26/10/2013

Mise à jour des Eurofighter autrichiens !

austrian-eurofighter-typhoon_b1.jpg


 

ZELTWEG, l’Autriche vient de mettre à jour les systèmes informatiques de ses avions de combat Eurofighter «Typhoon II». Le programme comprenait un nouveau logiciel de systèmes, l'installation d'un équipement moderne avec des niveaux de capacité de rendement plus élevées et un certain nombre d'améliorations et de mises en œuvre en coopération avec les fournisseurs. Cette modernisation permettra une amélioration limitée de l’avion.

 

L’Autriche exploite 15 Eurofighter «Typhoon II» au standard F1 soit le niveau le plus bas de l’avion. Ce standard ne permet que l’interception à courte et moyenne portée, ainsi que l’engagement avec des bombes en chute libre. 

 

Rappel : 

 

L’Eurofighter n’était pas l’avion de combat qu’auraient souhaité les forces aériennes autrichiennes, lesquels voulaient en premier choix le F/A-18C/D américain au début des années 1990 en collaboration avec la Suisse. Puis, suite a de nombreux retards et la violation de l’espace aérien de la part de l’aviation serbe, une nouvelle évaluation avait mis en avant le JAS-39 C/D Gripen du constructeur suédois SAAB. Sous la pression du Chancelier  allemand de l’époque Gerhart Schroder, l’Autriche acheta des Eurofighter F1 dont l’Allemagne tentait de se séparer.

L’Autriche se retrouve aujourd’hui dans une configuration complexe avec un standard de l’Eurofighter très insuffisant et en trop petit nombre pour assurer une surveillance digne de ce nom.

Photo : Eurofighter F1 autrichien @ Force aérienne autrichienne


Commentaires

Bonjour,

Le premier vol de l'avion d'essai DA1 en mars 1994 peut facilement expliquer que l'Eurofighter dont le premier avion de série est entré en service dans la Luftwaffe en 2003 n'était pas le premier choix autrichien au début des années 1990.

L'Autriche a fait en 2001 une RFI concernant le F/18, il s'agissait de la version E/F "super Hornet", avion bien différent des C/D.

L'Autriche a choisi l'Eurofighter (T1, pas F1) suite à une évaluation dont les résultats ont été rendus publics le 24 juin 2002. Le Gripen C/D était déjà, comme cela a aussi été prouvé en Suisse, bien en deçà des capacités et des coûts prévisibles du gagnant.

Que la Chancellerie allemande soit intervenue pour vendre l'avion est une pratique courante en matière de vente d'armes, pratique qui ne se limite pas à l'Allemagne. Les grands constructeurs mondiaux se servent tous des politiques de leur pays pour facilité une vente. La France n'était-elle pas prête à mettre à disposition ses bases aériennes à disposition de la Suisse suite à une acquisition de l'avion de Dassault, me faisant ainsi me poser cette question: epuis quand la firme Dassault serait-elle propriétaire de bases aériennes françaises?

D'autre part, c'est l'Autriche qui pour de raisons financières a réduit tant le nombre d'avion en commande que et les capacités de ces derniers. Ils ont donc récolté un avion aux qualités comparables à ce qu'ils avaient eux-mêmes semés.

Voici un excellent travail historique et chronologique en langue allemande concernant l'histoire du choix autrichien...

http://www.airpower.at/flugzeuge/beschaffungsstory.htm

PLV

Écrit par : phvolckmann | 27/10/2013

Monsieur phvolckmanm, il a certaines confusions dans votre commentaire, la première compétition organisée par l'Autriche date de 1990 et c'est le F/A-18C/D qui était pris en compte. En 2000, le super Hornet était de la partie, le Gripen C/D est le gagnant (aucune comparaison avec les essais en Suisse de 2008).
L'Eurofighter T1 se nomme aujourd'hui F1, tout comme le futur la futur Tranche 3 se nommera F3.

La pression Allemande du moment a été faite au détriment du choix et contre l'avis des militaires. Par ailleurs, effectivement l'Autriche à du se résigner à baisser le nombre d'Eurofighter, car son budget ne lui permettait pas d'en acquérir 20 (soit les 20 machines dont l'Allemagne ne voulait plus).

En ce qui concerne les bases militaires pour la Suisse, les trois candidats ont proposés les mêmes offrent.

Écrit par : PK | 27/10/2013

Petite anecdote qui date du grand meeting de Payerne en 2004, le général en Chef de l'Armée de l'air autrichienne qui était invité, discutait avec ses homologues suisses et déclara . "N'achetez surtout pas l'Eurofighter, cet avion nous coûte 40% du budget et nous ne pouvons même pas combattre au delà de la portée visuelle..".

Écrit par : Steeve | 27/10/2013

N'est ce pas des eurofighter au même standard qui ont été proposés récemment à la Suisse par l'Allemagne à un prix réduit comme alternative au gripen E/F?

Écrit par : Julian Perez | 27/10/2013

Il n'y a aucune confusion dans mes commentaires, et afin d'être plus clair encore, voici quelques explications complémentaires, sources à l'appui.

A la date du 22 juin 2002, en ouvrant le lien que j'ai fourni, il est relevé que sur une période d'utilisation de 18 ans le coût de l'Eurofighter est inférieur à celui du Gripen C/D. Constat apparemment décisif. Le résultat de(s) l’évaluation(s) donne un avantage de 4 contre 1 pour l'Eurofighter.

Il n'y a pas eu de compétition organisée en 1990 pour le remplacement des Draken autrichiens. Entre 1993 et 1996 il n'y a eu 7 types d'avions différents qui ont pu être évalués et testés, en Autriche ou aux USA, dont le Gripen.

Voici l'extrait du rapport parlementaire autrichien du 28 févier 1996 afin de trouver un successeur au Draken (source parlement autrichien): http://www.parlament.gv.at/PAKT/VHG/XX/NRSITZ/NRSITZ_00008/SEITE_0106.html

Où bien ai-je pu écrire qu'en 1990 il s'agissait du super Hornet? J'ai relevé qu'à cette date l'Eurofighter n'ayant pas encore volé, le F/A-18 pouvait difficilement avoir eu le pas sur ce dernier comme vous le reprenez dans cette phrase :

"L’Eurofighter n’était pas l’avion de combat qu’auraient souhaité les forces aériennes autrichiennes, lesquels voulaient en premier choix le F/A-18C/D américain au début des années 1990 en collaboration avec la Suisse."

Aujourd'hui peut-être F1, mais à l'époque qui nous occupe, encore Tranche 1.

L'avis des militaires ne compte pas fondamentalement lors d'une acquisition d'armement, en Suisse, encore une fois, le Rafale n'était-il pas le favori de ces derniers face aux autres concurrents?

En ce qui concerne l'anecdote de 2004 à Payerne, j'aimerai bien savoir de quel général il s'agit comme tenu que le major général qui commandait alors la force aérienne autrichienne était Erich Wolf (depuis 2002 et "air chef" depuis 2006), général qui dirigeait aussi la commission de 33 membres qui a choisi d'acquérir l'Eurofighter, et ultérieurement mis en cause dans le "scandale Eurofighter".

La nomination du major général wolf en 2002 (source ministère de la défense autrichien) : http://www.bmlv.gv.at/cms/artikel.php?ID=321

L'Autriche prévoyait d'acquérir 24 Eurofighter et non 20, réduit à 18 quelques mois plus tard, puis enfin à 15 (source Bundesheer):

http://www.bmlv.gv.at/truppendienst/ausgaben/artikel.php?id=331

Toutes ces informations se trouvent dans le lien fourni initialement.

PLV

Écrit par : phvolckmann | 27/10/2013

Bonjour, une remarque a retenu mon attention: concernant la violation de l'espace aérien autrichien par l'aviation serbe. Auriez-vous davantage d'informations concernant cet évènement, notamment s'il s'agissait d'une période de conflit? En effet, cela poserait-il la question de la responsabilité d'un Etat déclaré neutre, qui se rendrait "fautif" en n'ayant pas empêché le survol de son territoire par des chasseurs engagés dans un conflit? Et cela aurait-il précipité certaines décisions dans l'aviation autrichienne, et expliquerait la location de quelques Tigers de l'armée suisse?
Le cas échéant, cet argument mérite d'être davantage connu dans le débat actuel du renouvellement de la flotte suisse...
Merci pour votre réponse et bravo pour votre blog!

Écrit par : MM | 27/10/2013

Vous simplifiez les choses, cher Monsieur, et je me permets de revenir notamment sur les soupçons de corruptions qui pourrissent le dossier. Par ailleurs, effectivement, le Hornet devait initialement équiper l’Autriche, le simulateur de Payerne aurait été mis à disposition pour l’entrainement.
Le 7 novembre dernier, plusieurs sites d’EADS ont été perquisitionnés en Allemagne, dans le cadre d’une enquête ouverte afin de déterminer si des pots-de-vins ont été versés pour s’assurer de la vente d’avions de combat Eurofighter à l’Autriche.

Conclu en 2003, ce contrat portait initialement sur la vente de 18 appareils pour 1,7 milliards d’euros. Plus tard, cette commande avait été réduite de 3 avions afin d’économiser 400 millions d’euros.
Seulement, l’Eurofighter n’était pas l’avion de combat qu’auraient souhaité les forces aériennes autrichiennes, lesquels voulaient en premier choix le F/A-18 américain, puis le JAS-39 Gripen du constructeur suédois Gripen.

D’où des soupçons de malversations suffisamment troublants pour justifier l’ouverture d’une enquête. Cependant, en mars 2011, la justice autrichienne a classé sans suite une plainte pour corruption visant l’ancien chef d’état-major de la Luftstreitkräfte, le général Erich Wolf. Hé.oui, lui il n’en voulait pas de l’Eurofighter !!

L’affaire aurait pu s’arrêter là. Sauf qu’elle a été relancée après les révélations faites quelques semaines plus tard par Gianfranco Lande, un homme d’affaires italien. Ce dernier a en effet expliqué à la justice qu’une société écran, Vector Aerospace, avait versé, pour le compte d’EADS Allemagne, 84,5 millions d’euros de commissions, via un montage financier relativement compliqué, à des intermédiaires autrichiens. D’où les investigations menées outre-Rhin, lesquelles concernent pour le moment 13 personnes, dont un ancien haut dirigeant du groupe.

Par ailleurs, un directeur de la banque autrichienne Oberbank, visiblement impliqué dans cette affaire, a démissionné de son poste, après avoir été soupçonné d’avoir touché des pots-de-vin dans le cadre du contrat Eurofighter, via une société écran appelée Colombus Trade Services, laquelle aurait perçu 16,2 millions d’euros de Vector Aerospace.
Cela dépend des résultats de l’enquête du ministère de la Justice. C’est une possibilité et nous devons l’étudier” a-t-il déclaré. “S’il y a des preuves, si l’enquête produit des résultats qui justifient une intervention de notre part, c’est ce que nous ferons” a-t-il encore insisté.

Quant à prétendre que les militaires ne choisissent pas leur future monture, peut-être en Autriche, mais en Suisse, si le Rafale était le mieux placé en 2008, les choses changent, non seulement, le Gripen E offre plus, mais l’Eurofighter F3 se montre également meilleure. A-t-elle point que si il n’y avait pas l’avion suédois, aujourd’hui la Suisse opterait pour cette dernière version du Typhoon II.

Écrit par : Sreeve | 28/10/2013

Oui, l’Allemagne à tenté de nous revendre des Eurofighter F1 (ex Tranche 1) soit les mêmes que pour l’Autriche.

C’est parfaitement exact, si le Gripen E n’existait pas en 2008 le Rafale F3.04T l’emportait et dès 2011 c’est l’Eurofighter F3 qui aurait été choisi. Tout l’intérêt de suivre l’évolution des systèmes et de ne surtout pas rester figé, qui plus est, sur des informations sorties du contexte dans le but d’intoxiquer le citoyen lambda.

Je n’entrerais pas sur le sujet de la corruption, en effet, le bureau du procureur de Vienne a ouvert une enquête l'an dernier pour déterminer si des pots-de-vin ont été versés à des responsables politiques autrichiens. La conclusion de cette enquête n’ayant pour l’instant pas été rendue publique, il est prématuré à ce jour pour en tenir compte.

Écrit par : Pk | 28/10/2013

Bonjour,

je m'intéresse à toujours fournir des sources à mes interventions afin d'être historiquement précis, notamment en ce qui concerne l'avis du major général Erich Wolf.

Sur la question de la corruption dans cette affaire, comme dans d'autres, je pense malheureusement que rien ne ressortira de tout cela. Comme d’habitude. La Justice ne va jamais jusqu'au bout

Le 2 juillet 2002 le conseil des ministres autrichien décide d'acquérir 24 avions du type Eurofighter, réduit à 18 en août de la même année par le chancelier Schüssel suite aux graves inondations qu'a subie l'Autriche et au surcout financier que cela a représenté pour le pays.

http://www.bmlv.gv.at/sk/lusk/abfangjaeger/beschaffungsvorgang.shtml

Le ministère de la défense autrichien a l'amabilité de fournir une chronologie détaillée de cette acquisition, profitons-en car nul part il n'est évoqué une préférence pour le F/A-18 ou le Gripen.

http://www.bmlv.gv.at/sk/lusk/abfangjaeger/chronologie.shtml

Pour info voici l'avis "tout à fait favorable" du Major général Erich Wolf concernant l'Eurofighter en février 2005.

http://www.bmlv.gv.at/cms/artikel.php?ID=1429



PLV

Écrit par : phvolckmann | 28/10/2013

@MM: les violations de l'espace aérien autrichien ont eu lieu durant la guerre civile en Yougoslavie. Selon les articles de l'époque, le Draken ne disposait pas de capacités de tir au-delà de l'horizon car équipés uniquement de...canons!
L'Autriche pays neutre et non-membre de l'OTAN à du prendre ses responsabilités.

Écrit par : Al&X | 29/10/2013

Concernant les violations de l'espace aérien autrichien, voici un article intéressant: http://www.austrianwings.info/2008/08/der-letzte-flug-des-drachen/
Il y est décrit la même atmosphère qui règne en Suisse actuellement...
Pas besoins d'avions (le président des Verts Libéraux, Mr Brändle, qui parle même de demander a u. Pays tiers !!).....et puis voilà qu'une crise à la frontière change la donne....

Écrit par : Al&X | 29/10/2013

Merci pour ces compléments d'information très intéressants, AI&X!

Écrit par : MM | 30/10/2013

Les commentaires sont fermés.