17/06/2012

Gripen E/F : mise au point !

 


viewer.png

 

 

De nombreux évènements ont ponctués ces six derniers mois le dossiers du nouvel avion de combat. Voici l’occasion de revenir sur les points forts du dossier, corriger certaines spéculations et nous pencher sur la suite du calendrier.

 

 

 

 

2012-05_Brief to Journalists on Gripen Upgrades-1 (glissé(e)s) 1.jpg

 

 

 

 

Tests en vol au mois de mai :

CHTestteam_01_355x236.jpg


 

Début mai, une équipe de pilotes d’essai et d’ingénieurs d'essai en vol en provenance des Forces aériennes suisses et de l’agence d’achat de la défense fédérale suisse, armasuisse, a rendu visite à Saab, à  Linköping en Suède, afin d'effectuer des vols d'essai sur l'avion de démonstration Gripen E/F. Le programme de trois jours comprenait une formation en simulateur et quatre vols d’essai.

Ces vols se sont concentrés sur des missions de défense aérienne et de police aérienne avec différentes configurations d’armement (IRIS-T, METEOR et AMRAAM). Les deux pilotes d’essai, le lieutenant-colonel Fabio Antognini des Forces aériennes suisses et Bernhard Berset d’armasuisse, ont indiqué que les vols d’essai avaient été exécutés avec succès et qu’ils étaient très satisfaits des résultats obtenus (l’article complet en lien).

Quelques médias suisses ont récemment fait état de spéculations concernant le niveau de développement du Gripen E/F. Le programme de test du Gripen E/F se déroule conformément au calendrier prévu, et plus de 230 vols test ont déjà été effectués. Le démonstrateur du Gripen «Nouvelle génération» est en passe d’atteindre ses essais finaux avec l’ensemble des ses systèmes.

 

info.jpg

 

 

2012-05_Brief to Journalists on Gripen Upgrades-1 (glissé(e)s).jpg

 

 

Visite du Cmdt des Forces aériennes :

_SKA4596_355x236.jpg


 

A fin mai, une délégation officielle helvétique chapeautée par le Lieutenant Général Markus Gygax, Commandant des Forces aériennes suisses, a visité Linköping pour participer au Aerospace Forum Sweden. Au-delà des conférences qu'il a suivies sur les thèmes "International Air Power" et "International Aerospace", le commandant helvétique a pu visiter les installations de Saab pour une démonstration personnelle de l'avion test Gripen E/F.

Le Cmdt des Forces aériennes était accompagné d’un délégation d’officiers des FA. Le Chef pilote d’essais de Saab Richard Ljungberg a répondu à l’ensemble des questions et a pu présenter l’avion et ses systèmes à notre délégation.

foto.parsys.84759.4.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Le programme de participation industrielle (Offsets) :

La dernière semaine de juin marquera une nouvelle étape dans le processus de partenariat entre notre pays et la Suède avec la rencontre interentreprises organisée par le GRPM, Swissmem et le Bureau des affaires compensatoires d’armasuisse. Cet événement de quatre jours se déroulera à Berne, au Stade de Suisse. Cette rencontre aurait du se dérouler en avril, mais devant le très fort intérêt démontré par les entreprises suisses, il a fallut trouvé un lieu plus grand qui puisse répondre à cette demande.

Conformément aux exigences formulées dans l’appel d’offres d’Armasuisse, Saab fournira un programme de participation industrielle d’une valeur équivalente à 100 pour cent minimum du prix d’achat.

Le programme de Saab soutiendra la distribution régionale de la participation industrielle, construite sur des bases commerciales solides.

La plupart des partenaires suisses participant aux projets du programme de participation industrielle de Saab sont des petites et moyennes entreprises (PME).

La Suisse pourra améliorer et développer son industrie grâce à son investissement dans le Gripen.

Les activités continueront à se développer longtemps après la fin de la participation industrielle. Le programme de participation industrielle créera des liens économiques, industriels et culturels encore plus étroits entre la Suisse et la Suède, deux pays indépendants et non alignés.

Mais, nous aurons l’occasion de revenir prochainement avec plus de précision sur les Offsets et le partenariat industriel entre nos deux pays.

jas39ng_200811201.jpg

 

 

Dernière phase de vol :

Durant l’été une seconde et définitive phase de tests en vol aura lieu en Suède avec cette fois-ci les dernières mises à jour des logiciels  du radar AESA  ES-05 «Raven» couplé avec l’IRST, soit en fait le "Raven Gen. II" (voir tableau ci-dessus).

Politique et présentation en Suisse  :

Durant le mois d’août, la sous-commission de sécurité devra avoir rendu son rapport sur le dossier. Si, pour l’instant rien n’a filtré sur le sujet mis à part la complexité du dossier. Les premiers éléments démontrent qu’il n’y pas eu d’irrégularité, A suivre !

Cet automne le Gripen F devrait venir en dans notre pays pour y être présenté  aux diverse commissions de sécurité ainsi qu’aux parlementaires fédéraux qui devront se positionner sur le programme d’armement en ce qui concerne l’avion de combat JAS-39 Gripen E/F.

 

Gripen-Demo-with-large-drop-tanks.jpg

 

lien sur les tests en vol :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/05/05/gripen-f-pilotes-suisses-tres-satisfaits.html

Photos :  1 Image de synthèse Griffon F 2 L’équipe test en vol 3 & 4 Cmdt Gygax en visite 5 & 6 Démonstrateur F en vol @ SAAB/Swiss Air Force

 


 

 

 

Commentaires

Article ayant enfin les réponses à certains détracteurs qui s'obstinent à refuser cet avion, qui comme tout autre, a et aura ses qualités et défauts. A force de vouloir exiger des performances irréalisables, je propose la solution suivante : un avion puissant qui aménera sur son dos un autre avion vite et haut, puis il larguera cet avion équipé d'un puissant radar et lui-même surmonté d'un autre appareil léger et vif au combat, ayant un armement capable d'interdire l'espace aérien à une flotte menaçant notre pays !!!
Brave pays où l'on veut toujours la rolls des rolls en matière d'armement

Écrit par : DELITROZ PA | 18/06/2012

Parfaitement d’accord avec vous Monsieur Delitroz.

Merci PK,pour ces détails sur le développement de l’avion, rien à voir en effet, avec les bidouillages d’une certaine presse dont le but est la nuisance !

Quant bien même notre Griffon emportera un peu moins d’armement avec un rayon d’action plus court ( en même temps on ne va pas attaquer l’Iran), le reste des équipements sont parfaitement à la pointe et c’est ce qu’il nous faut.

Écrit par : Serge | 18/06/2012

Personnellement je note une info de première ordre, pour qui s’intéresse de près au dossier, L’AESA Gen II !!

As-tu Pascal quelques infos simple amélioration du Raven avec des logiciels ou bien plus encore ?

Écrit par : Robin | 18/06/2012

@Robin, il est écrit:
"... du radar AESA ES-05 «Raven» couplé avec l’IRST, soit en fait le "Raven Gen. II" (voir tableau ci-dessus)."
Et non pas AESA Gen.II. Là, le radar Raven sera AESA, contrairement à sa première version... enfin, si j'ai bien suivi! ;o)

J'ai l'impression qu'il n'y a qu'un seul appareil Demo, est-ce juste?

Écrit par : Jo-ailes | 18/06/2012

Je pensais que le contrat avait été annulé (suite a des soupçons de corruptions) que très probablement c'est le Rafale qui devait être commandé par la Suisse. Je me trompe

Écrit par : Labisse | 18/06/2012

Pourquoi sombrer dans la médiocrité et le minimalisme? D'autant plus que cet avion, nous le garderons 20 à 30 ans! Autant choisir un avion vraiment performant! La Suisse mérite mieux que cette "Dacia" du ciel.

Écrit par : McCall | 18/06/2012

@ Robin & Jo-ailes : En fait l'AESA ES-05 Raven existe déjà, il reprend le corps du PS-05 mais avec une antenne à balayage électronique dont les TRM sont fournit par SelexGalileo. En fait, il y bien une nouveauté avec cette appellation Gen II qui semble être plus importante que l'adaptation des logiciels. Mais il faudra attendre un peu pour en savoir plus !

@ Labisse : non il n'y jamais eu de corruption seul de fausses affirmations.

@McCall : Votre comparaison est fort heureusement fausse et probablement véhiculé par une presse profane en la matière! Le Gripen E/F disposant des même éléments technique d'un Rafale ou un Eurofighter, même armement avec le Meteor par exemple. De plus, l'architecture électronique du Gripen E/F est 5x (minimum) plus rapide que ses concurrent, l'avion offre également un débattement du radar AESA supérieur de 20°. Finalement le Gripen E/F reste simplement sensiblement inférieur en rayon d'action et avec une charge inférieur.

Écrit par : PK | 18/06/2012

Et dire qu'il a encore des gens qui pensent que les suédois ne savent pas faire d'excellent avions!!

Écrit par : Matthieu | 18/06/2012

Ces suédois sont vraiment surprenants, à l'époque je n'étais pas sûr qu'ils arrivent avec un appareil suffisament avancé à temps, mais ils ont fait du beau boulot. En lieu est place de critiques profanes et souvent mals intentionnées, le Griffon E/F mérite que l'on s'y intéresse en profondeur.

Je partage l'avis de Pascal sur cette nouvelle dénomination du "Raven" soit Génération II, une telle appellation démontre qu'il faut s'attendre à bien plus qu'une simple adaptation de logiciels !

Écrit par : Steeve | 19/06/2012

@PK Mais pourquoi alors le Gripen est arrivé en dernière position lors des tests effectués? Même, semble-t-il, il n' a pas répondu à certaines contraintes et exigences du cahier des charges. Je ne suis décidément pas convaincu que le Gripen soit le meilleur choix pour la Suisse.

Écrit par : McCall | 19/06/2012

Bonsoir McCall, il est faut de parler du "Gripen" en soi, il faut tenir compte de la version et surtout du standard de celui-ci . Le modèle de Gripen disponible en 2008 était le C/D, standard MS19, soit une version très inférieur au modèle que le constructeur suédois nous proposait soit le E/F standard MS21.
Il n'était pas possible de tester le E/F en 2008 car le prototype ne volait que depuis 2 mois, contrairement au prototype du Rafale F3-04 que nous avons pu tester, qui lui volait depuis la fin 2005.
Il était donc normal que le Rafale dans son standard "prototype" le plus avancé réussisse le mieux les tests.

Dès l'automne 2010, les données transmises par SAAB ont permis au E/F de rester en course,la finalité des données au mois d'octobre 2011 ont confirmé celles-ci.

Il est a noté qu'à l'été 2010 c'est le Rafale qui était choisit, mais le coût de 4,5 milliards + 500 milions pour adapter l'infrastructure des aérodromes ne permettaient pas au vue des moyens du DDPS de confirmer ce choix.

Si les suédois n'avaient pas pu arriver avec des données fiables auprès d'armasuisse, il aurait été impossible de choisir un nouvel avion ! Le Gripen E/F standard MS21 répond non seulement au cahier des charges mais se trouve très proche de ses rivaux avec notamment une architecture électronique 5x plus rapide, un cocpkit modulaire. L'avion ne demande pas de modification des infrastructures.

J'espère avoir répondu à vos interrogations cher MacCall, n'hésiter pas pour d'autres questions, au plaisir de vous retrouver sur le blog !

Bonne soirée
PK

Écrit par : PK | 19/06/2012

Quel sera le prix d’achat du gripen NG ou E/F, montant par avion ?
Et la même question pour le rafale et de l’EFA
Comparaison des 3 avions sans équipement additionnel (avion nu sans arme : missile, pot de désignation ou réservoir de carburant) ou si les offres faites avait un même équipement.

Écrit par : michel | 20/06/2012

Cher Michel,
On ne connait pas le prix par avion, les négociations portent sur un "paquet" (armement, simulateur, pièces de rechange, formation, logistique).
Selon les dernière offres d'octobre 2011 les prix complet étaient de :

4,3 milliards Eurofighter *
4 milliards Rafale*
3,1 milliards Gripen E/F

* Pour ces deux appareils il faut ajouté 500 millions pour l'adaptation des infrastructures.

Aux dernières nouvelles, le Gripen ne sera pas monté en Suisse, il faut dès lors soustraire env 250 millions (mise en place chaine de montage).

Écrit par : PK | 20/06/2012

merci Pascal pour ces infos

il est vrai que ca donne pas de détail exacte sur le prix d'un avion, dommage que ces informations ne sont pas divulgué au public

salutation et encore bravo pour votre site

Écrit par : michel | 20/06/2012

1) "Mais pourquoi alors le Gripen est arrivé en dernière position lors des tests effectués? Même, semble-t-il, il n' a pas répondu à certaines contraintes et exigences du cahier des charges. Je ne suis décidément pas convaincu que le Gripen soit le meilleur choix pour la Suisse."

le Gripen , qui a été testé en version C/D (rapport armasuisse 2008) et évalué en version 2015/ms21/NG (rapport Armasuisse 2009) , est arrivé en derniere position car c'est l'avion le moins performant des 3.
C'est difficile d'affirmer le contraire quand dans toutes les evaluations comparatives faites par les armees de l'air , en Suisse donc mais aussi au Pays Bas , en norvege (NG) , au bresil (NG) ou en Inde (NG), les Gripen ont toujours ete devancés par les TYPHOON, RAFALE et autres SUPERHORNET.
C'est logique, quelle que soit sa version , le Gripen pousse moins , emporte moins et a un rayon d'action plus faible que ses concurrents bireacteurs.
Pour le reste, l'electronique etc ...on peut toujours se gargariser de mots ou boire la pub des constructeurs et il est vrai que le Gripen possede des capacites coherentes et de bon niveau mais c'est tout aussi vrai qu'il ne peut rivaliser avec ce que font de mieux les americains bien sur mais aussi les autres europeens, car Saab qui fabrique des avions a un cout qu'il souhaite abordable investit largement moins dans la recherche que ses concurrents. Donc ce qui est offert par Saab en optronique/electronique n'est pas et ne sera jamais a la pointe de la performance. Juste un exemple avec le futur radar Raven ES-05 AESA , prevu par Selex pour 2018 , qui sera une version simplifiée, moins performante et moins couteuse du futur CAPTOR-E , construit aussi par Selex, mais pour l'Eurofighter.

Maintenant comme cela a été a demi avoué, il est plus que probable que ce cahier des charges pronait des exigences bien au dela de ce dont la Suisse a vraiment besoin , et ce (peut etre) pour favoriser l'avion dont revaient les Troupes d'Aviation ....

Maintenant quant a savoir si le Gripen est le meilleur choix pour la Suisse ? au niveau technique, un Gripen, meme s'il s'avère moins performant que prévu, sera toujours capable d'assurer la police de l'air ... et c'est ce qui est important.

Le vrai probleme est que l'on ne sait pas si au final cet avion en developpement sera livré dans les delais prevus et ne coutera pas beaucoup plus cher que ce qui nous est annoncé.
Le Gripen un bon choix pour la Suisse ? c'est impossible a dire ! réponse en 2020.


2°) "Aux dernières nouvelles, le Gripen ne sera pas monté en Suisse, il faut dès lors soustraire env 250 millions (mise en place chaine de montage)."

Soustraire aussi des milliers d'heures de travail et toute une activité dont ne beneficieront pas les entreprises suisses. ce qui est étrange car on nous laissait entendre encore récemment que le Gripen avait été choisi car c'etait celui des 3 qui offrait le plus de travail à Ruag.

Ceci dit, je crois que c'est une bonne chose si on veut limiter les risques.

Écrit par : Stephane | 20/06/2012

les 250 mio pour le montage sont à déduire des 3 prix si on veut comparer ce qui est comparable.

Écrit par : pascal (l'ing) | 20/06/2012

Bonsoir Stéphane,

Vos questions sont intéressantes, et une certaine idée de la question semble dirigée par les désinformations que nous avons pu lire dans une presse, certes intéressée, mais profane en la matière.
comme je le démontrais plus haut à MacCalil faut tenir compte de la version et surtout du standard de celui-ci . Le modèle de Gripen disponible en 2008 était le C/D, standard MS19, soit une version très inférieur au modèle que le constructeur suédois nous proposait soit le E/F standard MS21.
Il n'était pas possible de tester le E/F en 2008 car le prototype ne volait que depuis 2 mois, contrairement au prototype du Rafale F3-04 que nous avons pu tester, qui lui volait depuis la fin 2005.
Il était donc normal que le Rafale dans son standard "prototype" le plus avancé réussisse le mieux les tests.

Dès l'automne 2010, les données transmises par SAAB ont permis au E/F de rester en course,la finalité des données au mois d'octobre 2011 ont confirmé celles-ci.

Il faut donc imaginer que si nous avions teste le Rafale aux standard F1 ou F2 voir même le F3 en 2006 ceux-ci ne répondaient pas au cahier des charges!

En ce qui concerne les autres compétitions : en Inde, le Gripen NG a été éjecté de la compétition fin 2010 pour trois raisons : La première, l'Inde ne pouvait attendre d'avoir plus d'information sur le développement de l'avion et secondo les moyens financiers étant suffisant l'Inde n'avait pas a attendre. De plus, l'Inde désirait un aéronef capable de frapper le coeur de son ennemi soit le Pakistan de deux manières : a) de manière conventionnel avec une capacité de frappe allongée et B) capacité de passer en mode nucléaire, ce qu'offre le Rafale F3. De fait le Gripen E/F, le F-16 Viper ou le Mig-35 ne sont pas capable !

Du côté du Brésil, nonobstant la bataille de l'information (ou désinformation selon), le Gripen E/F a la préférance des militaires et reste parfaitement en course !

Le cahier des charges Suisse : précise : un appareil disposant d'un radar AESA avec IRST, fusion des données, MUltirôles, système de guerre électronique avancé (passif/actif/infrarouge), propulsion avec mode SuperCruise, liaison des données, communication satellite. Ces éléments correspondent aux trois concurrents !

Les essais du mois de mai confirment les compétences en qualité de police de l'air (QRA) avec les AMRAAM, METEOR et IRIS-T.

L'affirmation comme quoi "Gripen avait été choisi car c'etait celui des 3 qui offrait le plus de travail à Ruag" est fausse ! Car RUAG et la seul entreprise capable d'assurer la maintenance, modernisation et le cas échéant la construction sous licence d'avions ou hélicoptères en Suisse. De fait peu importe le gagnant, c'est RUAG qui assure le Travail !

Question Radar : Le Gripen E/F reprend l'architecture du PS-05 d'Ericsson qui n'a jamais été critiqué au contraire, l'adjontion de modules TRM de SelexGalileo (les mêmes que pour l'Eurofighter) avec en plus le système de plateau cyclique (+20 de débattement que la concurrence) offre un capacité inégalée (Dixit Rex Schmidt chef pilote resp Armasuisse)

Il n'y aura pas de surcoût, car garantit par SAAB et l'Etat Suédois, pas de retard étant donné que les essais se suivent sans problèmes particulier. De plus, le fait que la Suisse s'aligne sur la commande suédoise soit une livraison en 2018, laisse le temps de lancer une pré-production de 2014 à 2016.

En effet, pour cause de moyen financier le montage ne sera pas effectuer en Suisse, imaginer que le cas se serait reproduit avec le Rafale encore plus cher. Par contre nous seront entièrement partenaire dans la fabrication de pièces, modernisation et développement.
Ce qui n'aurait pas été le cas avec les deux autres appareils, la Suisse devant se contenter d'accepter les standards définis !

Stéphane j'espère avoir pu combler certaines de vos questions, n'hésiter pas à en poser d'autres, meilleures salutations

PK

Écrit par : PK | 20/06/2012

@PK
Comme vous avez pu vous en rendre compte, je ne participe plus à ce débat.
J'ai pris acte de la décision et j'observe le déroulement de l'acquisition.
Toutefois, je profite de votre proposition "n'hésiter pas à en poser d'autres", pour vous poser celle-ci:
Radar ASEA:
Dans la plupart des commentaires de ce blog, il semblerait que le Radar du Gripen serait de "capacité inégalée"?
Comment peut-on affirmer celà?
- les Radars APGxxx américains ne proposent-ils pas depuis plusieurs années de telles capacités?
- le Radar ASEA du Rafale est entré en service officiel dans l'armée de l'air française au mois de mai dernier et d'après les premiers retours d'information; il ouvre des "domaines d'utilisation encore insoupçonnés à ce jour"
Alors ma question: Comment peut-on comparer un produit en devenir (2018-2020)à des produits existants et opérationnels?

Écrit par : forêt10 | 22/06/2012

Bonjour forêt10,
il n'est pas question de mettre en doute les capacités du radar RBE2-AA du Rafale, non seulement parce que le prototype a pu être testé en 2008 est a donné d'excellents résultats et que si l'argent avait été disponible en 2010 c'est bien le Rafale est son radar qui auraient été choisit.

En ce qui concerne le radar Raven du Gripen E/F, les premiers résultats (2009) transmis donnaient également de bonnes perspectives, le développement qui suivit jusqu'en automne 2011 confirmait les compétences de celui-ci avec notamment l'adjonction du plateau cyclique. Depuis, celui-ci à encore évolué et la version définitive actuellement montée et reliée à l'ensemble des systèmes se montre encore supérieur.

Il y a des données que nous ne pourront jamais disposés car elles sont confidentiels, cependant, l'un des gros avantages du système Raven repose sur deux éléments : le plateau cyclique qui permet un débattement supérieur de 20° face aux autres radars AESA (d'ailleurs EADS prévoit de doter l'Eurofighter d'un tel système à partir de 2020 si les pays constructeurs arrivent à se mettre d'accord) et l'arrivée sur le Gripen d'une nouvelle architecture électronique particulièrement rapide.

Concernant sa mise en fonction, ce radar est aujourd'hui disponible, une série de tests finaux avec certaines nouveautés (nouvelle appellation "Raven Genération II") va faire l'objet d'une démonstration en vol prochainement avec les pilotes d'essais suisses( nous en reparlerons). Sa construction sera démarrée également d'ici l'année prochaine pour équiper une première série de Gripen E/F.

Si l'entrée en service du Gripen E/F a été repoussée à 2018, c'est dans une optique de rationalisation de production et intégrer les 22 aéronefs destinés à la Suisse avec la centaine d'avions prévu pour la Suède. Cependant il aurait été possible de produire dès l'année prochaine le nouveau standard du Gripen.

Quant à la question "domaines d'utilisation encore insoupçonnés à ce jour", elle est de toute manière liée à la l'ensemble des radars AESA qui offrent non seulement de nouvelles perspectives reléguant les radars mécaniques à l'âge de pierre, mais l'avenir de ceux-ci ouvrent également de nombreuses possibilités et de développement.

Écrit par : PK | 22/06/2012

@PK: Merci pour la réponse
Petite précision: Les Phrases "capacité inégalée" et "domaines d'utilisation encore insoupçonnés à ce jour" ne sont pas de moi mais respectivement de MM.
Rex Schmidt et du LT-col français auteur du rapport pré-cité.

Le rapport ci-joint mérite considération... (attention aux dérives budgétaires)
http://www.defencetalk.com/sweden-to-pay-for-new-jas-gripen-jets-43323/

Écrit par : forêt10 | 23/06/2012

Lancement du programme d'affaires compensatoires pour le Gripen: rencontre « Business-to-Business »



26.06.2012

Cette semaine se déroule à Berne une rencontre Business-to-Business (B2B) réunissant Saab ainsi qu'une trentaine de partenaires industriels internationaux («groupe des affaires compensatoires pour le Gripen») et l'industrie suisse. L'objectif de cette rencontre est la concrétisation de la participation de l'industrie suisse au programme d'affaires compensatoires du Gripen.


Les préparatifs du lancement du programme d'affaires compensatoires pour le Gripen ont commencé au début de 2012. Des relevés ont été effectués auprès de l'industrie suisse pour clarifier le potentiel industriel et les besoins de l'industrie. Quelque 130 entreprises suisses ont annoncé leur intérêt à élaborer d'éventuelles affaires pouvant être réalisées avec le groupe des affaires compensatoires pour le Gripen.

La rencontre Business-to-Business aura lieu à Berne du 26 au 29 juin 2012. Elle est organisée dans le cadre d'une étroite collaboration entre armasuisse et les deux associations de l'industrie Swissmem (pour la Suisse allemande) et Groupe Romand pour le Matériel de Défense et de Sécurité (pour la Suisse romande).

Cette rencontre permettra d'une part d'intensifier et de concrétiser les contacts commerciaux existants et, d'autre part, elle aura pour but de faire en sorte que le plus grand nombre possible d'autres entreprises suisses puissent faire des affaires avec Saab et ses partenaires, la condition étant que les offres de l'industrie suisse soient compétitives. Après cette rencontre, le traitement des contacts établis et des résultats obtenus sera poursuivi systématiquement dans le but de conclure concrètement des affaires compensatoires.

Cela sera fait avant la signature prévue de la convention sur les affaires compensatoires (Offset-Agreement), en 2013/2014, afin que l'industrie suisse puisse réaliser le plus rapidement possible des affaires.

Il existe plusieurs formes d'affaires compensatoires; il peut s'agir de la participation directe à la réalisation du projet Gripen, ou d'affaires compensatoires indirectes, sans relation immédiate avec le projet. Le moment est maintenant idéal pour l'initialisation de la participation directe au projet, car les entreprises suisses peuvent ainsi être intégrées en temps utile dans le processus de développement et de fabrication. Cette intégration tôt dans le projet peut avoir pour effet la participation de l'industrie suisse à la production pour d'éventuels autres clients de Saab.

Les Chambres fédérales prendront en 2013 une décision au sujet de l'acquisition du nouvel avion de combat Gripen. Lors de la signature du contrat d'acquisition (après l'approbation du programme d'armement et l'éventuel vote sur un référendum), Saab s'engagera à adjuger à l'industrie suisse des commandes compensatoires.

L'expérience démontre que des centaines d'entreprises, au nombre desquelles figurent de nombreuses PME, bénéficient des affaires compensatoires. Les affaires compensatoires servent également à améliorer durablement la compétitivité par l'acquisition de technologies.


Renseignements:

armasuisse
Kaj-Gunnar Sievert
Chef de la communication

Écrit par : michel | 26/06/2012

D'après le journal de la RTS du 27.06.12 seul 30 entrepreneurs suédois sont venus sur place alors qu'on en attendait 60. De plus, sur les 2 millards de compensations promises 1 millards va a Ruag, 600 millions semble aller à Pilatus et un petit 400 millions pour les autres....

En bref, c'est en tout cas pas ce projet qui apportera un apport technologique et industriel à notre industrie.

Écrit par : Crys | 27/06/2012

Bonsoir Crys,
Cette rencontre est une première approche globale, trois éléments doivent dissociés :
1) les montants compensatoires ne sont ici pas complètement déterminés car ils seront calqués sur le montant total de l'achat. Ces 2 milliards ne sont donc pas le montant définitif.

2) Le gros du transfert de technologie se fera en fait selon les accords qui lieront notre pays et la Suède sur la recherche & le développement de l'avion. Pour en connaître la portée il faudra attendre le fin des négociations en cours.

3) On tient pas compte de la commande définitive de PC-21 par la Suède.

Il est évident que de toute manière les compensations seront inférieurs à celles offertes dans le cas du choix du Rafale, par exemple. Cependant, pour cela, il aurait fallu que l'armée dispose de plus de moyens financiers pour se payer l'avion de Dassault... on ne peut pas non plus réduire les dépense militaires et ensuite se payer ce que l'on veut et obtenir du même coup un retour sur les compensations "de rêves" !

Bref, l'hypocrisie revient à ceux qui à Berne et certains entrepreneurs, ont laissé la gauche imposer sa vision de saucissonnage de l'armée et qui se plaignent aujourd'hui de ce choix !

Écrit par : PK | 27/06/2012

Ce n'est malheureusement pas étonnant. SAAB aéronautique est une petite entreprise, à part le Gripen, il n'y a pas grand-chose... La Suède pourrait peut-être pousser d'autres industriels, mais est-ce au gouvernement de le faire?

Comparé à Dassault qui fabrique également des jets privés et EADS/Cassidian, c'est clair que les contreparties ne seront pas forcément très excitantes pour tout le monde...

Écrit par : Jo-ailes | 27/06/2012

Crys, je ne partage pas du tout votre vision et je m en explique : cela fait six mois que le choix est fait et jamais un montage de compensation n'a été fait aussi rapidement avec un tel montant à la clef! Le Gripen c est 3,1 milliards moins les 200 millions du fait que nous les monterontmpasmsouos liçence, bref un coût de 2,9 milliards ! Soit des compensations de l'ordre de 2 milliards alors que le contrat n est pas encore signé c est siplement exceptionnel. Il faut encore ajouté 900 millions d attribution et les montants qui découleront des engagement futurs.

Jamais nous n avons obtenu aussi rapidement un tel volume et avec une telle garantie. Les Hornet, soit 3,5 milliards oint été compensé à 55% avec un montage sur 10 ans ( meilleures compensation jamais obtenue à ce jour) les chars Leopard ont été compensés à 47% ( seconde meilleure compensation) sur 8 ans ! Sachant qu en moyenne on obtient environ 30% d offsets, le programme des suédois et tout simplement extraordinaire !

Évidemment il faut tenir compte des dépenses de départ et de nos possibilités d achat! J abonde dans la critique de pascal sur les diminutions critiques des moyens militaires.

Écrit par : Steeve | 27/06/2012

Les suédois sont fiables, respectent les délais du calendrier technique et des offsets. On ne peut pas en dire autant chez les Français qui ont lâchés l’usine Condor dans le Jura suisse qui produisait les verrières de cockpit.
Il vaut mieux un contrat modeste avec un partenaire fiable que d’avoir les yeux plus gros que le ventre.

Écrit par : Serge | 28/06/2012

Les commentaires sont fermés.