10/05/2010

L’US Navy opte pour le Sea Avenger

 

 

25500780.jpg

 

 

L’US Navy cherche à se doter d’un drone furtif d’attaque, le projet Sea Avenger dérivé du Predator C semble avoir tapé dans l’oeil de celle-ci !

L’origine du Sea Avenger :

Le Sea Avenger est un dérivé du prototype Prédateur Avenger C produit par General Atomics Aeronautical. Ce dernier fait partie d’une nouvelle génération de drones, motorisé par un réacteur Pratt & Whitney Canada PW54B (le même que celui des Cessna Citation XLS) contrairement aux anciens modèles équipés d’un turbopropulseur.

Côté caractéristiques, sa longueur est de 13,5 m pour une envergure de 22 m. Son empennage est en V positif contrairement aux autres qui possédaient un empennage en V négatif. Au niveau des performances, il atteint une vitesse maximale d’environ 400 nœuds (soit environ 720 km/h) avec une altitude maximale de 60 000 pieds (soit 20 000 m). La tuyère du réacteur a été déplacé sur le dessus du fuselage afin de cacher les gaz sortant du réacteur. Ainsi, malgré son réacteur, il reste néanmoins furtif. Sa capacité d’emport en armement est de 3 000 livres (soit environ 1.3 tonnes). Son autonomie est de 20 heures. Quant aux équipements à bord, il intègre une vision infra-rouge similaire à celle développée pour le F-35 Lightning II, ainsi que d’un radar de type AESA. Son premier vol a eu lieu le 4 avril 2009.

predatorcavengersmall28.jpg

 

 

L’Avenger naval :

La version navalisée de l’Avenger, reprend l’ensemble des équipements de base, du Predator C. Pour répondre au cahier des charges, émis par le Naval Air Systems (NAVAIR), General Atomics Aeronautical a effectué les ajustements suivants : les ailes  sont repliables pour facilité son rangement sur un bâtiment de surface. La structure de l'avion a également été renforcée pour les atterrissages sur pont et permettre l’utilisation  d’un crochet arrière pour l’appontage. Le Sea Avenger sera également optimisé pour les liaisons électroniques (Link16) en lien avec les F/A-18, ainsi que le futur F-35.

La soute modulaire doit permettre la mise en oeuvre des divers systèmes d’armes en services dans la Navy et pourra également transporter de l’équipement de reconnaissance et l’écoute électronique.

Le Sea Avenger, développé en parallèle avec le Predator C. représente pour son concepteur un faible risque, car étant similaire, les options d’achat de haute technologie seront partagées entre les deux modèles et devrait permettre une exploitation d’une vingtaine d’année. Deux prototypes du Sea Avenger sont en cours d’évaluation, la Navy espère pouvoir se doter de ses premiers exemplaires d’ici 2012.

predator_c_avenger.jpg

 

 

Photos : 1 & 2 Sea Avenger 3 l’Avenger Predator C lors de son premier vol @ General Atomics Aeronautical

 

Commentaires

Il est prévu pour utilisation à partir de porte avion équipé de catapulte ou bien simplement d'un tremplin?
L'appontage se ferait-il en manuel ou en automatique? Je sais que les système auto existe déjà pour des drones à voilure tournante (camcopter a fait des tests sur une frégate Français l'été dernier il me semble)

Écrit par : BiLKiNiS | 10/05/2010

Les chasseurs de l'US Navy sont déjà capable de réaliser des appontages automatiques (ou quasiment automatiques), donc développer un système permettant aux drones d'apponter automatiquement doit être assez facilement réalisable.

Quant au lancement, l'US Navy n'a que des porte-avions équipés de catapultes (je doute fortement que les porte-hélicoptères d'assaut, qui de toute façon n'ont pas de tremplin, puisse opérer ces drones), donc le lancement se fera très probablement par catapulte. Il faut juste voir si l'appareil est assez lourd pour pouvoir être catapulté sans problèmes depuis les catapultes existantes (à vapeur).

Écrit par : Christophe | 16/05/2010

Ce drone armé furtif serait un bel outil pour l'arme aérienne embarquée française à pouvoir déployer à partir des bases de Djibouti ou IMFAU ou sur notre PAN Charles de Gaulle, mais hélas la France doit pouvoir se payer ses 58 Rafale Marine et ses 27 NFH90.Et ses hélidrones qu'elle envisage pour ses plates-formes aéronautiques de sa flotte de surface.

Écrit par : Philippe | 16/05/2010

La version navalisée de l’Avenger, reprend l’ensemble des équipements de base du Predator C, c est une tueriea.

Écrit par : aircraft for sale | 21/03/2011

Les commentaires sont fermés.