18/10/2012

La Royal Thaï Air Force reçoit son second Saab 340 AEW !

1845974599.jpg

 

Base aérienne de Surat Thani, mercredi dernier, la Royal Thai Air Force (RTAF) a reçu son deuxième avion d’alerte avancée Saab 340 AEW en provenance de la Suède. Les personnalités de l'Administration suédoise du matériel de défense à l’exportation (FMX) ont participé avec le personnel de la RTAF à la cérémonie de remise. 

 

Cet appareil, équipé du radar Erieye, fait partie de la phase 2 du contrat de gouvernement à gouvernement en matière de défense aérienne signé en 2008 entre la Suède et la Thaïlande.

 

La deuxième phase de ce contrat comprend six avions de combat JAS-39C Gripen au standard MS20 qui livrés à RTAF au cours de 2013. La première phase est déjà livrée. La première phase consistait  en deux Gripen C, quatre avions Gripen D, un avion Saab 340 AEW, un avion Saab 340, les systèmes de radar, des armes et de la formation.

 

RTAF3.jpg

Le Saab 340 AEW :

 

Le Saab 340 Erieye AEW est un système de surveillance avancé et permet un contrôle à la fois sur terre et sur mer et air, même dans des conditions de brouillage lourds. En utilisant la dernière technologie de radar AESA et d'un système de guerre électronique polyvalent. 


 

saab aerospace,saab 340 erieye aew,jas-39cd gripen,rtaf


 

Véritable système multi-rôle :

 

Le AEW  Erieye est une solution complète multi-rôle pour les opérations multi-missions de surveillance et d’alerte lointaine :

Le système est une solution fiable et éprouvée avec une évolution continue, le radar de dernière génération Erieye est capable de détecter des cibles à faible signature ainsi que des systèmes de surface maritime, des hélicoptères en vol stationnaire,ainsi que des drones de différentes tailles. Le radar fonction en bande S et offre une longue portée avec une excellente résistance au brouillage. Le système basé sur une cellule éprouvée du célèbre avion turbo-propulsé Saab 340 permet une endurance de 9,5 heures de vol avec une vitesse de croisière de 340 noeuds (TAS) à une altitude moyenne de 25.000 pieds. 

 

Le radar est opérationnel trois minutes après le décollage et en montée. 

 

Les clients : 

 

La plateforme Saab 340 Ereye AEW est en service au sein des pays suivant :  Suède, Grèce, Brésil, Mexique, Pakistan, Emirats Arabe Unis et Thaïlande. 


 

1503335651.jpg


 

Photos : 1 Saab 340 AEW RTAF 2 Livraison du second exemplaire 3 Saab 340 AEW & JAS-39D Gripen thaï @ Saab Aerospace

Commentaires

Est-ce que le Saab 340 utilisé et un modèle civil d'occasion reconverti ou est-ce un exemplaire neuf ?

Bonne journée.

Écrit par : Bob | 19/10/2012

Bonjour Bob, le modèle 340 n'est plus produit depuis 1998, par conséquent, les versions AEW sont des appareils stockés ayant servit dans des compagnies aérienne, puis reconvertit avec une nouvelle avionique cockpit et une motorisation plus puissante.

bien à vous.

Écrit par : PK | 19/10/2012

Petites questions pour les spécialistes:
Pourquoi est ce que la suisse, contrairement à l'entier des nations mondiale bientôt, n'opte pas pour un ou deux appareils type de ce SAAB pour la surveillance de son espace aérien?
Cela ne serait pas plus efficace que la doctrine actuelle qui consiste à faire voler des chasseurs avec un radar limité?
Questions subsidiaires:
Cela ne reviendrait finalement pas moins cher comme solution car nécessitant moins d'appareils opérationnel en même temps?

Écrit par : lefredo | 19/10/2012

Bonjour Lefredo, Question intéressante, qui avait fait débat au sein des Forces aériennes au début des années 90.

Avec l’arrivée des Hornet (capacité à voir en dessous) et l’entrée en service au début 2001 du nouveau système radar FLORAKO et de la liaison des données (Hornet/FLORAKO) le besoin d’un tel avion est devenu secondaire voir luxueux. Deux à quatre Hornet suffisent pour compléter la détection radar (FLORAKO et TAFLIR). Avec la prochaine modernisation de la DCA (DCA2020/BodLuv), les systèmes radars de ceux-ci (Rapier, Pstar et Skyguard) seront dans un avenir proche mis en réseaux (NetCentricWarfare) et viendront ajouter à la détection non plus de manière individuelle comme c’est le cas aujourd’hui mais feront partie intégrante du réseau radar avec comme point final l’arrivée du Gripen E « AESA ».

En conséquence, la densification de se systèmes en réseaux sur un territoire comme le notre n’oblige en rien un système AEW embarqué.

Par ailleurs, un tel système ne remplace pas une dotation en avion de combat moderne mais complète un réseaux lorsque celui-ci peut s’avérer peu dense sur un territoire de grande taille , comme c’est le cas en Thaïlande par exemple.

Notons au passage que les radars TAFLIR seront bientôt remplacés, par une nouvelle génération de radar tactique à basse altitude, une compétition sera prochainement lancée à ce sujet.

Écrit par : PK | 19/10/2012

Les commentaires sont fermés.