22/04/2013

Les EAU optent pour le F-16 «Desert Falcon» !

F-16F Block60 00-3012 Nellis.JPG


 

ABOU DABI, il s’agit probablement de la surprise du mois, les Emirats Arabes Unis (EAU)viennent de choisir le Lockheed-Martin F-16E/F «Desert Falcon» Block60 comme avion de combat. Le contrat prévoit l’acquisition de 25 F-16 pour un montant estimé à 5 milliards de dollars. En fait, il s’agit d’une seconde tranche de cet avion, qui équipe déjà l’armée de l’air des EAU.

 

Les USA ont damé le pion aux européens :

 

Alors, que les yeux étaient rivés sur la bataille européenne que se livraient depuis près de deux ans, le Rafale de Dassault et l’Eurofighter de Cassidian pour la fourniture de nouveaux avions de combat aux EAU, c’est en toute discrétion, que le service de presse du Pentagone vient d’annoncer la victoire du constructeur américain, rappelant du même coup la forte influence des USA dans la région.

 

Une présence marquée :

 

La Force aérienne des EAU connait bien le F-16, qu’elle en utilise depuis les années 2000, avec 54 F-16E Block 60 et 24F-16F Block60.

Cette victoire américaine met en difficulté la potentialité pour les Européens de vendre un jour, un appareil à ce pays.

 

Le choix des EAU peut se résumer à trois points : 

 

  • La forte influence des USA dans la région.
  • La bonne connaissance du F-16 et la satisfaction de son utilisation par les EAU.
  • Un coût d’achat et mise en oeuvre sensiblement inférieur à ses deux concurrents.

 

Le F-16E/F «Desert Falcon» : 

 

Le F-16E/F «Desert Falcon» est une modernisation directement dérivée du F-16 «Viper» (ex Sniper) en usage à Taïwan par exemple. La dénomination «Desert Falcon» est utilisée principalement pour les exportations au Moyen-Orient. Le «Desert Falcon» et le «Viper» sont tous deux au standard Block60 qui comprend : 

 

Un radar AESA soit : le Raytheon RACR pour le «Viper» et l’AN/APG-80 de Northrop-Grumman pour le «Desert Falcon». La taille des deux radars est identiques aux radars originaux à antenne mécanique, mais offrent des améliorations 2 à  3fois supérieures. Côté motorisation l’avion reprend le Pratt&Whitney F100-229. Le cockpit est entièrement numérique et permet l’usage de lunettes de vision nocturne.

 

Question armement : le «Desert Falcon» utilise le Raytheaon AIM-9X Sidewinder avec viseur de casque Boeing JHMCS, l’AIM-120 AMRAAM pour la portée moyenne. Pour l’attaque au sol, l’avion permet l’emport des bombes GBU-21v1 JDAM (Joint Direct Attack Munition) ainsi que l’ensemble des bombes GBU Enhanced Paveway à guidage laser.


 

up.zayed4uae.ae-df50b554f3.jpg


 

Photos : 1 F-16F Block60 «Desert Falcon»  EAU 2 F-16E Block60 «Deser Falocn» EAU @ Lockheed Martin

Commentaires

Ben même la bas il regarde le porte monnaie Du coup. Et block 60 est une belle machine

Écrit par : Pat | 22/04/2013

"Le F-16E/F «Desert Falcon» est une modernisation directement dérivée du F-16 «Sniper» en usage à Taïwan par exemple."

Je ne sais pas d'où ceci est sourcé, mais il n'existe pas de F-16 dit "sniper". Taiwan utilise des F-16 Block 20 (F-16 A/B construits au standard MLU) qui sont à peu près équivalent aux F-16 Block 50/52.

Tout au plus, il existe un Pod de visée "Sniper XR" mais celui-ci n'est pas utilisé par Taiwan à ce jour.

Écrit par : Blocky | 22/04/2013

Blocky vous avez visiblement manqué un épisode : Article du 8 octobre 2012 sur la modernisation des F-16 taïwanais : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/10/08/taiwan-modernise-ses-f-16.html

Par contre il est vrai que la dénomination de base Sniper et devenu dernièrement "Viper".

Écrit par : PK | 23/04/2013

Merci Pascal pour ces précisions. En revanche, l'article prête à confusion puisque le standard "V" n'est pas encore en opération à Taiwan. Les premiers jets modernisés seront livrés vers 2021 seulement.

Ce long délai d'attente était d'ailleurs l'une des raisons de la préférence de Taiwan pour 66 nouveaux F-16C/D Block 50/52, qui auraient été livrés plus rapidement. La livraison a été refusée par les USA pour ne pas froisser encore plus la Chine (celle du continent).

Écrit par : Blocky | 23/04/2013

Bonjour,

Sauf erreur de ma part, Dassault était en lice pour fournir 60 Rafale. Aussi, je ne vois pas en quoi l'acquisition d'une, je cite : "seconde tranche... de 25 F-16" vient changer la donne.

Quid du différentiel de 35 appareils ? Quid du remplacement/reprise des 2000-9 ? Quid de l'équipement dernier cri exigé par les E.A.U. pour le Rafale (exemple : Missile Meteor...).

Merci par avance pour vos précisions.

Cordialement / Frédéric

Écrit par : sletch | 23/04/2013

Bonjour Frédéric, la vente de Rafale ou d'Eurofighter reste toujours possible, mais pas dans l'immédiat, sauf grosse surprise, on voit mal les EAU ouvrir à nouveau le porte-monnaie dans les prochains mois pour un nouvel avion de combat.

En Effet, les EAU ont choisi une solution intermédiaire qui consiste à garder les Mirage 2000-9, par ailleurs modernisés, et de renforcer leur dotation en F-16.

Le contrat de 5 milliards, dont les détails ne sont pas disponibles semble très supérieur aux coûts d'un F-16E/F par conséquent, on peut en déduire que les EAU ont complété les 25 appareils d'armement et probablement de pièces de rechanges.

Le risque vient du fait que les EAU peuvent, aussi, très bien se doter d'une troisième tranches à l'avenir.

Par contre,le remplacement des Mirage 2000-9 pourraient être d'actualité d'ici, par exemple, 4 à 5 ans ce qui permettrait de relancer les deux appareils européens.

Par contre, ce dossier n'étant pas à son premier rebondissement, nous verrons !!

Écrit par : PK | 23/04/2013

A noter aussi que les EAU ont payés le développement du Block 60, et que des royalties devaient être versés par les pays qui s'équiperaient du Block 60 et ses dérivés.

Ce modèle n'ayant pas eu le succès escompté (comme le F-16IN proposé à l'Inde sans succès), ceci a peut être fait pencher la balance en sa faveur puisque les EAU profitent avec cette nouvelle tranche un peu plus de leur investissements dans ce F-16 "sur mesure".

Écrit par : Blocky | 24/04/2013

Les commentaires sont fermés.