30/04/2012

La Suisse évalue son futur drone MALE !

 


 

ads95.parsys.0004.Image.jpg

 

 

La Suisse prévoit de remplacer prochainement ses drones Israélo-Suisse de type ADS-95 «Ranger» par un nouveau système hautes performances de la catégorie Multi-rôle, Moyenne Altitude Longue Endurance (MALE). L’objectif étant d’acquérir au minimum 6 drones avec le programme d’armement 2015 pour un montant de 300 à 400 millions de francs suisses.

«Short-list» connue :

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent maintenant en lice pour la suite des activités. L'évaluation en vol en Suisse est prévue dans le courant du deuxième semestre de 2012, et le choix du type en 2014. Le prochain drone des Forces aériennes sera donc israélien et offrira des performances très supérieurs en tous points  au modèle actuellement en service.

Les deux systèmes retenu sont : l’Hermes 900 d’Elbit Systems et le Heron 1 Israel Aerospace Industries LTD (IAI).

L’Hermes 900 :

Hermes-900-uas.jpg


 

L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille «Hermes» 180 & 450.  Dérivé du Hermes 450, le 900 hérite des blocs de construction fiables, de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques.

Parmi les fonctionnalités clés offertes par ce drone, on trouve l'endurance, l'altitude de vol de 30.000 pied et une capacité de charge utile importante (jusqu'à 350 kg). Contrairement de nombreux concurrents,  l'Hermes 900 est conçu avec une baie de 2,5 mètres de long pour la  charge interne, il est capable d'accueillir jusqu'à 250 kg et permettant l'installation rapide de charge utile modulaire et le remplacement. L’avionique est innovantes ainsi que ses systèmes électroniques, un moteur ROTAX à faible bruit, le train d’atterrissage est escamotable.

L’Hermes 900 emploie une  station au sol pour le contrôle, la liaison de données. Basé sur l’expérience de du modèle 450, le nouvel aéronef bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels.

Un ensemble de capteurs comprend la charge utile de base EO DCoMPASS, ou Stand off EO / IR / Système laser tels que les AMPS de constructeur  Elop. Différentes missions de surveillance de la zone peut être réalisée en parallèle à des charges utiles EO,  il s'agit notamment des systèmes radar différents tels que le SAR / GMTI et des radars de recherche. Trois modules de mission spécifiques de détection sont mises en place pour le drone : la cartographie électro-optique et les systèmes d'enquête zone de numérisation (LASSO), la charge utile hyperspectrale et large système de regard zone persistante.

La taille du drone permet le déploiement d'autres capteurs comme par exemple  la communication sécurisée SIGINTqui inclut  i le COMINT Skyfix / DF et Skyfix-G COMINT et les systèmes GSM.

Pour la configuration d'attaque électroniques le drone comprend un système de brouillage SKYJAM pour les communications et AES 210 V/V2 ESM (ELINT) pour les systèmes électronique.

L’Hermes 900 utilise un ensemble de données intégrées de communication par satellite permettant de lier les opérations au-delà de la ligne de mire et dans les zones montagneuses, où la ligne de visée restreint UAS SATCOM sans avoir besoin de descendre à une altitude inférieure. En outre, il peut  décoller simplement aménager à proximité du théâtre d’opération.

 

800px-Hermes_900.jpg

 

 

Performances :

Masse au décollage 1,180 kg

Charge utile maxi 350 kg

36 heures d'endurance

Plafond 30 000 m

Gamme illimitée

Utilisateurs :

L’Hermes 900  est entré en service opérationnel en 2010 au sein Israel Air Force (IAF), en 2011 du Chili. Au début de cette année il vient d’être commandé par le Mexique et la Colombie.

 

Le Heron 1 :

800px-Salon_du_Bourget_20090619_075.jpg


 

Le Heron 1 (Machatz-1) produit par Israel Aerospace Industries LTD a volé pour la première fois le 11 septembre 2005. Il existe en différentes variantes, comme le HERON TP, l’Eitan et le Harfang (produit sous licence par EADS).

Le système de pointe du Heron 1permet le décollage et d'atterrissage automatisé, même dans des conditions météorologiques défavorables. Volant à une altitude de 30.000 pieds, le Heron fournit à ses opérateurs en temps réel des informations sur les champs de bataille ennemis en effectuant la surveillance et acquisition d'objectifs sur de grandes surfaces.

Le Heron est configuré pour de multiples opérations, même dans des conditions météorologiques défavorables. Il utilise des capteurs multiples et de communication par satellite (SATCOM) pour portée étendue et la  saisie des données avec transfert. Ses caractéristiques comprennent l'état de avionique, le train d'atterrissage escamotable.

Il peut transporter 250 kg de charge utile et de différents capteurs tels qu’un radar MPR/SAR (radar à ouverture synthétique) avec  MTI (indicateur de cible mobile), EO (électro-optique) / IR (infra-rouge) des charges utiles, SIGINT (Signal Intelligence ), COMINT (communication de renseignements), désignateur laser et les relais de communication. Le traitement, la récupération et le stockage des données en temps réel fournis par le Heron est assurée par le système de contrôle au sol. La technologie utilisée permet de convertir les données de capteurs tels que des images en direct et stockées, des images et des informations spatiales, y compris EO, SAR, MTI cartes, SIGINT et ESM , en intelligence décisionnelle.

Un affichage de sur carte est installé dans le centre de contrôle et permet de visualiser les données multidimensionnelle de la situation, la surveillance et la reconnaissance (ISR).

Le Heron dispose d’un moteur ROTAX peut bruyant, sont utilisation est simplifiée ainsi que sa logistique.

800px-IAI_Heron_1_in_flight_2.jpg

 

 

Performances :

Masse au décollage 1,150kg

Charge utile maxi 250kg

40 heures d’endurances

Plafond 10 000m

Gamme illimitée

Utilisateurs :

En service depuis 2007 au sein de L’Israël Air Force et livré à l’Azerbaidjan, l’Australie, le Brésil, le Canada,  l’Equateur, la France (en test), l’Allemagne, l’Inde, Singapour, et la Turquie.

Evaluation finale :

L’Hermes 900 et le Heron 1, seront testés par l'équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes et d'Armasuisse, dans le cadre d'une évaluation en vol qui se déroulera dans la deuxième moitié de 2012. Les deux fabricants israéliens Israel Aerospace Industries LTD ( IAI ) et Elbit Systems ( Elbit ) ont jusqu’au mois d’août pour fournir une offre détaillée.

Cadre du choix :

Le DDPS attend du nouveau système de drone qu'il puisse être engagé indépendamment des conditions météorologiques avec une souplesse accrue, et qu'il offre un plus grand rayon d'action tout en étant plus silencieux et en permettant de réduire les coûts du cycle de vie. Le système doit pouvoir fonctionner avec un radar, un système FLIR pour la détection. Capacités de brouillage électronique/communication et reconnaissance électronique. Transmission sécurisée et capacité d’intégration de liaison de données au sol (reco, artillerie, brigades blindées) et avec les aéronefs en vol (F/A-18 & Gripen E/F).
Le nouveau système sera exploité par les Forces aériennes suisses. Le type d'appareil devrait être choisi dans la première moitié de 2014. Ce drone ne sera pas armé.

Photos : 1
l’ADS-95 Ranger actuel @ Swiss Air Force 2 & 3 L’Hermes 900 @ Elbit Systems 4 & 5 Le Heron @ IAI

 

Commentaires

je suis favorable à cet achat, non pour des raisons militaires, mais cet engin peut-être mis à la disposition des polices suisses et douanes dans le cadre préventif. De plus, lors d'événements importants ou catastrophiques, l'utilisation de cet appareil permet l'interprétation immédiate et prendre les mesures nécessaires sans perte de temps.
Nous avons déjà un aperçu avec les hélicoptères de notre armée qui sont régulièrement mis à disposition pour lutter contre des incendies, sauvetages et recherches de personnes portées disparues.

Écrit par : DELITROZ PA | 01/05/2012

Merci pour cet article vraiment très intéressant

Écrit par : Sicard | 01/05/2012

Chouette, ça va nous changer de l'actuel drone "Rikiki" quoi que bien efficace.

Écrit par : Serge | 01/05/2012

une très bonne chose de penser au remplacement des drones.

une nouvelle jeunesse à la surveillance de notre territoire est une bonne chose et dans tous les cas de figure et espérons qu'ils seront bien utilisé au final.

c'est achat risque aussi d'avoir quelques grincements de dents vu ou l'achat doit ce faire, on connais bien l'aspect politique.

question: ces drones peuvent-être piloté depuis le sol par une station de guidage sans devoir être guidé par satellite et avoir les images en réel ? mais peuvent-t'ils faire une surveillance en automatique donc planifié depuis le sol avant son décollage et après il surveille tout seul un espace défini.

Écrit par : michel | 02/05/2012

La transmission d'image par liaison directe à la station au sol est possible pour autant que la topographie le permette (sorte de data-link). La surveillance automatique comprend la programmation des points de passage (position, vitesses et altitudes à des temps définis) et des zones à photographier (ou à acquérir avec d'autres types de senseurs). Par contre a priori c'est l'opérateur au sol qui indique au drone où regarder et qui interprète ensuite ce qui est transmis.

Écrit par : Didou | 03/05/2012

Drones israéliens.. "what else" ?

Écrit par : LIv | 07/05/2012

Je suis très mitigé par cet achat.
Certes il est temps pour l'Armée suisse de passer au XXIe siècle et d'acquérir de l'expérience dans la maitrise des drones, j'en suis très heureux. Cependant, ces quelques points me dérangent particulièrement:
- Le pays d'achat, qui ne respecte ni les droits de l'homme, ni les conventions de Genève. Cet achat apporte de l'eau au moulin de la colonisation, c'est éthiquement inadmissible.
- La situation géostratégique et technologique. Il serait bien plus avisé de dépenser cet argent dans les programmes de drones suisses et européens qui ont déjà suffisamment de difficultés et mériterait de l'aide. Au contraire, là on ne va qu'augmenter notre retard technologique et booster celui de la concurrence (US/Israël).
Il aurait été bien plus stratégique et éthique d'acquérir des systèmes, voir de créer des programmes auprès des entreprises suisses et européennes (RUAG, Swiss UAV, Survey Copter, EADS, Dassault, Saab, etc.), et ce même si leurs systèmes sont moins performants, pour l'instant. Nos planificateurs font à nouveau une erreur lourde de conséquences.

Écrit par : Alex | 12/05/2012

Bonjour Alex, deux choses pour vous répondre, le fait de se procurer des drones en Israël n à rien à voir avec la colonisation et encore moins avec la situation actuelle au Proche-Orient. D ailleurs notre pays soutient largement le processus de Paix et les nouvelles discussions entre le Gouvernment hébreu et M. Marmoud Abbas. Deuxiement il serait préjudiciable et beaucoup plus coûteux de fabriquer un drone chez nous. Sur cette question il faut savoir que notre pays participe activement au programme de drone furtif européen NEURON mais celui-ci ne sera pas opérationnel au minimum avant 2020, voir plus.

Écrit par : PK | 12/05/2012

Il est grand temps de remplacer les UAV drones suisses qui font un bruit de tondeuse à gazon par des systèmes performants et en adéquation avec les possibilités technologiques du 21ème siècle. Il faudrait aussi envisager une plus grande entente entre armée et police pour une utilisation pratique et efficace de ces appareils contre tous types d'activités illégales (contrebande, trafics, feux, etc).

Les utilisations à en faire sont véritablement nombreuses, et ne sont pas uniquement militaires, loin de là. D'ailleurs l'utilisations de drones civils ou d'hexacoptères sont quasi-quotidiennes sans que l'on ne s'en rende forcément compte (secourisme, humanitaire, tourisme,...).

Écrit par : Drone Genève | 08/12/2013

Les commentaires sont fermés.