11/03/2015

Premier vol pour le Kamov Ka-52K !

 

mglhbi9.jpg

 

 

La Russie a effectué le premier vol d'un hélicoptère d'attaque Kamov Ka-52K « Katran », soit la nouvelle version nasalisée de l’hélicoptère d’attaque. Ce premier vol a duré 40 minutes et a permis de tester l’ensemble des systèmes.

 

Le Kamov Ka-52K «Katran» : 


yourfile.jpg


 

Le Ka-52K "Katran" est une version navalisée du Ka-52 destiné à être embarquée à bord des BPC de classe Mistral. Le Ka-52K bénéficiera de pales et d’ailes repliables, d’un train d’atterrissage renforcé, d’un traitement anti-corrosion, ainsi que de nouvelles capacités comme la lutte anti-navire. Contrairement à son homologue le Ka-52 «Alligator», le Ka-52K emportera la version bi-bande du radar «Arbalet» avec un capteur en bande Ka (cibles terrestres) et un autre en bande X pour les cibles marines. En matière d'armement, cet appareil recevra le missile air-mer Kh-35UV en plus de l’armement classique de l’Alligator.

 

La marine russe a signé une commande ferme de quatre Ka-52K, avec l’intention de porter ce nombre à 28 hélicoptères. La force aérienne russe dispose d'une flotte actuelle de 63 Ka-52 « Alligator », avec un total de commandes confirmées pour 93 appareils.

 

Peu importe le « Mistral » : 

 

Des essais antérieurs du Ka-52 ont été effectués à bord d'un navire de surface (voir photos) en service au sein de la marine russe. La problématique de la livraison ou on des deux bâtiments de type « Mistral » par la France ne semble pas compromettre le développement du « Katran ». On se rappel que le contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de guerre de classe « Mistral » a été signé entre la Russie et la France en 2011. La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, a été suspendue par le président français François Hollande en raison de la crise ukrainienne.

 

Selon Igor Korottchenko, directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes, la probabilité d'une remise des navires  « Mistral » à la Russie est nulle. La plupart des experts militaires russes sont également de cet avis et pensent que les bâtiments militaires ne sont pas l'acquisition la plus indispensable pour la marine russe. De fait la Russie prépare le chiffre de l’indemnité qu’elle pourra exigé de la France, et du même coup financer ses propres navires de guerre. 

 

ka-52k.jpg

 

Photos : Essais d’un Ka-52 sur un bâtiment russe @ Ria Novosti


Commentaires

Avons nous une idée du montant des pénalités que la France va payer à la Russie en cas de non livraison? L'arrogant Mr Sapin va-t-il puiser dans les 9 milliards qui sont mis de côté?
Au plaisir de lire vos avis.

Écrit par : Benoit | 12/03/2015

Les bruits de couloir articulent un montant supérieur à 3 milliards d'euros, a suivre...

Écrit par : PK | 12/03/2015

Belle facture, donc je rajoute la différence entre les 450 millions pour les opérations extérieurs prévus et le 1.2 milliards prévisible. Et les possibles 2,5 milliards des REX ( vente de fréquences militaires si la France trouve des clients à ce prix), le milliard pour l'aide à l'exportation en Afrique, les 300 millions d'amende pour la PAC, le milliard pour le fond vert international, j'obtiens une belle liste à la prévert.
A suivre.

Écrit par : Benoit | 12/03/2015

Les commentaires sont fermés.