27/10/2014

Le Brésil a signé l’achat du Gripen E !

2134551757.jpg

 

Stockholm, on attendait la nouvelle pour le début décembre, mais les choses ont été plus rapides, la signature pour la vente de Gripen E MS21 au Brésil est conclue.

 

Le groupe suédois d'armement et d'aéronautique Saab a annoncé lundi avoir finalisé la vente de 36 avions Gripen E au Brésil pour 4,28 mrd EUR (5,2 mrd CHF) et engagé une coopération industrielle, avec notamment un transfert de compétence pendant dix ans.

 

"Nous sommes fiers d'être aux côtés du Brésil au sein de ce programme important", s'est félicité le président de Saab, Marcus Wallenberg, dans un communiqué.

 

 

"Le contrat avec le Brésil confirme que le Gripen est le système d'avion de combat le plus capable et le plus moderne", s'est réjoui le directeur général du groupe, Håkan Buskhe.

Le Brésil sera, avec la Suède, le premier à utiliser la nouvelle génération de Gripen E avec la Suède. Les appareils devraient être livrés au Brésil entre 2019 et 2024.

Grâce à la signature de ce contrat, l'avenir industriel et opérationnel du Gripen est assuré au moins jusqu'en 2050", a précisé le communiqué.



 

gripen blog,gripen brésil,gripen e,swiss gripen


 

Un partenariat fort :

 

L'engagement de l'aérospatiale brésilienne dans le programme Gripen E inclut la fabrication de pièces de l’avion, l’assemblages de celles-ci et l’assemblage du Gripen E au Brésil  (partenariat Saab, Embraer, Akaer).

Il est prévu également la création d'un centre de maintenance pour le Gripen au Brésil.

 

 

La coopération prévoit la conception, le développement et l’intégration du matériel, soit l'avionique, les logiciels et les systèmes sur le Gripen. Le transfert de technologies de pointe et des compétences essentielles «High-Tech» comme par exemple la fusion des capteurs et le développement de la basse visibilité de l’avion ( LO ). Saab garanti notamment l’accès aux codes sources de l’avion.


yourfile-1.jpg


Commentaires

Bravo au Brésil, dommage pour nous, nous aurions combiné l'achat de 22 appareils avec les 36 brésiliens et les 70 destinés à la Suède, l'occasion de faire travailler notre industrie..! Nos politiques sont de gros crétins et il va falloir corriger cela !!

Écrit par : Stéphane | 27/10/2014

Brésil : 36 Gripen E pour 5,4 Mi $ = 150 m$ par appareil
Inde : 126 Rafale pour 12 Mi $ = 95 m$ par appareil

Écrit par : françois | 27/10/2014

@François: diviser le prix par le nombre d'avions est un mauvais calcul.

Le montant d'un contrat s'obtient entre le nombre d'avions mais en tenant compte des éléments connexes: nombre de simulateurs, pièces de rechange, armement.

Dans le cas du contrat avec le Brésil, on sait que ce prix comprend deux simulateurs, plusieurs moteurs de rechange, l'armement complet pour un nombre plus élevé d'aéronefs. Cela signifie que les prochaines tranches seront moins chers.

A contrario, le prix pour les Rafale en Inde n'est encore réellement connu, ni ce qu'il comprendra. L'année dernière, des interventions avaient été faites à l'Assemblée nationale, car des députés s'inquiétaient d'une vente à perte en Inde, qui serait alors supportée par le contribuable français.. possible? A vérifier!

Écrit par : PK | 27/10/2014

@PK : Nos politiciens de gros crétins ? Surtout le peuple qui s'est laissé manipuler par la presse !

Écrit par : Paul Bircher | 27/10/2014

diviser le prix par le nombre d'avions est un très bon calcul !
surtout avec Saab qui claironne pour son avion des prix largement inférieurs aux autres.

La Corée du Sud vient en effet d’annoncer l’achat de 40 F-35 pour plus de 4,5 milliards de dollars (112,5 m$ pièce).

Écrit par : françois | 27/10/2014

@ François : vos chiffres sont erronés, le prix de base du F-35 pour 40 appareils destinés à la ROCAF (sans les moteurs (12 millions par pièces) et les surcoûts de développement) est de 8,6 milliards de dollars estimé !

Et ce n'est pas à la pièce, il faudra compter sur le simulateur , les pièces de rechange, la formation de pilotes et des mécaniciens.

Écrit par : PK | 27/10/2014

Le prix et les contrats réservent parfois des surprises, quelques exemples: la Belgique avait dans les années 80 payé 25% moins cher ses F-16. Mais ceux-ci n'étaient pas dotés de système de guerre-électronique ni de missiles moyennes portées, Sparrow à l'époque. La mise à jour plus tard à couteé plus cher que prévu!

Les F/A-18 en Suisse ont été payés un plus cher que ceux de la Finlande, "calcul à la pièce selon la presse", sauf que les Hornet finlandais n'avaient pas certains systèmes électroniques et ceux-ci n'avaient pas prévu assez de pièces de rechange. La mise à jour à couté plus cher en finalité.

Le calcul à la pièce est une hérésie, il faut détailler le contrat pour connaitre la vraie valeur d'un achat.

Écrit par : Steeve | 27/10/2014

Le Brésil a fait une excellent choix, pour son industrie et le partenariat avec la Suède, n'en déplaise à certains de nos voisins. Les coûts d'achat du Gripen sont inférieurs à la concurrence comme l'tait le Mirage III en son temps, sans parler que le Gripen coute également bien cher à l'heure de vol et à la maintenant. Petit détail à ne pas négliger.

Écrit par : Martin | 27/10/2014

lors des prochaines votations: soyez pour le PS, les Verts et tous ces partis politique du même bord, ces gens vous promettent monde et merveille avec de belles paroles de charlatan mais après avoir été élu, ils oublie tout, leur seul but est d'être élu.
bravo pour le Brésil.

Écrit par : michel | 27/10/2014

Oui bravo au Brésil! Eux ils n'ont pas tergiversé pour rien aux moins ! Je doute que le peuple Suisse soit d'accord de sortir 5 milliard de francs pour remplacer les f18! Notre force aérienne va donc inexorablement se réduire comme peu de chagrin! C'est triste! Espérons au moins que nous aurons des drones et une dca correcte!

Écrit par : Pepe | 28/10/2014

Excellente nouvelle pour le Brésil.

En ce qui concerne le prix des Rafale indiens, il y a un facteur qui devrait leur permettre d'être en théorie moins chers que ceux construits en France: le prix de la main d'oeuvre sur place. Après, reste à espérer que la qualité suive, ce qui n'est pas garanti (et Dassault ne veut pas le garantir, ce que je comprends tout à fait: Pilatus ne l'a pas fait lui non plus!).

Écrit par : Jo-ailes | 28/10/2014

@ Pepe

c'est triste de voir que la Suisse arrive même pas à s'achetée 22 avions avec un fond de 300 millions par année sur 10ans consacré pour de futur avions.
par contre l'aide au développement coûte bien plus cher par année, c'est normal d'aidé nos voisins mais nous avons aussi en Suisse des familles qui arrive pas a finir leur fin de mois, certain retraité, la jeunesse, eux aussi sont dans une mauvaise posture.
une aide à ces personnes serait le bien venu.
svp, ne traité pas les gens de raciste car vous ne connaissez pas leur situation financière, difficile de comprendre quand on n'est pas passé par la case compté ses sous pour y vivre.
regardez simplement combien coûte l'aide au développement et de voir qu'on aide plus ailleurs que ses propres citoyens.
http://www.rts.ch/info/suisse/5953750-la-suisse-a-consacre-3-milliards-a-l-aide-au-developpement-en-2013.html

Écrit par : michel | 28/10/2014

Ce qui est certain, que l'on pourra remettre le couvert d'ici 2018 avec le Gripen en Suisse, les adversaires ne pourront plus dire qu'il s'agit d'un avion de papier !

Écrit par : Serge | 28/10/2014

L’effet pervers de cette situation concerne notre industrie, si le peuple avait voté oui en mai dernier, notre industrie bénéficierait déjà de ces commandes : transfert de technologie, compétence accrues et retour sur investissement, emplois. Mais voilà, mauvaise communication des politiques et une presse qui s’est laissée abusée par de fausses informations en lieu et place de faire son travail.

Écrit par : Liv | 28/10/2014

Entièrement d’accord avec vous liv, il serait d’ailleurs intéressant de chiffrer la perte en matière industrielle suite à ce refus. En même temps je pense que nos journalistes si heureux d’avoir fait couler ce projet n’oseront s’attaquer à ce sujet .

Écrit par : Stéphane | 28/10/2014

@michel
Je ne vois pas du tout le rapport avec mon commentaire ! Je ne traite personne de raciste! Je dis juste qu'on a raté le coche pour l'achat des Gripen et que le prix du remplacement des 32 F18 sera trop élevé ce qui conduira certainement a un remplacement partiel comme prévu avec les tigres!

Écrit par : Pepe | 28/10/2014

Quoi qu'il en soit les suédois avancent avec ce projet, le vote négatif du peuple ne change finalement rien nous avons besoins d'un nouvel avion pour remplacer les F-5 et les Hornet, et il faudra bien revenir sur le sujet assez rapidement.

Écrit par : Mathieu | 28/10/2014

Ayant discuté avec les représentants de saab qui présentaient la maquette du gripen E à AIR14 l'appareil semblait très bien équipė et répondre aux besoins suisses. De plus le cockpit était très ressemblant à celui du PC21. La démonstration en vol du gripen C n'avait d'ailleurs rien a envier au rafale ou à celle de l'Eurofighter. J'espère que la prochaine évaluation ne tardera pas trop! Que le meilleur gagne!

Écrit par : Pepe | 28/10/2014

@Pepe

oui désolé j'ai oublié une ligne, j'expliqué un peu la situation que pour l'armée même 1frs c'est trop mais pour l'aide au développement des milliards pas de problème mais comme je le disais suis pas contre juste que l'on pourrait aider aussi nos citoyens en difficulté, encore milles excuses Pepe une erreur de ma part sur le texte, la dernière fois sur un autre post j'ai eu une attaque en règle alors cette fois j'ai annoncé la couleur.

ma fois la misère est dans chaque pays et au 21ème siècle ca devrais pas existé mais bon voilà !!!!

Écrit par : michel | 28/10/2014

Bravo au brésil!!!
Quand à la suisse, il ne faut pas mettre la faute sur le peuple. Il faut quand même se rappeler que le ministre du DDPS a dit qu on avait pas besoin d un nouvel avion de combat!! Et ensuite le chef de l armée a interdit à tout le personnel professionnel de l armée d aller faire campagne, au contraire de la votation contre le F/A18!!!
Après celà plus rien ne m entonne!!

Écrit par : plusdailes | 29/10/2014

le groupe GSSA, le PS, les verts et bien d'autres leur mission au final est de ne plus avoir d'armée, l'armée fait partie du patrimoine Suisse si on peut le dire, une suppression de l'armée est impossible en une seule fois, le but des antimilitaristes est de fragiliser certain secteur important comme la défense aérienne et après on prendra un autre secteur.
avec ceci on arrivera avec une armée en perdition qui aura plus de moyen pour sécuriser le pays, a ce moment là commencera la chute finale de l'armée.
comment des politiciens peuvent savoir combien d'avions on a besoin pour mener à bien la mission en générale, ce qu'ils ne comprennent pas est que les avions actuelle demande beaucoup d'entretient après un vol, ce n'est pas comme une voiture ou l'on fait les services tous les 30'000km, tous ces antimilitaristes ne veule plus de protection sur leur tête car ce n'est pas 33 F18 qui sur le futur arrivera à protéger l'espace aérien à 100% car plus un avion vieillit plus il a besoin de maintenance et les défauts structurelle vont apparaitre ce qui clouera au sol la flotte aérienne pour une période.
espérons que la situation changera rapidement avec de nouveaux avions, une nouvelle évaluation n'est pas nécessaire, restons sur le dernier choix qui est le gripen, maintenant que le Brésil la choisit est peut-être une aubaine pour la Suisse qui devrait faire taire nos crieurs aux loups de papier par contre le prochain achat sera plus cher car la Suède ne fera pas un tel prix la 2ème fois.

Écrit par : michel | 29/10/2014

Rappel,
Lors de la confrontation du Gripen, de l'Eurofighter et du Rafale par les autorités Suisse pour le choix de leur futur chasseur, le Gripen n'avait pas réussi les minimums requis.

Sans commentaire

Écrit par : Stéphane | 29/10/2014

@ Stéphane,
Pour rappel et je m'étonne que personne ne vous ait déjà répondu, c'était la version C/D qui avait été évaluée en 2008. Mais la roue tourne.

Ici, nous parlons de la version E et c'est celle qui avait été prévue pour la Suisse. Il me semble que ce sujet a été souvent évoqué dans ces colonnes. Si mes souvenirs sont bons, c'est parce que cette version n'avait pu être évaluée pour cause de développement en cours et malgré le vol d'un démonstrateur que nos chers et intelligents opposants avaient parlé d'un avion en papier...

C'est donc cet "avion en papier" qui vient d'être acheté par le Brésil et probablement prochainement par l'Argentine pour un total de commande possible de 150 appareils.

Écrit par : badcox57 | 30/10/2014

Il n’a jamais été question d’acquérir le modèle C/D du Gripen, les faiblesses de cette version étaient connues, comme celles des standards du moment des concurrents. L’évaluation ne s’est arrêtée en 2008, elle a continué jusqu’en 2011 en tenant compte des évolutions des trois avions et surtout des standards disponibles pour une livraison en 2018.
Le fait d’appuyer sur les faiblesses du Gripen C/D est une volonté orchestrée par une société de communication au service d’un des concurrents, afin de tenter de biaiser la décision finale. Au final, l’avionneur responsable s’est tiré une balle dans le pied, car celui-ci attire aujourd’hui la méfiance dans notre pays n’aura que peu de chance en 2018, lors des compléments d’évaluation. Dommage !

Écrit par : PK | 31/10/2014

Pour compléter ce qui a été correctement dit à propos des coûts d'achat d'avion, il n'est effectivement pas correct de diviser le prix par le nombre d'avions. Le prix d'achat d'avions, comme de tous systèmes d'arme se décompose en plusieurs point : pièces détachées et de rechanges, équipement de formation instruction, formation, logistique, mise en place dans certain cas d'une chaine de fabrication. Mais il faut également tenir compte dans le prix de vente d'un taux fixe de change (vendeur/acheteur n'ayant pas forcément la même monnaie) et tenir compte également des risques industriels.

Dans le cas du Brésil, l'ensemble des ces coûts sont calculés sur cette première tranche de 36 avions, alors que les suivantes seront débarrassées des éléments annexes. En conséquence le prix réel d'un Gripen E brésilien sera bien inférieur au prix démontré plus haut par François.

Nous ne connaissons pas encore le montant du contrat du Rafale en Inde, mais celui-ci sera par contre, a priori, monté sur une seule tranche.

Écrit par : Heinz Wütrich | 01/11/2014

Les commentaires sont fermés.