26/01/2012

La Syrie commande 36 Yak-130 !

 

2042771.jpg


 

Moscou et Damas viennent de finaliser l’accord pour l’achat de 36 appareils d’entrainement avancé de type Yakovlev Yak-130. Les livraisons débuteront dès que la Syrie aura versé une avance selon les informations de l’agence publique russe d’exportation d’armements Rosoboronexport, le montant du contrat s’élève à environ 550 millions de dollars.

Le Yak-130 :

Le Yak-130 a été développé par Yakovlev pour remplacer les L-29 et L-39 d’entraînement dans les forces aériennes russes et dans les pays membres de la CEI. L’Union Soviétique avait exprimé ses besoins pour un nouvel appareil dès le début des années 90. Le Yak-130 fut retenu avec son principal concurrent, le MIG-AT.

Le premier vol du Yak-130 a eu lieu en 1996 et il fut officiellement retenu par la force aérienne russe en 2002  Initialement, il devait être développé et produit en coopération avec la firme italienne Aermacchi mais suite à de nombreuse différences de point de vue chacune des deux parties continua de son propre chef, d’ou l’extrême ressemblance entre le Yak-130 et le M-346.

Le Yak-130 a subi une longue phase d’essais de 2005 à 2009 impliquant 3 appareils. Les Yak-130 sortent de deux chaines de production, l’une à  Nizhny Novgorod et l’autre se situe à Irkutsk. La première commande export est venue de l’Algérie avec 16 appareils dont les pilotes ont déjà commencé la transition.

Cockpit-dun-Yak-130.jpg

 

 

Une vente  à double tranchant :

Moscou, alliée traditionnelle de Damas se retrouve fortement critiquée pour cette vente et par la voix de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, a affirmé mercredi dernier que la Russie ne vendait à la Syrie que «ce qui n’est pas interdit par le droit international», après que les Etats-Unis ont demandé à plusieurs reprises aux pays qui continuent à vendre des armes à la Syrie de cesser leurs activités.

Cette vente montre clairement le soutient indéfectible de Moscou régime de Bachar Al-Assad, techniquement, il s’agit là d’un pari risqué, d’un côté Moscou parie sur la longévité du régime et son maintien en place et donc d’en tirer profit avec cette vente mais probablement avec une optique de vendre d’autres systèmes à la Syrie. Par contre, en cas d’effondrement du régime avant livraison, non seulement Moscou perdra ce contrat mais risque de ne plus pouvoir vendre le moindre système au nouveau régime !

Yak-130-Russe.jpg

 

 

Photos : 1 Yak-130 @ Weimeng 2 Cockpit du Yak-130 3 Yak-130 @ Irkut/Yakovlev

 

21:36 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : moscou, yakovlov, yak-130, syrie |  Facebook | |

Commentaires

Je serais El Assad, je m'achèterais une conduite plutôt que des Yaks en ce moment....

Écrit par : john | 26/01/2012

Si le régime change, le futur maître des lieux se retournera, comme en Libye, vers un fournisseur non russe (et probablement américain). Les gens de Moscou ont surement bien retenu la leçon du cas libyen, d'où leur farouche opposition (avec les chinois) aux actions occidentales. Real politic quand tu nous tiens !

Écrit par : Didou | 27/01/2012

Les commentaires sont fermés.