16/06/2013

L’Inde prépare son avion furtif !

710-amca-dsc_2808.jpg


 

L’Inde continue de nous étonner, car en dépit d'être impliqué dans l'avion de combat de cinquième génération de type PAK-FA, soit le Sukhoi T-50 en programme commun avec la Russie, L’Inde développe discrètement un chasseur de la prochaine génération multirôle avancé (AMCA).

 

L'Organisation de recherche et de développement du ministère indien de la Défense (DRDO) vient de révéler un modèle à grande échelle d’avion de combat de 5e génération. Lors des Salons aéronautiques qui se tiennent régulièrement en Inde à Bangalore, l’Inde ne s'est jamais cachée en ce qui concerne sa volonté de mettre en chantier un avion de nouvelle génération. Ce qui change aujourd’hui, concerne la maturité du projet.

 

En effet, pour le général Norman Anil Kumar Browne, le chef de l'armée de l'air indienne, les recherches doivent être poursuivies, en particulier dans le domaine de l'équipement de mission et moteurs de combat, car  pour lui : «personne ne va nous donner ces technologies." En conséquences, si l’Inde travail dans le domaine de l’électronique au sein du programme Sukhoi T-50 avec les Russes, ce pays doit impérativement se doter des compétences nécessaires en matières de motorisations, de logistiques et de matériaux, afin de devenir à l’avenir indépendant en matière d’avions de combat.

 

En parallèle, l’Inde développe depuis 20 ans son propre avion de combat, le HAL TEJAS qui sera opérationnel d’ici 2015. Sauf que, celui-ci ne devrait pas satisfaire pleinement les spécifications du programme jusqu'à l'avènement de TEJAS  Mk2 qui entrera en service en 2024. De fait l’Inde cherche son indépendance ailleurs, avec un nouveau programme, l’AMCA.

 

L'AMCA est susceptible d'être alimenté par le moteur Kaveri, également développé dans le pays. Ce moteur a été conçu initialement pour les TEJAS, mais continue d’évoluer. Le fait même que l'Inde progresse avec le  programme AMCA est une indication que New Delhi a quelques inquiétudes en ce qui concerne le TEJAS, amis aussi le Sukhoi T-50. Pires, les indiens ont aujourd’hui des doutes en ce qui concerne la maturité de la technologie russe dans certains domaines. On pense notamment au fait que le T-50 serait doté en majorité de matériaux de type «métal», alors même que les avancées technologiques voudraient que l’on préfère les matériaux de type «composite».

 

Pour l’Inde, le programme AMCA doit permettre de livrer un appareil en composite parfaitement intégré en matière de fusion de données, d’aides à la décision qui nécessite l'IEEE-1394B-STD plutôt que la norme de bus de données MIL-STD-1553B, d’une avionique modulaire intégrée. L’avion doit pouvoir transporter des armes en soute et être doté d’un radar AESA avec un IRST frontal. En matière de motorisation, l’Inde souhaite une poussée vectorielle. 

 

Rien n’est donc gagné pour atteindre un tel niveau de technologie, mais l’Inde semble irrémédiablement se concentrer sur des programmes locaux. On est donc à peine surpris d’apprendre que la signature du contrat MMRCA concernant le Rafale est encore reportée, cette-ci à la fin de l’année. En définitive, le contrat sur le Rafale pourrait devenir une alternative au cas ou l’AMCA devait être repoussé, on espère le contraire.


 

AMCA%20Scale%20Model%20Aero%20India%202013.jpg


 

Photos : Programme AMCA @ HAL


23:43 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hal, avion furtif inde, programme amca |  Facebook | |

Commentaires

J'ai l'impression que les Indiens ne savent pas très bien ou ils vont !
Une collaboration avec les Russes pour le Sukhoi T-50, auquels ils ne font pas
confiance! Puis un préengagement pas confirmé d'acheter le Rafale des Français !
Et maintenant ils parlent de faire un avion furtif avec des technologies
dont ils ne maitrisent aucune ! Matériaux composites anti-radar, moteurs à poussée
vectorielle, radar à balayage électronique, etc..
Et cette curieuse idée d'utiliser le système IEEE-1394 "FireWire" d'Apple, un
système pour les communications des appareils de divertissement grand-public au
lieu des dernières versions du MIL-1553/STANAG. A la rigueur ils pourraient
prendre Fibre-Channel ou InfiniBand qui ont été militarisés.

Écrit par : Eric Fletcher | 18/06/2013

Évitons de comparer les motivations du programme MMRCA avec celles du programme AMCA.
Le MMRCA répond à un besoin, aujourd'hui urgent pour l'Inde de remplacer des appareils aujourd'hui obsolètes et à bout de souffle comme ses Mig-21.

Le temps de développement du programme ACMA, qui n'a même pas encore vu voler un prototype, reste encore d'une dizaine d'années avant de voir des versions opérationnelles et apte à une mise en service.

L'Inde reste laborieuse pour le développement autonome d'avions de combats à l'image des LCA " Tejas " dont les différentes restent insatisfaisantes, mais cet appareil représente cependant un jalon essentiel au développement de l'industrie aéronautique indienne.
Le Tejas reste tributaire d'une multitude de composants fabriqués à l'étranger dont notamment la motorisation qui est américaine avec le " F-404 de General Electric ".

En résumé l'aboutissement de l' ACMA est trop lointain, même sans connaître de retards, pour répondre à la demande MMRCA.

Écrit par : Zayus | 20/03/2014

Les commentaires sont fermés.