06/10/2013

L’Australie veut un nouvel avion école !

RAAFpc9pg.jpg


 

 

CANBERRA, la Royal Australian Air Force (RAAF) lance une compétition pour trouver un remplaçant à son avion école le Pilatus PC-9. Trois concurrents sont déjà dans les starting-block.

 

Trois avionneurs sont déjà en piste pour une compétition qui s’annonce très disputée, Pilatus se lance avec son dernier né le PC-21 dont les exemplaires en service au sein de la Singapore Air force qui s’entraînent en Australie ont déjà séduit par leur efficacité. Lockheed-Martin associé au coréen KAI avec le KAI KT-1C et Beechraft propose son T6.

 

Les trois compétiteurs : 

 

Le Pilatus PC-21 :


 

PilatusPC21-2.jpg


 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre, la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

Avec le recule, on s’aperçoit que les pilotes formés sur PC-21 maîtrisent beaucoup mieux la gestion des différents systèmes informatiques qui composent un avion de chasse moderne, l’élève peut en effet se familiariser immédiatement avec le monde des cockpits numériques, comme l’affichage tête haute, la gestion des écrans EFIS et les principes d’un radar moderne. La routine acquise à bord d’un PC-21 peut alors être transférée sur n’importe quel avion de chasse moderne sur une base de «un pour un».

 

Le Kai KT-1C : 


 

800px-KT-1_acrobatic.jpg


 

La République de Corée (Corée du Sud) initia en 1988 le programme KTX destiné à fournir un avion de conception nationale afin remplacer les Cessna t-37 du Republic of Korea Air Force (ROKAF). Les études de l’appareil furent menées conjointement par la division aéronautique de l’entreprise Daewoo et l’agence coréenne de développement de la défense. Il est le premier avion de sa catégorie à être conçu entièrement avec CATIA (Conception Assistée Tridimensionnelle Interactive Appliquée), un logiciel de conception assistée par ordinateur développé initialement par la société Dassault Aviation pour ses propres besoins. Neuf prototypes furent fabriqués en 1991, dont trois destinés aux essais statiques. Le premier vol du KTX eut lieu en novembre 1991 et en 1995 l’avion fut surnommé Woong-Bee, signifiant «excellent vol». Les essais s’effectuèrent avec diverses motorisations et le turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-62 fut finalement retenu pour la version de série.

À compter 1997, une crise financière secoua toutefois l’économie coréenne. Afin de consolider le secteur de l’aéronautique coréenne, le conglomérat Korea Aerospace Industries (KAI) naquit en 1999 d’un partenariat entre Daewoo Heavy Industries (Aerospace Division), Hyundai Space and Aircraft Company (HYSA) et Samsung Aerospace. KAI reçoit aussitôt une commande du ROKAF pour 85 KT-1 et 20 KA-1 qui seront livrés de novembre 2000 jusqu’en 2002.

De fonction et d’apparence similaires aux PIlatus PC-9 et Tucano 312, le KT-1 est le premier appareil de conception coréenne, mais avec une certaine filiation canadienne. En effet,tant son turbopropulseur Pratt& Whitney Canada PT6A-62 ainsi que son avionique principalement fabriquée par CMC Électronique, proviennent de la région de Montréal. L’avion peut rester en l’air jusqu’à cinq heures en mode patrouille grâce notamment au système de transmission avec train épicycloïdal intégré au moteur qui permet de réduire le bruit de l’hélice quadripale Hartzell, tout en optimisant la vitesse. Il est équipé de sièges à éjection Martin-Baker Mk.KR16LF afin d’assurer la sécurité de l’équipage en cas d’avarie. Avant de passer au KT-1, la formation initiale des futurs pilotes du ROKAF s’effectue sur l’avion école Ilyushin Il-103.

 

 

Le Beechraft T6 Texan II : 


 

1732029664.jpg


 

Le Hawker-Beechcraft T-6B « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec  panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6B dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6B est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la  voltige. Les livraisons des T-6 ont débuté en 2000 après que l'avion a d'abord été choisi pour occuper le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) pour  l’US air Force puis la marine américaine. Depuis, d'autres programmes  pays ont acquis le T-6 soit : la Grèce, le Canada, le Maroc, Israël et depuis, peu l’Irak.

Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifiés de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

Photos : 1 Pilatus PC-9 de la RAAF @ RAAF  2 Pilatus PC-21 @ Piltaus 3 KAI KT-1 @ KAI 4 Beechkraft T6 @ Beechkraft 


21:32 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

Pour quelle raisons l'Austalie cherche-t-elle un nouvel avion école ? Les PC-9 sont-ils "désuets" ? Cockpit avec cadrans de montre?

Écrit par : Al&X | 06/10/2013

Tous mes voeux de réussite pour le PC-21 et son ensemble de formation.
Avec les restrictions budgétaires qui frappent de plus en plus d'armée de l'air, ce concept est plein d'avenir.

PS: Merci Pascal pour le lien à propos de la formation tout turbo prop.
Les retours semblent très positifs.
Excusez moi pour ma réponse tardive.

Écrit par : syntaxerror9 | 07/10/2013

@AI&X, La RAAF utilise le Pc-9 depuis un peu plus de vingt ans, elle anticipe donc la fin de carrière prévue d'ici 2020.

@ syntaxerreor9 : au plaisir merci !!

Écrit par : PK | 07/10/2013

Les commentaires sont fermés.