02/09/2012

A400M livraison retardée !

10_RMM_7605_jpg.jpg


 

L'avionneur européen Airbus, filiale du groupe d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR), a annoncé vendredi que la livraison de son premier avion de transport militaire A400M Atlas à l'armée de l'air française serait retardée de quelques mois, en raison de problèmes de moteurs sur les appareils.

L'appareil, qui devait être initialement livré fin 2012-début 2013, est attendu désormais au deuxième trimestre 2013, a précisé Airbus, qui a toutefois maintenu son objectif de livraison de quatre appareils de ce type - trois à la France et un à la Turquie - dans le courant de l'année prochaine. Le programme de livraisons pour 2014 reste inchangé.

Les moteurs des A400M Atlas sont fabriqués par le consortium Europrop International, qui comprend Rolls-Royce (RR.LN), l'allemand MTU Aero Engines, ITP et Snecma, filiale de Safran (SAF.FR).

Rappel :

Conçu initialement pour répondre au besoin exprimé par les Forces aériennes européennes en faveur d’un nouvel avion-cargo militaire, l’A400M incorpore les tout derniers matériaux et technologies mis au point et continuellement optimisés au profit des flottes actuelles d’avions commerciaux. Les commandes de vol électriques, les structures composites en carbone et le système de pilotage automatisé sont autant de caractéristiques d’avant garde qui apporteront aux équipages militaires de nouveaux standards d’opérabilité et de sécurité.

 

Commandé à 180 exemplaires par sept clients de lancement européens en 2003, l’A400M représente le programme d’acquisition de défense le plus ambitieux jamais entrepris en Europe. Les sept pays partenaires initiaux, à savoir l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, le Luxembourg, le Portugal, le Royaume-Uni et la Turquie, ont été par la suite rejoints par la Malaisie et l’Afrique du Sud, qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins, portant le nombre d’engagements cumulés à ce jour à 192 exemplaires.

 

La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. Cet appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700 nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (European Staff Requirement). En outre, l’A400M peut servir à la fois de moyen de transport aérien et de plate-forme de ravitaillement en vol aussi bien pour des avions de chasse rapide que pour des hélicoptères.

 

L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

 

Photo : 1 A400M en vol @ Airbus Military

Commentaires

La stratégie marketing d'EADS aurait pu être plus souple !
Pourquoi pas offrir un A400M avec les turbo-moteurs très fiables Kouznetsov, telle une version modernisée du NK-12 ?
En effet, en proposant d'autres types de motorisation, comme cela se fait dans le domaine de l'aéronautique civile, elle élargirait le cercle de ses clients potentiels... Il y a bien des composants américains dans le Gripen Suédois !

Écrit par : Safieddine Bouali | 02/09/2012

Bonjour,
@Safieddine Bouali "... Il y a bien des composants américains dans le Gripen Suédois !"

Certes, mais ces composants imposent nombre de restrictions à l'exportation. Les USA vendent leur technologie... mais pas à n'importe qui. Saab ne peut donc exporter son appareil dans certains pays. Quand on pense que le Gripen et systématiquement en concurrence avec des appareils Américains, ça laisse perplexe...

Cordialement / Frédéric

Écrit par : sletch | 03/09/2012

Concernant la revente de matériel US par Saab, le problème n’en est pas un. En effet, si l’on prend les commandes électriques fournies par Lockheed-Martin, celles-ci ont été vendues avec les codes sources de développement. Saab à d’ailleurs passablement modifié le système est en est maintenant seul dépositaire.

Question motorisation, General Electric vend son F-414 en Inde pour le Tejas et équipe le TA-50 Golden Eagle sud-coréen, de fait, le motoriste à plutôt tendance à promouvoir les aéronefs qu’il équipe. C’est le cas en Suisse avec un lobbying de GE pour appuyer le Gripen et ceci à plus forte raison, depuis que Boeing à retiré son SuperHornet.

On voit d’ailleurs GE vanter son F-414 au Brésil étant donné que ce type de motorisation entre en compétition tant sur le SuperHornet, que sur le Gripen E face au Rafale.

Les seules restrictions concernent en fait l’armement, mais la gamme Gripen offre un large panel de missiles en plus des modèles US , soit européens, Israéliens et Brésilo-Sudafricain.

Bref, à moins d’une tentative de vente de Gripen à destination d’un pays ayant une stricte opposition de la part des USA (Cuba, Venezuela par exemple) , un éventuel blocage reste quasiment impossible.

Écrit par : PK | 03/09/2012

Ce nouveau retard, après tant d'autres (A380, A350, NH90, Tigre etc.) me conforte au moins sur un point:
Heureusement que le CF n'a pas choisi l'Eurofighter, sinon pour avoir notre version définitive, nous aurions dû attendre au moins 2025...

Écrit par : forêt10 | 04/09/2012

@ slutch,
en effet, les américains imposent des restrictions pour la réexportation de leurs matériels.
Mais dans le cas (très hypothétique !) d'un A400M avec des moteurs Kutnetsov, difficile de croire que la Russie mettra un quelconque veto à la vente de ces avions... même à la Géorgie par exemple !
En fait, mon commentaire portait sur l'idée qu'un appareil à l'ambition internationale comme l'A400M ne serait en rien dévalué s'il était motorisé par un équipementier de l'ex-Union Soviétique.

Écrit par : Safieddine Bouali | 04/09/2012

Les commentaires sont fermés.