13/02/2015

La France vend le RAFALE à l’Egypte !

PHO95410c6e-b306-11e4-841c-8aeec68ecf5b-805x453.jpg

 

 

Enfin ! Le soulagement est énorme chez Dassault Aviation, ainsi que chez les nombreux fournisseurs de l’avion de combat Rafale. L’Egypte va signer ce lundi un contrat portant sur 24 avions Rafale.

 

 Les besoins Egyptiens :

 

L’Egypte se trouve dans une situation complexe et doit impérativement renforcer sa défense aérienne, composée de Mirage 5 et 2000 vieillissant. En effet,  l'Égypte fait face à un environnement sécuritaire très dégradé à ses frontières. D'un côté la Libye, livrée aux mains de milices tribales, est devenue un nouveau foyer de Daech et de l'autre, dans le désert du Sinaï, l'armée égyptienne lutte contre des intrusions de djihadistes venus de Syrie.

 

Un financement risqué :

 

La problématique principale de ce contrat vient du fait que l’Egypte n’a pas véritablement les moyens de se payer un avion comme le Rafale. En conséquence et pour appuyer cette vente, Paris a mis en place un système d’aide à l’exportation. L’Egypte ne peut payer que la moitié du contrat qui comprend également une frégate et des missiles de défense anti-aérienne de chez MBDA, soit un contrat de 5 milliards d’euros. Pour ce faire, Paris a mis en place un financement  via la Coface pour permettre à l'Egypte d'obtenir un un financement pour la seconde partie de la transaction.  Le Caire a négocié un crédit auprès d'un pool de banques que sont  le Crédit Agricole, la BNP Paribas et de la Société Générale.

 

L’anecdote :

 

Pour la petite histoire, on retiendra que Moscou a tenté ces dernières semaines d’interférer dans le dossier, mais sans succès. La Russie a en effet, essayé de placer son MiG-35 et de brûler ainsi,  la politesse à Dassault.

 

Commentaire :

 

Cette vente à l’Egypte est primordiale pour Dassault, en effet, si aucun contrat à l’exportation n’avait été signé cette année, la chaine de fabrication du Rafale aurait risqué une interruption en 2016, rendant ainsi toute chance d’exportation caduc. Cette première vente est doublement importante, d’abord du point vue industrielle et psychologique.

Mais il faudra d’autres contrats pour assurer la pérennité du programme Rafale, on pense bien sûr à l’Inde. L’Inde, justement les négociations ne sont pas terminées, New Dehli tente de faire baisser le prix, la question des responsabilités de fabrication de l’avion ne sont pas encore complètement clauses et la Russie tente de faire passer son Sukhoi Su-30MKII. Et puis il y a une chance du côté du Qatar avec 60 avions. En Suisse le dossier avion de combat n’est pas clos, on en reparlera d’ici 2018, mais là encore, les choses sont complexes.

 

Photo : Rafale en démonstration en Egypte @Dassault Aviation

 

Commentaires

Attention, la coface ne paye à la place du client les fournisseurs uniquement en cas de defaut de paiement et donc de non livraison des produits.
le client final est redevable de l'ensemble du montant du contrat, la manière dont vous tournez l'article laisse à penser que l’état francais fait un rabais de 50% du contrat

Écrit par : BiLKiNiS | 13/02/2015

Normalement il y a aussi des négociations bien engagés avec les Emirats Arabes Unis. Mai sil est clair que le gros contrat avec l'Inde serait exceptionnels, au points de faire passer le Rafale devant l'Eurofighter et le Gripen en terme d'export.
Concernant ce contrat avec l'Egypte, meme si le financement reste fragile, notons que l'Egypte ne demande aucune compensation technologique ou fabrication locale, ce qui arrive de plus en plus souvent sur les contrats actuels et rendent certaines ventes peu voir pas rentables. C'est le cas par exemple de Brésil.

Bref une bouffée d'air pour Dassault et l'espoir de voir d'autres contrat se débloquer. Le Rafale jouit d'une excellente réputation sur ses performances, ses opérations armées lui ont fait une excellente publicité.
Pour rappel, le Rafale est surtout un avion de guerre, contrairement à d'autres avions qui ont plus un role de police du ciel et qui se vendent mieux. C'est donc un avion limité aux pays en conflits et ayant un besoin de frappe puissante.

Écrit par : Mustard | 13/02/2015

Je suis très partagé.
D'un côté, je suis content pour l'industrie française.
Je suis inquiet pour le financement en cas de problème.
Quel sera le nombre de Rafale en France en fin de la Loi de Programmation Militaire en 2019?
Doit on armer un pays totalitaire? Avec des extrémistes de tous poils?
Même question pour le Qatar.

Écrit par : Benoit | 13/02/2015

L' Arabie Saoudite voulait aussi participer au financement ?

Que vont penser les américains qui aide l' Egypte à hauteur de 2 milliards de $ par an ?

Écrit par : Abdel | 13/02/2015

@Abdel: "Que vont penser les américains qui aide l' Egypte à hauteur de 2 milliards de $ par an ?"
Qu'en 2013, ils auraient peut-être mieux fait de ne pas suspendre la livraison des F-16 à l'Egypte? ^^

Écrit par : Jo-ailes | 13/02/2015

"Que vont penser les américains qui aide l' Egypte à hauteur de 2 milliards de $ par an ?"
Pas grand chose au finale :

+L’Égypte à besoin d'avions pour se battre à la fois à l'ouest et à l'est. (je comprend pas pourquoi les F16 ne font pas l'affaire, peut être des restrictions d'usage à cause des américains, mais admettons, )
+Les israéliens ne s'oppose pas à l'achat. Les avions vont aider à faire le ménage dans le Sinaï et a garder la bande de gaza fermée.
+Les américains ne peut pas fournir d'armes à l'armée égyptienne, car le gouvernement Sisi est issu d'un coup d'état. (leur aide à bien baissé)
+L’Arabie saoudite (et les pays de la péninsule) ont décidé de faire chier les américains (voir le prix du baril pour pourrir le gaz de schiste) et le rafale est idéal pour cela. (l'achat d'un avion russe financé par la péninsule arabique était assez improbable)
+ Les égyptiens sont super content de leur achat (surtout que c'est les copains saoudiens qui payent), la France est super content car elle pérennise son rafale et sauve sa loi de programmation militaire.

Au final, les américains vont devoir avaler la pilule sans trop râler.

Écrit par : julien_jla | 13/02/2015

Nous y voilà, une vente marketing qui sauve l'aéronautique militaire française ! Et après, L'Egypte peine a payer cet avion, aura d'énormes difficultés pour rembourser l'emprunt et rembourser les intérêts. Mais personne ne s'intéresse au fait que ce même pays n'aura du même coup, pas les moyens de payer les coûts annuel d'heures de vol et de maintenance du Rafale. Il est a l'évidence que d'ici moins de dix ans la moitié des Rafale égyptiens seront cloués au sol, faute de moyen pour les entretenir. Mais en France on s'en fou, nous avons trouvé des gogos pour acheter notre avions.
Mais cette image désastreuse risque à court terme de se retourner contre nous.

Écrit par : Cédric Douverney | 14/02/2015

Je ne vois pas pourquoi tout le monde s'inquiète pour le paiement des Rafale !
L'Egypte a toujours payé ses armements, c'est son interet si elle eut à l'avenir continuer à acheter du matériel militaire à la France ou d'autres pays. C'est sa crédibilité qui est en jeu.
Par le passé elle avait acheté des Mirage 2000, tous payés.
Et puis 5 milliards c'est pas la ruine, avec un prêt étalé sur quelques années un pays peut se faire ça.
N'oublions pas non plus que l'Egypte est maintenant dirigé par l'armée, ils mettrons donc un point d'honneur à payer cet armement et on peut parier que le budget militaire va augmenter, surtout au vue des tensions dans la région.
donc pour moi ce problème du paiement est un faux problème inventé par les détracteurs pour dénigrer cette première vente du Rafale.

Personnellement je trouve qu'il y a d'autres marchés ou le paiement peu aussi etre douteux. Par exemple le Brésil qui replonge dans la crise est aussi un pays qui peut inquiéter sur sa capacité à payer.
Bref beaucoup de bruit pour rien à propos de ce paiement, qui, au pire s'étalera dans le temps.

Écrit par : mustard | 14/02/2015

Tout simplement La Coface c'est les contribuables. En France un seul paie, le peuple, fiscalement et socialement. En cas de défaut de paiement, elle indemnise les fournisseurs et se retourne contre le client. Mais si les Frères Musulman ou pire arrive au pouvoir. Cela m'étonnerait que ceux-ci vont régler la facture. Et que l'Arabie saoudite vienne au secours.

Écrit par : Benoit | 14/02/2015

Petite réflexion : nombre d'observateurs se demandent pourquoi l'Egypte achète des équipements aussi coûteux. Selon Michael Wahid Hanna, un spécialiste de la sécurité égyptienne qui travaille pour le groupe de réflexion Century Foundation, à New York, l'Egypte pourrait déjà exploiter plus efficacement sa flotte de F16 américains. Et c'est avant tout sur ses hélicoptères Apache qu'elle devrait compter pour lutter contre les djihadistes dans la péninsule du Sinaï. "Les Egyptiens ont besoin d'une force rapide. Ils ont besoin des services de renseignements. Ils ont besoin d'une foule de capacités militaires qui n'ont rien à voir avec des avions de combat," explique-t-il au Financial Times.

L'affaire se résume peut-être à une question d'orgueil, laisse entendre le journal de la City. "L'armée égyptienne se perçoit comme la colonne vertébrale de l'identité nationale et de la richesse du pays, explique-t-il. Et elle a soif du prestige que confèrent des armements sophistiqués."

Écrit par : Yvan | 14/02/2015

Amusant de voir que ce même succès , peu importe ce qui le motive , redonne de l'ardeur aux anti-Rafale français ...Il y a des gens encore entreprenants qui ont du mérite dans ce pays à essayer de réussir face à une telle mentalité de la part de leurs propres concitoyens ...Triste nation .

Écrit par : philbeau | 14/02/2015

Bonsoir,

Tout comme Mustard, j'ai bien du mal à comprendre toutes ces remarques négatives sur le financement de cette vente (qui ne comprend pas que des Rafales d'ailleurs...).

Deux petites questions aux septiques :

- Connaissez-vous PRECISEMENT le détail du montage financier de cette vente ? Quand je parle de précision, je fais naturellement référence aux termes du contrat et non à la synthèse que l'on peut en lire dans la presse.

- La France se classe troisième parmi les nations exportatrice d'armement. Aussi, il est plus que probable que les négociateurs soient suffisamment avisés pour sécuriser ce type de vente. Ne croyez-vous pas ?

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : sletch | 14/02/2015

Un client du F16 est il tout à fait libre de l'utiliser comme il le veut??? Un avion des 30 dernières années... et non des 30 prochaines...
Ce personnage Michael Wahid Hanna, qui est il? Que représente t il? Spécialiste de plein de choses.... à NY.... Un groupe de réflexion.... qui juge.... qui s'exprime... Aigreur?? Jalousie??? Ce n'est pas conforme à sa réflexion??? A ses désirs? Il critique ou se justifie??? Ca me rapelle furieusement les agences de notations ... de NY... qui n'ont même pas vu venir la crise... Tout le monde s'en fout de son avis il me semble, à commencer par les égyptiens... Vous nous faites marrer là... Ils achètent des avions de guerre (et pas qu'un intercepteur) dignes de ce nom, pas rien que de l’allégeance ou de la dépendance aux states (dont le F16 était un des instruments)!

Écrit par : jag | 15/02/2015

Posez-vous la question du prochain financement des avions achetés par le Maroc auprès des États-Unis.
Il faut savoir que chaque année, les États-Unis votent un budget alloué à Israël pour l'achat de matériel militaire américain.

Arrêter de faire de l'anti Français primaire.

Merci

Écrit par : Stéphane | 15/02/2015

"L’Egypte est, en effet, très préoccupée par la dégradation de la situation au Yémen. Elle craint que des formations hostiles comme al-Qaïda ou les Houthistes ne prennent le contrôle du détroit de Bab-el-Mandeb au sud de la mer Rouge. Un détroit dont la fermeture signifierait aussi la fermeture du Canal de Suez alors que l’Egypte a lancé un projet pharaonique pour élargir la voie d’eau internationale." Source RFI (http://www.rfi.fr/moyen-orient/20150213-rafale-egypte-attend-chasseur-francais-al-sissi-hollande/)
L'ouverture d'un front très au sud expliquerait la préférence pour l’allonge du rafale.
AMHA si d'un coté du détroit on trouve le Yémen, de l'autre c'est Djibouti et les bases américaines et françaises. Donc je vois pas trop se que craignent les Égyptiens.

Écrit par : julien_jla | 15/02/2015

Sait-on quel est le prix uniquement pour les rafale et leur armement?

Écrit par : Pepe | 18/02/2015

@pepe: pour répondre à votre question je vais faire (très)simple, car chaque éditorialiste y va de ses chiffres:
- Contrat principal 5,2 Md€
- Contrat DCNS 1,6 Md€ (n°2)
- contrat annexe (n°3) (il y a 3 contrats distincts) ~700 M€
- Montant restant pour les 24 Rafale et leur armement
5,2- (1,6 + 0,7) = 2,9 Md€
soit ~ 121M€ pièce (armement compris)
les Rafale seront légèrement dégradés par rapport aux modèles français (armement nucléaire, liaison OTAN etc.)

Écrit par : forêt10 | 18/02/2015

Les commentaires sont fermés.