16/10/2012

Evaluation du drone Hermes 900 !

02_Evaluation_ADS-15_ELBIT_HERMES_900_okt12.jpg


 

 

L'évaluation du second drone candidat pour équiper nos Forces aériennes à débuter  le 1 octobre et se terminera le 19 octobre prochain depuis les installations de l’aérodrome d’Emmen (LU).  Le drone Hermes 900 d’Elbit Systems est testé par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d'armasuisse comme ce fut le cas avec son concurrent. 

 

DSC_2622.jpg

Evaluation des drones :

 

A près le Heron 1, l’Hermes 900 doit se soumettre aux essais, soit, vérifier la fonctionnalité des composants à la fois au sol et dans les airs et ceci dans l'environnement suisse (l'espace aérien, la topographie, les conditions météorologiques, Ground-based environnement, les infrastructures aérodrome et l’ intégration).

Cibler les performances des systèmes de détection et communication, afin de contraster avec les exigences formulées dans le cadre du cahier des charges (capteurs électro-optique/Infrarouge, radar à ouverture synthétique (SAR) ainsi que le LASSO (Large Area Scanning System Operation), système de communication (SATCOM), Electronic Intelligence (ELINT) et Communication Intelligence (COMINT). 

 

Dans un second programme, il est prévu de tester avec des scénarios de vol d’évaluer la capacité de détection et la qualité de celle-ci sur de longues durées de vol et de nuit. 

Deuxième Programme de vol et le nombre de vols. Des vols de plus de 20 heures sont planifiés. 

La dernière phase comprend l’évaluation des possibilités de modernisation du système et son adaptation aux menaces futures. 

 

 L’intégration dans le trafic aérien et l’évaluation de la sécurité avec Skyguide est également prise en compte. L’intégration en zone de circulation d’aérodrome et l’utilisation en en dehors des heures normales d'opération de vol.

 

DSC_2658.jpg

 

L’Hermes 900 d’Elbit Systems :

 

L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille «Hermes» 180 & 450.  Dérivé du Hermes 450, le 900 hérite des blocs de construction fiables, de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques.

 

hermes900.jpg


Parmi les fonctionnalités clés offertes par ce drone, on trouve l'endurance, l'altitude de vol de 30.000 pied et une capacité de charge utile importante (jusqu'à 350 kg). Contrairement de nombreux concurrents,  l'Hermes 900 est conçu avec une baie de 2,5 mètres de long pour la  charge interne, il est capable d'accueillir jusqu'à 250 kg et permettant l'installation rapide de charge utile modulaire et le remplacement. L’avionique est innovantes ainsi que ses systèmes électroniques, un moteur ROTAX à faible bruit, le train d’atterrissage est escamotable.

L’Hermes 900 emploie une  station au sol pour le contrôle, la liaison de données. Basé sur l’expérience de du modèle 450, le nouvel aéronef bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels.

Un ensemble de capteurs comprend la charge utile de base EO DCoMPASS, ou Stand off EO / IR / Système laser tels que les AMPS de constructeur  Elop. Différentes missions de surveillance de la zone peut être réalisée en parallèle à des charges utiles EO,  il s'agit notamment des systèmes radar différents tels que le SAR / GMTI et des radars de recherche. Trois modules de mission spécifiques de détection sont mises en place pour le drone : la cartographie électro-optique et les systèmes d'enquête zone de numérisation (LASSO), la charge utile hyperspectrale et large système de regard zone persistante.

 

DSC_2664_2.jpg


La taille du drone permet le déploiement d'autres capteurs comme par exemple  la communication sécurisée SIGINT qui inclut le COMINT Skyfix / DF et Skyfix-G et les systèmes GSM.

Pour la configuration d'attaque électroniques le drone comprend un système de brouillage SKYJAM pour les communications et AES 210 V/V2 ESM (ELINT) pour les systèmes électronique.

L’Hermes 900 utilise un ensemble de données intégrées de communication par satellite permettant de lier les opérations au-delà de la ligne de mire et dans les zones montagneuses, où la ligne de visée restreint UAS SATCOM sans avoir besoin de descendre à une altitude inférieure. En outre, il peut  décoller simplement aménager à proximité du théâtre d’opération.

Calendrier  :

Novembre à mars 2013 : évaluation de l’ensemble des données et mise à jours.

Septembre 2013 : Mise à jour des offres des deux concurrents.

 

Premier  trimestre 2014 : Annonce du choix. 

 

Second trimestre 2014 : Présentation au Parlements.

 

2015 : Mise en consultation pour le programme d’armement 2015.

 

2017 : Livraison. 

 

DSC_2642_2.jpg

Photos : 1 Hermes 900  en vol @ Armasuisse 2,3,4,5 au sol à Emmen @ Pascal Kümmerling

Commentaires

Ces drones sont magnifiques, et leurs capacités n'ont plus grand-chose à voir avec nos Ranger.

Ils semblent tout deux être relativement proches, en ce qui concerne les performances... sait-on déjà lequel est le moins cher?

Écrit par : Jo-ailes | 16/10/2012

Et les sattelites de comm. , qui les contrôlent ????

Écrit par : Pierre | 17/10/2012

On ne connait pas le prix ni le montant des offres des deux protagonistes, par contre, l’enveloppe de 400 millions couvre l’acquisition quelque soit le drone choisit.


Pour notre pays, le drone ne sera pas relayé par satellite pour le guidage, mais par une station au sol uniquement. Pas de dépendance extérieure.

Écrit par : PK | 17/10/2012

Il a survolé Meyrin cette nuit (17.10.12 vers 01h30)

Écrit par : S3b | 17/10/2012

C'est reparti pour un tour

QUESTION: le Heron est-il le bon choix?

D'après nombre de spécialistes, le reaper, lui est en tout point supérieur et MOINS CHER!!!

Écrit par : forêt10 | 17/10/2012

Mea culpa:

HERMES et non HERON

Écrit par : forêt10 | 17/10/2012

Possible, mais rien n’est moins sûr ! Le Heron 1 avait survolé Genève et une partie du canton de Vaud la nuit sans que personne ne s’en aperçoive.

La particularité des drones MALE est de voler suffisamment haut pour être totalement discret en matière de sonorité.

Écrit par : PK | 17/10/2012

Je ne sais pour l'instant lequel des deux disposent des meilleures chances, l'Hermes 900 semble plus polyvalent. Le Reaper est principalement développé pour l'attaque au sol. Il est plus lourd 2'200 kg et ne peut recevoir une gamme complète de senseurs comme c'est le cas sur l'Hermes.

J'ai demandé, les raisons de l'élimination des drones étrangers (france, Italie, Afrique du sud et USA) ? Le responsable du projet chez armasuisse nous a expliqué que certains systèmes étaient moins bon techniquement, certain étant des dérivés de drones israéliens il était ridicule d'acheter ce que l'ont peut obtenir directement à la source, et du côté des drones US, il y avait un problème d'exportation concernant les systèmes de pointes.

Écrit par : PK | 17/10/2012

Sur ce deuxième volet, je suis d'accord avec vous et avec le responsable d'Armasuisse.
Les drones européens sont des dérivés de drones israéliens ou américains.

La France après avoir longtemps envisagée l'achat de drone "francisés" israéliens se tourne maintenant vers les USA avec le reaper.

D'après le nouveau ministre français, le reaper serait ~ 35% moins cher...

Écrit par : forêt10 | 17/10/2012

Voyons Forêt10, à votre avis combien d'éléments du REAPER sont d'origine israéliennes ??

De plus. il faut comparer ce qui est comparable, le REAPER est exclusivement un drone dont l'usage est la frappe au sol. L'Hermes 900 & l'Héron 1 sont avant tout des drones de reconnaissances et de guerre électronique. Il est par contre facile de reconfigurer l'Hermes pour l'attaque au sol si besoin était !!!

Avec le REAPER, que voulez-vous faire en Suisse, éliminer les dealers ???

Shalom, Livy :-)

Écrit par : LIV | 17/10/2012

Forêt10, moins cher par rapport à quoi ?

Si je prends l'Hermes 900 qui est l'objet de cet article, il est totalement configurable en fonction des besoins du client, de fait, l'adjonction d'un radar à ouverture synthétique, d'un système SATCOM ou de guerre électronique, d'une configuration en mode de surveillance de surface navale font que le prix varie selon les options.

De plus, le Reaper est plus spécialisé effectivement en mode attaque au sol. Rien de comparable.

Autre élément intéressant, les deux constructeurs israéliens (IAI, Héron 1 & Elbit Hermes 900) ont fait allusion au fait que les américains étaient de manière générale moins soucieux du point de vue du concept de guidage sécurisé. Les deux constructeurs garantissent que leurs produits sont à l'abris non seulement du brouillage électronique mais également des hackers. Armasuisse, confirme également qu'aucun système n'est plus sécurisé que les drones Héron et Hermes.

Écrit par : PK | 17/10/2012

Oui PK bonne question, j'avoue m'y perdre entre les divers articles et les volte-faces Anglaises, Allemandes et Françaises.

La France s'achemine vers l'achat de drones américains Predator (moyenne altitude et longue distance) et anglo-israéliens Watchkeeper (tactique).

Aux dernières nouvelles les Anglais et les Français se dirigent vers le Watchkeeper (fabriqués par Thales et le groupe Elbit à partir de la plate-forme israélienne Hermes 450)

ou... une adaptation des MQ-9 Reaper de l'américain General Atomics???

Situation très simple n'es-ce-pas, pour les prix on verra en effet quand le cahier des charges définitif sera défini.

L'Allemagne pour l'instant reste muette...

Écrit par : forêt10 | 19/10/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.