08/03/2011

100.000 Heures de vol pour les V-22 Osprey !

 

V-22_850x-7684.jpg

 

 

Patuxent River, Maryland, le Naval Air Systems Command (NAVAIR) annonce que le programme V-22 Osprey a atteint les 100.000 heures de vol ! C’est un appareil de l’US Marine Corps  en mission en Afghanistan qui a permis de boucler ce résultat.

 

 

Les MV-22  et CV-22 Osprey ont accumulés ces heures de vol lors des différentes missions, soit vol humanitaire, transport de troupe et transport logistique.


Selon le Naval Safety Center , le MV-22 est l’appareil qui a le plus faible taux d'accident dans le  Corps des Marines au cours de la dernière décennie. De plus, les Osprey de part leur configuration ont le plus faible coût par siège-miles (coût de transport d'une personne sur une distance d'un mile) de l’ensemble de la flotte.

 

 
Rappel :


Le V-22 Osprey est avion de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe.
Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent

Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

 

A ce jour, 130 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme Joint Advanced Vertical Lift Aircraft est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires, et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre.

 

Plusieurs problèmes retardent la mise au point et pas moins de 5 accidents mortels endeuilleront le programme.  En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte avions est validé.

 

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de pré série qui devra permettre la mise en service d’une escadrille « test ». Celle-ci sera notamment mise à l’épreuve en engament réel en Irak durant l’année 2007.

 

 

V-22_850x-1425.jpg

 

 

 

Lien  sur le V-22 Opsrey :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/01/30/le-v-22-os...

 

 

 

 

Photos :  MV-22 Osprey @ Bell Textron

 

 

Commentaires

C'est impressionant de voir un appareil dont le départ était assez mauvais en terme d'accident. Ce qui ne lui prédisait pas un très bon avenir.

Et aujourd'hui de le voir avec le plus bas taux d'accident, ca impressionne quand même (même si ca a pris du temps).

Et en passant, un petit merci et félicitaions à Pascal qui fait comme d'habitude de manifiques articles et toujours plaisant à lire!

Écrit par : DdDnews | 08/03/2011

Hum, j'avais lu que du fait de son manque d'autoprotection l'appareil n'était engagé que dans des zones à risques faibles. Du coup ses hautes perf de sécurité sont peut être aussi à mettre au crédit d'une utilisation prudente de la bête.

D'ailleurs il me semble que l'autoprotection est un point difficile de cet appareil: la seule option d'amélioration évoquée consistant en une tourelle télé opérée sous le fuselage. Tourelle dont l'implantation limite son efficacité lors des décollages/atterrissages, périodes les plus critiques pour un tel appareil...

Écrit par : etrepensant | 08/03/2011

Oui, ce type d’appareil pose problème en matière de protection contre la DCA, il doit être utilisé comme un hélicoptère transporteur de troupes, soit à distance des défenses ennemies. L’intérêt porte sur le fait qu’il permet une projection sur zone de combat plus rapide qu’un hélicoptère traditionnelle grâce à sa vitesse. Soit, les unités sont larguées à distance de sécurité, soit le v-22 doit être protégé par des aéronefs ayant la capacité de neutraliser les défenses ennemies.

Écrit par : PK | 08/03/2011

Le V-22 me semble intéressant sur deux types d’engagements :
A) A grande distance et permet effectivement aux Marines Corps d’agir vite en nombre.
B) Soit sur courte distance pour assurer un assaut soutenu, de fait , le V-22 pourrait être une solution en Suisse pour une armée ayant besoin d’une grande mobilité en terrain varié !

Écrit par : Steeve | 08/03/2011

Les commentaires sont fermés.