28/04/2011

L’Inde choisira entre le Rafale et L’Eurofighter !

 

26860234.jpg

 

Le Gouvernement indien a annoncé aujourd’hui la création d’une « short list » dans le cadre du programme MMRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft), celle-ci comprend deux avions soit : le Rafale de Dassault Aviation et l’Eurofighter du consortium européen, dont EADS Cassidian et BAE System. Annoncé par le ministère de la Défense indien aujourd’hui, ce contrat porte sur la fourniture de 126 appareils de combat pour l’Indian Air Force (IAF). Cependant ce nombre pourrait monter jusqu’à 220 avions.


Un gros contrat :


Le contrat est estimé à environ 11 milliards de dollars US. Les dix-huit premiers chasseurs devraient être construits dans le pays d’origine de l’appareil tandis que le reste sera produit par Hindustan Aeronautics Limited en Inde.


Le contrat se négocie désormais autant sur les capacités des appareils que sur la face politico-économique de la commande. En effet l’Inde espère aussi des contreparties économiques. Le marché devrait être conclu en juillet prochain mais les retards pourraient repousser la signature du contrat en mars 2012. Cela fait quatre ans que l’Inde attend son nouveau chasseur mais les retards n’ont fait que se succéder depuis la première compétition en 2007.

 

La politique s’en mêle :

 

Ce marché a mobilisé rien moins que le président Nicolas Sarkozy et ses homologues américain Barack Obama et russe Dmitri Medvedev.


Les perdants :


Les autres appareils de la compétition, le F/A-18 Super Hornet de Boeing, le F-16 Super Viper de Lockheed Martin, le MiG-35 de Russian United Corporation et le Gripen NG du suédois SAAB, n’ont pas satisfait les critères techniques du cahier des charges et n’ont donc pas été retenus pour la suite du contrat.

 

Le programme MMRCA :


Le programme MMRCA a été lancé en août 2007 après six années de longues  réflexions. Le cahier des charges détaillant les conditions de vente, le transfert de technologie, la maintenance et la production sous licence des appareils a été remis aux six constructeurs concurrents soit : le russe Mikoyan-Gourevitch avec le MIG-35, le français Dassault avec le Rafale, l’européen EADS avec l’Eurofighter Typhoon, le suédois SAAB avec le Gripen NG et les américains Boeing F/A-18 E/F Super Hornet et Lockheed Martin F-16  Super Viper.

 

L’avion choisit devra pouvoir assurer le lien de supériorité aérienne que couvre les Sukhoi Su-30 au niveau de la basse et de la moyenne altitude de manière sectoriel. L’avion devra être livré au  standard le plus haut disponible.

 

L'Inde compte déployer les appareils non loin de ses frontières de l'ouest et du nord-est, face au Pakistan et à la Chine. New Delhi redoute que Pékin ne tente de l'encercler stratégiquement, les deux nouvelles puissances économiques étant en concurrence aussi sur l'accès aux ressources de la planète.

 

A suivre donc, le dernier épisode entièrement européen  de ce feuilleton entre le Rafale et l’Eurofighter !!

 

971950074.jpg

 

Liens sur le sujet : L’Inde va remplacer ses Mig-21 :

 

 http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/08/19/l-inde-va-...

 

Photos : Rafale @ Paul Marais-Hayer  2 Eurofighter @Eurofighter

 

 

Commentaires

Rassurant de voir un grand pays comme l'Inde préselectionner des avions de combat uniquement sur des criteres techniques. Les aspects politiques et surtout commerciaux vont maintenant etre pris en consideration; mais il n'empêche que le Rafale aura terminé en tête, devant le Typhoon, de l'evaluation technique indienne qui conprenait entre autres l'utilisation intensive des avions sur une base a trés haute altitude (Leh, 3500m)
http://rafalenews.blogspot.com/2011/04/mmrca-rafale-would-be-in-pole-position.html
Lequel Rafale aurait aussi terminé en tete de l'evaluation Suisse ..il n'y a pas de hasard ...

Écrit par : Buena | 28/04/2011

L'inquiétude dans ce dossier est sans contexte les transferts de technologie, en effet, si une collaboration, par exemple, entre la France et la Suisse sur l'éventuelle vente du Rafale serait bénéfique aux deux pays, un transfert de technologie du Rafale ou de l'Eurofighter vers l'Inde risque à terme de se retourner contre l'europe de la défense et plus particulièrement de l'industrie. L'économie grimpante de l'inde, alors que l'économie européenne marche au ralentit prétérite une montée en puissance de ce pays alors que l'europe "vole" vers son déclin.
La capacité à produire "pas cher" associé au niveau technologique inversera la situation, l'Inde devient une super puissance alors que l'europe se "ters-mondise" !

Écrit par : Téo | 29/04/2011

Sauf qu'il y a quand meme un fort decalage entre les technologies offertes essentiellement developpees dans les années 80/90 (a l'exception de l'antenne Aesa - fin de conception vers 2005 pour le Rafale alors qu'elle est en cours pour le Typhoon )et celles sur lesquelles travaillent actuellement les européens et qui seront disponibles dans les années 2020 et plus (NeuRon ...). L'Inde rattrapera son retard petit à petit si elle densifie sa recherche et son tissu industriel et non pas en beneficiant de transferts de technologies deja operationnelles.

Que signifie ces TOT en fait : que l'avion sera assemblé en Inde et que les indiens se verront offrir les codes sources sensibles. Mais les sous ensembles majeurs seront toujours fabriqués soit en Europe ou alors par les filiales indiennes des entreprises europeennes parce qu'il n'y a de toute maniere personne capable de le faire a leur place.

Écrit par : Buena | 29/04/2011

Et bien pour ma part, je continue de penser que celà est bien plus grave, l'Inde produit maintenant sont propre hélicoptère et vient de mettre au point sont premier chasseur (certes, pas des plus sophistiqué) s'ajoute le fait que ce pays collabore avec les Russes sur le Pak-Fa avec la mise au point de l'électronique. Ce pays a pour volonté de produire ses propres aéronefs et de devenir une puissance aéronautique. Cet achat permettra donc àl'industrie aéronautique indienne de progresser et d'ailleurs la fabrication sous licence est prévue chez Hindustan, une entreprise indienne. Si les indiens ne sont pas encore suceptible de produire un avion tel le Rafale ou l'Eurofighter pour l'instant se sera le cas d'ici une dizaine d'années puis ils en viendront à produirent leur propres avions multirôles et donc concurrent des prochaines générations occidentales.

Écrit par : Téo | 29/04/2011

C'est une vision assez simpliste je pense, on ne pourra jamais empecher une nation de plus d'un milliard d'habitant de vouloir se developper...
Un tel contrat même assortis de pseudos transferts de technologie n'est qu'un goutte d'eau a l'echelle d'un pays comme l'Inde.
Prenons l'exemple de la France, ruinée en 1945, mais qui a su, a partir des années 50 et jusqu'a nos jours, developper une industrie aeronautique moderne et mondialement competitive. Quelle en est la cause ? des transferts de technologie venant des USA ou d'ailleurs ? certainement pas! , c'est meme exactement le contraire, la France a massivement misé sur la recherche et la formation pour bâtir et conserver une industrie competitive et technologiquement independante.
ET rien ne pourra empecher l'Inde d'en faire autant au 21eme siecle si elle en a la volonté.

D'ailleurs , en matière d'industrie aeronautique de Défense , les chinois progressent plus rapidement que les indiens et le fait que l'embargo ait obligé la Chine a investir massivement en interne n'y est pas etranger..
C'est le president d'Embraer au Bresil , maintenant 4eme constructeur mondial , qui a dit que le brésil progresserait plus vite en developpant ses propres technologies plutot qu'en acquérant des technologies plus difficilement assimilables.

La véritable raison derriere cette exigence de transfert de technologie, que ce soit en Inde ou au Bresil, c'est une volonté d'independance vis a vis du pays d'origine dans l'utilisation des avions de combat. Sans la régulation Itar, le F18 serait probablement encore dans la course en Inde.

Écrit par : Buena | 29/04/2011

Bon en même temps, le plus difficile maintenant pour Dassault et EADS sera d'affronter la légendaire et pénible bureaucratie indienne !!

Écrit par : Steeve | 29/04/2011

126 appareils pour 11 mia de dollars pour l'Inde
22 appareils pour 3 à 5 mia de francs pour la Suisse
N'y a-t-il pas une erreur quelque part? Est-ce le perfectionnisme suisse qui coûte si cher? Ou les montants ne sont-ils pas comparables (pièces détachées comprises ou non, autre)? Merci pour vos éclaircissements.

Écrit par : teol | 29/04/2011

Les 11 milliards du programme indien sont une estimation pour une première tranche d'appareils, les constructeurs doivent encore déffinir le nombre d'appareils complétement équipés pour ce montant. Il est clair que cette sommes ne correspond pas à un total de 126 appareils ni mème d'une augmentations à 200 aéronefs.

Ces 11 milliards avaient été évalué à l'époque par le Ministère de la Défence indien soit en 2007 ! Il y aura révision à la hausse !

Pour rappel la dernière offre de Dassault pour la Suisse était de 22 appareils de dernière génération soit 3F-04T pour 4,5 milliards avec les compensations en Offsets à 5,5 milliards.

L'Eurofighter (version DA7+)est proposé à 5,8 milliards pour 18 appareils et des offsets à 8,3 milliards !

Écrit par : PK | 29/04/2011

Pour compléter, si je peux me le permettre, il vaut toujours mieux commander 60 à 100 appareils qu'une vingtaine afin d'obtenir un sensible meilleurs prix de gros, mais à ce niveau, l'Inde devra soit augmenter son budjet pour l'acquisition soit baisser le nombre d'avions achetés.

On remarquera au passage que le Brésil à revu à la baisse le nombre ses estimations d'achat, passant de 120 à moins de 80 ! Et le choix n'est pas encore fait, le dossier "dort" sur le bureau de la nouvelle présidente !

Écrit par : Steeve | 29/04/2011

Sauf qu'il y a quand meme un fort decalage entre les technologies offertes essentiellement developpees dans les années 80/90 (a l'exception de l'antenne Aesa - fin de conception vers 2005 pour le Rafale alors qu'elle est en cours pour le Typhoon )et celles sur lesquelles travaillent actuellement les européens et qui seront disponibles dans les années 2020 et plus (NeuRon ...). L'Inde rattrapera son retard petit à petit si elle densifie sa recherche et son tissu industriel et non pas en beneficiant de transferts de technologies deja operationnelles.

Que signifie ces TOT en fait : que l'avion sera assemblé en Inde et que les indiens se verront offrir les codes sources sensibles. Mais les sous ensembles majeurs seront toujours fabriqués soit en Europe ou alors par les filiales indiennes des entreprises europeennes parce qu'il n'y a de toute maniere personne capable de le faire a leur place.

Écrit par : What Does It Mean When You Dream About Someone You Like | 29/07/2011

Les commentaires sont fermés.