08/01/2010

Airbus & Boeing : les chiffres pour 2009!

 

 

97279_1223819302.jpg

 

 

Chaque début d’année est marqué par les résultats engrangés par les deux principaux constructeurs que sont Airbus et Boeing. Si certain y voie une course effrénée, d’autre préfère prendre le recul nécessaire à des fins d’analyse du marché de l’aéronautique commerciale.

Airbus :

Deux éléments ressortent du bilan du constructeur européen Airbus : d’abord, celui-ci a réussi son objectif des 300 commandes avec un résultat sensiblement supérieur qui s’établit au 31 décembre à 311 ( brutes & options) ! Ce pari n’était pourtant pas gagné d’avance, avec une stagnation de 295 commandes brutes au 24 décembre. Mais, le Père Noël a visiblement pensé à ne pas oublier le consortium avec les contrats de dernières minutes (voir billets sur le sujet) avec Malaysia, United Airlines,  China Eastern et LAN (Chili). Certes, si ces commandes n’avait pu être passée dans la comptabilisation 09, elles auraient permis de bien commencer l’année 2010 !

Airbus arrive donc à tenir son cahier de commande pour l’année écoulée et ceci malgré la crise !

Par contre, le revers d’Airbus est à souligner du côté des livraisons de l’A380, dont le constructeur avait planifié le nombre de 10 super Jumbo en lieu et place de 13 prévu! Il faut rappeler qu’Airbus ambitionnait il y a un an, encore, de livrer 21 machines. Pires, c’est moins qu’en 2008, ou Airbus avait pu livrer 12 appareils de ce type. La montée en cadence des livraisons restent aujourd’hui un problème, pour la chaine de l’A380.

media_object_image_lowres_A380_AirFrance_in_flight_Oct09_lr.jpg

 

 

Boeing :

Du côté de chez Boeing, le bilan n’est guère meilleur, l’année 2009 n’étant pour les constructeurs aéronautiques pas un grand millésime ! Boeing revendique un total de 263 commandes (brutes & options). Par contre, le constructeur de Seattle a tenu ses objectifs de livraisons pour l’année soit 481 appareils (372 B737, 13 B767, 88 B777, 8 B747). 

Le dernier point positif tient du fait que le nouvel avion de Boeing le B787 «Dreamliner» à voler en fin d’année avec deux prototypes. De plus, la nouvelle mouture du B747-800 devrait très prochainement faire son vol d’essais et marquera le début d’une nouvelle génération du Jumbo jet !

44110_1222006875.jpg

 

Analyse :

Avec la crise, les constructeurs aéronautiques ont tous laissé des plumes, nous sommes ici très loin des résultats euphoriques de 2007 ou Boeing avait engrangé 1’415 commandes et Airbus 1’341 !

On notera tout de même une sensible augmentation de la réalisation des ventes au dernier trimestre 2009, ce qui laisse doucement prévoir une relance de l’activité aérienne, bien que celle-ci restera encore en convalescence durant les premiers mois de 2010.

Du côté des chaînes de montages, l’activité restera bonne grâce aux cahiers de commandes engrangés entre les années 2005 à 2009 et ceci jusqu’à fin 2015. Par contre, il est primordial que le marché se reprenne d’ici là, sans quoi des réductions de livraison associées à des licenciements de personnels seraient à craindre entre 2016/2020 et ceci d’une manière générale ! Les besoins en avions neufs étant considérable d’ici là, on peut souhaiter le contraire.

image.php.jpeg

 

Photos : 1 A320 TACA @ Fabricio Jimenez. 2 A380 Air France @ Airbus - H. Goussé. 3 B737 NG Continental @ Fabricio Jimenez. 4 B787 en vol. @ Boeing

 

Commentaires

Bonjour,

Quelle cette idée fixe chez tous les constructeurs d'avions, à commencer avec un potentiel inouïe en hommes et matériels, sous prétexte construire un avion moderne et inédit continuant construire CONCORDE-AIRBUS-BOEING déjà copies conformes aux autres avions, comble ou scandale, INGINIERING après chaque lancement se félicitent et fier de soi, cependant rien de neuf ou inédit, peut-être le tableau de bord, toujours brouillant et gaspillant énormément kérosène en rependant pollution autour de soi et brûlant couche d'ozone.

À la place des INGÉNIEURS les enfants feraient mieux, chacun entre nous sait que les enfants sont beaucoup plus libres donc plus créatifs que nos génies-ingénieurs bien payés et pas de créativités, jusqu'à présent construction nouveaux avions étaient systématiquement copiés sur autres avions, voir géométrie carlingue et les ailes de CONCORDE-AIRBUS-BOEING.

En passant je signale que je ne suis pas un bon dessinateur, cependant imaginer nouveaux avion avec multiples petits réacteurs adaptés au nouveau carlingue et les ailes à géométrie variables voler en quatre phases : première phase est envol à la manière d'un avion port-avion s'éjectant, ainsi le poids en kérosène en moins, deuxième phase est de gagner au maximum hauteur, troisième phase volant grand trajet en brûlant moins kérosène et quatrième et dernière phase descente en pente douce vol plané, utiliser réacteurs en cas mauvais temps.

INGINIERING digne de leurs renommer devait avoir capacité concevoir en premier lieu un carlingue aérodynamique ainsi que les ails à géométries variables pour pouvoir voler en pente douce longue distance ensuite concevoir multiples petits réacteurs avec pousser d'aire entre-croisé pour gagner en force, ails pointues vers avant et arrondie derrière.

J'invite les ingénieurs à me faire leurs observations par commentaires sur les points contestables, peut-être me faire comprendre que je ne peux pas avoir toujours raisons

Pour avoir d'autres explication m'écrire à blazun@noos.fr

Cordialement Georges BLAZUN

Écrit par : Blazun Georges | 29/10/2010

Bonjour,

Qui vous dit que les ingénieurs ne proposent rien à leur hiérarchie ? Qui vous dit que ce sont des ingénieurs qui prennent la décision d'aller dans telle ou telle direction ? Je pense que les problèmes d'audace et d'innovation dans les très grandes entreprises viennent du poids de l'administration et de la bureaucratie plutôt que des ingénieurs eux-mêmes.

Écrit par : Matthieu | 30/10/2010

Ejecter un avion civil à la manière d'un porte-avions ? Et bien vous aurez 80pourcent de passagers en moins, vu l'accélération la majorité des pax lambda seront malades ! .-)

Écrit par : Steeve | 30/10/2010

Bonjour à Matthieu et Steeve,

Voua avez raison, nos ingénieurs ne sont pas problème, importation réacteur de format tel que, oblige nos ingénieurs élabore une architecture autour de ce réacteur et non une architecture autour du carlingue, ensuite les ails et en dernier lieu concevoir réacteurs en fonction de deux premiers éléments.
Steeve, ce qui me navre chez vous de m'écrire que pour vous envol d'un avion civil par éjection devient une mission impossible, en technologies tout est possible, sachez d'abord que premières essai été réalisés sur terre ensuite construit sur premier port-avion.
Récemment me promenant au Bois de Boulogne j'ai entr'aperçu un monsieur avec son planeur modéliste dirigeable agissant par télécommande, avec un seul lancement au bout de bras planeur a volé cinq minutes, lancement et voler cinq minutes, force de bras-d envol était multiplié minimum par dix, alors "ingénieurs français unissez-vous et je voudrais être parmi vous pour élaborer avion du futur.
Cordialement Georges BLAZUN

Écrit par : Blazun Georges | 29/11/2010

Bonjour,

À titre honoraire je suis disposé participer à élaboration d'un futur avion chez constructeur d'AIRBUS pendant un an, temps qu'il me faut pour concevoir premier exemplaire modèle réduit qui effectuera son premier vol..

Mes exposés sur futur avion ne date pas d'hier, concevoir un avion inédit ne peut venir que d'imagination intellectuelle d'un inventeur, je découvre comment un énorme potentiel en homme et matériel est toujours mal employé en France et ÉTATS-UNISi, INGINIERING d'avion en France se réduit au simple rôle montage par obscur décision ministérielle imposant aux ingénieurs français construire avion neuf avec du vieux réacteur importé de l'étranger, par conséquent il est impossible construire que vieilles copies, alors que majorité de nos ingénieurs en France ont une vision technologique tout autre.

INGINIERING en France ne me contredira pas, construire avion neuf avec vieux réacteurs imposé et importé de l'étranger et quant-on sait que compagnie aérienne du même pays achète ses avions chez premier concourent, logiquement on devait publiquement crier au scandale ?

Importation ces vieux réacteurs vers la France est un véritable obstacle pour élaborer avion inédite, INGIERING français doit dessiner architecture carlingue autour d'un vieux réacteur ensuite ne peut pas modifier tuyère pour augmenter pousser d'airs en sortie, construire neuf avec vieux, mission impossible, obligatoirement on construit copies conformes aux avions précédemment construit, en décibel toujours aussi brouillant, gaspillant énormément kérosène, rependant une pollution autour de soi et brûlant énorme couche d'ozone.

Construction d'un futur avion nous impose une nouvelle philosophie intellectuelle, construire trois éléments de A à Z au même endroit non par élément séparé et lieu différant, futur avion prénommé : "PLANÉTAIRE" ou INTERPLANÉTAIRE", logique nous impose concevoir par ordre suivant : en premier lieu élaborer nouvelle architecture à carlingue ne ressemblant plus aux précédents, futur carlingue massivement ailé en forme triangle isocèle, premier angle arrondi devant allant vers arrière s'élargissent, ensuite concevoir les ails pliantes à géométrie variable, en cours du vol utilisant surface maximale et en troisième lieu concevoir dizaine différents réacteurs petites tailles associés par deux à fonction différente éparpillé arrière entre-ails, si on suit ordre différant, technologiquement nous reculons.

Premier voyage avec futur avion nommé "INTERPLANÉTAIRE" voyageur aura sensation d'un voyage interplanétaire flottant sans poids moins pour se déplacer, sensation d'être dans une cabine d'Appolo, atteindre grande vitesse ne doit pas être facteur prioritaire

Je signale que je ne suis pas un dessinateur, cependant imaginer pour concevoir nouveaux avion doter avec multiples petits réacteurs adaptés au nouveau carlingue et ailes à géométrie variables, voler en quatre phases : première phase est envol à la manière d'un avion sur port-avion s'éjectant, ainsi le poids apporté en kérosène sera en moins, deuxième phase est de monter au maximum plafond, troisième phase volant trajet en brûlant moins kérosène et quatrième et dernière phase longue distance en pente douce ou vol plané, utiliser réacteurs en cas mauvais temps..

Invitation aux ingénieurs, me faire leurs observations par commentaires sur les points contestables, peut-être me faire comprendre que je ne peux pas avoir toujours raisons m'écrire à blazun@noos.fr

Cordialement Georges BLAZUN

Écrit par : BLAZUN | 22/01/2011

Les commentaires sont fermés.