21/05/2014

Gripen : Pas de plan B, mais un plan C/D/E !

DSC_2599.jpg


 

 

Le Chef du DDPS a affirmé qu’il n’y avait pas de « plan B » à l’acquisition du Gripen. Après le vote du 18 juin, le moment est désormais venu de poser cette question. Car l’indécision et l’inaction peuvent coûter cher à la Suisse.

La flotte de F-5 Tigre (1979) doit être retirée du service en 2016. Le maintien de celle-ci nécessiterait des investissements importants et ne saurait prolonger la durée de vie de ces appareils très longtemps. Si rien n’est fait, la flotte de F/A-18 Hornet (1993) atteindra sa limite de vie utile à l’horizon 2025. Il n’y aura alors plus d’appareils pour assurer la police du ciel, encore moins pour assurer la défense aérienne de la Suisse en cas de crise. Dans ces conditions, on doit envisager la fin de la politique de bons offices et de la Genève internationale, sans parler de facto d’un abandon de souveraineté à nos voisins ou à l’UE.

Sachant qu’il faut une dizaine d’années entre l’évaluation et la disponibilité opérationnelle d’un système d’armes aussi complexe qu’un avion de combat, un choix stratégique et politique doit avoir lieu au plus tard dans un an. On peut, dès lors, imaginer trois variantes de base.

 

Attendre pour lancer une nouvelle évaluation n’a guère de sens, car les appareils à évaluer dans 3-5 ans sont peu ou prou déjà en service aujourd’hui. En fonction de l’état des ventes à l’exportation, il est possible que l’Eurofighter ou le Rafale ne soient, alors, plus en production - diminuant alors notre choix. Les partisans de cette variante font miroiter l’achat de l’appareil de nouvelle génération Lockheed F-35. Mais celui-ci coûte au bas mot trois à quatre fois plus cher que le Gripen E ; son développement a été laborieux et parsemé d’échecs et de frustrations ; à tel titre qu’il n’est pas sûr que celui-ci soit disponible à temps pour les pays non-partenaires du programme initial ; les négociations avec le Gouvernement américain au sujet du F/A-18 durant les années 1990 –en pleine crise des fonds en déshérence- ont laissé des traces. Enfin, pour assurer la police de notre ciel, un appareil furtif, optimisé pour les frappes au sol n’a guère de sens.


 

DSC_3240.jpg


 

La seconde option consisterait à renégocier avec les Gouvernements et les avionneurs européens l’achat d’Eurofighter ou de Rafale d’occasion. Cela est d’autant plus imaginable que des offres ont déjà été faites par Cassidian (EADS). Et d’ici 2017, la Grande-Bretagne aussi bien que l’Allemagne ou l’Italie devront se débarrasser de leurs appareils de première génération afin d’honorer leurs commandes d’appareils de troisième génération qui sont en train d’entrer en service actuellement. On peut imaginer que l’achat d’un tel lot de 10-15 appareils se monte à un tiers de la facture de 22 Gripen E neufs. Mais il faut être conscient que la transformation des infrastructures existantes, la mise à niveau de ces appareils ainsi que le degré d’utilisation des cellules, sans parler des coûts d’utilisation sensiblement supérieurs, impliquent au final des surcoûts très importants. En l’état, les appareils allemands ou italiens de première génération, à l’instar de ceux acquis par l’Autriche, ne disposent d’aucune capacité air-sol ; leurs systèmes d’armes ne sont pas meilleurs que nos F/A-18 actuels. Une réelle mise à niveau coûterait ainsi autant que l’achat d’appareils sortants d’usine.

 

Enfin, on peut s’inspirer de la solution trouvée par le Groupement de l’armement à l’issue du « Nullentscheid » de 1971, après que le Parlement ait refusé les crédits d’acquisition de nouveaux avions de combat. En renégociant les contrats avec la Suède, qui devra remplacer ses Gripen C/D actuels pour recevoir ses appareils de nouvelle génération (E/F) à l’horizon 2017-2020, il serait possible d’acquérir un lot de 11 Gripen C/D d’occasion – sur la base des accords de leasing prévus. Un second lot de 11 Gripen C/D ou E devrait alors être acquis à l’horizon 2020-2025. Un troisième lot de Gripen E pourrait ensuite être acquis à partir de ce moment, afin de remplacer notre flotte de F/A-18. Cette solution permettrait de maintenir les coûts de chaque lot en-dessous du seuil psychologique du milliard de francs, tout en « sauvant les meubles » de nos accords de partenariat et de compensation avec la Suède.

 

On le voit, toutes ces solutions seront, à terme, plus chères que l’acquisition proposée au peuple suisse le 18 juin. Il n’y a donc pas de véritable « plan B ». Mais il y a des alternatives, qui requerront un réel leadership, une vision et un consensus politiques, au moment où sera rédigé le prochain Rapport sur la politique de sécurité.

 

3098528667.jpg

 

Texte d’Alexandre Vautravers,Professeur agrégé, en histoire, 

Sécurité et études stratégiques à la Webster University

Rédacteur en chef, Revue militaire suisse (RMS+)

 

Photos : 1 F-5E de la Patrouille Suisse 2 F/A-18C Hornet 3 Gripen F @ P.Kummerling

Commentaires

Selon vous à quelle point l'achat de matériel russe est-il (inn)immaginable? Quelles seraient alors les barrière, les avantages et les inconvénients(politique, économique et militaire)?

Vos avis m’intéressent.

Écrit par : Morphéus | 21/05/2014

"car les appareils à évaluer dans 3-5 ans sont peu ou prou déjà en service aujourd’hui. En fonction de l’état des ventes à l’exportation, il est possible que l’Eurofighter ou le Rafale ne soient, alors, plus en production"

Particulièrement assidu à lire vos articles, je vous trouve, pour une fois, très mal informé lorsque vous évoquez le paragraphe ci-dessus. Si Airbus Group a effectivement annoncé la fermeture éventuelle de la chaîne d'assemblage de l'Eurofighter en 2018 en l'absence de toute commande à l'export, Dassault aviation est en contrat avec le gouvernement français jusqu'au moins en 2019, sans parler du marché indien dont les négociations exclusives ont été mené à terme pour 126 Rafale.

Dans 3 à 5 ans, l'Eurofighter et le Rafale seront donc toujours disponibles sur le marché si la suisse décidait de respecter peu ou prou les résultats des évaluations menées par ses excellentes forces armées.

Je ne comprend pas ce jusqu'au boutisme à défendre un avion qui n'existe que sur le papier et dont les performances n'égalent même pas les F/A 18 commandés en 1988 soit il y a plus de 25 ans !

Qui voudrait acheter une voiture moins performante que son vieux tacot de 25 ans ?

Écrit par : Florent | 21/05/2014

Cette question revient souvent sur la table, le problème avec les aéronefs russes vient du fait que ceux-ci ont une viabilité cellule plus courte, des obligations de maintenance plus fréquente. De plus, un MiG-35 ou un Sukhoi Su-35 ne disposent pas du même système de communication électronique, de fait il serait impossible pour nos pilotes d'échanger des informations avec nos voisins lors d'exercices communs, ni même de communique avec le système d'engagement actuellement en service dans notre pays. Des modifications pour une adaptation couteraient par ailleurs très cher.

Écrit par : PK | 21/05/2014

Est ce que l'achat 50/50 entre la France et la Suisse des 60 mirages 2000-9 émiratis (contre achat de Rafales, déjà hypothétiques et peut être encore dans le tuyau) pourrait devenir la solution???? Coté suisse: un appareil pas trop mal (doux euphémisme) et pas cher (surement), coté France un appareil permettant de faire la "rustine" pour plusieurs années (pour le nombre d'avions en ligne en attendant le "tout rafale", on sait qu'il y' aura un trou capacitaire, donc décision de moderniser les 2000-5, le -9 serait mieux). Le tout mutualisé sur Luxeuil pour l'entretient apporte de nouveaux gains, y compris l'entrainement possible en France et le bruit....

Écrit par : jag | 21/05/2014

@ Florent, on parle d'hypothèse sur la possibilité d'une fin de production. Mais il faut en tenir compte pour l'instant.

Vous n'avez visiblement pas suivi le développement du Gripen E, ni les explications concernant les fausses informations volontairement transmises à la presse à ce sujet..si vous lisez ce blog, toutes les informations sont disponibles....!

Je vous invite à lire ceci :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/30/gripen-e-un-choix-technologique-855591.html

@Jag Les EAU possèdent toujours leurs MIrage 2000-9 pour l'instant, de plus, même en cas de reprise de ceux-ci par Dassault, la technologie de ceux-ci ainsi que le potentiel cellule pose problème.

Écrit par : PK | 21/05/2014

Je suis surpris avec quelle facilité cette argumentation dénigre tous les autres appareils pour ne laisser que le choix du Gripen et suggérer que la meilleure solution est le Gripen.
On sent l'argumentation Gripen ou rien. Tout le reste n'est pas bon alors que c'était le Gripen qui était recalé et n'a même pas le minimum nécessaire.

Essayons d'être un peu objectif.

Pour corriger un peu, le Rafale le sera encore en production à ce moment là. C'est une certitude.
Il y a au moins 1 alternative viable et pas trop chère à l'achat (cf.dernière proposition), ni à l'entretien.
Le F-18, pourquoi de suite l'enterrer? Il peut encore avoir de belles années, idem pour les F-5 qui pourraient être modernisés pour pas cher.

Écrit par : josé | 21/05/2014

Concernant le retrait de nos F5E Tiger II, j'ai lu que les USA sont intéressé par racheter un lot d'une vingtaine d'appareils pour les intégrer à l'école de Top Gun, en vue de remplacer les leurs qui ont atteint un potentiel de 7000 heures. Nos F5E posséderaient encore un potentiel d'environ 3000 heures de vol si je ne fais erreur. Ma question est la suivante: dans quelle mesure ne pourrions nous pas 'rétrofiter' une partie de notre flotte dans l'idée de maintenir une police aérienne dite 'de jour' ce qui permettrait d'économiser les cellules de F/A-18? Je suis conscient que cela aurait un coût mais cette option générerait aussi des emplois, et si les Américains sont disposé à réaliser cette opération pourquoi ne le ferions-nous pas, sachant que ces appareils seront soumis à de rudes contraintes en combats aériens sous le soleil du Nevada?
Et qu'en est-il de la dernière offre de Dassault de proposer des Rafales d'occasion? Ne pourrions-nous pas nous aussi les rétrofiter afin de leurs prolonger leur potentiel d'heures? Nous l'avons bien fait pour nos F/A-18!
Par ailleurs merci pour cet excellent blog!
C. Karlen. Artistaviation.ch

Écrit par : Miragebalzac | 21/05/2014

Sauf erreur, l'aviation militaire brésilienne a choisi de liquider ses Mirage 2000 et, pour "combler le trou", de remettre en service, ah quels "crétins" vont dire certains, une soixantaine de Tiger "à bout de souffle" modernisés.

Écrit par : Paul Bär | 22/05/2014

@ José : La problématique est simple, Rafale ou Eurofighter coûtent plus cher que le Gripen, de plus ne s'intègre pas immédiatement dans nos infrastructures et ceci sans une adaptation et un surcoût d'environ 250 millions. Les finances étant qu'elle sont, et les qualités de l'avion suédois en rapport à ses qualités font qu'il n'y pas de logique à changer de choix.

Les F-5 en on parle d'ailleurs si vous suivez un peu, seront retirés en 2016, avec plus de 250'000 heures de vol. Encore une fois une modernisation de plus 500 millions pour une utilisation limitée à 4 ans serait ridicule.

Quant au F/A-18, il reste 2'500 heures de potentiel soit une capacité limitée à 10 ans.

@MIragebalzac : il n'y pas d'offre concernant des Rafale d'occasion. La modernisation actuelle des F/A-18 est vraisemblablement la dernière et concerne les 10 prochaines années.

@Paul Bär: Les F-5 brésiliens seront actifs au maximum jusqu'en 2020 date à laquelle les Gripen E entreront en service.. après ils rejoindront les musées!

Écrit par : PK | 22/05/2014

"Encore une fois une modernisation de plus 500 millions..."

Je reviens avec mon Brésil, on y a modernisé 46 Tiger pour un montant de 230 millions de dollars. Comme le dernier de ces appareils modernisés vient seulement d'entrer en service et, étant donné que le Brésil compte acquérir une tranche supplémentaire de 11 avions (reconditionnés à partir de F-5 jordaniens), je doute fort que ces avions soient mis hors service déjà en 2020.

Écrit par : Paul Bär | 22/05/2014

Il semble que certaines interventions concernant d’hypothétiques modernisations du F-5 voir des F/A-18ne tiennent pas compte de nombreuses réalités. Une fois encore le domaine de l’aviation militaire et un peu plus complexe qu’il n’y parait.

A quoi bon modernisé un appareil comme le F-5, non seulement (et ce n’est pas faute de le répéter) la fatigue cellule devient un problème voir un danger. Sans parler de l’augmentation des révisons des différents systèmes comme les moteurs par exemple, qui datent des années 60. Même modernisé, un F-5 n’aurait un potentiel que très limité avec un radar à antenne mécanique, soit une technologie aujourd’hui dépassée vis-à-vis des antennes électronique. Modernisés les F-5 coûteraient trop cher par rapport aux réelles besoins et ceci pour une durée trop courte. Autant garder cet argent pour un appareil neuf.

Nous n’avons pas d’autre solution que de nous doter d’un appareil moderne doté des technologies à la pointe, l’avion suédois répond parfaitement à cela et pour une durée de 30 ans.


Inutile , je pense de chercher des solutions branquignoles suite à la votation de dimanche dernier, l’inévitable est là, nous avons besoin d’un nouvel avion qui doit impérativement entrer en service d’ici 2025.

Écrit par : Steeve | 22/05/2014

Je ne vois malheureusement ici que des propositions alternatives un peu bancales et surtout plus chères, alors que nous avions un contrat en béton. Je suis dégoûté de voir que le peuple a voté pour une armée low cost. Etant moi même dans les forces aériennes, je vois déjà la difficulté de garantir les engagements au profit du WEF avec le nombre d'avions actuels(tigres compris)alors je me fais un peu de soucis pour l'avenir. Et que dire des places de travail directes ou indirectes menacées par ce vote. Je constate que l'esprit helvitique est bien loin et que les gens ne votent qu'en pensant à leur petite personne. Quand on voit la désinformation dans les médias, ça ne m'étonne qu'à moitié. Bon comme on dit chez nous PA CAPONA (ne pas capituler)

Écrit par : pepe | 22/05/2014

"Même modernisé, un F-5 n’aurait un potentiel que très limité avec un radar à antenne mécanique..."

Il ne me semble pas que le radar Grifo équipant les Tiger brésiliens soit particulièrement "limité".

http://www.airforce-technology.com/news/newsselex-delivers-additional-grifo-radar-to-brazilian-air-force-4141133

En tout cas, il me semble suffisant pour la mission de police aérienne par tous les temps.

En outre, ce qui me paraît très "branquignole" à l'heure actuelle, c'est plutôt l'état d'équipement et la logistique du reste de notre armée (merci Sami).

Écrit par : Paul Bär | 22/05/2014

Je suis désolé mais je n'arrive pas à comprendre l'argumentation: Gripen sinon rien.

Dans le pire des cas, il est possible d'acheter des F-18 supplémentaires, neuf ou occasion.
L'avion est bien connu par les mécanos (pas besoin de former) et pilotes. Il sera encore en activité longtemps, ne coute pas trop cher et des améliorations sont prévues. Les USA en ont encore, pour longtemps et vont les moderniser.

En plus le F-18 actuel est déjà meilleur que le Gripen E qui arrivera vers les 2020.
ça serait tout bénéfice pour la Suisse.

Si on parle, oui mais le F-18 est américain, le Gripen aura aussi beaucoup de pièces américaines. le problème est le même.

Écrit par : José | 22/05/2014

@josé: Le F/A-18C/D n'est plus en production, de plus il n'est pas possible d'en acheter d'occasion, car il n'y en pas sur le marché. Ce standard est voué à un retrait d'ici 2025/2030 aux USA, en Finlande et ailleurs.

Non, le F/A-18 n'est pas meilleur que le Gripen E (vous raté une saison) d'abord parce que le Gripen dispose d'un radar AESA, d'un IRST, d'une nouvelle avionique et du missile Meteor. Je vous invite à vous informer sur :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/30/gripen-e-un-choix-technologique-855591.html

Écrit par : PK | 22/05/2014

@Paul Bär: le radar Grifo date du début des années 90, il est doté d'une antenne mécanique, soit un système obsolète d'ici 4 ans avec la généralisation des antennes électronique AESA.

La Police du ciel, si seulement il y avait que cela comme mission, La capacité de défense aérienne en cas de tensions et lors de verrouillage de l'espace aérien (WEF, Conférences) demande bien plus.

Écrit par : PK | 22/05/2014

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans « le F-5 est obsolète, il sera retiré du service en 2016 pour cause de fin de vie » ?

Mis à part une adoration sectaire pour le F-5, ou une forme d’autisme non diagnostiquée, votre obstination à la manière d'un troll de vient ridicule, sauf votre respect M. Bär !

Vous écriviez que vous aviez voté en faveur du "oui". Très bien alors continuons sur nos convictions au lieu de faire une marche arrière sans intérêt.

Écrit par : Martin | 22/05/2014

Mais à l'heure actuelle, le Gripen non plus.
Vous prenez le Gripen de 2020 pour comparer avec le F-18 de maintenant.
Par ce raisonnement, tout avion est une bête de course parce qu'on compare des choses différentes. C'est comme si on disait qu'il faut acheter l'Eurofighter parce qu'en 2020 il aura une capacité air-sol intéressante qui rattrapera les autre avions. Mais entre temps, les autres avions vont aussi être améliorés.

En plus, si on demande une amélioration aux USA, on peut aussi y mettre un radar AESA.

Je me suis mal exprimé.
La version améliorée du F-18, c'est à dire le Super-Hornet est encore en production. Je parlais de cette version, vu que je parlais d'acheter neuf. Je ne voulais pas dire l'ancienne version dépassée. D'après la page wikipedia de l'avion (F-18 super-hornet), il ne coute aussi que 60 millions de dollars (fly-away).

Et pour le F-18, celui de l'évaluation, vous mentez. Vous contredisez l'évaluation de l'armée.
Comment pouvez vous affirmer que le Gripen E sera meilleur si même l'évaluation de l'armée montre le contraire?
En plus, il semble que le Gripen E n'aura pas le logiciel promis. Il sera encore inférieur à ce qui est indiqué dans l'évaluation.

Écrit par : José | 22/05/2014

Monsieur "Martin", l'obstination à vouloir à tout prix acheter un nouvel avion maintenant, alors que la situation stratégique en Europe ne l'impose pas, pourrait également être expliquée sous un angle clinique (le classique syndrome du "fana de l'aviation" pleurant pour un nouveau joujou). Enfin, moi quand quelqu'un exprime un avis qui ne m'agrée pas, je ne commence pas directement par l'insulter. Et puis on est toujours le troll de quelqu'un d'autre: pour moi, c'est votre attitude qui consiste à également toujours répéter les mêmes arguments qui pourrait aussi passer pour du "trollisme". Et vous savez, Monsieur "Martin", pour convaincre le peuple suisse d'acheter un nouvel avion de combat, il y a des procédés plus intelligents que l'invective. Enfin, chacun fait avec ses moyens.

Je rappelle aussi que le conseiller fédéral Maurer était d'avis, encore récemment, qu'un tel achat n'avait pas un caractère d'urgence.
Or, c'est le Parlement, ou plutôt certains parlementaires probablement "motivés" par des constructeurs, qui ont poussé ce débat jusque au cul-de-sac où nous nous trouvons présentemment.

Écrit par : Paul Bär | 22/05/2014

Je tiens à préciser que je n'ai pas changé de pseudo pour écrire le commentaire signé Martin qui traite Paul Bär de troll, même si il y a beaucoup de ressemblance avec mes précédentes interventions. Paul Bär, ancien journaliste, change de pseudo comme de chemise. J'ai horreur de ce comportement et signale à Paul Bär et toutes ses autres signatures qu'il aurait pu intervenir dans le débat pendant toutes ces années qui ont précédé cette votation.

Écrit par : Géo | 22/05/2014

il y aurait une autre solution d'un avion neuf, c'est le T50 golden eagle, le constructeur devrait sortir le Fa50 version multi-rôle, c'est avion est aussi un matériel qui provient de divers pays, un peu comme le gripen.
http://www.youtube.com/watch?v=T7y52AHEb6o, bon c'est sur on descend un peu dans la gamme.

Écrit par : michel | 22/05/2014

Geo, procès d'intention, je ne suis pas "ancien journaliste" et je me connecte toujours avec "Paul Bär" sur les blogs de 24 Heures. Bref, voilà du "pathologique", quasi de la "théorie du complot".

Écrit par : Paul Bär | 22/05/2014

@ José: On achète toujours l'avion de demain et non celui d'hier. Le Super Hornet ne sera plus produit à partir de 2016. Par ailleurs, Boeing s'est retiré de la compétition au printemps, ne pouvant répondre en matière d'Offsets (garantie à 100%).

Je vous laisse à vos accusation de mensonges ! Par contre vous mélanger l'évaluation de 2008 avec la version C/D qui effectivement ne répond pas aux besoins. La différence provient avec le "E" qui répond parfaitement, et qui est déjà doté de l'ensemble des systèmes actuellement monté sur le modèle "F" de développement. Les dernières informations qui m'ont été transmise par des pilotes d'essais suisse date de fin février, période à laquelle l'ultime série de vol a eu lieu en Suède.

Écrit par : PK | 22/05/2014

Avec le Golden Eagle, on descendrait dans la gamme en dessous du Gripen...

Écrit par : Imhof | 22/05/2014

En aucun cas Michel, le Fa-50 ne sera qu'un appareil d'appuis au sol léger et non un aéronef de supériorité aérienne multirôle.

Nous somme dos au mur après cette votation et tôt ou tard nous devrons acquérir un avions de combat moderne.

Écrit par : LIv | 22/05/2014

La seule véritable alternative, et qui me paraît la moins mauvaise, est la dernière, à savoir l'achat par tranches de Gripen, bien que l'option de disposer de Gripen C/D transitoirement paraisse quelque peu discutable au vu de ses résultats lors de l'évaluation. M'enfin, puisqu'on a pas trop le choix...

L'un des plus gros arguments ayant poussé ceux qui ne sont pas fondamentalement contre l'armée et l'aviation était le fait que cet avion n'existe qu'à l'état de prototype (pour ne pas reprendre le terme d'avion "de papier"). Lorsque le Brésil et la Suède auront reçu leurs premiers Gripen E, on pourra montrer qu'il ne s'agit plus d'un avion sur plans mais bel et bien d'un avion qui vole. Ce n'est qu'à ce moment que cet argument pourra être définitivement rejeté auprès des élus, voire du peuple, et que son acquisition pourra à nouveau être envisagée.

Car, comme le dit l'article, ni le Rafale ni l'Eurofighter ne constitueraient un bon choix sur le long terme pour la Suisse, que ce soit du point de vue technologique ou des coûts d'exploitation, et faute d'infrastructures adaptées disponibles. L'option américaine n'est pas non plus envisageable en l'état, vu l'absence d'accord sur des affaires compensatoires. On retombe donc sur le Gripen E, avion de 6ème génération (n'en déplaise à ses détracteurs) et au coût moindre que ses concurrents, sans en faire un avion bas de gamme...

Écrit par : MM | 22/05/2014

L'option Gripen me semble difficilement tenable alors qu'il vient d'être refusé à la votation.
De toute façon comme pour les autres fabricants, impossible d'être sûr que le Gripen-E sera en production à l'horizon 2020: "“With Switzerland gone, the focus has naturally shifted to Brazil. The government has until the end of 2014 to demonstrate that the Gripen-E can find an export partner, otherwise the issue will revert to parliament for debate and possibly a vote on the Gripen-E’s future,” said Peter Hultqvist, chairman of the Parliamentary Committee On Defense (article dans defense news du jour). Même si le gouvernement suédois actuel dit qu'il est prêt à continuer sans partenaire étranger, ses promesses n'engagent que lui.

Je ne vois pas trop l'intérêt d'un leasing de Gripen C-D qui lui a bien été évalué comme étant mauvais et ne répondant pas aux critères de sélection. Cela m'a toujours paru un tour de passe-passe de Saab pour "adoucir" un éventuel retard dans la livraison des version E.

Par contre les F-16 ? Vu le nombre d'avions produits, il y en a surement sur le marché d'occasion et ils peuvent être modernisés pour éviter une obsolescence trop rapide (AESA). Ce n'est pas le top en défense aérienne mais suffisant pour ce qui est demandé et meilleur qu'un Gripen C.

Écrit par : hayduke | 22/05/2014

Une chose est certaine, je pensai que ce blog serait plus un échange entre passionnés d'aviation ( ce qui est mon cas, particulièrement pour l'aviation militaire), et je découvre une cour de recréation ou chacun se crois plus fort et plus malin que l'autre, où sévissent insultent et moqueries! Quel manque de respect, c'est choquant! Triste constat de notre société induvidualiste, je ne suis guère surpris que le Gripen ai été refusé par le peuple quand on lit certains commentaires! Serrons-nous les coudes et trouvons une solution (car il y a toujours une solution) plutôt que de pleurer et de se battre comme des chiffonniers! Sans rancune, car malgré tout ce blog est formidable! Merci à Pascal!
C.K. Miragebalzac artiste peintre spécialisé en aviation

Écrit par : Claude Karlen | 22/05/2014

@ Hayduke : La location de Gripen C/D tient son idée du départ à la retraite des F-5 en 2016. Il fallait alors trouver une solution dans l'attente du "E". En fait il s'agit d'une demande de la Suisse qui est à l'origine de cette option. Cette option devait également permettre de préparer les équipes de maintenance et les pilotes pour la transition sur Gripen E.

Pour infos la Suède a commandé 10 Gripen E de plus, soit un total de 70.

@ C.K. : Vous avez raisons, parfois l'émotion l'emporte sur la raison! Tel est l'être humain..!


A toutes & tous : ce texte écrit par le rédacteur de la revue RMS, dont je partage le contenu offre une réflexion à chaud. Changer d'avion ou lancer une nouvelle compétition (mise à jour) est toujours possible, mais nous n'avons que 10 ans devant nous. Le temps, nous est compté, les finances également, car l'armée va se retrouver avec beaucoup de défis ces 5 prochaines années : modernisation de la DCA, achat du drone, modernisation des forces terrestres et le développement de la cyberguerre.

Nous allons reparler de l'achat d'un nouvel avion, de l'avenir de nos FA, la messe n'est pas encore dite.

Cordialement
PK

Écrit par : PK | 22/05/2014

@MM : "On retombe donc sur le Gripen E, avion de 6ème génération (n'en déplaise à ses détracteurs"

Si je ne me trompe pas, le Gripen E appartient à la génération 4++, tout comme le Rafale et l'Eurofighter. Le Gripen C/D est lui de 4e génération. La 5e génération comporte des avions comme le F-22 et le T-50, et la 6e génération n'existe pas encore.

Écrit par : Nico | 24/05/2014

Nico, le terme de "génération" n'est que purement marketing, un appareil 4++ n'ayant que peu à envier à un appareil de "5e" génération. Mais j'imagine que MM faisait référence au récent article de Bill Sweetman (Aviation Week) qui remettait au centre de la table le critère de maitrise des coûts pour les appareils futures. Un appareil dont les coûts opérationnels explosent et demandant un entretien élevé et passant le plus clair de son temps dans un hangar ("hangar queen") n'a effectivement que peu d'intérêt vis à vis des défis futurs.

Écrit par : Blocky | 24/05/2014

Steeve, je suis tout a fait d'accord avec vous. helas, il n'y a plus d'esprit helvetique, deja depuis quelques temps. Pourquoi ? la raison est toute simple...mais c'est un autre sujet.
la presse ? mais elle est aux mains des grands groupes internationaux...et les journalistes (quoiqu'ils pensent)ils en sont les instruments, sans se rendre compte, des memes groupes.De nos jours, on est independant quand on est sur de sa defense. je crois que j' ai tout dit. En temps utiles, il faudra louer les gripens aux Tchekoslovakes, cela evitera d' etre la risee des autres (ce sera un moindre mal en comparaison).Sinon? faire revoter (c'est l'habitude maintenant) mais avant il vaudrait faire une conference pour presenter le projet une nouvelle fois a la presse en expliquant par un dialogue interessant la realite du present probleme (quoique tout le monde connait le probleme): l'independance. Ce n'est pas une question de parti politique mais du devenir d'un pays. Je dis d'un pays parce que c'est valable pour beaucoup de pays et les gens ont oublie de penser par eux-meme.

Écrit par : STEEVE+2 | 24/05/2014

Les 6èmes générations seront les drones.
Le problèmes pour nous, c'est que le développement de cette génération arrivera à maturité bien après 2025, date du retrait des F18.

Écrit par : sancho pensa | 24/05/2014

Le problème, c'est qu'il n'y aura sans aucun doute aucun plan b, no c, ni d...Les politiciens n'auront jamais le courage de relancer la chose! Il n'avait qu'à voir l'émission alémanique Arena, là les politiciens de droite parlaient de respect de la volonté populaire, juste répétaient ils qu'il y a désormais un vide et qu'il n'y aura plus rien en 2020-2025...
Ps: les drones ne remplaceront jamais entièrement les chasseurs pilotés, déjà avec le F-104 certains prédisaient que ça sera le dernier avion avec un pilote!

Écrit par : imhof | 25/05/2014

Les politiques sont dans l'attente du prochain rapport de sécurité, de toute manière, peu importe ce que peuvent dire les politiques, l'échéance approche, 2025 nous n'auront plus d'aviation militaire. Par conséquent, très rapidement ceux-ci comme le Peuple seront mis devant le fait accompli, soit on achète des avions soit c'est la mort assurée de notre souveraineté.

Écrit par : Liv | 26/05/2014

le parti socialiste ce met en avant comme le sauveur de l'armée avec un temps de réflexion et de voir les menaces actuel de la Suisse ?
concernant les menaces actuel, je pense quelle viennent plus côté parti politique et surtout les socialistes.

Écrit par : michel | 26/05/2014

voici l'article du PS

Réforme de l'armée • Le PS monte au créneau après le «non» à l'acquisition du Gripen. Dans une interview parue lundi dans la «Nordwestschweiz», son président Christian Levrat affirme qu'il est temps de «ramener à la raison» le ministre de la défense Ueli Maurer et demande une analyse détaillée des menaces pesant sur la sécurité du pays.


ATS


«C'est seulement après que nous pourrons décider de quelles armes nous avons besoin», souligne le conseiller aux Etats fribourgeois. Il faut utiliser le temps à disposition entre le «non» au Gripen et les discussions à venir sur la réforme de l'armée au Parlement pour agir, car «nous avons besoin d'une alliance des forces progressistes pour mener à bien cette réforme», poursuit-il.

Christian Levrat assure en outre que, de son point de vue, l'armée demeure nécessaire pour la Suisse. «Il ne s'agit pas cependant de cette armée aux allures de réduit national avec le plus d'avions de combat et de tanks possibles», ajoute-t-il. «Ueli Maurer n'a pas fait son travail et a même saboté les objectifs du Conseil fédéral et du Parlement en matière de politique de sécurité.»

Le PS souhaite qu'environ 1500 soldats soient actifs à l'étranger en permanence, rappelle son président. Il prône également une collaboration plus intense avec les pays voisins, car «il n'y a pas de sécurité sans coopération avec l'étranger».

Écrit par : michel | 26/05/2014

Ce qui est très important d'expliquer également, c'est que sans force aérienne suisse d'autres pays reprendront les missions de police aérienne, ce qui coûtera certainement plus cher et nous n'aurons plus notre mot à dire.
Sans parler des allergiques aux autres nations qui devront regarder voler des appareils étrangers dans leur ciel...

Écrit par : Jo-ailes | 26/05/2014

Et comme le disait le Col. Antognini, le jour où il y aura un problème au dessus de la Suisse et en même temps au dessus de Milan ou Paris, les aviateurs de nos voisins auront d'autres priorités que le ciel helvétique.

Écrit par : Imhof | 26/05/2014

Merci encore à vous, M. Kümmerli, de ne pas avoir ménagé vos efforts d'explication avant cette votation. Malheureusement, tout le monde ne peut pas en dire autant.

Ce qu'il y a de regrettable, c'est que la catégorie des rêveurs ("solution" d'un avion 100% suisse, achat de drones, de F-22...) ou ceux escomptaient un achat d'un avion différent (Rafale, Eurofighter...), mais qui tous n'étaient fondamentalement pas contre l'achat d'un avion, risquent bien d'être Gros Jean comme devant maintenant que l'on sait que les fonds non attribué au Gripen serviront à autre chose, mais hors budget militaire.

C'est bien dommage que ces gens-là n'aient pas été plus réalistes au moment de mettre leur bulletin dans l'urne, car l'on s'achemine lentement, mais sûrement, vers une aviation suisse "forte" de 0 avions dans 10-15 ans.

Car comment raisonnablement imaginer qu'un achat de 40-50 avions coûtant au bas mot 8 Mias pourra se faire sans remous financiers ou politique -au bas mot- ou sans initiative populaire demandant l'interdiction d'achat d'avions de combat.

Maintenant, il est sans doute aussi regrettable la façon suisse de présenter tout achat d'avions en incluant les frais de formation, de pièces détachées, de munitions... sur le long terme dans un seul paquet qui rend le tout indigeste.

Pourquoi pas non plus étaler l'achat sur plusieurs budgets annuels comme le font nombres d'états voisins et saucissonner ainsi la dépense ?

On le sentait hélas venir, mais tout cette histoire, depuis la question des rapports d'évaluation du Gripen jusqu'à la non-permanence de la défense aérienne ou les contrats de compensation, a été bien mal défendue et les conséquences néfastes du référendum perdu ne sont pas encore connues.

Écrit par : badcox57 | 29/05/2014

oui un grand merci Pascal pour ces années d'infos sur l'évaluation des 3 avions en compétition et après sur l'évolution du Gripen avec malheureusement une chute finale.
une métrise catastrophique de notre chef d'armée ainsi que son entourage militaire qui n'ont pas donné le meilleur d'eux-mêmes pour certain en tournant le dos a ce projet en faisant plus de tort, le programme aurait passer au votation si l'armée avait pas fait joujoux en cachant ou mal expliqué au peuple ? l'utilité, le pourquoi, l'aspect financier, la clairvoyance, les blagues déplacée, la méconnaissance et tout le reste.
du côté politique avec les contres de l'avion en surface mais leur projet va à la suppression de l'armée même si leur langue pense différemment qu'il s'agit que du non au Gripen, il risque pas de sortir du bon si les politiciens ont du pouvoir de décision sur l'armée même si leur niveau de compétence limité en terme de défense nationale, leur but est encore de limiter le budget militaire pour l'attribué au social, à l'étranger, pour les politiciens faire bonne figure à l'étranger est la référence mais ne vont pas proposé une baisse d'impôts au peuple suisse.
tous des ingrats ces politiciens, ils sont comme la grand graine, une maladie une fois lancée elle ne s'arrête plus.
je pense plus voir un avion en supplément au F18 mais plus tôt un achat d'un nouvel avion lors de la fin de vie des F18, le nombre en sera encore limité, on ce retrouvera à moins de 30 avions à l'après F18

Écrit par : michel | 30/05/2014

la confédération cherche a débloqué 894.6 millions pour la culture de 2016 à 2019 ? je ne serai pas surpris de voir les 800 millions enlevé à l'armée pour être distribué a une bande de chanteur à la catasfiore, fumeur de joints, la lecture de bande dessinée, au moins avec ca on c'est le niveau intellectuelle des têtes pensante politique.

Écrit par : michel | 31/05/2014

suite au dernier accident du F18, certaine chose bouge sur l'avenir des forces aérienne.
des discutions et recherches sur la rénovation des F5E afin qu'ils puissent volé de nuit.
une modernisation complète en quelque sorte ?

Écrit par : michel | 23/06/2014

Une "pseudo" modernisation serait une grave erreur, une fausse impression de sécurité et un appareil qui en réalité de répondrait même "modernisé" pas aux cahier des charges des FA. De plus l'inévitable se rapproche, il faudra un avion moderne d'ici 2025. Bref, une idée ridicule et un gaspillage d'argent, il vaut mieux garder quelques millions pour le Gripen E, Eurofighter ou même Rafale, finalement peu importe, mais se diriger vers du moderne !

Écrit par : PK | 23/06/2014

comme la politique est un cercle vicieux, leur but serait t'il pas de faire revoir l'achat du gripen au final avec une hypothèse rénovation des F5 ! ! ! donc les chiffres vont montré les millions versé à une rénovation ridicule

Écrit par : michel | 24/06/2014

voici un petit article sur : http://www.rts.ch/info/suisse/5957171-ueli-maurer-veut-attendre-avant-de-se-debarrasser-des-vieux-tiger.html


Après le refus du Gripen, l'armée suisse pourrait conserver ses avions de combat F-5. Une adaptation technique du Tiger est envisagée. En attendant, sa mise hors service est repoussée.


Le sort des vieux avions de combat Tiger que devaient remplacer les Gripen reste encore ouvert. Le ministre de la défense Ueli Maurer va encore attendre avant de s'en débarrasser, a-t-il fait savoir mardi devant la commission de la politique de sécurité du National.

Avant de trancher, le conseiller fédéral va présenter son projet réforme de l'armée, qu'il va revoir après le rejet des Gripen par le peuple le 18 mai. Il devrait aussi éclaircir la question d'une adaptation technique des Tiger, comme l'a fait le Brésil.

La commission propose d'attendre

Certains ont évoqué cette piste pour assurer assez d'avions à l'armée après la votation sur le Gripen. Cette question n'a pas été abordée en commission, a précisé son président Thomas Hurter (UDC/SH). Mais elle pourrait revenir sur le tapis à la fin de l'année.

En attendant, la commission propose au plénum, par 20 voix contre 3, de ne pas donner son blanc seing à la mise hors service des 54 Tiger et 258 chars ainsi de 96 chars Léopard et 162 obusiers blindés M109.

Écrit par : michel | 24/06/2014

Question : aurons-nous vraiment pour la prochaine évaluation de l’Armée de l’air suisse (avant l’an 2020 ?) un plan C/D/E pour le remplacement des F-5 Tiger ?

En effet, s’il se vérifie que l'Inde envisage d'acheter à la Russie un lot supplémentaire de près de 130 chasseurs polyvalents Sukhoï Su-30MKI d'ici 2020 (voir http://fr.ria.ru/defense/20121112/196598177.html ), on peut se poser la question du devenir du contrat du Rafale avec ce pays. Et donc du Rafale tout court.

Certes, ce genre d’annonce est de bonne guerre dans une phase finale de négociations, mais si le nouveau gouvernement indien venait à changer son fusil d’épaule, il se pourrait bien que le programme du Rafale se termine à la fin de la loi de programmation militaire 2015-19.

Sachant par ailleurs que la ligne de production des FA-18 Super Hornet peut s’arrêter en 2016 déjà, que l’on parle pour celle des Eurofighters d’une échéance en 2018 et que celle des Gripen pourrait s’arrêter si le contrat avec le Brésil n’était pas signé en 2014, quel choix (européen) restera-t-il ?

Il se pourrait alors bien que les opposants lors de la votation de mai dernier –les utopistes, pas les anti-armée- découvrent une réalité pas rose du tout, à savoir que l’on devra se précipiter dans les bras des concepteurs du F-35 pour des coûts hors de proportion avec ceux prévus avec la solution de l’avionneur suédois –sans parler des craintes de virus espions ou des mauvaises performances que l’on a faussement attribué au Gripen !- .

Bref, je crains encore plus fortement que la rustine, les ciseaux et la colle ne soient largement utilisé pour « retaper » les F-5, puis les FA-18, ceci pour faire semblant que la Suisse possède encore une Armée de l’air à l’horizon 2030. Le problème politique et financier du remplacement de la flotte sera ainsi reporté sur d’autres plus tard. Ou plus vraisemblablement jamais résolu vu l’air du temps de l’après 18 mai.

En conclusion, je ne suis pas sûr d’aller à Payerne voir le meeting des 100 ans de notre aviation militaire, sachant que cette façon de brader un savoir-faire de qualité -voir les résultats du Tiger Meet 2014- me fend le cœur et que cet anniversaire pourrait bien être le dernier à fêter.

Écrit par : badcox57 | 28/06/2014

Bonjour badcox57, la votation sur le fond Gripen était une erreur politique.

En coulisse la bataille continue, l’idée de modernisation des F-5 est ridicule, au plus on les maintiendra deux ans de plus. L’offre de Saab est toujours valable pour l’instant et il faudra trouver une solution d’ici 2018 avec peut-être l’achat du Gripen E. Aux politiques de trouver la solution.

Si rien n’est fait d’ici 2020, on se dirigera vers un complément d’évaluation et de toute manière un choix et un achat. Par contre, plus le temps passe et nous ne parlerons plus de 22 mais 30 voir 40 avions.

En Inde le contrat Rafale devrait être signé pour la fin de cette année voir au début 2015. L’Eurofighter continue de se développer et un voir deux contrats sont possibles d’ici 2016.

Le contrat du Gripen E au Brésil touche à sa fin, il devrait être signé à la fin de l’été.

Je comprends votre désarroi, le meeting Air14 ne sera pas l’enterrement de nos Forces aériennes, mais le levier indispensable pour une prise de conscience du besoin de l’aviation militaire dans notre pays.

Cordialement
PK

Écrit par : PK | 28/06/2014

oui le vote sur le fond gripen c'était une véritable bêtise.
1. le premier à avoir coulé le gripen est le chef de l'armée ainsi que ses collaborateurs avec une gestion du dossier désastreuse et incohérente.
2. vers une modernisation des tigers est peut-être une stratégie financière montrant la bonne volonté d'un côté et de l'autre que des millions inutile pour une modernisation qui apportera pas grand chose et mettra un terme au tigers.
3. si les tigers ne sont pas remplacé, on va ce retrouvé avec 34 F18 au final.
4. l'après F18, le remplacement de la flotte par un nouvel avion, il faudra en acheté 40 à 50 avions mais le budget sera pas de 3.1 milliards si nous avions acheté les 22 gripens mais on arrivera avec une facture de 6 à 7 milliards.
5. comment libéré des fonds pour 6 à 7 milliards quand 3.1 milliards le prix était déjà trop cher.
6. au final soit on achète une flotte réduite de nouveau avion soit l'aviation suisse coule mais on sera à la case départ car impossible une alerte 24/24 dans notre espace aérien.
7. une nouvelle flotte sera aussi une période avec une aviation limitée en terme de formations des pilotes car volé avec un avion c'est bien mais faut le connaitre et ceci prend des années.
on risque de voir d'ici la fin de l'année voir plus clair sur le choix ou décision

Écrit par : michel | 28/06/2014

Les commentaires sont fermés.