12/06/2014

L’Arabie Saoudite reçoit ses Pilatus PC-21!

pilatus,pilatus pc-21,avions suisses,pilatus aircraft,saudi arabia


 

L’avionneur suisse Pilatus a débuté les livraisons de son avion école nouvelle génération PC-21 à l'Arabie Saoudite. Six appareils (No: 905, 906, 907, 908, 909 et 910) viennent de quitter l’aérodrome de Stans ce mois pour rejoindre le Centre d’écolage de la Royal Saudi Air Force.

 

Cinq clients pour le Pilatus PC-21 :

 

En choisissant l’avion suisse de dernière génération le PC-21, l’Arabie Saoudite est devenue le quatrième client du dernier né de chez Pilatus après la Suisse (8), Singapore (19) et les EAU (25). Au total se sont 55 appareils qui équiperont l’école des pilotes militaires et ceci à partir de cet été. Ce pays est déjà client chez Pilatus avec 47 appareils de type PC-9. Depuis, le Qatar (24) à également opté pour l’avion suisse et commencera à recevoir ses premiers appareils d’ici quelques mois.

 

Acquis dans le cadre d'un programme de modernisation de son école de formation, L’Arabie Saoudite va également devenir avec ses 55 PC-21, le plus grand utilisateur de cet avion d’ici 2016. En parallèle, ce pays a acquis 22 avions école à réaction Bae Hawk  T2.


 

pilatus,pilatus pc-21,avions suisses,pilatus aircraft,saudi arabia


 

La génération PC-21:

 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.


 

cache_c7a8ded5373958f4ef8a4d798af6c9d2_763a1fd70e0273a8a59b101d604af22b.jpg


 

Photos : PC-21 aux couleurs de l’Arabie Saoudite à Stans @ Stephan Widmer

Commentaires

Merci Pascal, une fois de plus, pour ces intéressantes informations!

Je remarque sur la dernière image que ces PC-21 saoudiens sont équipés de réservoirs de carburant supplémentaires sous la voilure. Je ne me souviens pas avoir vu d'autres avions-école de Pilatus équipés de la sorte à la sortie d'usine, je me trompe?
Et je croyais que tout avait été fait (officiellement) pour ne pas pouvoir installer d'armes réelles sous la voilure de cet appareil. Est-ce vraiment le cas, ou est-ce que ces points d'attache humides pourraient être utilisés dans ce sens, par la suite, avec quelques modifications mineures?

Écrit par : Jo-ailes | 13/06/2014

Bonjour Jo-ailes, oui il le PC-21 peut emporter des réservoirs de carburant additionnels. Par contre il n'est pas possible de modifier ces points d'attaches pour y monter de l'armement. En effet, le système de simulation d'armement étant directement relié aux logiciels de commandes de vol, une tentative pour l'enlever et y installer un système de gestion d'armement réel déséquilibrerait l'avion pour le rendre totalement incontrôlable. Une tellel modification serait donc complexe et coûteuse.

Écrit par : PK | 13/06/2014

Merci Pascal pour ces réponses.

Écrit par : Jo-ailes | 13/06/2014

Jo-ailes: ta question est pertinente!
Pascal: ta réponse est intéressante, mais "un peu" politiquement correcte me semble-t-il. Car en effet:
1. elle ne répond pas tout à fait à l'interrogation de Jo-ailes;
2. suspendre 150 kg de carburant ou suspendre 150 kg de poudre ne va en rien modifier l'équilibre.
Non ??! Me trompe-je ?!

Écrit par : René Bart | 13/06/2014

@René Bart, je ne parlais pas du masse et centrage de l'avion, mais du système intégré de simulation du PC-21 qui est directement relié aux commandes de gestion de l'avion. Lorsque vous simuler un vol avec deux bombes de 250kg, ce système en tient compte virtuellement. Lors du largage théorique des deux bombes, le systèmes corriges immédiatement la souplesse des commandes, les performances allégées et la vitesse. Pour installer un système réel de combat, il faudrait désactiver ce simulateur, ainsi que les connexions et logiciels qui sont reliés aux commandes et à l'équilibrage de l'avion. Puis lancer un programme de tests complexes afin de modifier l'ensemble des systèmes de vol du PC-21. Voilà la complexité d'une telle modification. Un pays qui désire un aéronefs à turbine armé à donc meilleurs temps de se doter directement d'un Embraer Super Tucano ou Beech T6B.

Écrit par : Pk | 13/06/2014

Les commentaires sont fermés.