25/02/2011

Ravitailleur : Le B767 NewGeneration Tanker à gagné!

top-story-20100728-4.jpg

WASHINGTON, 25 février , à 22h10 GMT le Pentagone a annoncé le nom du vainqueur de la compétition portant sur la livraison d'avions ravitailleurs à l'armée de l'air américaine ! Et c’est Boeing avec le B767 New Generation Tanker (KC-46A) qui rafle le contrat de 30 milliards de dollars pour la livraison de 179 appareils en remplacement des vieux KC-135 âgés de près de 50 ans !

"Boeing a été le net vainqueur", a déclaré le secrétaire adjoint à la Défense William Lynn lors d'une conférence de presse organisée au Pentagone. Les responsables du Pentagone ont refusé de détailler la teneur des deux offres et se sont bornés à déclarer que l'écart entre elles était de plus de 1%.

Le B767 New Generation Tanker (KC-46A) :

Boeing a déterminé les besoins de la mission pour optimiser la taille de la cellule qui apportera le meilleur coût d’exploitation possible. Le B767 New Gen Tanker est un gros porteur multi-mission basé sur la cellule du B767 commercial. Certes, il existe déjà une version du B767 Tanker, mais cette nouvelle version répond complètement au cahier des charges de l’US Air Force.

Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. L’avion répond aux 372 exigences demandées par l’USAF, de plus selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants.

· Le NewGen Tanker économisera aux contribuables américains jusqu’à 36 milliards de dollars en gestion du cycle de vie par rapport à l’avion concurrent, une différence qui à elle seule pourrait financer une nouvelle flotte de 179 ravitailleurs ;

· Le NewGen Tanker se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat ;

· Le NewGen Tanker met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing 787 Dreamliner ;

· Le NewGen Tanker dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 NewGen modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électriques (Fly by Wire) ; toutes ces technologies sont fournies par la société qui a inventé la perche de ravitaillement en vol et qui produit les ravitailleurs les plus performants et les plus fiables au monde.

· Le NewGen Tanker offre des capacités de transport de carburant, de fret, de passagers et de malades sensiblement supérieures à celles de l’actuel ravitailleur KC-135 dans un gros porteur dont l’encombrement correspond à celui d’un appareil à fuselage étroit, ce qui assurera à l’US Air Force une flexibilité hors pair pour un large éventail d’opérations.

Selon Boeing, le B767 NewGen Tanker fera économiser 10 milliards de dollars en coûts de carburant, sur ses 40 ans de service étant donné qu’il brûlera 24% de carburant en moins.

 

080527-F-2828D-071_tanker-B1_3_med.jpg

Commentaires :

Voici donc arrivé (enfin ¨!)  la fin d’un long feuilleton, Boeing remporte donc ce fabuleux marché et va pouvoir souffler ! Du côté de l’européen EADS Airbus Military c’est la déception, le projet de l’A330 MRTT (KC-45) est pourtant excellent, mais a souffert de deux éléments : la perte du soutien politique avec le départ de l’Administration Bush, On se rappelle qu’en campagne le candidat Obama préférait déjà l’offre de Boeing ! De plus, la crise sur l’emploi et la concurrence d’Airbus on poussé un choix national.

En théorie EADS pourrait encore faire appel de la décision, cependant, à moins d’une grave infraction constatée lors de l’attribution du contrat , il n’en sera rien. De plus. L’image d’EADS en souffrirait en agaçant non seulement le politique mais l’USAF qui aujourd’hui ne peut plus attendre.

Notons au passage que l’A330MRTT reste le ravitailleur le plus exporté, et que l’arrivée du B767NewGenTanker mettra un peu de concurrence sur un marché un peu trop fermé !

 

album-a-58.jpg

Liens :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/02/16/ravitaille...

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/07/12/ravitaille...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/02/16/ravitaille...

 

Photos : B767 NewGen Tanker nommé KC-46A pour l'USAF @ Boeing

Commentaires

bonne analyse

Écrit par : Buena | 25/02/2011

Oui, très juste ! Dommage, Airbus est passé tout près d'un joli coup de maître en plaçant l'A330MRTT aux USA.

Écrit par : Steeve | 25/02/2011

Le choix de Boeing était couru d'avance. Croire que Airbus avait une chance, reviendrait à imaginer que la France cachette ses avions de chasse ailleurs que chez Dassault...

Écrit par : Simon | 25/02/2011

Pas entièrement d'accord avec vous Simon, Aibus avait à l'époque le soutien de l'administration Bush de plus, lors du second épisode du feuilleton c'est bien l'A330 MRTT qui avait été choisi ! Finalement, le report de l'acquisition avant la fin du mandat de Georges W. Bush à permis à l'administration Obama de relancer la course et de favoriser Boeing. D'ailleurs EADS avec Eurocopter ont déjà un pied aux USA avec l'hélicopère UH-72 Lakota dérivé de l'EC-145 !

Écrit par : Steeve | 25/02/2011

Certes, mais toutes ces péripéties, n'était là que pour éviter de s'attirer les foudres de la communauté internationale pour non respect des règles d'appel d'offre. C'est en tout cas le cas depuis Obama. Vous le dites vous-même qu'Obama à fait en sorte de favoriser Boeing.
Bush souhaitait trouver le meilleur pour son armée (forcément, quand on veux attaquer tous le monde, il vaux mieux avoir du bon materiel...), Obama souhaite privilégier le coté économique, après tout les deux points de vues sont défendables.
Reste que l'Airbus existe déjà et que son prix ne devrait pas évoluer alors que le Boeing n'en est qu'au stade "papier", donc les performances que lui prévoient la firme Américaine ne sont que théorique. Quand à son prix, si on se réfère au fait que tous les programmes aéronautiques Américains actuels voient leurs tarifs atteindre des records, je suis perplexe quand au choix d'Obama...
Whait and see comme on dit aux USA...

Écrit par : Simon | 25/02/2011

N’empêche que les Etats-Unis eux savent préserver les emplois, certes l’avion de boeing est basé sur une cellule ancienne qui sera modernisée. Mais au moins les américains savent garder les chaînes de montage sur leur territoire, seul la sous-traitance de pièces est effectuée à l’étranger., tandis que nous en europe, Airbus était prêt à fabriquer l’A330 aux USA, tout comme elle dispose d’un chaîne de fabrication pour l’a320 en Chine !!

Avec bientôt 25 millions de chômeurs en europe, il y a de quoi s’indigner, regardez notre industrie automobile en France, on ne fabrique bientôt plus rien !

Au moins Obama et boeing savent conserver la main d’œuvre !

Écrit par : Hervés | 25/02/2011

Je ne sais pas comment c'est en Suisse, mais en France, on a privilégié le social avec des aides financières pour les chômeurs, et une sécurité sociale pour le remboursement des soins de toute la population. Tout ça est prélevées sur les salaires des seuls actifs. Tout ça contribue à gonfler les salaires et du coups la France n'est plus compétitive face à la concurrence...
Aux États-unis, les "protections sociales" sont quasi inexistantes, du coup, la masse salariale coute moins chère aux entreprise. Seulement, si tu n'as pas mis toi-même de l'argent de coté et que tu te retrouve malade ou licencié... tu te retrouve à la rue...
Conclusion : Entre une protection sociale en béton mais une industrie non compétitive et une industrie compétitive mais pas de protection sociale, il faut choisir...

Écrit par : Simon | 25/02/2011

stupide ... les salaires sont 30% plus elevés aux usa et la protection sociale europeenne n'a jamais empeché Airbus de tailler des croupieres a Boeing. Le vrai probleme des europeens est de ne pas batailler en ordre dispersé , des lors que la cooperation fonctionne comme pour les avions de ligne et les helicoptères par exemple, nous sommes plus que competitifs...

Le probleme du contrat des ravitailleurs est autre , des lors qu'il s'agit d'un appel d'offre international ouvert a tous constructeurs, la procédure devrait etre encadrée , transparente et denuée de considerations politiques voire patriotiques ... sinon on fait ce que font les français , beaucoup moins hypocrites en matiere de contrats militaires, a savoir une preference nationale systematique sans appel d'offre international ...

Écrit par : buena | 26/02/2011

Les "salaires" sont peut-être 30% plus élevés aux USA, mais comme je l'ai dit, les charges sociales le sont beaucoup moins. En France, pour 1000 € de salaire payé à un salarié, l'employeur doit en verser presque autant à l'état, ce qui n'est pas le cas aux USA...

Écrit par : Simon | 26/02/2011

EADS ne contestera pas le verdict ! Bien vu Pascal !!

Écrit par : Liv | 05/03/2011

Les commentaires sont fermés.