20/04/2009

Nouvel avion de combat: Deuxième offre des constructeurs

 

jets_fondue[1].jpg

 

 

 

Le 17 avril 2009, les trois avionneurs EADS, Saab et Dassault ont remis dans les délais à armasuisse leur deuxième offre en vue du remplacement partiel de la flotte de F-5 Tiger.

Le 15 janvier 2009, armasuisse avait fait parvenir aux fabricants un appel d'offres remanié dans le cadre du projet de remplacement partiel de la flotte de Tiger.

Pour les deux derniers modules ( « coopération stratégique » et « portefeuille du programme industriel suisse » ), armasuisse a accordé aux fabricants un délai supplémentaire. Le module « coopération stratégique » ne figurait pas encore dans le premier appel d'offres envoyé aux fabricants en janvier 2008. Quant au module « portefeuille du programme industriel suisse », il contient des exigences plus sévères que dans le premier appel d'offres au sujet de la qualité des propositions. Pour ces raisons, les fabricants ont besoin de plus de temps pour élaborer leur offre pour ces deux modules. Le délai fixé pour la remise des deux derniers modules par les avionneurs est le 29 mai 2009.

Suite des activités
Le choix du type de l'appareil qui succédera au F-5 Tiger est prévu pour le début 2010. Le Conseil fédéral veut procéder auparavant à l'adoption du Rapport sur la politique de sécurité, vraisemblablement en décembre 2009. Le calendrier d'élaboration du rapport d'évaluation est adapté en conséquence ; il sera donc terminé d'ici à décembre 2009. Le temps supplémentaire à disposition sera utilisé pour l'analyse des offres et pour la poursuite des négociations avec les fabricants.

Mesures du bruit
Dans le cadre des essais en vol, en 2008, l'Empa a procédé à des mesures du bruit, sur mandat d'armasuisse. L'analyse des données est encore en cours. Le DDPS informera lorsque les résultats seront connus.

 

Quelques nouvelles précisions sur le contenu des premières offres :

 

 

 

jasgripenHermannKeist.JPG

 

 

 

 

Le Gripen :

 

Selon K.A. Koerfer, le responsable du programme Gripen pour la Suisse, la version du Gripen proposée à notre pays est basée sur la cellule du model C/D mais sera équipée des nouveautés actuellement mises  au point sur le Gripen NG. Il s’agit notamment du nouveau radar (AESA) NORA III, l’avion disposera des nouveaux logiciels informatiques (Hardware & Software) dont la mise à jour sera garantie tous les trois ans. Gripen propose également le nouveau système de liaison électronique Link-16, dont la version actuelle a montré sa parfaite adaptation avec nos F/A-18, par ailleurs ce système étant entièrement Suédois aucun élément n’est dépendant des Etats-Unis. Le Gripen suisse disposera de la dernière génération de système de guerre électronique et pourra emporter à choix n’importe quels types d’armement selon la préférence Helvétique, de plus le cockpit disposera des dernières améliorations disponibles.  Les essais en Suisse ont par ailleurs démontré la parfaite intégration de l’avion dans les infrastructures militaires et la mise en œuvre par des soldats de milice.

 

Côté industriel, la Suisse pourra participer au développement futur du Gripen en tant que partenaire avec la fabrication d’éléments qui serviront  à la modernisation des Gripen déjà en services.

 

Question entraînement, les pilotes suisse auront accès au centre de formation suédois ainsi qu’au divers secteurs d’entraînements, il semblerait également que la Tchéquie offrirait sont espace aérien pour des entraînements !

 

Toujours selon K.A. Koerfer ce nouveau Gripen offert à notre pays deviendrait la vitrine de modernisation du Gripen pour les pays déjà utilisateurs et en serait un atout pour acquérir de nouveaux clients. Par ailleurs, l’avion correspond financièrement à la demande suisse.

 

 

rafale-11[1].jpg

 

 

 

Le Rafale :

 

Chez Dassault, on se félicite des essais effectués en Suisse, et qui ont démontré que le Rafale avait répondu à 95% aux objectifs fixés lors des tests ! En proposant lors des tests la version du Rafale avec le radar actuel (PESA) et le second avec un RBE-2 AA1 (AESA) de présérie qui pourra équipé le Rafale suisse en cas d’achat, Dassault a démontré l’évolution de son radar et la maîtrise de ses composants (le mode air-sol ne dispose pas encore de toutes les fonctions). Les différents tests on également montrés le bon fonctionnement général ainsi que la possibilité d’utilisé l’OSF (Optronic Secteur Frontal) vers le sol ! Dassault propose donc un Rafale amélioré à notre pays avec outre le nouveau radar un nouvel OSF et la gamme complète de missiles MICA  IR & EM. Pour compenser le fait qu’il n’est pas possible de monter de l’armement autre que français, Dassault propose la fabrication des missiles MICA en Suisse et pas seulement la maintenance. L’accès et la modernisation des logiciels sont garantit.

 

Côté industriel, la Suisse pourra également participer au développement et à la fabrication du Rafale et un centre de maintenance sera construit dans notre pays.

 

La France offre un l’accès à l’ensemble de ses zones d’entraînements ainsi que l’emploi du centre de formation sur Rafale. La France offre un partenariat complet en terme de formation et de logistique.

 

 

 

 

EurofighterHermannKeist.JPG

 

 

 

 

 

L’Eurofighter :

 

 

Chez EADS on se montre un peu moins bavard, l’accent est mis sur le développement du nouveau radar CEASAR (AESA) et les bonnes performances de la version actuelle du CAPTOR. EADS met en avant les capacités de décollage sans post-combustion de l’Eurofighter ainsi que son développement en continu. Les essais ayant démontré que l’avion était capable d’emporter une charge supérieure à ses concurrents et permettait un vaste choix d’équipements et d’armements. On garantit également chez EADS l’accès à l’ensemble des logiciels et à la modernisation de ceux-ci.

 

Côté industriel, la Suisse pourra participer à part entière au développement futur de l’avion et intégrer les groupes de travail à cet effet. L’industrie suisse travaillant déjà avec des entreprises issues d’EADS comme Airbus et Eurocopter, l’achat du Typhoon permettrait selon le constructeur de renforcer encore plus les liens existants.

 

Question entraînement, la Suisse aurait accès au centre de formation en Allemagne ainsi qu’aux diverses zones des pays utilisateurs du Typhoon. EADS met en avant que si la Suisse achète son avion c’est toute la zone centre Europe (Allemagne, Italie, Autriche) qui aura comme fer de le lance l’Eurofighter !

 

 

 

 

Analyse :

 

On le constate une fois de plus, nous avons ici une véritable bataille pour nous vendre ce nouvel avion, et notre pays peu ici jouer en position de force ! Rappelons qu’il ne s’agit pas simplement d’un achat d’avion de combat, mais bien d’un investissement à long terme sur un partenariat industriel et de sécurité !

 

On peu même parler de « mariage en or » si l’on pense que du point de vue de l’emplois la fabrication de l’avion occupera du personnel durant 10 années et que le développement futur et la modernisation pour la Suisse et ses partenaires sera de 40 ans ! Il y a là un développement industriel (Recherche & Développement, fabrication, maintenance, transfert de technologie) particulièrement intéressant pour notre pays avec à la clef à court terme près de 500 nouveaux emplois et  3000 emplois futurs dérivés.

 

Choisir le meilleur avion, mais également choisir l’offre qui garantit un avenir économique viable et rentable, avec en perspective un partenariat de formation et d’entraînement pour nos pilotes sans précèdent jusqu’ici ! On peut parler ici  d’un véritable challenge !

 

L’idée de reporter le choix de l’avion d’ici la fin de l’année, et peut-être pas avant le premier trimestre de 2010 par le nouveau chef du DDPS Ueli Maurer, est une action de prudence, car rien ne presse en réalité. Non pas, que nous n’ayons pas besoin des ces avions (tant pis pour la gauche et les écolos) mais parce que chacun des constructeurs va devoir donner et confirmer l’avancée des technologies proposées (et la fiabilité de celles-ci) et affiner les garanties de participation d’entrée dans le programme de l’avion.

 

D’un autre côté, la votation sur l’initiative du GSsA oblige un combat politique et l’arrivée en fin d’année du rapport de sécurité sera un élément déterminant !

 

Mais nous en reparlerons !

 

 

Billets antérieurs sur le sujet :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/01/16/nac-second-appel-d-offres.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/12/07/nac-les-enjeux.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/18/nac-essais-de-l-eurofighter.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/06/arrivee-de-l-eurofighter.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/30/rafale-fin-des-essais.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/20/nac-les-essais-du-rafale.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/09/nac-les-rafales-sont-arrives.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/08/19/fin-des-essais-du-gripen.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/08/05/essais-du-gripen-les-news.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/07/24/arrivee-des-deux-jas-39-gripen.html

 

 

 

Photos :  1 dessin sur l’évaluation de Nicolas PUG (en accord avec Airpic.net). 2

JAS39 Gripen lors des tests à Emmen, @ Hermann Keist. 3 Rafale lors des tests à Emmen, @Hermann Keist. 4 Eurofighter à Emmen, @ Hermann Keist.

 

 

 

 

 

Commentaires

Bonjour !
Très intéressant (comme d'hab' !), merci P.K.

:o)

Écrit par : Blondesen | 20/04/2009

Complet et surtout avec plein de petites infos forts intéressantes ! Oui La bagarre et rude entre le Gripen et le Rafale, il me semble aussi que le Thyphoon soit sérieusement largué ou alors EADS cache bien son jeux ! !

Écrit par : Steeve | 20/04/2009

Bien complet! Mais toutefois une chose me chiffonne: vous dites qu'il n'est pas possible de monter un armement autre que français sur le Rafale; ce qui je crois n'est pas juste puisque le Rafale est "OTAN-Compatible" et peut donc tirer la presque totalité des armements US, ce qui était le cas en Afghanistan. C'est en outre ce que déclare Dassault avec la compatibilité de l'avion avec la norme Stanag 1760 qui garanti l'emport d'armements non français. De plus, même si certains missiles ont fait leurs preuves, on peut imaginer qu'il faut viser une compatibilité vers le futur (méteor, mica, etc) plutôt que vers le passé (sidewinder et autres). Alors qu'en est-il?

Écrit par : john | 20/04/2009

Bonjour John,

Le problème de la compatibilité du Rafale n’est pas nouveau en fait, certes, le Rafale est conçu selon une norme Stanag et peut emporter divers armements autres que français tel des Bombe BLU par exemple, le futur missile Meteor et par ailleurs compatible sur cet avion. En ce qui concerne d’autres systèmes tels l’AMRAAM, l’ASRAAM, l’Iris-T et le dernier Sidewinder AIM-9X (nouvelle génération hyper véloc ), ces missiles pourraient être intégrer au Rafale à condition de procéder à la validation avec tir réel et ajustement des logiciels ! Hors, malheureusement, Ce n’est pas le cas. En d’autre terme si un pays, la Suisse ou autre désire installer l’un de ses missiles il devra prendre à sa charge l’intégration de celui-ci soit environs 5% du prix de vente en plus !

C’est pour cela, notamment que pour contrer le Gripen et l’Eurofighter sur ce point, Dassault propose la fabrication des MICA en Suisse. Les autres systèmes US ou européens ne pouvant qu’être révisé et non fabriquer en Suisse.

Le soucis à ce sujet pour Dassault et le suivant : La Suisse pourrait préférer un avions qui utilise les même missiles que les F/A-18 (AMRAAM et Sidewinder aim-9X avec viseur de casque) histoire de simplifier la logistique ! L’autre option consisterait à opter pour une diversification de l’armement avec pourquoi pas des Rafale MICA !

Bien à vous !

Écrit par : Pascal Kümmerling | 20/04/2009

Merci pour ce très bon billet sur l’état d’avancement de la procédure de sélection du candidat au remplacement de nos vénérables Northrop F-5E Tiger II.
Je relève surtout un détail sémantique: vous conservez l’acronyme « NAC » - pour Nouvel Avion de Combat - au lieu de céder au barbarisme « TTE » - pour Tiger-Teil-Ersatz - employé indifféremment en allemand et en français dans les communiqués du DDPS, des Forces aériennes ou d’armasuisse.
De mon point de vue, en optant pour « NAC », il s’agit moins de militer pour la défense du français que d’adopter un acronyme ou un mot-clé beaucoup plus explicite, éclairant, élégant et plus largement employé dans les médias que l’abréviation « TTE » qui, elle, ne s’impose finalement que dans les textes officiels.
Ce « TTE », qui se veut tellement précis en allemand et apparaît d’autant plus abscons en français, en y regardant de plus près, on en vient à se demander si son intérêt ne réside finalement pas dans un secret espoir de tout mettre en oeuvre pour éviter que le débat politique ne se cristallise durement autour de la notion même d’acquisition d’un nouvel avion de combat.
En d'autres termes, « TTE » c'est un peu comme dire « Chérie ! Tu sais, nous n’allons pas acheter une nouvelle voiture, mais remplacer partiellement nos deux véhicules actuels - notre vieux monospace familial et ton vieux break pour transporter les enfants - par une seule, une neuve, un SUV. J’ai bien regardé et le Porsche Cayenne est le meilleur modèle pour nous. ». C'est à tout le moins pas la meilleure façon d’éviter le débat !
Bien cordialement

Écrit par : Francois Monney | 20/04/2009

Nouvel avion, en effet, et surtout complémentaire car il est évident qu’avec 33 F/A-18 nous n’avons pas assez de chasseurs moderne ! Pour ma part je pense que le Gripen à les meilleurs chances de passer, il est en constante évolution et techniquement très évoluer, par contre, le Rafale est magnifique mais je crains qu’il ne soit jugé trop français du point de vue de l’armement et que n’étant pas exporté l’intérêt commercial et de développement soit faible !

Écrit par : Marc | 21/04/2009

tout à fait d'accord avec vous Marc.

De plus je pense que le rafale vient d'un pays où son président nous reproche de ne pas faire de différence entre fraude et évasion fiscale et considère cela EXTREMEMENT MAL au point de nous mettre sur une liste grise. De ce fait, à en juger, l'achat d'"arme de guerre" est quand même bien "pire" que de l'évasion fiscale, j'espère donc que nous écouterons Sarkozi et nous aiderons la France à ne pas toucher de l'argent sale :-P

Écrit par : DdDNews | 21/04/2009

Marc, je vous cite :
le Gripen à les meilleurs chances de passer, il est en constante évolution et techniquement très évoluer

Cet argument n'est pas vraiment convaincant car le Rafale et l'Eurofighter sont dans le même cas. Le Rafale étant en avance sur les autres dans certains domaines (radar notamment).

Écrit par : simfan | 21/04/2009

Merci pour les infos !

Les EAU (Emirats Arabes Unis) sembleraient être sur le point d'acheter 60 rafales à condition que la France reprenne leur mirage 2000-9.

Toutefois il semble que les EAU ont demandé une motorisation plus poussée (90k) à la place de 75k.

Ma question est de savoir si une motorisation plus performante pour le rafale est aussi en question dans le contexte suisse?

Écrit par : Crys | 21/04/2009

Je ne crois pas que le Rafale soi si en avance que celà en matière de radar AESA et notamment par le fait que d'après ce que j'ai lu sur ce blog et ailleurs, la nouvelle antenne radar est la même sur le Rafale que sur le Gripen!

CEt histoire des EAU date de l'année passée me semble-t-il Crys, a moins que je ne me trompe ? Et une chose m'interpelle : que fera la France des ces Mirage 2000-9 en retour ? Vente d'occasion ou dont à l'Armée de l'Air française, ce qui pourrait dans les deux cas péjorer la vente et donc la production de Rafale ?

Écrit par : Marc | 21/04/2009

Il me semble que l'Armée Suisse n'a pas fait de demande pour une motorisation plus puissante, donc l'offre proposé à la Suisse n'inclut probablement pas les moteurs à 90kn.

Par contre, les EAU seraient intéressés par une motorisation plus puissante. Il fait très chaud dans ce pays, 50°C pour les mois les plus chauds(les températures des pistes de décollage doivent battre des records), ce qui dégrade les performances des avions : longueur nécessaire au décollage, capacité d'emports. Dans ce contexte une motorisation plus puissante peut s'avérer intéressante pour limiter l'impact du climat sur les performances.

La nouvelle antenne radar du Rafale et celle du Gripen ne sont pas les mêmes. La nouvelle antenne du Rafale est réalisé par Thales, celle du Gripen sera réalisé par Selex Galileo (le contrat a été signé au mois de Mars). Thales va coopérer avec SAAB (constructeur du Gripen) pour réaliser un démonstrateur et la coopération s'arrêtera à cela. L'antenne définitive du Gripen ne sera pas prête avant plusieurs années.

Écrit par : simfan | 21/04/2009

Bonjour à tous, je me permets d'intervenir sur le changement de cap prit par SAAB sur le radar AESA. En effet, un contrat signé avec SELEX GALILEO. Le radar AESA (Active Electronically Scanned Array) mis au point conjointement sera basé sur le radar AESA Vixen de SELEX Galileo, et comprendra des fonctions du programme Vixen, du PS-05/A et d’autres programmes des deux sociétés.
Le but de ce programme est de répondre directement aux demandes faites par le Brésil. En ce qui concerne le prototype actuel en test sur le NG, celui-ci évolue normalement et va servir donc pour le développement final du radar de la gamme Gripen.
La Suisse suit bien évidemment le développement à ce sujet.

Écrit par : Pascal Kümmerling | 21/04/2009

on dirait que ca ce précise, le conseil fédéral doit juste à la fin de l'année sur le choix du nouvel avion pour notre armée, il a aussi été demandé aux 3 concurents en liste d'actualisé leur offre.

à suivre sera t'il un épisode qui finira bien ou ca vas être à nouveau le cirque

Écrit par : michel | 20/10/2011

Les commentaires sont fermés.