23/01/2014

Le Rafale dans sa charge maximale !

unnamed-1.jpg


 

Saint-Cloud, Dassault Aviation a effectué avec succès les premiers vols d’essais un avion de combat Rafale dans sa configuration maximum de charge. L’avion testé comprenait 6 missiles air-sol de précision AASM «Hammer», 4 missiles air-air moyenne et longue portée de la famille MICA, 2 missiles «Meteor» très longue portée ainsi que 3 réservoirs de 2’000 litres.

Ces travaux préliminaires sont financés sur fonds propres par Dassault Aviation et qui aboutiront à une ouverture complète du domaine de vol, sont le fruit d’une collaboration avec la Direction Générale de l’Armement.

En démultipliant les capacités de ses 14 points d’emport dont 8 sous voilure, le Rafale devient ainsi le seul chasseur au monde capable de porter 1,5 fois sa propre masse. Cette configuration maximale pour l’avion français va lui permettre d’atteindre sa pleine capacité de chargement pour remplir l’ensemble des missions dévolues jusqu’alors à 7 types d’avions différents en France.

Cette configuration doit permettre au Rafale d’agrandir sa polyvalence en matière d’armement avec actuelle avec 2 missiles de croisière «Scalp» et 3 réservoirs de 2’000 litres, utilisée par les armées françaises lors de l’opération Harmattan en Libye en 2011.

Capacité d’armement du Rafale : 

Le Rafale peut désormais a accomplir toutes les missions de l’aviation de combat suivantes :

  • interception et combat air-air avec canon de 30 mm, missiles Mica IR/EM et missiles Meteor (à partir de 2018).
  • appui au sol avec canon de 30 mm, bombes guidées laser GBU-12/24, bombes guidées GPS AASM et GBU-49 (utilisés en Afghanistan, en Libye et au Mali).
  • frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp-Storm Shadow (utilisés en Libye).
  • attaque à la mer avec missile Exocet AM39 Block 2 et autres armements air-surface.
  • reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos (utilisée en Afghanistan, en Libye et au Mali).
  • ravitaillement en vol d’un Rafale à un autre (« buddy-buddy »).
  • dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A.

 

Le Rafale est entré en service en 2004 dans la Marine nationale et en 2006 dans l’armée de l’Air française pour remplacer peu à peu les sept types d’avions de combat de générations précédentes. Sur les 180 RAFALE commandés par la France à ce jour, 126 ont été livrés. La flotte Rafale totalise actuellement près de 120’000 heures de vol, dont 16’000 en opérations. 


 

unnamed.jpg


Photos : Rafale en configuration maximale @ Dassaut-Aviation

Commentaires

Du lourd, très lourd... trop lourd pour la Suisse.
Mais le poids total n'est pas précisé. Comme le rafale fait environ 10t à vide, on doit donc arriver autour de 25t au total.
Une remarque, la photo (en tout cas la première) nous montre une version marine. Il me semble que les appareils de l'aéronavale possèdent seulement 13 points d'emport et je ne pense pas que le coefficient de 1,5 soit possible sur ce type d'appareils. Malgré tout il est au top en matière d'aviation embarquée.

Écrit par : sancho pensa | 24/01/2014

@Sancho Pensa: non, ce n'est pas un Rafale Marine. La crosse d'apontage (fine) est également présente sur les Rafale B/C pour les atterrissages d'urgences.
C'est vrai qu'un avion embarqué aura du mal à décoller avec 1,5x son poids.
Mais pour un avion basé à terre, c'est très impressionnant!

Écrit par : tipi | 24/01/2014

@tipi "C'est vrai qu'un avion embarqué aura du mal à décoller avec 1,5x son poids."
Il est catapulté donc tout dépend du catapulte et la résistance de son train avant

Écrit par : James | 24/01/2014

Et rien d'empêche un avion de l'aéronavale de décoller à pleine charge... depuis le sol. ;o)

Il semblerait que plusieurs Rafale aient les points 3 des ailes ouverts, pour l'instant pour des tests, en attendant qu'ils le soient sur tous les appareils de série.

Écrit par : Jo-ailes | 25/01/2014

Oups, j'oubliais: je pense également que ce n'est pas un Rafale M: je sais que l'image n'est pas très grande, mais je ne vois pas d'ancre dans la cocarde...

Écrit par : Jo-aile | 25/01/2014

Je ne pense pas que ce soit du trop lourd pour la Suisse, preuve en est que nous possédons des FA-18C et D. De mon point de vue, le Rafale est une machine extraordinaire qui a fait ses preuve au combat, mais pour diverses raisons politiques et économiques notre Pays ne veut pas s'offrir! Cela me rappelle l'achat des Tigers, (pas cher mais très limité en opération) ou pire l'acquisition de la 2ème tranche de Hunter alors que nous avion testé le Mirage Milan, le Corsair, le Fiat G-91, mais à défaut de prendre une bonne décision nous avions choisi de ne pas choisir... Quoiqu'il en soit le Rafale est vraiment "La Machine" de guerre au top en Europe!

Écrit par : Miragebalzac | 26/01/2014

Le Rafale est un extraordinaire camion à bombe, en effet. Son poids n'a pas joué contre lui dans le choix, final, mais des soucis techniques comme l'absence de viseur de casque, un IRST qui n'est pas synchronisé, des nacelles (Recco & de désignation laser) jugées inférieurs à la concurrence, une avionique et une architecture électronique plus ancienne que celle du Gripen E. Ajoutez le fait que le RBE2 du Rafale ouvre sur 140° , alors que le "Raven" du Gripen E ouvre sur 200°. Le Gripen E voit là ou le Rafale, l'Eurofighter, le MIG-35, le F-22 sont aveugles. De plus, la problématique de surcoûts pour l'intégration aux infrastructures à également joué contre l'avion français. On retrouve d'ailleurs la même vision dans le choix du Brésil.

Écrit par : PK | 26/01/2014

Je crois que ce qui a aussi tué le Rafale en Suisse, c'est la guerre fiscale de la France contre la Suisse. On peut pas utiliser les données bancaires volées chez HSBC et vendre le Rafale en même temps.
Le Rafale était favori des pilotes et d'Armasuisse, le choix politique s'est porté sur Grippen E; ce qui s'est avéré être un excellent choix - notamment pour le rapport prix négocié / capacités.

Écrit par : Pascal (l'ing) | 26/01/2014

Laissons au vestiaire les querelles diplomatico- fiscales, qui ne sont pas des guerres. Les banques suisses s’adapteront de toute façon à une situation inévitable sur le plan mondial. Je pense que c'est uniquement le prix qui est déterminent. Sinon, au train où vont les choses, pourquoi ne pas envisager le F35 qui reste un avion d'avenir malgré ses problèmes de développement. Mais un avion de combat trop couteux, cela signifie des restrictions dans d'autres investissements militaires, comme détection radar, missiles anti-aériens et antimissiles. Ce qui nous manque aussi cruellement c'est une bonne poignée d'hélicoptères de combat tigre ou apache.

Écrit par : sancho pensa | 27/01/2014

Surtout, de P-A ou de terre, il doit décoller avec des réservoirs vides, grimper en pc vers un ravitailleur, et faire le plein à ce moment là !

Écrit par : Xav026 | 29/01/2014

@Xav026: Je ne pense pas que ce soit absolument nécessaire.
La masse à vide du Rafale C est de 9'500kg env. Sa masse en charge (avec plein de carburant, entre autre) est d'environ 14-15 tonnes et ses charges externes peuvent être d'environ 9'500kg. Pour une masse maximale au décollage de 24'500kg, ça semble faisable.
Même si j'imagine aussi que décoller dans cette configuration doit bouffer pas mal de carburant et que refaire le plein après le décollage puisse permettre de rallonger l'autonomie de l'appareil.

Écrit par : Jo-ailes | 29/01/2014

En effet, on est loin des problèmes de l'eurofigther équipé du storm shadow.
On en parle pas beaucoup mais la cellule du Rafale est au top par rapport à ses concurrents.
J'ai une question générale sur les avions de combat, qui devrait trouver réponse sur ce site de connaisseurs: En cas de ravitaillement en vol, est-ce que le remplissage s'effectue sur le carburant interne uniquement ou aussi sur les bidons externes?

Écrit par : sancho pensa | 29/01/2014

D'après mes modestes connaissances; seulement en interne...

Écrit par : forêt10 | 31/01/2014

@forêt10: Il me semble également qu'un ravitaillement en vol ne rempli que les réservoirs internes de l'appareil...

Écrit par : Jo-ailes | 31/01/2014

@forêt10 @Jo-ailes, tous les réservoirs peuvent être remplis. En 7 minutes en interne, en 4 minutes pour les bidons (source:Dassault).

Écrit par : john | 03/02/2014

Merci John pour l'info!

Écrit par : Jo-ailes | 03/02/2014

Merci pour la réponse. Je suis épaté par l'info; plusieurs milliers de litres dans ces conditions et en une dizaine de minutes! Ce sont des sources Dassault. Quand est-il pour ses concurrents? J'imagine que les performances doivent être proches. J'aurai une pensée pour les pilotes la prochaine fois que j'irai remplir le misérable réservoir de 50 litres de ma vieille bagnole. Je pense que l'US AIR FORCE assure au max. http://www.youtube.com/watch?v=TYIk8gTI_wQ

Écrit par : sancho pensa | 03/02/2014

Merci également, Sancho Pensa, pour cette vidéo qui n'est pas dénuée de charme!
Et autre chose: pas besoin de changer de voiture pour gagner du temps à la pompe à essence, les 50L de carburant sont tout aussi longs à mettre dans le réservoir d'une voiture récente... ;o)

Écrit par : Jo-ailes | 04/02/2014

@sancho pensa: Les perfs de remplissage varient selon les avions et la pression proposée par le tanker en fonction du type de "client". Rafale 7 minutes, M2000 10 minutes

Écrit par : john | 04/02/2014

Les commentaires sont fermés.