21/12/2014

Le Sukhoi T-50 en 2016, l’IL-112V en 2018 !

 

PAK_FA_Sukhoi_T-50.jpg

 

Moscou, la force aérienne russe (VVS) aura reçu 55 avions de combat T-50 PAK-FA, d'ici 2020, selon le directeur adjoint du département des avions de combat (de UAC) V. Goncharenko. Les premières livraisons du PAK-FA sont prévues pour 2016.

 

"Le nombre de prototypes est en augmentation; le programme d'essai de l'Etat est en cours selon le calendrier", a déclaré Goncharenko à la Radio Echo de Moscou cette semaine.

 

Cinq prototype de Sukhoi T-50 PAK-FA ont été produits et trois autres sont actuellement en construction au sein des installations de Sukhoi Aviation Holding Company Y. Gargarin à Komsomolsk-sur-Amour (KnAAZ).

 

Le T-50 (PAK-FA) :


T-50-new.jpg


 

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera également d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.

 

Nouvel avion de transport IL-112V :


1280px-Maquette_Ilyushin_Il-112.jpg


 

Toujours selon V. Goncharenko, le nouvel avion de transport tactique militaire (MTA) II-112V devrait entré en service ne 2018. 

L'Il-112V est destiné à remplacer les vieillissants An-24 «Coke» et An-26 "Curl". Avec une charge utile d'environ 6 tonnes, l'avion sera capable de transporter des militaires, des véhicules légers et de l’armement.

 

L’Il-112V est conçu pour le transport et le parachutage d'armes légères et de l'équipement, des cargaisons et le personnel militaire, ainsi que pour le transport d'une grande variété de marchandises. Il sera capable d'approches d'atterrissage automatique à destination des aérodromes catégorisés (exigence minimale OACI catégorie II) et d’atterrissage manuel en approches sur aérodromes mal équipés. L'avion est une conception classique à aile haute dans les six tonnes métriques (13 228 livres) de charge utile et alimenté par une paire de turbopropulseurs Klimov 2500 ch TV7-117S. 

 

Photos : 1  Sukhoi T-50 PAK-FA @ Sukhoi 2 Sukhoi T-50 @ Artyom Anikeev 3 II-112V @ Natalya Konvachtenko

 

 

Commentaires

Ce qui est inquiétant, c'est que petit a petit, la seule branche économique russe qui fonctionne, c'est l'armement. On arrive peu à peu à une situation dangereuse pour la paix en Europe.
Que fera-t-on quand il sera question de l'espace vital russe ?

Écrit par : Al&X | 21/12/2014

Comment vont-ils les financer ?

Écrit par : iGH | 21/12/2014

Le PAK-FA T50 apparaît comme être un très bel avion de combat.
Le développement de ses capacités opérationnelles mériteront d'être appréciées plus tard.
Il est à craindre que le F-35 vendu en Europe soit en mal de rivaliser avec lui en regard de ses faibles capacités de feux notamment.

Écrit par : Paul de Foucaud | 21/12/2014

Je vois que dans ce blog, plutôt que rester dans les questions techniques pour les passionnés d’aviation, je constate une espèce de désir d’amener certains débats sur des questions politiques.
A la première question, les russes de l’espace vital ils ont à revendre, des ressources, et de la matière gris aussi.
A la deuxième question, avec leur propre monnaie, le rouble, eux comme nous ils ont gardé leur souveraineté monétaire.
Alors occupons nous d’aviation (et de nos problèmes) qu’eux ils sont les leurs aussi.

Écrit par : Alberto | 21/12/2014

Rien que de l'excellent matos : Bravo !

Écrit par : BOND | 03/01/2015

@Alberto: Oui, votre remarque n'est pas toute fausse.
Parlons alors technique :
L'industrie russe peut-elle vraiment se passer de technologie "occidentale" ??
Je suis bien d'accord que point de vue radars et moteurs, ils n'ont pas grand chose à apprendre… mais ce qui fait la différence, ce sont ces petites pièces de haute technologie (machines CNC, détecteurs de vibrations,…) qui vont certainement arriver sur une liste d'embargo, non ?

Écrit par : Al&X | 04/01/2015

Les commentaires sont fermés.