13/09/2011

Le Japon cherche à remplacer ses F-4 Phantom !

 

AIR_F-4EJ_Kai_lg.jpg


 


Le Japon accélère son programme de recherche en vue du remplacement de ses vieux F-4EJ Phantom. La compétition qui vise l’acquisition d’un nouvel avion de combat est ainsi relancée  et ceci malgré la crise qui fait suite au séisme du Tsunami.

Programme FX :

Le choix d’un nouvel avion de combat pour équiper la Force aérienne d’autodéfense japonaise pourrait même tomber d’ici la fin de l’année. Selon l’objectif fixé par le cahier des charges, il s’agit de remplacer deux escadrons de Phantom soit un total de 40 appareils.

Etonnamment une telle acquisition pourrait faire abandonner le programme national d’avion furtif conçu par Mitsubishi, qui devrait voler à partir de 2014 ! La Japan Air Self-Defense Force (JASDF) comptait pourtant sur ce projet indigène pour remplacer à moyen terme les F-15.

En parallèle le japon doit remplacer les Mitsubishi F-2B (biplace) perdu lors du Tsunami, mais l’ordre d’industrialisation n’a pour l’instant pas été donné et les pilotes japonais s’entraînent pour l’instant aux Etats-Unis sur F-16.

L’avion choisit, devra donc faire le lien entre les appareils actuels (F-2 & F15) et assurer l’avenir de la JASDF jusqu’au remplacement de ceux-ci !

Trois concurrents :  Eurofighter, Super Hornet et F-35  !

308f7b9d5d.jpg


 

Eurofighter :

Le consortium EADS (CASSIDIAN) européen  propose L’Eurofighter, et va tenter de ravir un marché réservé aux américains ! Selon Chris Boardman le directeur général de l’information chez  BAE Systems, EADS est prêt à d’importants transferts de technologie y compris les codes sources avec l’industrie japonaise. L’avion européen permettrait également au Japon de ne plus être exclusivement approvisionner aux Etats-Unis et reprendrait un peu d’autonomie en matière d’armement. La version de l’Eurofighter  proposée sera la dernière disponible avec notamment le radar AESA CAPTOR-E.

Boeing.jpg

 

 

Super Hornet :

Les Etats-Unis sont en force avec tout d’abord le Boeing F/A-18E/F Super Hornet qui est vu comme un choix très rentable dans un contexte économique actuel difficile. Se sera visiblement l’appareil le moins cher mais doté des dernières technologies, radar AESA et système IRST et nacelle ATFLIR. Boeing indique également que le Japon pourra disposer de l’ensemble des armements air-air et air-sol et air surface disponibles.

F-35_JSF_USAF.jpg

 

 

F-35 :

A défaut de pouvoir exporter  le F-22, Lockheed-Martin propose son F-35. Techniquement la furtivité pourrait intéresser le Japon au cas ou le projet national serait abandonné, cependant les coûts pourraient  s’avérer être un frein dans le choix de l’appareil de plus les livraisons ne pourraient être garanties avant 2017 !

Photos : 1 F-4 Phantom JASDF 2 Eurofighter @ Eurofighter/EADS 3 Boeing F/A-18E/F Super Hornet @ Boeing 4 Lockheed-Martin F35A @ Lockheed-Martin

 

Commentaires

Bonjour,

pourquoi le Rafale ne fait pas parti de la short list en compétition ?

cordialement

Écrit par : Rafale92 | 14/09/2011

Très bonne question ! En effet, il est surprenant de ne pas trouver le Rafale dans cette compétition, la réponse est que Dassault ne croyait visiblement pas à ses chances au Japon, car ce pays achète régulièrement américain ! Dommage tout de même !!

Écrit par : PK | 14/09/2011

Oui, ça n'aurait été que peine perdue et l'occasion d'un nouvel échec, pas très bon pour l'image.
Dassault a retenu la leçon avec la Corée du Sud.

Écrit par : guig | 14/09/2011

Le Japon aura le choix entre des avions américains et des avions américains, point barre.
Depuis 1945 la politique de défense de l'archipel se décide à Washington, le reste est littérature.
La candidature du Typhonn est là pour amuser la galerie et ne sert qu'à obtenir des conditions d'achat plus favorables, encore qu'on peut compter sur l'Oncle Sam pour faire banquer Tokyo au maximum, ce qui est une habitude depuis le F 2 ou les 767 Awacs.
Un bon point pour Dassault qui a cette fois décidé de ne pas participer à cette mascarade.

Écrit par : Buddy Spike | 16/09/2011

Mise à jour : TOKYO, 4 octobre (Reuters) - L'Eurofighter Typhoon n'est pas désavantagé par le fait qu'il soit de conception européenne dans l'appel d'offres en vue de fournir de nouveaux avions de combat au Japon, a souligné mardi le ministre japonais de la Défense Yasuo Ichikawa.

Ce dernier a également déclaré, lors d'un entretien accordé à Reuters, s'attendre à ce que le gouvernement assouplisse sous peu l'interdiction que Tokyo s'est imposée sur le développement international conjoint d'armements.

Une telle mesure ouvrirait aux groupes japonais de défense l'accès à une véritable manne de contrats potentiels.

Tokyo doit annoncer avant la fin de l'année son choix sur les avions de combat. Le contrat qui suivra cette décision pourrait atteindre huit milliards de dollars.

L'idée la plus couramment partagée fait de Boeing et Lockheed Martin les grands favoris de cet appel d'offres, en raison des liens étroits qui unissent Washington et Tokyo, notamment en matière de défense.

Prié de dire si l'origine européenne de l'Eurofighter constituait à cet égard un handicap, Ichikawa a répondu: "Ce n'est pas le cas."

Écrit par : PK | 05/10/2011

Les commentaires sont fermés.