02/06/2009

Première mission internationale pour les Gripen !

 

tchèquegripenjanjansson.JPG

L'armée de l'air tchèque est désormais responsable de la protection de l'espace aérien des pays baltes que sont l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

 

Une conséquence de la chute du mur de Berlin :

 

Les trois pays Baltes étant à l’époque membres du pacte de Varsovie, se sont retrouvés dans une situation particulière dès le démantèlement de celui-ci. Faute d’argent, l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie ne disposent pas d’avion de combat performant et ne peuvent donc pas remplir leurs obligations de sécurités dans la région.

 

Protégé par l’Otan depuis 2004, ces trois pays sont en permanences sous tutelle aérienne. Cette mission d’assistance et régit par un accord jusqu’en 2011 mais qui devrait s’étendre jusqu’en 2018.

 

20ème contingents

 

Le 211e Escadron tactique Tchèque qui volent sur le Gripen suédois vient donc de remplacer une unité de F-16 danoise qui assurait cette mission. Il s’agit également du 20ème contingents de l’Otan qui assure cette tâche et le premier engagement Tchèque à l’étranger depuis la Seconde Guerre mondiale.

 

Engagé jusqu’à la fin du mois d’août, les Gripen Tchèque seront en permanence sept jours sur sept, prêt à prendre l’air pour réagir contre des intrus inconnus ou hostiles et offrir une assistance aux aéronefs en détresse.

 

jas39.JPG

 

Photos : Gripen Tchèque. @ Jan Jansson.





Commentaires

Hé oui, posséder une Force aérienne c'est prévenir les conflits, et surtout garantir la souveraineté d'un Etat ! Un gage de sécurité et d'indépendance (ce qui n'empêche pas d'avoir des accords de partenariat avec ses voisins)Dans le cas contraire vous n'avez pas le choix on vous fait à votre place que vous n'êtes pas capable de faire, mais il en résulte une perte de capacité diplomatique et de crédibilité internationale!Bref à méditer pour nos guignols de gauche et les gourous sectaires du GSsA!

Écrit par : Steeve | 02/06/2009

@Steeve: peut-être... mais comment accordez-vous votre discours avec le fait que nos forces aériennes ne sont pas en mesure d'assurer une surveillance aérienne permanente plus de quelques semaines (jours) par année? La Suisse montre donc qu'il y a d'autre voies que la voie solo ou la voie qui déshonore le pays (selon vous) de demander l'aide à un pays voisin : on peut aussi ne pas assurer de police aérienne (hors 1-2 événements par année, pour des raisons purement politiques), et celle-ci ne s'en sort pas trop mal avec cette solution, non?

Écrit par : teol | 05/06/2009

@ Teol, Pour vous répondre : d’abord, contrairement à ces trois pays Baltes, notre pays est capable de surveiller son espace aérien de façon moderne et adaptée grâce aux avions F/A-18 et ceci de manière constante! Cependant, cette surveillance se complique, lorsqu’il faut maintenir de façon permanente à long terme des patrouilles en grands nombres en vols et ceci du fait que nous n’avons que 33 avions modernes ! D’où le besoin de compléter avec 22 avions supplémentaires (Gripen ou Rafale ou Typhoon) ! Les besoins en cas de conflits en centre Europe seraient de 74 avions (source : analyse d’ Edward Luttwak expert en sécurité et géopolitique) pour notre pays, mais les risquent étant faibles le besoin minimal pour la Suisse et d’environ 55-60 avions, ce qui sera le cas avec cette acquisition et permettra d’augmenter la capacité de mise en alerte sur une durée plus longue. Nonobstant le fait de posséder une cinquantaine d’avions modernes notre pays travaille avec ses voisins pour la sécurité aérienne. Notre aviation fait sa part de travail en partenariat avec la France, l’Italie l’Allemagne et l’Autriche. La différence réside donc dans le fait de posséder une Force aérienne moderne et de travailler de concert avec ses voisins et non de se retrouver en position d’incapacité comme c’est le cas pour ces trois pays !

Je me permets également de vous signaler que la police aérienne en Suisse ne se justifie pas juste pour le WEF mais est valable 24h24 365j sur 365 ! Il n’est pas rare que des avions de chasse en entraînement soit dérouter pour aller porter assistance à un avion en difficulté au-dessus de notre territoire mais aussi parfois de l’autre côté de la frontière ! Cette tâche est permanente !

Écrit par : Steeve | 05/06/2009

Merci pour votre intéressante réponse. J'aimerai cependant préciser que la plus part du temps, il n'y a aucun avion militaire en l'air ou prêt à décoller pour surveiller l'espace aérien suisse, porter assistance à un avion en difficulté ou autre. Notre armée n'en est pas capable (manque d'avions, comme vous le dites, mais surtout de pilotes) mais surtout elle n'en a pas reçu la mission. Sans parler que même quand les avions sont en alerte ou en vol, ils sont rarement correctement armés... Or une couverture aérienne (très) partielle, comme celle de la Suisse, n'a absolument aucun intérêt (hors exercice), les personnes mal intentionnées n'ayant qu'à choisir les périodes de non couverture pour agir. Par conséquence, ce n'est pas nos forces aériennes qui nous protègent, mais bein d'autres facteurs (économique, politique, diplomatique, etc.).

Écrit par : teol | 06/06/2009

Bonsoir Teol, il me semble que votre réponse ne tient pas compte d’un certain nombre d’éléments, dont peut-être vous n’avez pas connaissance, je m’explique, il existe plusieurs niveaux d’engagement et interception, comme je l’écrivais dans mon dernier commentaire, le premier n’a pour but d’intercepter et d’abattre un éventuel intrus, et s’établit a des fins d’aide à un aéronef en difficulté, de ce fait le simple déroutement d’une patrouille de chasse en exercice en direction de l’avion en question suffit et cela sans armement. Le deuxième élément d’intervention s’effectue non pas dans l’hypothèse d’un intrus qui pénétrerait dans notre espace aérien mais se prépare bien en amont. En effet, un avion non identifié est détecté et suivit bien avant qu’il traverse notre frontière, dans ce cas soit c’est l’aviation d’un de nos voisins qui entre en action soit il est décidé que ce sont les Forces aérienne suisse qui l’intercepte. Dans ce cas il est une patrouille peut être armée rapidement et envoyé en direction du dit avion avant même qu’il franchisse la frontière, le suivit radar étant effectué tant par une transmission d’information de nos voisins (avion, AWACS, radar sol) que de notre propre détection (FLORAKO, TAFLIR). Mais il existe un troisième cercle de surveillance, la mise en alerte d’une patrouille de F/A-18 armé en permanence, celle-ci s’effectue en alternance avec nos voisins et ceci de façon non divulguée. De ce fait, régulièrement nos Forces aérienne assume durant quelques jours la sécurité centre Europe (zone frontière France, Allemagne, Autriche et Italie) puis le relais et pris par l’un de nos voisins, et ainsi de suite. Le ces mises en alertes armée sont également renforcée lors d’information transmises des divers services secrets qui communiques en eux. Dans les fait il y a toujours le moyen de porter secoure à un avion en difficulté et une mise en alerte et assez rapide en parallèle d’une patrouille déjà préparée ¨ !
Contrairement à ce que vous écrivez, notre pays a l’obligation d’agir ainsi et en a parfaitement reçu la mission ! Par ailleurs, paradoxalement si actuellement il manque deux escadrilles soit 22 avions, notre aviation ne manque pas de pilotes, il y a certes des périodes ou des démissions sont plus importantes, soit car un pilote désire rejoindre l’aviation civil, en cause la limite d’age de pilotage d’un F/A-18 étant 38 ans soit simplement car un pilote peux se retrouver avec des problèmes de santé (vue, sclérose de l’oreille interne) et doit quitter son job de pilote de chasse.
La protection d’un pays est le fait de plusieurs facteurs, l’économie, la politique et la diplomatie ne sont qu’une partie du bouclier l’armée et l’aviation en sont la soupape de sécurité (ou la dernière chance) mais bon lorsque l’on voit les déboires de notre diplomatie notamment avec nos otages en Libye, je reste perplexe à ce sujet ! A plus !

Écrit par : Steeve | 06/06/2009

Pour teol voici en substance les missions des Forces aérienne :

"Missions permanentes des Forces aériennes:
Les tâches suivantes des Forces aériennes sont maintenues :Sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien avec des moyens de police aérienne (analogue à la police routière) et, si nécessaire, défense aérienne
Transport aérien
Acquisition de renseignements en faveur des instances militaires et politiques et établissement de la situation aérienne. Le Mirage III RS ayant été retiré du service, les Forces aériennes disposent pour l’exécution des missions de reconnaissance aérienne du système de drones de reconnaissance ADS 94.

A quoi faudra-t-il faire face demain?
• A des conflits interétatiques présentant des risques de débordements frontaliers
• A la prolifération d’armes de destruction massive et de missiles balistiques auprès d’acteurs étatiques ou non
• Au terrorisme international
• A un extrêmisme violent, son corollaire
• A des perturbations ou des destructions de notre infrastructure informatique et de communication, par exemple par une mise en œuvre appropriée de virus informatiques


En quoi consiste le concept élargi de la sécurité selon le Conseil fédéral?
 Sauvetage et réparation de dommages dans des missions d’assistance lors de catastrophes naturelles ou dues à l’intervention humaine: par exemple lutte contre les incendies, transports aériens (engagements lors de catastrophes dues aux avalanches et aux intempéries etc.), reconnaissance aérienne (recherches de personnes, détection infrarouge de foyers d’incendie de forêts).


Voici le lien complet :
http://www.lw.admin.ch/internet/luftwaffe/fr/home/die_luftwaffe/auftrag/secur.html

Écrit par : Eric | 06/06/2009

Merci à Steeve pour ces remarques. Cependant pour être assez proche du dossier moi aussi, je crois qu'il s'agit de la version idéaliste, maximaliste, et j'aimerai bien qu'il me dise d'où lui vient l'information que la couverture aérienne du pays est assurée en permanence (24/24 7/7) par nos forces aériennes ou celles de pays voisins. Je n'y crois absolument pas, il suffit de regarder ce qu'il se passe durant les cours de répét sur les bases suisses pour se rendre contre que dès 18h, il n'y a plus personne... à part à quelques rares occasions (pour exercice, démonstration, ou lors de très gros événenements). Sinon rien!

Écrit par : teol | 07/06/2009

Bonjour Teol !

Alors juste une chose :
Si vous avez la possibilité d'embarquer en aéronef quelconque, genre petit monomoteur ou bi de tourisme, de décoller d'un pays voisin un dimanche soir après 18h00, sans déposer un plan de vol, sans transpondeur et en silence radio, venir survoler l'espace aérien Suisse ... Ce risque d'être rigolo et vous pourrez bien vous amuser tout en constatant qu'il y en a qui veillent et qui sont hautement réactifs !!!
Après, celà risque d'être moins drôle pour vous, vous risquez de ne pas vous faire que des copains .....
ça vous tente, juste pour valider ou infirmer vos dires ????
Bon vol, et surveillez bien vos six heures .......
Cordialement,
Joël

Écrit par : Joël | 10/06/2009

Petit lien sympa avec vidéo sur le sujet de la surveillance aérienne :

http://www.lba.admin.ch/internet/lba/fr/home/themen/zem/produkte/katalog.html

Écrit par : Eric | 18/06/2009

"The Swiss Air Force is now able – since July 1, 2005 – to present and analyse the RAP [recognised air picture] around the clock." [http://www.skyguide.ch/fr/DownloadablesPDF/Skymag_11/skymag11_airspace-sovereignty_29-31.pdf]

En ce qui concerne la sécurité dans l'espace aérien, la Confédération dispose d'un seul instrument adéquat: les Forces terrestres. (!?!) [...] En principe, lors de leur service journalier, les avions ne sont pas armés. Ils peuvent toutefois être appelés, lors d'opérations en cours dans le cadre des heures d'exploitation, à effectuer des interventions. Les heures de vol ordinaires ont lieu du lundi au vendredi, de 8 à 12 heures et de 13.30 à 17 heures. [...] la Suisse coopère avec la France, conformément à l'accord de coopération en matière de police de l'air de 2004. [http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20053838]

Le tir de semonce impliquant l’emploi des armes et le tir de destruction restent
exclusivement du ressort et de la compétence de chacune des Parties et ne peuvent donc être envisagés qu’avec un moyen d’intervention national, au dessus du territoire national, sous chaînes de contrôle et d’engagement nationales, après authentification nationale. [Extrait de l'accord de coopération en matière de police de l'air de 2004 : http://www.admin.ch/ch/f/ff/2004/6453.pdf]

C'est clair, ils regardent passer, papotent avec les voisins, mais ne peuvent pas intervenir en dehors des heures de bureau...

Écrit par : teol | 30/06/2009

http://www.24heures.ch/actu/suisse/armee-air-intervient-heures-bureau-2010-03-19

Merci 24heures pour la confirmation que nos avions n'interviennent qu'aux heures de bureaux (tient, ça me rappelle mon message du 7 juin 2009, voir plus haut)... Et encore, l'article oublie d'indiquer que ces avions sont très rarement armés et n'ont donc aucun moyen d'intervenir réellement (tout comme les avions de nos voisins qui n'ont pas l'autorisation d'utiliser leur armement sur notre territoire (malgré les accords passés)).

En conclusion, notre armée de l'air ne s'occupe pas de terrorisme, ou marginalement. C'est d'ailleurs très bien, car l'armée ne s'occupe pas non plus de protéger contre une attaque terroriste chaque train (parfois + de 1000 passagers), chaque match (jusqu'à 40'000 spectateurs), chaque hôtel, chaque salle communale, voir chaque maison. Ce serait impossible. Il n'est donc pas raisonnable de vouloir se protéger des attaques venues du ciel uniquement. Certes cela se comprend à quelques rares occasions (WEF et ses chefs d'états, Euro08 et sa médiatisation, etc.), mais tout au long de l'année, c'est vraiment de l'argent jeté par les fenêtres. Et les nouveaux jets, dans tout ça? Ben de l'argent jeté par les fenêtres évidemment!

Écrit par : teol | 21/03/2010

Cher TEol, l'article ne mentionne pas les cas de piquets et tournus organisés avec nos voisins (dans ce cas avions sont armés )ni chaque fois que le niveau d'alerte est renforcé dans l'année (ceci également reste a titre confidentiel)! Et c'est pour pouvoir renforcer notre capacité d'intervention tout temps et agrder notre indépendance et participer à la sécurité centre Europe qu'il nous faut de nouveaux aviosn de combat !

Écrit par : Martin | 22/03/2010

Cher Martin,

Merci de lire mon message précédent (30 juin 2009) qui montre que nos voisins ne peuvent intervenir sur territoire suisse.

Évidemment qu'il y a des piquets, et je trouve cela normal, en particulier durant les grands événements où la Suisse doit prouver aux chefs d'état étrangers qu'elle est en mesure de les protéger pour qu'ils acceptent de venir (exemple: WEF, Euro, etc.). Mais dans ce cas, la cible potentielle est connue, localisée et temporaire (Davos, 1 semaine, par exemple). Il est donc relativement facile de la mettre sous protection (deux avions armés, même pas récents, tournent en rond pendant des heures au dessus du site à protéger). Les FA-18 suffisent largement pour ces occasions. Soit en passant, ils sont même bien trop perfectionnés pour ces missions, surtout avec l'upgrade prévu (déjà voté) pour plus de 400 mio de francs afin de les mettre au niveau des meilleurs avions actuels (+ de 10 millions par avion). C'est presque du gaspillage que d'utiliser les avions de combat les plus modernes pour une tâche aussi simple. Mais bon, les FA-18, on les a déjà, n'en parlons plus.

Seulement, vouloir 22 avions ultramodernes supplémentaires, pour 3,5 à 5 mia (milliard!!!, nouveaux chiffres) c'est incompréhensible. La Suisse a bien d'autres urgences à payer que ces avions ultramodernes sans fonction réelle (par exemple le désengorgement de nos autoroutes et de nos lignes de chemin de fer complètement saturées). Évidemment que voir voler le nec plus ultra des avions de combat sur nos aérodromes, ça ferait plaisir à tous les fans d'aviation (et j'en suis un aussi), mais il faut tout de même savoir reconnaître quand le coût est sans proportion avec l'utilité de la dépense... Avoir une passion, c'est très bien, mais les choix politique doivent se faire avec la raison.

ABE salut!

Écrit par : teol | 25/04/2010

@ Teol, je pense que vous ne connaissez pas bien les nouveaux protocoles de police aérienne, il ne s'agit plus, comme dans le passé de simplement allez voir un avion pour l'identifier, mais bien de le détecter avant son entrée dans l'espace aérien, ce qui demande des radars ayant une portée bien plus allongée que le vénérable F-5 (25km) et permettant de voler de nuit, ce qui n'est pas le cas avec le F-5. De plus, selon le type de menace il s'agit également de prendre en chasse à distance en recevant les informations (liaison électronique) que peuvent fournir nos voisins. Par conséquent votre avion doit être doté d'une liaison de ce type et doit également fournir en retour à nos voisins l'information radar via ce système !! En d'autres termes, non seulement les F/A-18 ne sont trop sophistiqué comme vous sembler le croire mais correspondent parfaitement aux besoins des menaces actuelles.

Le fait d'acheter un nouvel avion de combat permettra de garantir au-delà de la vie des F/A-18 soit d'ici 2025 , une Forces aériennes modernes jusqu'en 2040 ! De plus, les F/A-18 additionné au nouvel avion permettront d'atteindre la capacité minimale de 5 escadrilles modernes pouvant intervenir jour/nuit tout en étant compatible avec les avions de nos voisins, et permettra enfin à notre pays de répondre à la norme sécuritaire centre Europe pouvant le cas échéant bouclé en permanence durant 3 mois notre espace aérien en liaison avec nos voisins, ce qui aujourd'hui n'est pas possible avec seulement 33 Hornet !

bien à vous !

Écrit par : Liv | 25/04/2010

Concernant le fait que les FA 18 seraient suffisants, il y a un point à ne pas négliger:

Pour des raisons de sécurité, ils peuvent être interdits de vol.

Par exemple, en cas de problèmes sutructuraux, comme ça c'est passé pour les f-15 américains il y a 2 ans environ.
Ou bien pour nos FA-18 privés de canons à la fin des années 90.

Avoir 2 types d'avions différents avec dans l'idéal des armements différents représente une assurance supplémentaire de pouvoir assurer leur mission.

Écrit par : pascal (l'ing) | 25/04/2010

@ Liv Évidemment que je ne connais pas dans les détails les protocoles de police aérienne, je ne suis pas pilote militaire moi et je défend uniquement l'argent public inutilement dépensé dans ce cas selon moi. On est d'accord que le F5 est complètement dépassé, mais à l'inverse le nouvel avion sera tellement moderne que la version suisse n'existe même pas encore... À force de vouloir le top du top, alors que les collectivités se serrent la ceinture partout, y compris dans l'armée, c'est ne pas voir la réalité en face: il y a ce qu'on aimerait avoir et il y a ce qu'on peut se permettre. C'est aussi simple que ça. Quant aux forces aériennes au dela de 2025, et ben on évaluera la situation à ce moment-là! D'autant qu'avec l'upgrade prévu d'ici 2015, on pourra tirer les F18 bien plus longtemps que ce que vous dites. N'en demandez pas trop, toutes les capacités que vous citez seront assurée par les hornets. Mettons ces milliards là où c'est bien plus urgent.

Écrit par : teol | 26/04/2010

Effectivement vous n’êtes pas pilote militaire et visiblement profane en la matière ! Et c’est bien le problème avec les complexités modernes, chacun y vas de son avis et en matière de démocratie c’est excellent. Sauf qu’il y arrive un moment ou il faut laisser les professionnels décider, vous permettriez-vous de dire à un neurochirurgien quels instruments et comment opérer ?

Je comprends votre manière de voir les choses, cependant prendre l’argent de l’armée, qui est par ailleurs le seuil département à avoir fait de réelles économies depuis 15 ans (6,5 milliards) non seulement ne résoudra pas les soucis des caisses maladies ou des autoroutes comme vous semblez le croire(d’ailleurs demandez-vous ou est passé cet argent depuis¨) ! Par contre, devoir à la dernière minute modernisé une armée est une croyance car équipé et formé celle-ci dure 10ans !

Il est impératif de se doter d’un nouvel avion de combat le plus tôt sera le mieux d’un point de vue militaire mais également au niveau économique car jamais un achat ne comprends autant d’offres d’industrialisation en « offset », au pires le plus tard sera 2020 !

Écrit par : Steeve | 26/04/2010

Entièrement d’accord avec vous Joel, Eric, Liv & Steeve, mais l’on peut aussi remarquer une certaine incapacité de la part du Conseil Fédéral à communiqué et pas uniquement en matière militaire.

J’ajouterais que si les Hornet sont particulièrement performants aujourd’hui, ils vont cependant être dépassés avec la généralisation ces prochaines années des radars AESA dont notre pays veut se doter avec le nouvel avion !

Bizarrement ceux qui critique un tel achat sont également les premiers à se plaindre que l’équipement de l’armée est dépassée vis-à-vis de nos voisins et que notre pays s’effondrerait à la première attaque ! Cessons donc cette forme d’auto flagellation typiquement helvétique digne d’une forme de schizophrénie latente. Nos finances sont meilleures que celles de nos voisins, le franc se porte bien et nos exportations repartent à la hausse ! Alors investissons !!

Écrit par : Martin | 26/04/2010

...investissons... investissons...
Ben disons que si les compensations financières promises par les constructeurs sont honorées, c'est même pas vraiment un investissement: ça devient quasiment une sponsorisation indirecte de la Confédération à certaines entreprises suisses. Oui, je sais, mon raccourcis est un peu rapide, mais c'est tout de même un peu ça, non?

Écrit par : Jo-ailes | 27/04/2010

Entièrement d'accord avec toi Jo-ailes, une double raison pour soutenir cet achat !!

Écrit par : Steeve | 27/04/2010

Les commentaires sont fermés.