13/02/2013

Patrouille Suisse chronique d’une mort annoncée !

patrouille_suisse.jpg

 

L’annonce de ce matin concernant la fin de la mythique Patrouille Suisse en 2016 ne laisse personne indifférent, pour ou contre, cette nouvelle déclenche une crise émotionnelle parmi les citoyennes et citoyens de notre pays ainsi qu’à l’étranger. Pourtant, cette issue était déjà mentionnée depuis 2008 avec le départ à la retraite des avions de combat Northrop F-5E/F « Tiger II ».

Plus assez d’avions :

Crée en 1964 avec au début 4 avions de type Hawker Hunter MK58A la Patrouille Suisse s’est rapidement fait une place parmi les meilleures équipes de présentation militaire, puis la transition en 1995 sur F-5 a fait perdurer cette image encore ré-haussée grâce aux magnifique peintures. Mais n’oublions pas que pour pouvoir gérer une telle carte de visite, nous avions à l’époque 158 Hawker Hunter et 110 F-5.

 

history_parsys_71300_Image.jpg

La situation à bien changer avec aujourd’hui 33 Boeing F/A-18C/D « Hornet » et que nous n’aurons en 2018 que 22 JAS39 Gripen E. Pas suffisamment d’avion pour assurer la continuité du symbole que représente la Patrouille Suisse.

N’oublions pas l’exception que représente nos Forces aériennes qui font partie des rares unités ayant eu la capacité de présenter durant toutes ces années une patrouille avec des avions de combat et non des appareils écoles. Beaucoup de nos voisins n’ont même pas une patrouille de ce type à disposition.

Les autres cartes de visites :

Nos Forces Aériennes continueront de se présenter lors de manifestations et meetings aériens en Suisse et à l’étranger avec le Team PC-7, le Swiss Hornet Solo Display et le Cougar Display. Très probablement qu’il y aura un Gripen Solo Display dans les années à venir.

Pas d’autre alternative :

Malheureusement, il n’existe pas d’alternative à l’heure d’aujourd’hui pour maintenir la patrouille Suisse à long terme. Tout au plus, il serait possible par contre de maintenir la dizaine de F-5E jusqu’en 2020, mais encore faudrait-il, que le Département de la Défense dispose de moyens financiers qui le permettent, on ne peut pas continuer à baisser les budgets éternellement et vouloir le beurre et l'argent de celui-ci. La balle est dans le camps des parlementaires à Berne.

Histoire de la Patrouille Suisse :

Fondée le 22 août 1964, année de l’exposition nationale, la Patrouille Suisse (PS) était en gestation depuis 1959, date à laquelle jaillit l’idée de former une équipe de démonstration composée de pilotes professionnels. L’Escadre de Surveillance fut chargée de procéder à l’entraînement d’une double patrouille, soit quatre avions, en prévision de démonstrations de vol. Les formations volaient alors sur les avions de combat britanniques Dans la perspective de l’exposition nationale EXPO 64 à Lausanne et des festivités programmées pour les 50 ans de l’aviation militaire suisse, des directives furent données pour intensifier les entraînements de la double patrouille de Hunter. Les exhibitions orchestrées dans tout le pays à l’occasion de ce jubilé ont fortement impressionné des centaines de milliers de spectateurs ainsi que la presse helvétique. C’est à cette période que, inspirée par la Patrouille de France, notre formation d’acrobatie aérienne adopta spontanément le nom de Patrouille Suisse. Le Département militaire fédéral de l’époque (DMF), convaincu par le succès remporté auprès du public par la Patrouille Suisse, décida de la nommer ainsi au titre de formation officielle de vol acrobatique.En 1965, la Patrouille Suisse acheva pour la première fois une saison complète avec quatre démonstrations. Par la suite, elle s’efforcera de perfectionner constamment son programme et de peaufiner sa chorégraphie jusque dans les moindres détails.En 1970, la Patrouille Suisse s’est agrandie en passant à cinq machines, ce qui a permis de rendre le programme encore plus attractif. Seule ombre au tableau, le strict respect de la neutralité limitait l’activité de la formation à la Suisse. Mais tout change en 1978, lorsque la Patrouille Suisse est invitée au 25e anniversaire de la Patrouille de France à Salon-de-Provence. Ce fut l’occasion pour elle de s’illustrer enfin à l’étranger en évoluant dorénavant avec six appareils. Au cours des années suivantes, la Patrouille Suisse s’est produite souvent et avec succès en Suisse et à l’étranger, comme par exemple en France et en Italie.
En 1991, les Hunter participèrent aux célébrations du 700e anniversaire de la Confédération en tenue d’apparat, frappés d’une croix blanche sur fond rouge sous les ailes et du logo du 700e sur le fuselage, une nouveauté qui a beaucoup plu au public. Les pilotes de la Patrouille Suisse se produisirent une dernière fois sur Hunter en 1994. Après 30 ans de fidélité à cet appareil britannique, la formation entre dans une nouvelle dimension aéronautique avec un successeur plus rapide et plus maniable, le chasseur américain Northrop F-5 Les pilotes ont parfaitement su maîtriser la transition en 1995. Les avions, dorénavant intégralement revêtus d’une livrée rouge et blanche, continuent à soulever l’enthousiasme des foules en Suisse et à l’étranger. La première saison des F-5 s’est terminée en apothéose avec deux présentations à l’Axalp à l’occasion des démonstrations de tir. Ce faisant, la Patrouille Suisse a prouvé que les exhibitions aériennes sont également possibles en dehors des aérodromes. Equipés d’un dispositif fumigène depuis 1996.  De nombreux spectateurs sont également attendus en septembre 2004 à Payerne, à l’occasion du meeting aérien Air 04 qui marquera la célébration des 40 ans de la patrouille de vol acrobatique suisse.

aisps3.jpg

Photos : 1 & 3 Patrouille Suisse sur F-5 2 Sur Hunter

Commentaires

Ce qui me dérange le plus se sont les politiques à Bernes qui rongent le budget militaire et maintenant s'offusques de cette décision ! Bande d'hypocrites !

Écrit par : Serge | 13/02/2013

"le Département de la Défense dispose de moyens financiers "
La presse - on est bien d'accord sur ce qu'elle vaut...- parle de non-utilisation de 858 millions du budget de ce département. Votre point de vue ?

Écrit par : Géo | 13/02/2013

Bonjour Pascal,

En liminaire : bravo pour ce billet très complet sur la Patrouille Suisse.

Concernant l'annonce de notre ministre de la défense de célébrer les funérailles de la Patrouille Suiisse en 2016, j'admets qu'il puisse s'agir d'une nouvelle provocation de sa part. Il est coutumier du fait et cela semble lui réussir sur d'autres dossiers. Il faut juste espérer que cette tactique visant à secouer le landerneau politique n'use pas définitivement la conviction de la composante de milice de notre armée : c'est elle qui montera au front le moment venu, lors de scrutins visant l'abolition de notre armée de milice en la privant progressivement des moyens lui permettant de rester crédible. J'ose croire qu'Ueli Maurer garde à l'esprit que tout élastique soumis à de fortes sollicitations répétées lâche à un moment ou un autre !

Un "solo display" ne peut prendre la relève de la Patrouille Suisse. Les "Alpha jet, Mirage et autre Rafale solo display" de la France ne remplacent pas la Patrouille de France, si ce n'est qu'exceptionnellement lorsque celle-ci est en butte à des collisions de dates.
En tant qu'ambassadrice de notre pays et de notre armée, la Patrouille Suisse se produit dans le cadre de manifestations où un "solo display" serait totalement déplacé. Est-ce que quelqu'un imaginerait un "Gripen solo display" dans le cadre de la cérémonie d'ouverture ou de clôture des éventuels Jeux olympiques aux Grisons en 2022 ?! Moi le premier, la réponse serait clairement non !

La Patrouille Suisse n'est pas encore enterrée ! De loin pas !

Écrit par : François M. Monney | 13/02/2013

Bonjour Géo, Effectivement cette annonce parait paradoxale, pourtant,le DDPS fonctionne comme les autres départements et se doit d'utiliser les crédits chaque année et ne peut reporter ceux-ci sur une autre année comptable. La loi sur le frein à l'endettement est très claire sur le sujet, par conséquent, chaque économie ou budget non utilisé ne peut être gardé et réutilisé. Ceux-ci doivent être rendu à la Confédération pour une réafectation.

Ce système produit donc deux effets : soit des départements usent l'argent dans des dépenses injustifiées soit ils rendent l'argent. De ce point de vue le DDPS est transparent.

Je note que sur l'article du temps, on ne fait nullement mention de cet état de fait.

Écrit par : PK | 13/02/2013

Bonjour François,

Malheureusement, je pense qu'il ne s'agit nuellement d'une provocation du moins en ce qui concerne la réalité actuelle. Je discutais récemment avec des pilotes qui me confirmaient que cette situation était triste mais inévitable. Dommage en effet, de ne plus pouvoir produire la PS, lors d'évènement comme les possibles Jeux Olympiques de 2022 (enfin, si celà se fait).

Reste qu'il y a le Team PC-7 qui peut encore être développé, plusieurs pays ont comme patrouille aérienne des "team" équipés d'avions écoles turbopropulsés (le Brésil,l'Afrique du Sud, l'Australie), effectivement l'effet n'est pas le même!

Ceci étant, la résistance s'organise, les Fans de la PS se bougent depuis un certain temps sur FB et peut-être que nos parlementaires, probablement échaudés par cette nouvelle (bien qu'elle soit connue depuis longtemps au sein de la Berne fédérale) se bougeront un peu !

En déffinitive, la vraie question de cette décision concerne en fait, les réelles moyens que l'on veut allouer à l'armée ! CQFD !

Écrit par : PK | 13/02/2013

Ne soyons pas dupe, cette situation est le fait de la gauche et des naïfs de droites qui pullulent a Berne. Il est temps de redonner des moyens a l armée et de se payer une seconde tranche de Gripen pour pouvoir réactiver la PS et assurer correctement notre défense aérienne.

Écrit par : Éric | 13/02/2013

La Patrouille suisse disparaît!
Dommage! Mais une réelle opportunité aussi: il sera possible d'utiliser le magnifique habillage des avions pour d'autres matériels militaires.

Oui!... Les nouveaux vélos qu'a testé Ueli Maurer. Certainement que notre "Ministre de la Guerre" doit déjà avoir prévu le coup! Car, au prix où ces "petites reines" qui sont facturées au prix fort à la "Meilleure Armée du Monde", les peintures seront certainement réalisées à la main avec un pinceau très, très fin. Deplus, chaque vélo sera signé par l'artiste qui aura réalisé le chef-d'oeuvre en rouge et blanc!... Un clause spéciale interdit aux artistes de mélanger les deux couleurs... Des vélos roses à l'Armée, ça ne fait pas très sérieux. Il n'y a que le Sergent de la chanson "La Folle du Régiment" de Sardou qui sera vraiment déçu!
- ...
- Ah oui!... Vous avez raison! En Suisse, une chose pareille n'est pas possible...
- ...
- Je suis d'accord avec vous, bien sûr! Le Sergent de Sardou est Français.
- ...
- Comment?
- ...
- Ah oui, ça aussi, c'est vrai! Les Français, eux, ils gardent leur Patrouille,

Écrit par : Baptiste Kapp | 13/02/2013

Entièrement d'accord la solution réside dans l'achat d'une seconde tranche de Gripen.

Écrit par : Steeve | 13/02/2013

Allez, même si en maintenant en service ses Tiger quelques années encore la Patrouille Suisse perdrait momentanément sa spécifité (voler sur des appareils alignés en escadrille de front), "Pa Capona !" comme diraient les Saviésans !
Chiche qu'à terme la Patrouille Suisse évoluera sur des Gripen habillés - tout ou partie - de rouge et de blanc ? Peut-être plus à 6 appareils, peut-être avec un nombre de sorties annuelles réduit...

Écrit par : François M. Monney | 13/02/2013

Quelque part, si Yves Rossi et quelques autres allumés arrivent à faire le guignol sur nos têtes en promenant des avocates lausannoises en Hunter ou en Mirage III (faites attention à la jauge, nous glisse Hans-Ulrich Jost, à 9000 francs le plein, mieux vaut ne pas l'oublier), pourquoi la confédération n'arriverait pas à maintenir ses F-5, plutôt que de les brader pour servir de pots de fleurs chez les vieux colonels de l'aviation ?

Écrit par : Géo | 13/02/2013

Pour plusieurs raisons, les F-5 sont aujourd'hui complétement obsolètes du point de vue de l'aviation moderne, les coûts de maintenance prennent l'ascenseur.

N'oublions pas que les vols en Venom, Hunter et Mirages IIIDS sont possible avec une minorité d'aéronefs, dont les vols sont majoritairement payés par le passagers lui-même.

Écrit par : Pk | 13/02/2013

Peut être louer les services de la patrouille Breitling en lui demandant de repeindre ses avions...bon c'est vrai leurs pilotes sont majoritairement des anciens de la Patrouille de France, mais on pourrait leur proposer une naturalisation non ?

Écrit par : charcotne | 13/02/2013

Je rêve d'une patrouille de 6 PC 21.

1. Les couleurs nationale ne seraient pas en contradiction avec la mission première des appareils
2. Ils joueraient le rôle d'ambassadeurs de notre industrie aéronautique et démontreraient le savoir-faire suisse
3. Moins bruyants et guerriers, ils seraient plus grand public, cadrant mieux avec l'image diplomatique de la Suisse
4. Ils se prêtent mieux à l'acrobatie que les avions d'arme à mon avis

Écrit par : pascal (l'ing) | 13/02/2013

Il n'y a pas que les Suisses qui sont tristes de voir disparaitre une patrouille au top niveau sur "réacteurs"!!
J'ai toujours eu beaucoup de plaisir à voir évoluer votre patrouille sur F 5 dans les meetings en France ou ailleurs.

Écrit par : Spillemaecker | 14/02/2013

Les commentaires sont fermés.