07/06/2014

Le Canada devrait opter pour le F-35!

v31882_f35-joint-strike-fighter.jpg


 

 

Ottawa, le Canada devrait prochainement confirmer la commande de 65 Lockheed-Martin F-35 Joint Strike Fighter. Cette décision qui ne sera pas une surprise, fait suite au ré-examen de 18 mois concernant l’évaluation de plusieurs candidats potentiel comme le Rafale, l’Eurofighter, le Super Hornet et le Gripen.

 

Il faut dire, que le Canada par l’entremise du cabinet du premier ministre s’était déjà engagé financièrement dans le programme F-35 à hauteur de 332 millions de dollars. Cette argent aurait été perdu en cas de retour en arrière.

 

La décision doit encore être finalisée par le cabinet du premier ministre Stephen Harper et devrait être annoncée prochainement. 

 

Estimation des coûts pour le Canada: 

 

Le principal gros problème du gouvernement canadien teint dans l’estimation des coûts réels du F-35. La Canada prévoit de commander au minimum 65 appareils de ce type, la Royal Canadian Air Force désirerait en réalité 85 à 100 appareils afin de disposer d’une dotation suffisante. 

 

Deux études diffères en ce qui concerne la facture que devra honorer le Canada pour 65 appareils au minimum :

 

  1. Selon le Government Accountability Office des Etats-Unis, le coût par appareils serait de 115 millions soit 7,475 milliards de dollars pour l’achat + 18,7 milliards pour l’entretien sur 30 ans. Soit un total de 26,2 milliards.

      B.  Selon directeur du budget canadien Kévin Page : les douze premiers F-35 couteront à l’unité 148    millions, et 128 millions pour les 53 unités suivantes. Les coûts d’exploitations sont estimé à 19,6 milliards sur 30 ans, soit un total de 28,2 milliards.

 

On le voit il existe deux visions en ce qui concerne les coûts approximatifs du F-35, la seconde tient à juste titre compte du différentiel actuel des coûts de fabrication en évolution sur le programme et ceci jusqu’en 2020. 

Il faut encore signaler en ce qui concerne les coûts d’exploitation du F-35 que  jamais un chasseur n’aura eu autant de lignes de code informatique que le F-35. En plus, sa structure en composite sera délicate à entretenir notamment sur le long terme avec de possible dégradations en augmentation. 

4053746888.jpg

Photos : F-35 en vol 2 maquette aux couleurs du Canada @ Lockheed-Martin


16:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : f-35 canada, lockheed-martin, f-35 jsf |  Facebook | |

Commentaires

Je me demande qui est à la manœuvre derrière cette "information" bidonnée qui se propage depuis Reuters (Washington !) depuis deux jours. Mais je vous invite à la partager dans votre blog avec des pincettes.

Selon des sources "bien informées" ;)

Écrit par : Raphaël | 07/06/2014

Nice blog! Continue like this! Happy landings! Eric.

Écrit par : Pilotman | 08/06/2014

J'aimerais bien que se tienne un référendum pour l'acquisition du F-35 au Canada: il subirait le même sort que le Gripen en Suisse! Je suis d'avis que cet avion ne convient pas aux besoins de notre défense et que d'autres candidats biréacteurs conviendraient mieux! La majorité de mes compatriotes tant francophone qu'anglophone sont de nature très pacifique voir candide. Les débats concernant l'achat de matériel pour la défense du Canada font rarement l'objet de grands débats sur la place publique et nos dirigeants politiques sont muets sur ce sujet.
Le temps compte afin de choisir un candidat pour le remplacement de nos CF-18 vieillissants et d'éviter un scandale comme le dossier des CH-148 Cyclone pour la Marine. Nous n'avons malheureusement plus le choix: trop d'argent publique ont été dépensé par le gouvernement canadien et plusieurs entreprises aéronautiques sont très impliquées dans ce programme.

Cordiales salutations d'Outre-Atlantique,

Simon Perrault

Écrit par : Simon Perrault | 08/06/2014

Allons bon...moi qui pensais que le canada avait des problèmes de budget militaire (sourires)- Nos amis us sont intelligents, ils ont verrouillés le système en faisant participer les futurs pays clients au budget de R&D de cet avion (le gouffre financier était-il prévisible?). Difficile ensuite de s'assoir sur plusieurs centaines de millions de dollars sans rien en retour en cas de renoncement - Ces canadiens auraient du tenir compte de l’expérience malheureuse des français concernant le projet de P.A avec les anglais pour éviter un tel système de financement - Mais bon...quand on aime, on ne compte pas n'est ce pas !(re sourires)

Écrit par : Nonmaisdisdonc | 08/06/2014

332 millions de dollars déjà investis, correspondant à environ 3 avions. Avec un minimum de 85 unités, somme probablement récupérée s'ils optaient pour un delta-canard européen par ex.
Décision énormément politique!

Écrit par : James | 08/06/2014

Je ne partage pas certain commentaires, le gouvernement Harper va maintenir le cap histoire de garder une cohérence, peu importe ce qu il adviendra, Pascal nous démontre dans la seconde partie de l'article le réel point noir de ce choix: les coûts . Difficile de faire valoir un choix si l on ne maitrise la facture finale. Peu importe donc le maintien de ce choix la bataille continue au Canada.

Écrit par : Vincent Schenker | 08/06/2014

Les propos de Pascal sont très pertinents. J'ajouterais qu'il faut savoir que lors des dernières élections fédérales de 2008 et 2012, un des motifs qui ont incité les électeurs, dont votre humble correspondant, à voter en faveur de Stephen Harper était la promesse de s’engager à remplacer rapidement nos navires et aéronefs vieillissants par des équipements ultramodernes. En 2012, Ottawa avait prévu une somme de 5,2 milliards $ pour le renouvellement des navires et aéronefs des Forces armées et de la Garde côtière canadienne. Un facteur peut modifier le choix du F-35 pour M.Harper : la prochaine élection au fédéral devra avoir lieu au plus tard au mois d’octobre 2015. Cet achat de F-35 deviendrait un des enjeux de la prochaine élection. Je doute que les contribuables canadiens approuvent la justesse de cette dépense et reportent au pouvoir M.Harper. Les autres partis politiques fédéraux sont contre cet achat. Ce dossier illustre bien un comportement typiquement canadien : l’art de tergiverser lors du processus d’acquisition de matériels dispendieux nécessaires pour notre défense.‘’Niaiser’’ est l’expression que les Québécois emploient pour décrire ces inepties gouvernementales dont nos valeureux militaires font les frais et la réputation du Canada. Une seule fois dans son histoire le Canada était préparé à combattre lors d'un conflit mondial: ce fut lors de la guerre de Corée 1950-1953. Les destoyers canadiens s'illustrent par la précision de leurs tirs.
Simon Perrault.

Écrit par : Simon Perrault | 09/06/2014

Une analyse d’Yves Pagot et Bruno Etchénic, Messieurs j'ai aimé votre exposer sur la situation pour l'achat d'un avion multi rôle pour le Canada et je dois dires que votre analyse est criante de vérité nous savons que le F35 ne pourra jamais devenir a 100% opérationnel et de sont prix qui ne cesse d'augmenter, Nous sommes plusieurs canadiens a se dire que le gouvernement Harper et sa clique ne font pas le bon choix de prendre le F35 et sont obstinations a le faire malgré toutes les analyses logique. Nous ne comprenons pas leur choix surtout quand c'est pour le retours des retombées économique qui sont illusoire. J'aimerais avoir une réponse de ce gouvernement qui se dit prêt a travaillé pour l'ensemble des canadiens et de toutes les provinces en incluant l'ensembles des provinces et j'Inclus le Québec qui est trop souvent oubliés et qui a toutes les aptitudes et les compétences et de la main d'œuvre qualifier dans ce domaine et il serait bon de ne plus dépendre des industrie américaine. qui ont un contrôle ferme sur toute la technologie et du transfert de la technologie.
La France qui est un pays allié du Canada .et qui œuvre comme nous pour la défense et la protection de leur pays. seraient heureuse de travailler de pair avec nos entreprises pour développer de nouveaux systèmes. Je penses que le canada et Harper devrait plutôt changer leur façon de faire et avoir un nouveau regard ce qu'il se fait en France et en Europe. il sera plus profitable d'echanger avec la France un pays
amis du Québec et du Canada. et de grandir dans la communauté de L'Europe que de dépendre d'un voisin autoritaire et qui nous dicte notre conduite dans nos achats. ne soyons plus des perdants et de payer les erreurs des autres je ne veux pas de cette avion qui est le F35 surtout un prix que nos prochaine génération continuerons de payer et la vie de nos pilotes. le Rafale est le meilleur avion présentement la France améliore a chaque mise a niveau ce fabuleux avions et il a fait ses preuves lors des guerres le F35 non aucun test de comparaison,
ne soyons pas aveugle l'Argent des contribuables dois ëtre employés judicieusement et non d'une façon irréfléchie et d'un coup de tête a la americaine. Merci

Écrit par : Phillipe | 09/06/2014

Le F-35 est trop cher, ils existent donc des alternatives, nos cousins français défendent à coeurs battant le Rafale, normal, mais il ne faut pas oublier une autre possibilité, celle offerte par Airbus avec l'Eurofighter, moins cher à l'achat et à l'heure de vol avec la nouvelle version et offrant une large panoplie de compensations.

Écrit par : Jérôme Laval | 10/06/2014

Jamais je n'aurais mis en doute cette décision.
Rappelez vous ce que j'écrivais il y a environ deux ans. Je conseillais aux Européens et notamment à Dassault de ne pas se lancer dans cette compétition tronquée. Il y a des marchés immuables ou il est INUTILE de perdre de l'argent et du temps pour jouer les faire-valoir!!!

Écrit par : forêt10 | 10/06/2014

@forêt10 : Les jeux ne sont pas faits.

Il y a 2 ans de ça, la Suisse achetait des Gripens, le Brésil des Rafale, le Quatar des EF, et l'Inde des F35.

Si Dassault a choisi d'y aller, il a probablement ses raisons et il connaît probablement bien le dessous des cartes et ses intérêts au Canada et ailleurs dans le monde.

Écrit par : v_atekor | 10/06/2014

Voyez-vous cher ami, Il y a quelque temps, le favori en Suisse et au Brésil était le Rafale. Entre temps la Suisse a choisie le GRIPEN, puis le peuple à dit non et le Brésil à choisi le GRIPEN.
Depuis deux ans et demi l'Inde fait miroiter un contrat à Dassault qui n'arrive toujours pas. D'ici à ce que le 1er appareil soit livré le "pauvre"* Rafale sera devenu obsolète.
Au Canada c'est encore pire, depuis des décennies ce pays est sous tutelle américaine pour son aviation. Il ne peuvent économiquement changer.
Donc je réitère ce que j'ai pronostiqué dès le début de cette pseudo compétition, que Dassault perd son temps et son argent dans celle-ci.
* Au départ c'était pourtant un appareil prometteur...

Écrit par : forêt10 | 13/06/2014

@forêt10 : Le Rafale tout comme ses homologues Eurofighter et Gripen évolue, le standard F-3R sera disponible pour 2018. En conséquence on ne peut parler d'obsolescence avant 2030.

Écrit par : PK | 13/06/2014

le f35 quelle bel appareil. c est tout... les forces canadienne ont besoin d un appareil ; robuste [ train d aterissage] , capable de se defendre a courte distance si cela se produit[ canon interne ] tres fiable a longue porter[ 2 moteur ], qui a de la place pour des novelle technologie futur[ ajout electronique] et non un cout de pocker. alors le bel f35 ne repond a aucun critere canadien [ et la plupart de ses client non plus] penser y, il vont etre prit avec sa pour une quarantaine d annee.....

Écrit par : paul | 01/07/2014

L’engouement de certains pays pour cet avion est vraiment incompréhensible.
Voila un appareil qui cumule: retards, dérive des coûts, pannes, bugs et maintenant incendie des réacteurs avec pour conséquence un arrêt total des essais! malgré tout la Corée, l'Angleterre, la Norvège, la Finlande, la Hollande, Italie, Canada etc. en redemandent!!!??? Allez comprendre?
Que n'aurait-on pas entendu dans les médias Anglo-Saxons et européennes, si les Typhoon, Rafale et autres Gripen auraient eu ce genre de problèmes.
Au lieu de cela: silence radio, circulez il n'y a rien à voir et on continue d'acheter.
Chers amis du blog de PK; cherchez l'erreur!

Écrit par : forêt10 | 05/07/2014

le F35 est une erreur monumentale maintenant on ce pose vraiment la question pourquoi les pays qui veule de ce F35 ne tourne simplement pas le dos à ce gouffre financier et délais inconnu à la livraison, les pays qui en ont commandé reçoivent un exemplaire à titre de patience ? un peu comme si on donne un os à son chien mais on ne sait pas quand la gamelle sera pleine.
le F35 n'est pas encore en production et livrable et quand il sera livrable ? sera t'il encore dans les spécifications du moment.
en majorité des pays qui ont commandé et attende un produit qui peut ne jamais arrivé ? va ce retrouvé à faire des updates sur leur avion en attente de quoi ? on risque bien de voir certain pays commandé ailleurs ?
un eurofighter oui mais peu probable un rafale qui malheureusement est un flope au niveau commerciale, ce produit français restera 100% français avec aucune exportation ce qui est dommage car un bel avion mais il doit bien avoir une raison à cela ? le gripen lui aussi aurait sa chance dans certain pays

Écrit par : michel | 06/07/2014

Bonjour. Bien que Français, je porte un regard attentif à la situation de votre pays. Vos remarques sont d'une grande pertinence (mais il est vrai que nous regardons les mêmes sources). Concernant la vente du Rafale à l'export, je vais tâcher de ne pas lâcher de commentaires inutilement chauvin.

Il apparaît clairement qu'avec la disparition de menaces purement militaires, le besoin de matériel militaire de pointe se fait plus nébuleux, d'autant qu'un avion "omnirôle" présente l'intérêt de tout faire... est prête le flanc à la critique suivante: "mais il ne fait RIEN de manière parfaite".

D'autre part, les américains se sont livrés à des manoeuvres politiques et commerciales d'un genre nouveau avec leur programme mondial, le premier du genre, qui devait accoucher du successeur du F16, un jet polyvalent, dernier cri, pour une somme dérisoire en rapport du coût du Rafale... comme il n'y en aurait pas eu pour tout le monde, et pour confirmer les partenariats, envoyez la monnaie messieurs.

Il fallait donc que les clients potentiels se fasse spolier de sommes considérables, observent le programme exploser ses coût, montrer ses limites. Et comme vous le voyez, nombre d'entre eux se contentent de réduire leurs commandes parce que derrière, c'est le département d'état U.S. qui mène la danse.
La vérité, c'est que personne ne veut se fâcher avec le grand libérateur de 1945 et les pays engagés préfèrent fermer les yeux sur les dérive d'un programme qui, à n'en pas douter, accouchera d'un enfant handicapé.

Et pour conclure avec le Rafale, je me demande si il est pertinent de vendre à n'importe quel prix un appareil qui est un vecteur nucléaire de premier ordre...

Écrit par : fabien | 06/07/2014

Les commentaires sont fermés.