20/11/2012

Le Gripen E, finances, offsets, emplois !

Axalp3.jpg


 

Voici le second volet consacré au programme d’armement 2012 concernant l’acquisition de l’avion de combat Saab JAS-39E «Gripen». Dans le premier vous avez pu prendre connaissance des derniers éléments techniques de l’avion. Nous allons ici voir les dernières informations disponibles concernant le financement, les Offsets et les emplois. Ces informations ne sont pas définitives et vont encore évoluer, je compléterais le dossier en fonction de l’évolution du programme. 

 

Le volume de l’acquisition :

 

L’acquisition proposée se compose des éléments suivants :

22 avions monoplaces, entièrement équipés pour les engagements air-air avec missiles à guidage infrarouge et radar, munitions et réservoirs à carburant largables.

Equipements d’engagement supplémentaires : équipement de reconnaissance pour équiper dans un premier temps quatre avions,équipement pour des engagements air-sol pour  équiper toujours dans un premier temps huit avions.

Paquet logistique pour les Forces aériennes. Paquet logistique pour l’industrie suisse.

2 simulateurs de vol.

Diverses prestations, par exemple l’intégration du Gripen dans les systèmes de conduite, prestations de RUAG et de tiers, ainsi que vols d’essai pour la vérification du fonctionnement et des prestations du système d’arme.

 

Coûts de l’évaluation et de l’acquisition :

 

Pour le DDPS, les coûts directs de l’évaluation, d’environ 5 millions de francs, ont grevé le crédit Etudes de projets, essais et préparatifs d’achat (EEP 2008), tandis que les frais de déplacement se sont élevés à environ un million de francs.

L’équipe de projet du DDPS a fourni approximativement 100’000 heures de travail pour l’évaluation, ce qui équivaut à 15 à 20 millions de francs.

Les coûts de l’acquisition, y compris le risque et le renchérissement estimé jusqu’à la livraison du paquet, s’élèvent à 3,126 milliards de francs.

 

Calcul des crédits et fixation des prix :

 

La Suisse passe la commande des Gripen E au gouvernement suédois. Ce dernier commande ensuite à Saab la totalité des appareils destinés à la Suède et à la Suisse. Il est ainsi possible d’exploiter les synergies et d’obtenir des prix plus avantageux grâce à ce regroupement (Pour les F/A-18 la Suisse avait passé commande auprès de l’US Navy qui a regroupé sa commande de 180 appareils à la notre auprès de Boeing).

 

Pour les livraisons de Saab, il existe une offre contraignante à prix fixe en francs suisses du gouvernement suédois. La Suède garantit que ce prix ne sera pas dépassé. Pour les missiles à guidage infrarouge: l’IRIS-T de la société Diehl BGT Defence GmbH & Co KG, à Überlingen ( Allemagne ), a également présenté une offre contraignante à prix fixe en francs suisses. Ces deux offres à prix fixe représentent conjointement approximativement 85 % du volume de l’acquisition.

 

Pour le solde de l’acquisition (soit environ 15% du budget de l’acquisition), la meilleure estimation possible des coûts a été faite. Cette estimation inclut l’acquisition de missiles à guidage radar Meteor de MBDA, pour lesquels une offre en livres sterling remise à des fins de budgétisation a été utilisée.

 

 

Le gouvernement suédois a présenté une offre à prix fixe en francs suisses et assume, ainsi, les risques liés au cours du change pour la plus grande partie du budget d’acquisition. De plus, le constructeur s’engage à livrer les avions dans les délais, si toutefois un retard devait être constaté, un dédommagement serait alors offert à notre pays.

 

Conformément à la loi du 7 octobre 2005 sur les finances (LFC)9, les crédits d’engagement demandés dans le cadre d’un programme d’armement représentent un montant maximal qu’il est interdit de dépasser sans l’autorisation du Parlement. 

 

 

Les Offsets : 


 

Sans titre.jpg


 

Le constructeur s’est engagé à compenser la totalité du coût d’achat de l’avion soit : 3,126 milliards de francs.

Les affaires de participation directe et indirecte ne bénéficient d’aucune subvention de la Confédération. Les offres des entreprises suisses doivent être compétitives pour que les affaires se réalisent. La détermination des possibilités de participation est dirigé par armasuisse et le bureau des affaires compensatoires, à Berne, et il est exécuté par l’équipe industrielle du Gripen, composée en particulier de représentants des entreprises Saab, General Electric, Selex et Honeywell Collins, conjointement avec les associations de l’industrie Swissmem et GRPM.

 

Dès la remise de l’offre, la société Saab s’est engagée à compenser économiquement, par un programme industriel suisse, les flux financiers la concernant. En l’état actuel, le volume total est estimé à quelque 2,5 milliards de francs. Le programme industriel suisse porte sur toutes les parts de fournisseurs étrangers. Il s’agit des fabricants de missiles, en plus du fabricant des avions. Les parts de fournisseurs suisses et d’organes gouvernementaux ainsi que les acquisitions de moindre importance auprès de tiers ne sont pas prises en considération. Le crédit d’engagement demandé inclut toutes les taxes et redevances, aux taux actuellement connus. Pour les projets proposés, le renchérissement a été estimé jusqu’à la livraison complète du matériel et figure dans les demandes de crédit. Le renchérissement est fixé sur la base de l’indice des prix à la consommation et de l’évolution des prix des matières premières.

Le solde des affaires de participation directe et indirecte de l’industrie suisse devra être négocié après la signature du contrat, comme cela est usuel. Les affaires s’étendront sur une période d’environ 10 ans.


 

offsets2.jpg


 

Emplois : 

 

En ce qui concerne l’armée : quelque 150 postes exprimés à plein temps sont prévus au total pour l’exploitation du Gripen : 41 pilotes militaires professionnels, 6 officiers de carrière pour les capacités de base reconnaissance aérienne et combat au sol, 3 sous-officiers de carrière pour l’instruction et environ 100 postes pour le personnel professionnel civil. 

 

offsets.jpg

 

En ce qui concerne l’industrie civil, bien que les détails sont encore confidentiels et ne seront divulgués que courant 2013, les transferts de technologie, développements de brevets et les contrats avec la Suède vont générer plusieurs milliers de places de travail au sein de l’économie de notre pays. Il en résultera un accroissement du savoir-faire et une valeur ajoutée pour les entreprises industrielles de haut niveau technologique. Le volume attendu des affaires compensatoires correspond habituellement à l'activité économique de quelque 10 000 années-hommes.


 

offsets3.jpg


 

Conséquences pour l’économie publique : 


 

offsets4.jpg


 

L’acquisition du Gripen est avantageuse pour l’économie publique suisse pour les raisons suivantes : les dépenses liées à l’acquisition sont compensées par des affaires précisément dites compensatoires dans la mesure où des contrats sont conclus avec l’industrie étrangère. Il s’ensuit une acquisition de savoir-faire et de la valeur ajoutée dans des branches industrielles de haut niveau technologique. De plus, l’exploitation et la maintenance du Gripen préserveront et créeront même parfois des emplois à long terme.

Les affaires compensatoires à réaliser par l’industrie suédoise auprès de l’industrie suisse portent notamment sur les domaines suivants : Le transfert de technologies dans le secteur aéronautique en vue du soutien à long terme aux Forces aériennes pour l’exploitation, la maintenance et le développement des nouveaux avions.

Le transfert de technologies dans le domaine de la technique de défense et de sécurité en général, pour un soutien accru de l’armée par l’industrie suisse également dans des domaines autres que le secteur aéronautique.

La mise en place de relations d’affaires durables à long terme pour l’industrie suisse, perdurant après l’achèvement des affaires compensatoires.


 

Gripen_armasuisse_stor.jpg


 

Lien sur le premier volet : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/14/programme-...

 

 

 

Photos : 1 & 2 Gripen NG lors de sa démonstration en octobre dernier @ DDPS

 

Commentaires

Bonjour Pascal,

Merci beaucoup pour ce second volet très complet.

C'est un lisant ce dossier que j'ai repensé à une ancienne annonce de la Suède pour l'achat d'un grand nombre de Pilatus d'entrainement (PC-7 ou PC-21). Est-ce que c'est toujours d'actualité?

Écrit par : Jo-ailes | 21/11/2012

Bonjour Jo-ailes, merci, oui la Suède prépare de son côté son programme pour l'achat du Gripen E et prévoit l'acquisition de PC-21. Le nombre exacte de PC-21 n'est pas encore connu, mais on avance le chiffre de 40 appareils, à suivre..

Écrit par : PK | 21/11/2012

Merci Pascal pour la réponse.

Espérons...

Écrit par : Jo-ailes | 21/11/2012

Tout d'abord merci Pascal pour ces excellentes informations!
Ensuite je tiens à féliciter les négociateurs de ce contrat pour le verrouillage draconien de celui-ci.
Sans vouloir jouer les Cassandre; j'en viens presque à me demander si la mariée n'est pas trop belle!?

Si je comprend bien les clauses du contrat, tous les risques, financiers et techniques, sont à la charge de SAAB.

Que se passerait-il si SAAB en venait à ne pas pouvoir tenir ses engagements?
Qui assure le montage financier?
Le gouvernement Suèdois sert-il également de caution?

Écrit par : forêt10 | 21/11/2012

En même temps, les Suédois ne sont pas des charlots en matière d’aviation, ils souffraient jusqu’ici d’être moins connu que les Américains ou les Français, mais les choses changent. De plus, ils offrent le même genre de garanties que l’aurait fait Dassault par exemple ou le Gouvernement (combien de fois la France n’a-elle pas assuré des ventes via des sociétés, au prix de vendre à perte) Mais là ce n’est pas le cas du tout, bien que le Gripen E nous coûte sensiblement moins cher qu’au Suédois. Il est parfois intéressant de devenir le premier « client export » d’une nouvelle version.

Écrit par : Serge | 21/11/2012

Existe il un risque pour la Suisse étant donné que la Suède envisage de réduire à 40 sa flotte d'avions de combat (Defense News)?
De même est-il programmé une mise à niveau du radar à fin de remplacer le swashplate par deux antennes latérales comme prévu par la concurrence (A&C)?

Écrit par : Joël | 22/11/2012

La Suède ne va pas réduire à 40 aéronefs sa flotte de combat, par contre, dans un premier temps,ce pays prévoit une première commanded'environ 40 Gripen E qui sera suivie par d'autres.Il s'emble probable qu'au total se sont 60 Gripen E qui seront concernés avec la possibilité de moderniser des versions plus anciennes C/D.

La technologie Swashplate est une innovation qui ne sera pas remplacée, celle-ci à d'ailleurs de forte chance de venir équiper l'Eurofighter tranche 3 à partir de 2025. On ne connait pas encore les possibles modernisations du radar du Gripen E, celà est un peu tôt, mais il est évident que celui-ci subira plusieurs amélioration durant sa vie. Nous en reparlerons le moment venu.

Écrit par : PK | 22/11/2012

Le Gripen aurait-il gagné le contrat F-X2 au Brésil?

D'après plusieurs sources; GE vient de ratifier de nouveaux partenariats concernant le réacteur F-414G avec plusieurs fournisseurs et sous-traitants Brésiliens:
- Increase Aviation Service SA
- Grauna Aerospace
- AKaer (déjà responsable du fuselage du Gripen)
- TAP M&E
GE pourrait élargir son offre aux pièces du CF34 dotant les E-jets d'Embraer!

Bonne nouvelle n'est-il pas?

Écrit par : forêt10 | 23/11/2012

Pas de nouvelle du choix brésilien pour l'instant qui devrait semble-t-il intervenir ce printemps.
Par contre, plusieurs sociétés de ce pays sont devenues partenaires sous-traitants pour le Gripen, ce qui pourrait (conditionnel) favoriser le Gripen E !

A suivre....

Écrit par : PK | 23/11/2012

le contrat France/Brésil est en stand-by et ca va duré, le Brésil attend simplement de voir si la Suisse réussira a valider le contrat après toutes les contraintes que l'on connais = votation, budget, etc...

le contrat pour le rafale ne ce fera pas avec le Brésil donc leur futur flotte sera équipé du fameux gripen.

Écrit par : michel | 23/11/2012

Hyper confiant Michel! Probable effectivement mais rien n est jamais joué d avance!

Écrit par : Serge | 23/11/2012

Et bien, je constate que certaines personnes croient au Gripen Brésilien qui est pourtant et (de très loin) derrière le Rafale et le Super Hornet dans cette course. En effet, le Gripen dispose de 2 très gros handicap pour le FX2 ! Il n'a qu'un seul moteur et surtout il n'y a pas de version marine (cellle ci n'existe que sur la table à dessin) car les brésiliens ont un porte avions!
Sinon, les petits partenariats signés à droite à gauche ne veulent pas dire grand chose car des entreprises françaises et américaines ont fait la même chose.
Les brésiliens attendent surtout comment va s'achever l'appel d'offre indien et voir les concessions que la france a donné aux indiens afin de renégocier face à la france et ....aux ETATS UNIS. En effet, je n'y crois pas du tout au Gripen suedois qui a juste un rôle de lièvre.

Écrit par : Jason Bourne | 23/11/2012

Sauf que les pilotes brésiliens ont TOUJOURS préférés le Gripen face au Rafale ! Et de plus, le Portes-avions brésilien de petite taille puisqu'il s'agit de l'Ex-Foch ne peut emporter que des aéronefs compactes, le Rafale tout comme le Super Hornet sont trop lourds !!! Hé, oui, seul le Seagripen correspond à ce type de bâtiment !

Un seul moteur ? Cela n'a pas posé de problème lors du choix du Mirage 2000 par exemple !
Quant aux signsatures de contrats, ils sont en faveurs des suédois et des équipementiers us qui équipent le Gripen, la France, quant à elle est reléguée à ...pas grand chose!

Votre théorie est ridicule, rester donc dans vos croyances dignes d'un dogme religieux !

La réalité risque de vous faire sortir d'un long sommeil sectaire ...

Écrit par : Serge | 23/11/2012

Visiblement, j'ai un message qui n'est pas passé...

C'est pas grave, je le réécris en partie. ;o)

Si le Brésil veut réellement attendre de voir si la Suisse commande au final le Gripen, il va falloir qu'ils soient patients. Quand est-ce qu'il y aura au mieux les votations en Suisse, début 2014?

Et le GE F-414, pour l'instant, il n'équipe pas que le prototype Gripen Demo, mais également un appareil de série: le Super-Hornet, qui est lui aussi concurent! ;o)

Quand à savoir si le Brésil va finalement équiper son porte-avion... Ils ont déjà du mal à trouver de l'argent pour la force aérienne, ça risque d'être dans pas mal d'années.
Ce qui tombe bien pour SAAB: même si c'est les meilleurs du monde, comme le pense certains, ce n'est tout de même pas une paille que de développer un appareil capable d'être opérationnel depuis un porte-avion, même quand on a de l'expérience dans ce domaine. Ce qui n'est pas le cas de SAAB, mais ça ne l'empêchera pas de collaborer avec d'autres équipes compétentes. Donc si le Gripen E sera opérationnel en 2018 environ, le SeaGripen pourra peut-être l'être en 2020.

Et oui le Super-Hornet est trop lourd pour l'ex-Foch, oui le Rafale ne pourrait décoller qu'en configuration de supériorité aérienne... Il reste le SeaGripen et le Tejas naval qui sont en cours d'étude.

Écrit par : Jo-ailes | 24/11/2012

Les pilotes Brésiliens ont seulement dit que les 3 avions leur convenaient! Dire que les pilotes brésiliens ont préféré le Gripen fait grandement sourire surtout lorsque l'on voit comment les Suisses ont massacré le Gripen dans leur évaluation (Il a atteint le minimum requis nulle part! Et comme ce rapport est suisse, on ne peut pas enlever leur objectivité).
Si certains généraux brésiliens ont préféré le Gripen, c'est uniquement pour avoir plus d'avions du fait de son prix mais pas pour ses performances.

Quand à dire que le Rafale M est trop lourd est aussi une belle boutade!
Il a justement été conçu comme un chasseur léger pour décoller dans les "petits" porte-avions français (Le CDG, le FOCH sont des Schtroumpf comparé au BIG E américains).
De plus, à votre avis, sur quel batiment les Rafale M ont commencé les test ? C'était en mai 1993 et à cette époque, il n'y avait pas de Charles de Gaulle ! C'était tout simplement le FOCH ! Et oui, des Rafales M ont déjà apponté sur le FOCH et ça a très bien marché !

Pour finir "navaliser" un avion est tout sauf une partie de plaisir et je doute que les brésiliens prennent ce risque industriel avec le Sea Gripen. Saab est aux abois et ils sont prêt à proposer toute les utopies pour tenter de vendre leur avions mais je doute que les brésiliens soient aussi naifs.

Le double moteur est important pour un pays de la taille du brésil car il s'agit d'une sécurité importante en cas de panne.

Je vous le redis, les brésiliens attendent que les négociations se terminent avec l'inde pour prendre leur décision et que le FX2 va se jouer entre le Rafale et le Super Hornet !

LEs brésilent voudront une bête de course pour surveiller leur espace aérien et les "menaces" des SU-30 de chavez et un gripen n'est pas suffisant pour sa faible puissance du moteur, sa faible autonomie, sa faible capacité d'armement.
Mais néanmoins, Le Gripen reste un appareil qui convient parfaitement pour la suisse.

Écrit par : Jason Bourne | 24/11/2012

1 Rectificatif: L'ex FOCH est parfaitement capable d'accueillir le Rafale.
Des essais ont été effectués au début de l'ère "Rafale" en France(début 2000) à partir du FOCH.
2 Exact le Super-Hornet qui utilise également les moteurs F-414G, reste un candidat de premier plan.
3 D'après certaines sources, le Brésil est prêt à renoncer à une version navale pour le programme FX2. En tout cas, il n'en fait pas (plus) une priorité.

Écrit par : forêt10 | 24/11/2012

Sauf, que les essais du Rafale sur le Foch avec un appareil n'ont rien à voir avec l'engagement d'une flotte complète sur un navire de ce tonnage, les bésiliens travaille déjà sur le SeaGripen en collaboration avec la Suède, ce n'est pas pour rien. Le nombre d'entreprises déjà en contrat pour fournir des pièces du Gripen vont peser très lourd dans le choix.

Le programme FX ne concerne que l'Air Force, la Marine sera concernée pour le remplacement des A4 plus tard !

Le GE F414G est la version destiné au monomoteur, le Super Hornet utilise la version F414-400.

je ne crois pas que les Brésiliens attendent l'éventuel vote en Suisse, ils ont par contre surveiller le développement final du Gripen E qui donne pleine satisfaction.

Écrit par : Serge | 24/11/2012

"Le double moteur est important pour un pays de la taille du brésil car il s'agit d'une sécurité importante en cas de panne."
@ Jason Bourne:
Il est vrai que la Suéde est un petit pays....
Et qui n'a développé des chasseurs monoréacteurs uniquement que pour le plaisir
....

Écrit par : Voltigeur | 24/11/2012

Je ne crois absolument pas au seagripen. La Suède n'a jamais fabriqué d'avion embarqué et n'a jamais possédé de porte avion, ils n'ont donc aucune expérience. Selon le bon sens paysan, si je devais acquérir un avion pour le mettre sur un porte avion, je choisirais un avionneur qui "sait faire" et dont la nation d'origine en est doté. Et ce n'est pas en lançant des études théoriques qu'on acquière cette compétence, il faut aussi tester, se tromper et progresser... qui veut prendre le risque?

Écrit par : Bob | 24/11/2012

@Serge: Désolé de ne pas avoir croché sur le fait que vous parliez de la version F-414G, mais je n'ai trouvé que des références à des contrats sur des F-414-400 pour les Super-Hornet de l'USNavy (et même si mon portugais n'est pas parfait).

Quand au fait que les suédois construisent des monomoteurs, c'est juste, et ils sont bien construits! Mais si devoir s'éjecter au dessus des forêts nordiques ne doit pas être une sinécure, je le préfèrerais pourtant qu'au même cas de figure au dessus de la forêt amazonienne!

Écrit par : Jo-ailes | 24/11/2012

Le Super Hornet est doté du F414-402, le F404G est une version dérivée destinée au monomoteur tel le Gripen E !

L'argument anti-monomoteur est ridicule puisque le Brésil utilise le Mirage 2000 ! Jason reprend les stigmates des VRP de Dassault qui ont été adapté à la situation..imaginer les mêmes arguments 12 ans plus tôt..le Brésil n'aurait jamais du choisir le Mirage 2000 !

le Porte-avions Charles-de-Gaules quoi que plus grand que le Foch à du renforcé son pont d'envol car les Rafale étaient trop lourds ! IL est claire, évident, que le Foch ne pourra recevoir des Rafale ou des Super Hornet..seul le SeaGripen correspond ! BoB, il y a un début à tout, votre vision est dépassée, dans un monde de concurrence !

Les Brésiliens ont investit avec Saab, pensez-vous qu'ils vont mettre leurs industries en porte à faux dans un choix erroné ? Certainement pas, d'ailleurs le ils mettront le missile A-Darter sur l'avion choisit, soit le Gripen, ce missile n'étant pas qualifié sur le Rafale !

Le Gripen E emporte moins de d'arme que ces concurrents, certes, mais il est plus rapide en matières de vitesse de calcul et donc de réponse que ses concurrents, le SU-30 du dictateur vénézuéliens (par ailleurs, dont les pilotes sont mal entrainés)ne feront pas le poids.

Dans ce contrat, on voir une fois de plus nos voisins français tenter de se trouver de justification, les résultats nous les constatons en Suisse, aux EAU... chacun sa vision!

Écrit par : Serge | 25/11/2012

Visiblement, certains n'ont pas appris les leçons des dernières compétitions, monomoteurs, rayon d'action, peu importe l'électronique et la capacité à offrir un rapport qualité coût de qualité sont aujourd'hui la référence dans le choix d'un système d'arme, la Suisse tout comme le Brésil sont le miroir d'une situation bien actuelle !

Jamais, les indicateurs n'ont été aussi au vert que pour le choix du Gripen E au Brésil, n'en déplaise à certains ! Mais comme l'écrit très justement Pascal, rien n'est joué .. !

Écrit par : Steeve | 25/11/2012

L'argument monomoteur: Le Brésil n'est pas si vaste que vous le dit, mais le vrai probleme est que les piste sont rare. Le Canada, qui est de loin plus vaste et plus hostile que le Brésil est prêt a acheter des F-35A monomoteur, sans stacom pour patrouiller sont espace aérien, ce qui inclus spécifiquement l'arctique.

Perso, je suis Canadien, et entre Gripen E et F-35A, je met ma confiance en le Gripen. Pour le Brésil, il pourra faire le travail d'interception et identification des contact, mais je doute de sa capacité de survit en dogfight.

Bref, comme un meuble IKEA, Beau, Bon, Pas cher et fait la job, sans plus.

Écrit par : Dany | 26/11/2012

Et pourquoi le Gripen E serait problèmatique en dogfight ? les version C/D ont montré qu’ils étaient très agressifs dans les divers exercices internationaux.

Le Gripen E est encore plus puissant avec un excellent taux de roulis, de plus le couplage de l’IRST et du viseur de casque offrent ce qu’il y a de mieux !

Écrit par : Robin | 26/11/2012

Je vois que beaucoup de chose ont été écrite au sujet du Gripen, du Rafale, du F35 A et du SU-30.
Tout d'abord, la première chose est que le Gripen NG sera un bon appareil mais il ne fera que pour quoi il a été conçu et pas plus : POLICE DU CIEL!
Ce n'est pas un avion à but offensif comme le Rafale, le Super Hornet, le F35 ou même le SU-30.

Le souci est le Brésil tient à devenir une grande puissance et c'est là que le choix du Gripen pose problème car cet avion n'excelle dans aucun domaine mais sur le peu qu'il fait, il le fera correctement.
Et pour assurer ce leadership, Le Brésil souhaitera équiper ses forces aériennes d'un avion qui soient à la hauteur de son futur statut car les SU-30 d'Hugo Chavez sont de belles bestioles et contrairement à Serge, je pense que le Venezuela est rempli de Petro-Dollar pour assumer une excellente formation à ses pilotes.
De plus, les combats en dog fight n'ont plus d'importance aujourd'hui.

Sinon, Dany, pas d'inquiétude, le F35A canadiens risque de ne jamais existé. Le lobbying de Boeing commence à porter ses fruits et le gouvernement canadien commence à envisager de sortir du programme. Donc en cas d'abandon, ce sera très probablement (même sur) le super Hornet next génération que vous aurez (Le Rafale, Typhoon, Gripen ont 0% de chance sur ce marché)

Écrit par : Kenshiro | 26/11/2012

Kenshiro : Ce sera une bonne nouvelle :)

Mais je me demande pourquoi peu de nation regarde vers F-16 Block 60, F-15 Silent Eagle et les mirages 2000-9?

Tous ont des équipement que l'ont dit des 5e génération.

Écrit par : Dany | 26/11/2012

Cette fois-ci, c'est bien parti...
http://www.defencetalk.com/swedish-defence-committee-says-yes-to-gripen-ng-45818/

Écrit par : forêt10 | 07/12/2012

Encore un peu de patience, le Parlement suédois à délibéré, hier durant 5heures, la droite majoritaire confirme son soutien au Gripen E ainsi qu'une partie du bloc socialiste, les verts eux sont contres. Le vote aura lieu la semaine prochaine.

Ceci dit, on voit mal un refus du projet, qui signifierait purement et simplement la mort annoncée de l'industrie aéronautique suédoise !

Écrit par : PK | 07/12/2012

Article très intéressant dans le TagesAnzeiger concernant l excellente négociation du prix du Gripen pour notre pays : http://www.tagesanzeiger.ch/mobileapp/#/story/22975558/2

Écrit par : Steeve | 10/12/2012

Sur la RTS1 maintenant aussi...

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/4494328-la-suisse-payerait-son-nouvel-avion-de-combat-le-gripen-100-millions-de-francs-piece.html

Reste à M.Maurer de persuader "ces gauchistes du centre droite", comme diraient certains. ;o)

Écrit par : Jo-ailes | 10/12/2012

Avez-vous vu le documentaire de Arte sur le Starfighter, le 17 avril ?
Talon d'Achille de cet avion : 1 seul turboréacteur, responsable de la mort de
beaucoup de pilotes de la Luftwaffe! Le Gripen n'en a qu'un aussi !

Écrit par : Wohlhauser | 17/04/2013

Oui,je vous rappelle, que les avions de la famille Mirage, le Hunter, F-16, le futur F-35 sont tous des monoréacteurs.

Le documentaire en question oublie le problème fondamental des F-104 allemands : le F-104 a été conçu comme un intercepteur de bombardiers à haute altitude, la Luftwaffe a voulu en faire un avion d'attaque au sol à basse altitude. Ces modifications sont à l'origine de ces drames. Les divers autres exploitants du F-104, USAF, RCAF, le Danemark, la Norvège, la Turquie et l'Italie (et d'autres) n'ont jamais connu autant de crash, car ils ont respectés ce pourquoi l'avion avait été conçu.

Écrit par : PK | 17/04/2013

Les problemes du F-104G d'ailleurs à l'origine du dogme biréacteur.
Il n'y a pas si longtemps, les vols transatlantique en bireacteurs étaient inconcevables...
Mais entre-temps, l'industrie à fait des progrès.

Écrit par : Al&X | 18/04/2013

Les commentaires sont fermés.