09/09/2014

Vol MH17 premier rapport !

675884-mh17-cockpit.jpg

 

Les autorités néerlandaises ont rendu mardi matin le premier rapport concernant le crash du Boeing de la Malaysia Airlines abattu au-dessus de l'Ukraine le 17 juillet dernier.

 

Ce rapport intermédiaire expose les premières conclusions du Bureau d’enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), qui dirige et coordonne des équipes internationales. Ces conclusions sont notamment basées sur les éléments tirés des boîtes noires de l'appareil, de photos, vidéos, ou de données des autorités aériennes. On notera que les inspecteurs néerlandais ayant rédigé ce rapport ne se sont pas rendus sur les lieux du crash dans l'est de l'Ukraine, estimant que leur sécurité n'y était pas assurée. Les enquêteurs ukrainiens avaient de leur côté pu se rendre brièvement sur place.

Pas de faute technique : 

La première partie du rapport précise d’emblée, qu’il n’y pas eu de «faute technique» de la part de l’équipage. Le Bureau d’enquête précise alors que le crash est dû à «de nombreux objets» entrés en collision avec l’avion «à grande vitesse». Rien d’anormal ne se serait passé dans le cockpit avant l'impact, selon les écoutes des enregistrements et l’exploitation des données de vol. La cause est donc externe.

La manière dont la carcasse s’est écrasée sur le sol montre selon les experts que «l’avion a été brisé en morceaux pendant le vol». Ils précisent également qu’aucun problème technique n’a été détecté au départ d’Amsterdam. Dans le rapport, des photos attestent des impacts sur la partie inférieure gauche du cockpit. 

Plusieurs impacts:

Le rapport n’explique pas encore l’origine des impacts retrouvés, s’agît-il d’obus explosifs tiré par un avion de combat ou des éléments de fragmentations d’un missile déclenché par un détecteur de proximité? Le mystère demeure donc sur les responsabilités du tir. 

Le rapport final attendu pour l'été 2015, mais il n’est pas encore certain que toute la lumière soit faite sur ce drame.

675877-p23.jpg.png


Photos : impacts sur la  carlingue de l’avion@ VVO


18:48 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : malaysia airlines, vol mh17 |  Facebook | |

Commentaires

Je pense qu'on peut dire qu'un obus type explosif ou type mine ne ferait pas ce genre d'éclats.
Dans ces deux types d'obus, la fusée déclenche l'explosion à l'impact ou juste après.
Dans les deux cas, donc, c'est l'intérieur de l'avion qui est criblé d'impacts.

Dans le cas présent, les impacts sont multiples et viennent de l'extérieur.
Il y a donc eu déclenchement par fusée de proximité.
Donc à priori un missile.
Ou alors un 88 allemand de la seconde guerre mondiale. ;)

Écrit par : syntaxerror9 | 09/09/2014

Syntaxerror9 : Dans une large mesure je vous rejoins volontiers, sauf que j'ai eu l'occasion de voir les dégâts d'obus de type pré-programable qui pourraient bien correspondre. Ce type de munitions (HAED) en Occident est uniquement utilisées (mais peu répandue) depuis des canons de DCA. Par contre la Russie à mené des essais avec des aéronefs dans les années 90. Rien ne dit qu'elles fussent effectives aujourd'hui. Perso, je penche également en direction d'un missile.

Écrit par : PK | 09/09/2014

Merci pour l'info.
J'ai fini mon post sur une note d'humour, car je m'étais dit, que seul un missile ou ou à la limite un obus avec fusée de proximité pouvait faire de tel dégâts. Mais avec votre info, l'option obus peut être crédible en effet.

En regardant les photos de près, on se rend compte qu'il y a beaucoup d'angle entre le plan du fuselage et l'axe de la gerbe d'éclats; de plus la surface criblée semble très importante.
Alors, comme vous, je pencherais pour missile pour l'instant.

Écrit par : syntaxerror9 | 09/09/2014

Merci à Pascal pour ce super blog!!
Pour l explosion à proximité il n y a pas besoin d aller chercher des engins expérimentaux.
Des missiles air-air de type sidewinder ont une fusée de proximité. Sitôt là cible atteinte le dispositif fait exploser la charge même si ce n est pas le point le plus chaud de la cible qui est atteint.

Écrit par : rampant | 10/09/2014

Bonsoir Pascal que penser de ceci : Le gouvernement allemand précise que deux avions de reconnaissance AWACS de l’OTAN ont bien suivi le vol du MH17, mais ils n’ont pas détectés les 30 dernières minutes du vol avant l’accident, mais par contre, ils ont recueilli des signaux d’un système de missile anti-aérien, et un autre signal radar inconnu.

Le mémorandum du gouvernement allemand précise que le système de défense aérienne AWACS a classé les signaux radars comme faisant parti du système des missiles anti-aériens S-125 « Petchora » (OTAN – SA-3)​​. C’est un vieux système soviétique, qui a été retiré du service et remplacé par le S-300. Cependant, il est toujours en usage dans les armées de l’ex-Union soviétique, dont l’Ukraine.

Le système antimissile S-125 peut envoyer des missiles avec des charges militaires de 70 kg dont 33 kg d’explosifs et 4 500 fragments d’acier. Les ukrainiens disposent de ce type d’armement.

Concernant les informations des satellites de reconnaissance américains, le gouvernement fédéral précise qu’une réponse n’est pas possible pour des raisons de secret du renseignement et que les données sont déposées auprès de l’Office de la protection du secret du Bundestag.

Cela signifie concrètement que l’OTAN sait parfaitement que le système radar de ciblage des missiles BUK n’a pas été activé, mais par contre qu’un système de ciblage radar des missiles S-125 a bien été activé. Les systèmes Awacs ne peuvent pas confondre les deux systèmes.

Écrit par : Liv | 26/09/2014

Bonsoir Liv, oui cela est parfaitement vraisemblable et pourrait alors confirmer le travail de sape lancé par certains pour accuser la Russie un peu trop rapidement. Car si cela s'avère exacte le soutien à l'actuel gouvernement ukrainien pourrait alors prendre un sérieux coup dans l'aile !!

Écrit par : PK | 26/09/2014

Les commentaires sont fermés.