24/11/2010

Début de l’industrialisation du radar AESA pour l’Eurofighter

GLD-106361_f479822b22.jpg

EADS (cassidian) Eurofighter et Euroradar lancent l’industrialisation de  la dernière génération de radar AESA pour l’avion de combat européen Eurofighter Typhoon II.



Eurofighter GmbH et Euroradar, de concert avec leurs partenaires industriels, ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération  d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array radar. L'objectif est permettre une mise en service du nouveau radar pour 2015 et de ce fait répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation. Cette version est celle proposée à la Suisse, un prototype avait été testé lors des essais menés dans notre pays en 2008.

Cette  décision signifie que l'Eurofighter pourra continuer de se  de développer et d’améliorer ses performances. Le nouveau radar fait suite au développement préliminaires et les essais entrepris  depuis 2007.

 

 Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR -90 Captor  actuel, mais sera doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA.  Comme je l’annonçais dans mon article sur l’offre d’EADS pour la Suisse, l’antenne radar sera montée sur un plateau cyclique permettant un repositionnement de l’antenne à fin d’accroître la capacité de détection.

 

 

A propos d’Euroradar :


Euroradar est un consortium  international dont le maître d’œuvre est  SELEX Galileo, une société de Finmeccanica, aux côtés d'EADS Defence Electronics et Indra. Euroradar a livré plus de 250 radars à balayage mécanique Captor dans le programme Typhoon à ce jour.

 

Un seul radar pour l’Eurofighter :

 

Actuellement l’Eurofighter dispose de deux radars à antenne mécanique, l’ECR-90 qui équipe la plus part des clients (Espagne, Angleterre, Italie), en Allemagne (également pour l’Autriche) par contre on a choisit de monter un dérivé de l’ancien radar du F-16 soit l’APG-66. L’arrivée du CAPTOR AESA  verra l’Eurofighter ne plus être doté que d’un seul radar.

 

 

m02009050600003.jpg

Photos :1 Eurofighter 2 Eurofighter et antenne AESA @ Eurofighter EADS

15:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : eurofighter, euroradar, radar aesa |  Facebook | |

Commentaires

Industrialisation ? meuh non !! industrialisation signifie fabrication en série , il n'y a que les americains qui produisent industriellement des AESA, le RBE2 français lui est en début de phase d'industrialisation.
Quand au radar de l'Eurofighter, il est lui en développement ,ce qui n'a rien à voir , la phase d'industrialisation commencera dans quelques années vraisemblablement vers 2014 .. à condition que tout se passe bien parce que la ils sont vraiment en retard sur la concurrence...

Écrit par : Jimmy | 24/11/2010

N'y a t il pas erreur à propos des radars des appareils allemands ? C'est la première fois que j'entends parler de ce dérivé d'APG-66 !

Écrit par : Thomas | 24/11/2010

Non c'est Solex industrialise qq chose? comment ils ont fait pour garder le vieux erc90? ça c'est surement de la technologie AZgarde avec une commande des Vulcains !

Écrit par : Dojon | 25/11/2010

J'ai lu ton article et visite ton blog que je trouve vraiment tres interessant. Je l'ai ajoute dans mes favoris

Écrit par : Adrienne | 25/11/2010

Je ne crois pas non plus qu'il s'agisse d'industrialisation mais plutôt d'essais. Le captor-E AESA devrait reprendre la partie arrière du captor-M mecanique pour faciliter l'upgrade, mais il y a un revers à cela et pas des moindres: il sera toujours incapable entrelacer les modes de fonctionnement... Il dispose toutefois de 1500 modules (50% de plus que le RBE2 AESA), il verrait donc mieux et plus loin que le rafale.

Écrit par : Halala | 25/11/2010

Une antenne avec 1500 modules c'est aussi beaucoup plus cher. Or, l'Eurofighter se caractérise déjà par ses coûts démesurés.

Et le plateau cyclique nécessitera des opérations de maintenance régulières qui empêcheront la réduction du coût de l'heure de vol des Eurofighter.

Écrit par : logiquement... | 26/11/2010

Les commentaires sont fermés.