme le faisait le Transall. Pour cela les hélices sont mieux adapté que les réacteurs à cause des projections de sables et cailloux. Malheureusement on voit que l'A400M, tellement cher et fragile, ne fera jamais ce type d'atterrissage trop risqué. Ce sera finalement le role des C-130. Au final la France a planté ce programme qui aurait du utiliser des réacteurs, plus simples, plus fiable et plus puissants, et plus adapté à du simple transport logitique.
L'A400M devait etre un avion à tout faire, il ne fera finalement pas de ravitaillement, le parachutage lateral est quasi abandonné car trop dangereux, l'utilisation d'atterrissage en piste non amenagée est abandonnée et ce n'est pas fini car l'avion ne répond pas encore à toutes les spécifications du cahier des charges, ce qui a valu une grosse colère de la Turquie qui avait refusé son premier avion.
au final on aurait du acheter des C-17 + C130, ou bien développer un A400M avec réacteurs pour le transport logistique de masse et acheter des C130.

Écrit par : mustard | 06/04/2015

Bonsoir,

"au final on aurait du acheter des C-17 + C130, ou bien développer un A400M avec réacteurs pour le transport logistique de masse et acheter des C130."

Et au final, on en revient toujours à l'excellente solution de l'achat d'équipement US sur étagères. Il y a toutefois un léger inconvénient : le fait d'être pied et poings liés dans l'usage qui est fait de l'appareil. Et oui ! L'indépendance à un prix !

En outre, je suis toujours abasourdi de voir des avis "définitifs" sur un avion dont les premiers exemplaires sortent à peine des chaînes d'assemblages. On est tout-de-même bien loin du scénario du F-35 est de sa centaine d'exemplaires produits... malgré les défauts !

Cordialement / Frédéric

Écrit par : sletch | 06/04/2015

Chère Marine

"Je vous trouve injustement sévère…"
En fait non. J'essaie simplement d'énumérer ce qui ne fonctionne pas dans cette société soi-disant "européenne".

A-340: Les coûts d'exploitation de l'A340 sont trop importants par rapport à son principal concurrent le B-777. Je maintiens donc que c'est un flop financier et d'ailleurs Airbus l'a bien compris, puisqu'il a arrêté la construction de cet appareil.

L'A-318: Vouloir concurrencer Embraer et Bombardier avec un avion court-moyen courrier est une erreur stratégique grave. L'avion était beaucoup trop lourd et ne correspondait à sa sortie, déjà plus à la demande du marché: résultat moins d'une centaine d'avions vendus et très vite remplacés par des avions plus performants en termes de coûts d'exploitation.

Le "Typhoon":
Pour comprendre ce fiasco "européen" puis d'Airbus par la suite, Il faut remonter à 1985 (en pleine guerre froide), lors de la décision de contrer le "Rafale" qui était la "vraie" proposition européenne de l'époque.
Certes les français, (comme à leur habitude) ont voulu imposer leurs vues et prendre le leadership du programme.
Connaissant les anglais et les allemands voire les italiens, c'était naturellement une erreur stratégique.
Le résultat, on le connaît, 2 développements quasi parallèles (coûts multipliés par XXL) et un avion, le "Typhoon" qui court constamment après le " Rafale".
Le Rafale a été dès le début, été développé pour être "Multi-rôles", le Typhoon comme un avion de supériorité aérienne (héritage de la menace de l'époque).
Par la suite le Typhoon a essayé de suivre le chemin "Multi-rôles". (et récemment encore la rallonge d'un milliard d'euros)
Les anglais et les italiens ont très bien compris que c'était sans espoir, puisqu'ils achètent maintenant le F-35 et diminuent chaque année leurs achats de "Typhoon"…

Les Drones: Nous assistons au même scénario qu'avec le "Rafale" et le "Typhoon".
Anglais: veulent imposer leur conception (Anglo-Israelo-Américaine)
Allemand via Airbus Allemagne: la leur
Les français via Dassault, Thalès et Sagem: les leurs…
Et en attendant l'Europe n'a rien et se contente d'acheter Israélien ou Américain.

L'A-400: je ne vais pas reprendre ce que j'ai déjà écrit plusieurs fois sur ce blog (voir les autres articles), mais j'estime que ce programme est une gabegie. Dépenser de dizaines de Milliards d'Euros pour arriver à ce piteux résultat (je signale au passage que l'aéro-largage n'est toujours pas validé), c'est tout simplement LAMENTABLE.

Futur Menace L'A 380
Le moins que l'on puisse dire, c'est que cet avion ne rencontre pas le succès tant espéré.
En début d'année, il y eu un quipropos assez évocateur entre le directeur financier et Tom Enders sur l'avenir de cet avion. Arrêt ou pas en 2019?

Écrit par : forêt10 | 07/04/2015

@foret10.
Concernant le choix de l'avion européen dans les années 80, le désaccord Francais contre allemagne/UK/Italie/Espagne n'est pas lié au fait que chacun voulait imposer SON avion.
Le problème c'est une question de besoin.
L'allemagne, l'UK et l'Italie venait de faire sont bombardié Tornado et avaient besoin d'un Intercepteur. Inversement la France sortait de son programme Mirage2000 qui était un intercepteur et voulait un bombardier.
Résultat avec des besoins différents il n'était pas possible de fair eun avion qui réponde à tous ces besoins. finalement cela s'est fini par un programme chacun de son coté.
Le Typhon a pris du retard car il a fallu trouver des accord sur la répartition des taches et financements. et la dispersion est toujours un handicap technique.
Dassault n'a pas eu ces problème et a pu travailler lus vite et plus efficacement. L'avion a donc pu évoluer plus vite vers le multirole.

Pour l'A400M on est visiblement tous d'accord pour dire que ça a été un véritable fiasco et qu'on y aurait gagné à acheter des C17 + C130.
Cela dit ce probleme est à l'image de otutes les coopérations européenne, que ce soit en aviation ou spatiale, chaque pays veut imposer sa touche, son souhait, son cahier des charges, pour assoir sa position au sein de l'europe. Et au final on a des programme ingérable, qui sont des casses tetes et des fiasco. Ariane 6 ou Galileo sont d'autres exemples de ce problème de mésentente européen. Chaque pays veut son programme, sa touche, ses caractéristiques pour se démarquer des autres.

Écrit par : mustard | 07/04/2015

Bonjour,

@foret10 : "En fait non. J'essaie simplement d'énumérer ce qui ne fonctionne pas dans cette société soi-disant "européenne"."

Votre énumération concerne tout autant des problèmes liés à des faits politiques que des erreurs de stratégiques propres à l'entreprise Airbus. Du côté des avions civils, on peut effectivement lister les échecs commerciaux. Ceci dit, il faut également parler du succès des autres avions de sa gamme qui permettent à cet avionneur d'être un leader mondial sur ce domaine.

En outre, une pareil énumération pourrait également être faite avec les projets sur lesquels travaille Lockheed Martin. Je pense naturellement au F-35 mais aussi aux Littoral Combat Ship (entre autres "fiascos" pour reprendre votre terme) :
http://www.opex360.com/2014/07/21/les-littoral-combat-ships-lautre-programme-problemes-du-pentagone/


@mustard : "Pour l'A400M on est visiblement tous d'accord pour dire que ça a été un véritable fiasco et qu'on y aurait gagné à acheter des C17 + C130."

L'A400 M n'est ni un C-17 ni un C-130. Ce couple convient peut être à certains pays mais ce n'est pas là une solution universelle. Au-delà de ces aspects techniques, l'A400 permet à l'Europe de garder son autonomie en terme de défense. Aussi, je ne vois pas ce que l'"on aurait gagné à acheter" des appareils US. Sauf à perdre un peu plus notre autonomie dans la conception d'armement.

Cordialement / Frédéric

Écrit par : sletch | 08/04/2015

Pourquoi pas ressortir la solution Brésillienne du KC390?

Écrit par : alain gaudreault | 09/04/2015

L'A-400 a hélas fait les grands titres négatifs du Week-End!
Après tous les avatars techniques et retards divers décrits ci-dessus, voila maintenant que cet avion se crash..., entraînant dans la mort son équipage.
Cela fait beaucoup pour un avion qui devait à l'instar du F-35 tout révolutionner sur son passage.
Je n'ai pas pour habitude de tirer sur l'ambulance, mais là ça fait beaucoup pour un seul et même avion.
Pascal titrait "Le « Super Hercules » pour compenser l’A400m " Je crois que dans l'mmédiat du moins, il n'y ait pas d'autres solutions...

Écrit par : forêt10 | 10/05/2015

Pou rire, je propose le Y20 Chinois en échange d'une participation dans Areva.

Ps je suis triste pour les famille et les équipes d'Airbus.
Cordialement

Écrit par : Benoit | 10/05/2015

Les commentaires sont fermés.