11/02/2015

Acquisition du drone Hermes 900 !

5879.JPG

 

 

Berne, le Conseil fédéral a adopté le message sur l’acquisition de matériel d’armement 2015 ( programme d'armement 2015 ) à l'attention du Parlement. Avec le programme d'armement 2015, il propose aux Chambres fédérales de réaliser trois projets pour un montant de 542 millions de francs, dont l’achat du nouveau drone de type Hermes 900. Entrée en service prévue en 2016.

 

Le but : 

 

Le système de drones de reconnaissance servira à sauvegarder la capacité d'exploration en vue de l'obtention de l'image de la situation et de la reconnaissance d'objectifs, après la réforme du système de drones de reconnaissance 95 actuellement en service. L'exploration pour l'obtention de l'image de la situation est un instrument de soutien aux organes de conduite militaires et civils appelés à prendre des décisions, tandis que la reconnaissance d'objectifs sert principalement à la conduite de l'appui de feu en cas de défense contre une attaque par un adversaire armé.

L'acquisition porte sur 6 drones, y compris les composantes au sol, le simulateur et la logistique.Le système de drone peut être engagé sur l’ensemble du territoire suisse à partir d’un aérodrome. Il est prévu de le stationner en priorité sur l’aérodrome militaire d’Emmen, mais l’exploitation est aussi possible à partir d’autres aérodromes militaires ou civils. L’appareil peut décoller et atterrir de manière entièrement automatique,

même en cas de faible visibilité. Il est commandé à partir de la station de contrôle au sol par un pilote de drone, au moyen d’une liaison radio ou satellite cryptée. Comme l’ADS 95, l’ADS 15 est équipé d’une caméra fonctionnant à la lumière diurne et à l’aide de l’imagerie thermique (caméra EO/IR). Une telle caméra fournit

de nuit comme de jour des images offrant la résolution requise. Il est dûment tenu

compte de la protection des données personnelles, conformément à la loi fédérale du 3 octobre 2008 sur les systèmes d’information de l’armée1.

Comme avec l’ADS 95, les images de la caméra EO/IR sont transmises en temps réel à la station au sol au moyen d’une liaison radio cryptée, puis mises à disposition du destinataire final, par exemple une centrale d’engagement civile ou le poste de commandement d’une formation militaire. Il est par ailleurs possible d’enregistrer les prises de vue dans le drone.

 

2568.JPG

 

Adaptation du drone à l’avenir : 


1936682967.jpg


 

Le système ADS 15 Hermes 900 pourra plus tard être équipé d’autres capteurs pour des applications supplémentaires, comme un radar à synthèse d’ouverture pour obtenir l’image de la situation au sol, ou des moyens d’exploration électronique. Des appareils de mesure de l’air (p. ex. de la radioactivité) peuvent être intégrés pour couvrir des besoins de la Centrale nationale d’alarme (CENAL). L’utilisation du drone comme station de relais pour des réseaux de télécommunications est également possible.Le système est doté d’une avionique (électronique de bord) des plus modernes, redondante et remplissant les exigences de l’aviation civile. Il est ainsi possible de respecter les procédures de vol civiles, ce qui simplifie l’intégration dans l’espace

aérien suisse utilisé conjointement par les aéronefs civils et militaires. L’Hermes 900 dispose par ailleurs d’un ensemble de systèmes de sécurité allant jusqu’à l’intégration d’un parachute de sauvetage. De plus, un système détectant automatiquement les autres aéronefs («Sense & Avoid (S&A)») sera intégré. Ce système initialise une manoeuvre d’évitement en cas de risque de collision entre le drone et un autre aéronef. Le drone doit en effet

pouvoir être engagé dans tous les espaces aériens sans être escorté par un aéronef avec pilote. Il n’existe pas encore, aujourd’hui, de système S&A disposant d’une homologation internationale pour les drones. Les démonstrations effectuées jusqu’ici avec la participation de l’Office fédéral de l’aviation civile et de Skyguide ont toutefois toutes donné des résultats positifs, et les travaux progressent conformément au calendrier.

 

Intégration en Suisse : 

 

Vu la longue expérience dont disposent le Commandement drones 84 ainsi que ses pilotes et ses opérateurs, la reconversion sur l’Hermes 900 sera rapide. Grâce au simulateur d’engagement du drone de reconnaissance, une instruction adéquate et respectueuse de l’environnement ainsi qu’un entraînement efficace et une assurance qualité systématique sont possibles. Des systèmes d’entraînement à la mise en oeuvre des procédures ainsi que des logiciels d’apprentissage sont à disposition pour la formation du personnel. L’Hermes 900 sera exploité par l’organisation professionnelle des Forces aériennes. La reconversion, sur le nouveau système, du personnel qui procède actuellement à la maintenance sera assurée par l’industrie. Vu la modernité et la simplicité d’entretien du système ainsi que le petit nombre d’exemplaires à acquérir (6 drones), un centre de compétences pour le matériel (CCM) réduit sera mis en place pour la maintenance par l’industrie. Les tâches du

CCM seront l’analyse approfondie des erreurs, le service des modifications, la documentation et la gestion des pièces de rechange. Le personnel proviendra principalement de RUAG et du fournisseur du système.

Les tâches et les responsabilités de maintenance sont fixées dans le concept de

gestion du système et vérifiées périodiquement par la Base logistique de l’armée.

 

3337775121.jpg

 

L’Hermes 900 : 

 

Le nouveau drone se classe dans une catégorie très supérieure à l’actuel ADS 95 « Ranger», soit la catégorie Multi-rôle, Moyenne Altitude Longue Endurance (MALE). Ce type de drone peut voler de manière autonome pendant près de 40 heures et venir se poser automatiquement sur n’importe quel aérodrome militaire. L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille «Hermes» 180 & 450.  Dérivé du Hermes 450, le 900 hérite des blocs de construction fiables, de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques.

Parmi les fonctionnalités clés offertes par ce drone, on trouve l'endurance, l'altitude de vol de 30.000 pied et une capacité de charge utile importante (jusqu'à 350 kg). Contrairement de nombreux concurrents,  l'Hermes 900 est conçu avec une baie de 2,5 mètres de long pour la  charge interne, il est capable d'accueillir jusqu'à 250 kg et permettant l'installation rapide de charge utile modulaire et le remplacement. L’avionique est innovante ainsi que ses systèmes électroniques, il dispose d’ un moteur ROTAX à faible bruit, le train d’atterrissage est escamotable.

L’Hermes 900 emploie une  station au sol pour le contrôle, la liaison de données. Basé sur l’expérience de du modèle 450, le nouvel aéronef bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels.

Un ensemble de capteurs comprend la charge utile de base EO DCoMPASS, ou Stand off EO/IR/Système laser, tels que les AMPS du constructeur Elop. Différentes missions de surveillance de la zone peut être réalisées en parallèle à des charges utiles EO, il s'agit notamment des systèmes radars différents, tels que le SAR/GMTI et le radar de recherche. Deux modules de mission spécifiques de détection sont mis en place pour le drone : la cartographie électro-optique et les systèmes d'enquête de numérisation de zone (LASSO) de type hyperspectrale. 

La taille du drone permet le déploiement d'autres capteurs comme par exemple la communication sécurisée SIGINT qui inclut le COMINT Skyfix / DF et Skyfix-G COMINT et les systèmes GSM.

Pour la configuration d'attaque électronique le drone comprend un système de brouillage SKYJAM pour les communications et AES 210 V/V2 ESM (ELINT) pour les systèmes électroniques.

L’Hermes 900 utilise un ensemble de données intégrées de communication par satellite permettant de lier les opérations au-delà de la ligne de mire et dans les zones montagneuses, où la ligne de visée  UAS SATCOM  est restreinte.  En outre, il peut  décoller  de terrain peu aménager à proximité du théâtre d’opération.

 

Pour la petite histoire : 

Le drone Hermes 900 a été utilisé en opérations par l’aviation israélienne pour la première fois au-dessus de la Syrie en 2012. Il a permis de repérer des armes chimiques tombées en mains des milices du « Daech » (Etat Islamique) et du Hezbollah, puis a coordonné  les images permettant l’intervention des commandos israéliens du Sayeret Matkal qui les ont neutralisées de manière définitive.

2126489894.jpg

 


 

Photos : Drone Elbit Systems Hermes 900 lors de l’évaluation à Emmen @ P.Kümmerling

Commentaires

quel est l'année d'entrée en service du Hermès 900 et du Heron ?
quel est la charge des 2 modèles ?
quel est la performance des 2 modèles ?
pourquoi le choix c'est porté sur l'Hermès ?

Écrit par : michel | 11/02/2015

certain anti-gripen voyait mieux l'achat de drone, voilà qui est fait et maintenant le retour des anti-drones sous prétexte qu'ils sont utilisé par Israël contre divers pays mais y ne sont pas armé ?
nous allons avoir de nouveau quelques bon commentaires journalistique qui ne connaisse rien du tout a un tel sujet et je parle même pas de nos têtes pensante.

Écrit par : michel | 12/02/2015

@Michel: si ça vous tente, voici quelques données supplémentaires sur ces deux appareils, même si Pascal a à peu près tout dit. ;o)

IAI Heron: http://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/569.html

Elbit Hermes 900: http://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Variant/4170.html

Et même un petit comparatif, qui ontre bien que les deux appareils sont proches, tant en ce qui concerne les dimensions que les performances:
http://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Variant/4170.html#compare_form:4170,4172

Écrit par : Jo-ailes | 12/02/2015

super merci jo-ailes

Écrit par : michel | 12/02/2015

Les commentaires sont fermés.