17/09/2013

Les Pays-bas confirment le F-35 !

1422827.jpg


 

La décision ne faisait pas de doute, le gouvernement des Pays-Bas a confirmé la sélection du Lockheed-Martin F-35 Joint Strike Fighter pour remplacer la flotte de F-16A/B, cependant, le nombre de «Lightning II» sera revu sérieusement à la baisse en raison des coûts du programme.

 

Selon l’objectif fixé par le budget cadre, les premiers exemplaires de F-35 devraient arriver en 2019 sur la base aérienne de Volkel. Le montant du budget hollandais prévoit une dépense de l’ordre de 6 milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) pour 37 appareils. Pour mémoire, les Pays-Bas envisageait de se doter d’une flotte de 85 F-35. Au final, la Force aérienne ne disposera plus que de trois escadrilles. 

 

Un choix qui aura des conséquences :

 

Les Pays-Bas ayant déjà investit dans le programme F-35 avec la commande et la livraison de deux avions F-35A d’essais, se retrouvent intégrés à la machine commerciale de Lockheed-Martin.

Il faut noter que le prix unitaire le F-35A n'est pas encore connu pour l’instant. Le gouvernement hollandais prévoit donc une réexamination du projet, si d’aventure les coûts de celui-ci devait encore prendre l’ascenseur. Une diminution de 2 à 4 F-35 serait alors encore possible. A l’inverse, si le prix, devait à l’avenir baisser, la Hollande se réserve la possibilité de commander des F-35A additionnels.

 

La diminution du nombre d’avions par rapport à la situation actuel ne permettra plus à la Hollandes de participer à des déploiements de force sur des théâtres opérationnels éloignés. Pires, la Force aérienne disposera d’un taux de dotation tout juste minimal pour la défense aérienne du pays.


 

8538887041_6b6abf10b2_o__main.jpg


 

Photos : 1 F-34A au décollage  2 Le F-35A AN-2 hollandais @ Lockheed-Martin

 

23:17 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : lockhed-martin, f-35a, jsf, f-35a pays bas |  Facebook | |

Commentaires

Ce qui est tout de même paradoxal, c'est qu'un des principaux arguments en faveur du F-35 est sa capacité "d'entrée en premier" sur un théâtre d'opération en cas de conflit grâce à sa furtivité. Et là, les Pays-Bas acheteraient juste assez d'avions pour assurer la défense aérienne du pays, et ne participeraient plus à des déployements extérieurs, donc pourquoi acheter des avions furtifs dans ce cas? OK sur le papier c'est chouette, mais est-ce vraiment nécessaire???

Écrit par : Norbert | 18/09/2013

Salut,

C'est tout de même incroyable de devoir réduire le potentiel de combativité de son armée en raison du coût d'un équipement.

Who's next : l'Italie ? La Grande-Bretagne ?

My two francs Suisses.

Cordialement / Frédéric

Écrit par : sletch | 18/09/2013

Bonjour,

Ce n'est le coût de l'équipement qui fait réduire la voilure des forces aériennes néerlandaises, mais plutôt l'état des finances du pays qui ne permet plus un telle dépense.

121,6 millions € par machine fait de lui un avion moins coûteux que d'autres avions de combat fabriqués en Europe.

PLV

Écrit par : phvolckmann | 18/09/2013

@ PLV, je serais curieux de savoir à quels appareils européens vous faites références, car à ce prix là, les Gripen E, Rafale F3 et Eurofighter T3 sont tous nettement moins chers et de loin.

Écrit par : PK | 18/09/2013

Bonjour,

Le dernier coût total connu pour l'Etat français du programme Rafale se monte à 44,2 milliards d'euros. Le coût unitaire (hors développement) est de 71,2 millions d'euros pour un B, 66,2 millions d'euros pour un C, et 76,1 millions d'euros pour un M.

Source: http://www.senat.fr/rap/a12-150-8/a12-150-81.pdf

44,2 milliards d'euros (sans compter les milliards d'euros des coûts de développement qu'ont pris en charge les industriels français) divisé par la nombre de machines à produire (à l'époque du Projet de loi de finances 2013, 286 appareils), nous donne un coût total par avion de 154,4 millions d'euros.

On peut se dire que ces conditions ne valent que pour la France, or, dans le lien qui suit, il nous est rappelé ceci : "Pour les équipements les plus sophistiqués, le coût d’entretien oscille désormais entre 45 et 60 % du coût d’achat initial et atteint parfois 100 % pour les avions de chasse les plus performants."

Source: http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1210-tII.asp

Le Rafale est bien l'avion de chasse français le plus performant, son entretien coûte donc autant que son coût d'achat initial, soit dans sa version C 66,2 millions d'euros (hors coûts de développement). 66,2 millions x 2 font bien 132,4 millions d'euros (coût d'acquisition + couts d'entretien). Et 132 millions d'euros par machine est bien un coût supérieur à 121 millions d'euros par machine?

Je ne doute pas qu'il en soit de même pour l'Eurofighter.

PLV

Écrit par : phvolckmann | 20/09/2013

Les coûts du programme Rafale sont assez lourd mais tout compris, et vos chiffres sont justes, on retrouve des chiffres un peu plus bas (grâce aux exportations) pour l’Eurofighter.

Mais en ce qui concerne le F-35A les coûts pour les Pays-Bas sont estimés au plus bas et ne tiennent pas compte de plusieurs détails :
On arrive à un coût unitaire d'environ des 120 millions de dollars pour la version F-35A destinée à l’U.S. Air Force selon le dernier rapport, mais il y a un point très important à ne pas oublier : ce prix n’inclut pas le coût du moteur pour chaque avion, soit 16 millions auquel il faut ajouté les retrofits technologies, soit environ 7,4 millions de dollars par avion et répartit entre les futurs acquéreurs.
Dans le cas du F-35 il faut encore ajouter l’armement, la logistique. Bref, on ne connait pas le coût exact du F-35 A.

Petit comparatif du moment (qui peut évoluer) :

F-22 : 150 millions usd.
Rafale : 134 millions usd
F-35 : 120 millions usd (+16 millions pour le moteur, plus armement, logistique, rétrofits)
Eurofighter : 104.4 millions usd
Super Hornet :95 millions usd
Gripen E : 85 millions usd

Écrit par : PK | 20/09/2013

Pour le Rafale, les chiffres que je reprends ne concernent que le coût unitaire (l'avion nu) et le coût d'entretien, si on y ajoute ne serait-ce que l'heure de vol par exemple, ça explose carrément : Estimation pour l'année 2010, reprise dans le rapport n° 251 annexe 11, enregistré le 10 octobre 2012 auprès de l'Assemblée Nationale, cite un chiffre de 26,8000 € (page 43).

Source: http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/budget/plf2013/b0251-tiii-a11.pdf

PLV

Écrit par : phvolckmann | 20/09/2013

Bonjour,

Je ne suis pas partisan lorsque l'on tente de calculer le coût d'un programme de prendre en compte les projets "satellitaires" comme l'armement. Ne serait-ce que pour les AASM, ce serait ajouter 600 millions d'euros, ce qui ne serait pas réaliste. Le coût unitaire d'un kit étant de 164 000 euros, hors développement, ou 255 000 euros, développement compris.

Source: http://www.senat.fr/rap/a12-150-8/a12-150-815.html

Écrit par : phvolckmann | 21/09/2013

Les commentaires sont fermés.