31/03/2014

Gripen, des radios « Clean » !

GripenSwitzerland_800x800.jpg

 

 

Ce weekend, la presse s’est lancée dans une attaque en règle contre le Gripen au sujet d’une polémique qui concerne la sécurisation de radio devant équiper l’avion. Si, il est judicieux de s’inquiéter des risques d’éventuelles écoutes, encore faut-il connaitre le dossier. Explications :

 

 

Le coup du mouchard :

 

Il faut en premier lieu replacer cette annonce de « mouchard » dans les radios dans un contexte de guerre de l’information, dont l’objectif est le vote du 18 mai prochain. Lors de la votation sur les Boeing F/A-18, nous avons eu exactement les mêmes remarques. A l’époque les craintes concernaient d’éventuels « mouchards » placés dans les Hornet qui auraient permis aux USA de contrôler à distance nos aéronefs, voir de les verrouiller. Qu’en est-il aujourd’hui ? Rien, aucun mouchard !

 

Plusieurs systèmes en service au sein de l’armée proviennent des Etats-Unis, comme le réseau de radars FLORAKO et aucun « mouchard » ne sont présents.

 

secur_parsys_0002_Image_direct.jpg

 

Saab sécurise les systèmes :

 

 

L'avionneur Saab va donc doter les Gripen E suédois et suisses des mêmes postes de radio fournit par la société Rockwell Collins soit le modèle RT-1851A (C) AN/ARC-210 Gen IV. Ces radios vont s'intégrer dans un système complexe de communication intégré qui équipera les Gripen E. Pour interconnecter ces radios, Saab disposera des codes sources. Par conséquent les ingénieurs de sécurité de Saab pourront à tous moment vérifier les logiciels de ces radios en s'assurant qu'il n’y a pas de « mouchard ».

 

AN-ARC-210-GenIV-690x364-1.jpg

 

De plus, pour éviter tout risque extérieur, les clefs d’encryptages seront produites en Suisse. L’idée étant d’éviter toute manipulation aux Etats-Unis, par un sous-traitant qui pourrait intégrer un algorithme malveillant par exemple.

 

Faut-il rappeler que l’armée suédoise ne veut en aucun cas que ses futurs avions puissent être surveillés ! Tout comme Saab qui n’a surtout pas intérêt à ce que ses appareils soient piégés. En résulterait une image déplorable à l’exportation. Saab dispose d’ailleurs de l’ensemble des codes sources des divers systèmes sensibles qui composent le Gripen E, justement dans un but de sécurité.

 

Rockwell Collins :

 

Du côté du fournisseur de ces radios, Rockwell Collins, confirme que les postes radios seront livrés directement chez Saab, sans intermédiaire. L’équipementier assure également qu’en aucun cas ses produits ne comporteront de « mouchard », il en va de la réputation du constructeur et de ses nombreux clients à travers le monde.

 

 

Commentaires :

 

Demander au Peuple de se prononcer sur un sujet aussi complexe qu’un avion de combat est un énorme risque, il est très facile de biaiser les informations, de truquer les chiffres et surtout la moindre information devient invérifiable pour le citoyen lambda, ce qui peut avoir des conséquences irrémédiables. Nos adversaires le savent et en profitent. Je vous rapppelle que ces radios vont permettres de communiquer notamment avec nos voisins dans un cadre de partenariat de sécurité.

Nous avons atteint ici une limite dans la démocratie directe.

Quoi qu’il en soit, nous avons choisi un avion avec lequel nous avons un droit de regard, chose exceptionnelle, imaginez un peu les pays qui optent pour le Lockheed-Martin F-35 et qui n’ont accès à rien, sinon d’honorer la facture !

 

Photos : 1 Gripen F de développement à Emmen 2 Radar FLORAKO @ Swiss Air Force 3 Radio Rockwell Collins AN/ARC-210 @ Rockwell Collins

 

Commentaires

"Demander au Peuple de se prononcer sur un sujet aussi complexe qu’un avion de combat est un énorme risque, il est très facile de biaiser les informations,"

Une page dans le matin dimanche, un article dans 24 heures aujourd'hui. Et un blog contre cette presse pourrie. Tout cela est assez incroyable. Quel est l'intérêt de Tamedia de couler l'achat des Gripen ? Vendu au groupe Dassault ?

Écrit par : Géo | 31/03/2014

le peuple est influençable et je vois ca même au boulot, l'article des communications fait du tort.
la question de donner au peuple de voter est je trouve une erreur monumentale, chaque département du CF a un budget et doit l'utilisé correctement, ces montants sont là pour chaque département, pour l'heure je n'est jamais vu de vote concernant l'aide au développement qui est de plus de 10 milliards de francs sur quelques années, la construction de ponts ou de routes donc les montants sont dépassé par centaines de millions et bien d'autres sujet.
le département militaire doit réagir en présentant dans une soirée télévisé le pourquoi de l'achat de l'avion, les avantages technologie et emploi.
mettre fin à toutes ces rumeurs depuis le début du choix de l'avion en expliquant afin que tout le monde comprenne bien.
si rien ne ce passe côté militaire avant la votation, le risque est que le département militaire va ce tiré dans le pied et ca crédibilité en sera terni ce qui est dommage car depuis la sélection du gripen elle a montrée les efforts de choisir un équipement adapté pour la suisse.

Écrit par : michel | 01/04/2014

Je dirais simplement que la presse conventionnelle est incompétente en matière d'aéronautique et que le moindre article au allure de scandale devient intéressant en terme de vente. Peu importe donc si l'infos s'avère juste ou pas.

Écrit par : Steeve | 01/04/2014

"Demander au Peuple de se prononcer sur un sujet aussi complexe qu’un avion de combat est un énorme risque, il est très facile de biaiser les informations,"

J'aurai tendance à dire que dans nos sociétés complexes tous les sujets sont risqué à présenter au peuple. Mais cela reste la démocratie la plus directe.

La démocratie représentative où les élus sont sensés être plus "réfléchis" et "informer" présentent d'autres problèmes et limitations.

Écrit par : Montaudran | 01/04/2014

"J'aurai tendance à dire que dans nos sociétés complexes tous les sujets sont risqué à présenter au peuple. Mais cela reste la démocratie la plus directe."
Ce n'est pas la question. Comme l'écrit michel, on ne se prononce pas sur l'aide au développement et pourtant il y aurait beaucoup à dire...

Écrit par : Géo | 01/04/2014

Cher Géo,

"je n'est jamais vu de vote concernant l'aide au développement qui est de plus de 10 milliards de francs sur quelques années, la construction de ponts ou de routes donc les montants sont dépassé par centaines de millions et bien d'autres sujet."


Le peuple vote régulièrement sur des questions de budgets, en particulier sur les routes, chemin de fer etc. Même si, heureusement, il ne vote pas sur tout non plus. L'achat de matériel militaire est plus sujet à polémique de part sa fonction/son intérêt, c'est tout.

Écrit par : Roger | 02/04/2014

"L'achat de matériel militaire est plus sujet à polémique de part sa fonction/son intérêt, c'est tout."
Mais ne trouvez-vous pas choquant la partialité de la campagne anti-Gripen dans la presse ces temps ?

Écrit par : Géo | 02/04/2014

Lorsqu'on voit toute la campagne de désinformation des anti gripen, il faudrait que les militaires et l'UDC qui mêne la campagne pour l'aquisition se réveillent rapidement au risque de perdre définitivement une grosse partie de l'électorat.

Écrit par : pepe | 03/04/2014

Le plan B de Thomas Hurter : acheter des chasseurs par douzaines sur le budget normal, ce qui échapperait au vote populaire. Sauf que Hurter est un ripou totalement acheté par le lobby Rafale...

Écrit par : Géo | 03/04/2014

«il faudrait que les militaires et l'UDC qui mêne la campagne pour l'aquisition se réveillent rapidement »

Tout le problème est là. Les militaires et l'UDC ne savent pas communiquer. Ils en sont encore à l'heure de l'union soviétique. La langue de bois style agence TASS ça ne passe plus au XXe siècle.

L'UDC n'est d'ailleurs pas seule à communiquer d'une manière désastreuse. Les milieux économiques et patronaux c'est pareil. À gauche également, certains sont des champions (Micheline Calmy Rey c'était le Nobel de la langue de sapin).

Mais de quoi ça vient tout ça ?

C'est une question de confiance. Les sphères dirigeantes n'ont absolument aucune confiance dans les médias. Ils prennent les journaliste pour des crétins, ce qui est souvent vrai. Le problème c'est que ces crétins, quand on ne leur donne pas ce qu'ils veulent entendre, ben ils inventent et fabriquent le film.

Écrit par : petard | 04/04/2014

C'est à des détails comme ça qu'on voit que petard est journaliste...
J'ai aussi l'impression qu'ils pensent que les Welsches ne valent pas la peine de se fatiquer et que la majorité suisse-allemande sera assez forte.

Écrit par : Géo | 04/04/2014

désolé de dire mais en Suisse nous avons des journalistes qui n'ont aucune connaissance en terme du gris-vert, pour eux l'armée est une chose nuisible, ca tue, ca pollue et c'est con, voilà ce que les journalistes pense, un bon journaliste est neutre et donne la vérité.
cher journaliste vous êtes plus doué a faire un bon article quand un réfugié ce fait un bobo mais quand ce réfugié amène de la drogue près de nos écoles, brigandage, profite du système qu'on leur donne, là votre article devient tout petit à défaut de prendre une loupe pour lire l'article.
un achat d'avion vous dérange et un sujet croustillant, mais quand je Japon tue des baleines, requins et pêche en masse les poissons et vide l'océan pour leur petit plaisir du matin, là rien de croustillant pour vous.
cher journaliste recyclez-vous en boîte de conserve, ca brille à l'extérieur et plein de vide à l'intérieur.

Écrit par : michel | 06/04/2014

Ce qui fait cruellement défaut en Suisse Romande, c'est une plate-forme d'information indépendante de Tamedia.

Écrit par : Denis | 08/04/2014

Il y a le site "Les Observateurs" de Ueli Windisch, mais malheureusement les catholiques ultra-conservateurs tendance Ecône ont mis le grappin dessus, en s'alliant à leurs semblables français. Du coup, quatre articles sur cinq concernent la France...
Vous êtes considéré comme un assassin si vous êtes pour Exit, notre vie n'appartenant qu'à notre seigneur...
Vous voyez le genre...

Écrit par : Géo | 08/04/2014

Radio du Gripen

Pourquoi le fournisseur initialement prévu Rohde & Schwarz et Rochi Berne
a t-il été évincé au bénéfice d'une entreprise US . . . . ??

Écrit par : Michel P | 23/04/2014

Bonjour Michel P. : je préciserais d'emblée que Rohde & Schwarz et une entreprise allemande dont le siège se trouve à Munich (avec une filiale en Suisse).
Il y a deux raisons en ce qui concerne le choix déffinitif : la première provient du fait que les modèles du fabricant allemand ne sont pas en mesure de aux exigences techniques par raport à la complexité du système de communication du Gripen E.

Deuxièmement, Les systèmes de communication sont en général choisis par le client. C’est ainsi que, dans le cas présent, les administrations responsables de l’acquisition de matériel de défense en Suède (FMV) et en Suisse (armasuisse) ont retenu le système de la société américaine Rockwell Collins. L’idée étant de recourir à de nouvelles technologies qui permettent également d'être compatibles avec celles du F/A-18 et le système de radar suisse FLORAKO.

Écrit par : PK | 23/04/2014

Les commentaires sont fermés.