19/11/2014

Le Brésil confirme l’achat de 108 Gripen E !

3110671983.jpg

 

Sao Paulo, le Brésil confirme l’achat de 108 avions de combat Saab JAS-39 Gripen E MS21 pour équiper la Force aérienne du Brésil (FAB). Cette confirmation fait suite à l’achat de la première tranche de 36 Gripen E. 

 

Premier contrat : 

 

Le groupe suédois d'armement et d'aéronautique Saab avait annoncé annoncé le 27 octobre dernier avoir finalisé la vente de 36 avions Gripen E au Brésil pour 4,28 mrd EUR (5,2 mrd CHF) et engagé une coopération industrielle, avec notamment un transfert de compétence pendant dix ans. Ce contrat comprend le transfert de technologie, la mise en route d’une chaine de fabrication, la formation du personnel et la logistique, sans oublier l’armement complet des aéronefs et les pièces de rechanges. 

 

108 Gripen E popur l’IAF : 

 

Il restait à définir le nombre total de Gripen E qui équiperont la FAB, on estimait un potentiel de 80 à 120 aéronefs, le chiffre est cette fois confirmé, la FAB sera dotée de 108 Gripen E.  Ce chiffre ne prend pas en compte l’éventuel achat de «Sea Gripen» pour la Marine.

 

Livraison en trois lots: 

 

Les informations en provenances du Brésil et de la Suède confirme une livraison en trois  lot. Le nombre exactes d’aéronefs par lot n’est à ce jour pas rendu officiel. 

 

Equipement connu : 

 

Les Gripen E brésiliens disposeront des mêmes équipement de bord que la version suédoise (initialement proposée en Suisse), mais seront doté du missile courte-portée «A-Darter» de Denel Dynamics et pourra notamment emporter le nouveau missile multi-rôle «Marlin» du même concepteur. 

 

Premiers pilotes formés : 

 

Le Capitaine Gustavo de Oliveira Pascotto et le capitaine Ramon Santos Forneas se préparent à débuter une formation sur Gripen d’ici trois semaines. Actuellement, les deux pilotes participent des entraînement sur des simulateurs sur la aérienne suédoise de Skaraborg dans la partie ouest de la Suède. 

 

Le Saab JAS Gripen E MS21: 

 

Radar AESA : le radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter.

 

IRST: (Infra-Red Seach and Track) le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

 

Electronique : le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.

 

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sudafricain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser.

 

Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène. La Suède prévoit d’ici 2025, de fabriquer 25% de biokérosène à base de compost à des fins écologiques, mais également pour diminuer sa dépendance au kérosène fossile.  

 

Optimisé pour les drones : les suédois sont les premiers à avoir anticipé l’usage d’ici 10 ans de drones tactiques en binôme avec des avions de combat, de ce fait le Gripen E est le premier avion a disposer d’un architecture permettant le chargement de logiciel en vue d’un tel emploi.

 

Leurre actif nouvelle génération : le Gripen sera le premier avion a disposer du leurre actif anti-missiles de nouvelle génération  «BriteCloud». Une fois largué, le «BriteCloud» recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radars sont captées dans l'ordinateur de bord du «BriteCloud», puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une «fausse cible». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le «BriteCloud» pourra séduire même les menaces les plus modernes, loin de la plate-forme de tir.

 

 

Protection de guerre électronique nouvelle génération : 

Ce système s’intègre dans une architecture complète de guerre électronique (Warfare System) qui comprend les derniers développements avec la détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le PAWS-2 est systèmes d'avertissement de missiles IR (Infrarouge). Il fournit une alerte au personnel navigant de la présence de missiles hostiles et actifs.

 

3401972926.jpg

 

Photos :  Images de synthèse du futur Gripen E de la FAB @ FAB/Saab

 

Commentaires

Eh oui, nul n'est prophète en son pays.

Écrit par : Imhof | 19/11/2014

A s'en mordre les doigts! Quel gâchis de notre gentil et aviseeuple suisse...

Écrit par : Al&X | 19/11/2014

108 exemplaires, c'est quand même pas mal pour un avion présenté durant des mois comme étant "en papier". Finalement, doit-on comprendre que ce sont les Brésiliens ou les Suisses qui n'ont rien vu venir ???

Pas glorieux pour nous d'avoir écouté de si sinistres opposants en mai dernier.

Écrit par : badcox57 | 19/11/2014

Badcox,

même si le programme est sur les rail et que tout va bien pour le Gripen E, l'appareil est toujours en développement. Les premiers appareils seront livrés en 2019. L'appareil qui vole est un démonstrateur, pas l'appareil de série - il doit rester pas mal à faire au niveau logiciels, composants, intégration, etc. C'est donc bien un "appareil de papier". Il reste des risques, comme dans tout projet technique novateur. S'il n'y a pas de risques, c'est que le projet n'est pas novateur...
C'est pour ça qu'un des critères initiaux de l'évaluation technique spécifiait que le type à acheter devait déjà exister... c'est peut-être ça aussi qui a été sanctionné par le peuple.

PS : très intéressant article sur l'entrée en service du Rafale AESA dans la royale dans l'AIR FAN de ce mois-ci. Quelques mots aussi sur les P/AESA dans le monde...

Écrit par : pascal (ing) | 20/11/2014

@Pascal (l’ing) on ne peut pas parler d’avion de « papier » aujourd’hui en ce qui concerne le Gripen E. Un avion de « papier » est a fortiori un aéronef qui ne vole pas et ne possède pas encore de modèle d’essai. Ce qui n’est pas le cas pour le Gripen E.
L’ensemble des systèmes sont de présérie et volent sur l’avion de démonstration, les deux premiers avions de préséries sont à l’assemblage final. Par ailleurs, à ce jour l’ensemble des systèmes (logiciels, radars, équipements connexes) sont en phase d’industrialisation.
Le terme « avion de papier » est un qualificatif employé par l’un des concurrents (je vous laisse devinez) qui date des essais de 2008 avec à l’époque le modèle C/D de l’avion suédois.
Je tiens par ailleurs à rappeler que d’une manière générale on achète toujours un aéronef dont le standard et en cours de finalisation, le but étant d’obtenir le modèle le plus récent lors de la mise en service.

Ce qui est valable pour les trois modèles proposés à notre pays :
Gripen E : 2018, Rafale F3-R : 2018, Eurofighter T3 Block25 : 2017

Pour terminer: le Non du 18 mai dernier proivent selon les analyses de deux facteurs principaux : a) désinformation relayée dans la presse b)mauvaise campagne du DDPS

Écrit par : PK | 20/11/2014

transfert de technologie aussi pour le moteur américain GE 414 et le radar AESA de selex ?

Écrit par : françois | 20/11/2014

A ce jour le Brésil a obtenu la fabrication de pièces et le montage des moteurs GE F-414G sous licence.

Pas d'infos en ce qui concerne le Radar pour l'instant. Par contre, de nombreuses parties du fuselage seront usinées au brésil.

Écrit par : PK | 20/11/2014

Tout semble parfait dans le meilleur des mondes...
Dans ce contrat, j'avais cru comprendre que:
1) sur la 1 ère tranche, au moins 15 appareils seraient construits par les Brésiliens, les 21 restants, en commun.
2) la seconde tranche serait entièrement gérée par le Brésil, avec des achats DIRECTS du moteur aux USA et du Radar chez Selex.
3) Le radar lui-même n'est pas l'égal de celui prévu pour l'eurofighter en 2019 (lire la presse spécialisée à ce sujet) 1 Milliard d'€ viennent d'être débloqués par les 4 pays concernés pour l'achèvement technologique de celui-ci.
4) la version navale, si elle est entérinée, serait développée avec les USA.

Écrit par : forêt10 | 20/11/2014

AESA (Active Electronically Scanned Array) ES05 «Raven» offre une ouverture "exceptionnelle et unique au monde" sur 200° ?

Je demande à voir... Ceux équipant les F-22/35 et Rafale ne voir pas être aveugle. A notez qu'il est que le radar en question est écossais :)

Écrit par : Frédéric | 24/11/2014

Nous avons largement développé cette question notamment, lors du choix de la Suisse, effectivement l'adjonction du plateau plateau cyclique permet une détection nettement plus large que la concurrence. Ce système pourra également équiper l'Eurofighter à partir de 2020, si les pays membre du consortium se mettent d'accord.

Écrit par : PK | 24/11/2014

Les commentaires sont fermés.