12/11/2008

A quoi ressembleront les avions du futur ?

 

falconhcv3xblackswift[1].jpg

 

Voilà bien une question proche de la science fiction, pourtant  plusieurs projets novateurs sont actuellement en cours de développement à fin d’étudier la question. Je vous propose ici trois projets déjà bien avancés qui nous permettront de nous en faire une petite idée ! Le MHD de la NASA :

 

La NASA prévoit de testé prochainement un prototype d’avion capable d’atteindre Mach 8, en utilisant ni plus ni moins que des réacteurs conventionnels ! Impossible il y a peu, cette prouesse technologique et rendue possible grâce au MHD ! Soit la magnétohydrodynamique ! Une méthode qui permet d’agir sur l’air avec des champs électromagnétiques, sans pièces mécanique mobile. L’air, isolant est d’abord rendu conducteur de l’électricité puis transformé en plasma lumineux à l’aide d’ionisateurs de hautes performances. L’écoulement atteint à Mach 8 est alors progressivement ralenti par les forces MHD jusqu’à Mach 3 à l’entrés des réacteur. Le procédé du ralentisseur MHD à l’avant de l’appareil permet en outre de générer de l’électricité qui sera réinjectée cette fois dans un accélérateur MHD à l’arrière, pour accroître la vitesse des gaz en sortie des réacteurs. Les possibilités : Zurich – New York en 50 minutes ! Histoire d’aller faire un shopping et de rentré pour le feuilleton du soir !

 

Les essais du prototype sont attendus d’ici 2010 au plus tôt déjà !
scramjet_embed1[1].jpg
L’aile volante AC20.30 :
ac20-30[1].jpg

Cette aile volante développée par les étudiants de l’Université des Sciences appliquées de Hambourg (HAW) ne possède ni fuselage conventionnel, ni empennage horizontal, qui d'un point de vue aérodynamique sont superflus et facteurs de ralentissement. D'un point de vue aérodynamique, l'avantage de cette aile volante est sa moindre résistance à l'air, ce qui a pour conséquence une plus faible consommation en kérosène que l'A380, soit environ 45%. Il serait ainsi capable de battre la distance maximale de trajet sans escale de 21.601km.

La structure portante de cette aile volante d'aspect filigrane permet de répartir la poussée sur l'ensemble de l'avion et pas seulement sur les ailes comme c'est le cas pour les avions traditionnels, permettant ainsi de réduire le poids total de l'appareil et donc d'économiser du carburant. Le prototype a effectué à la fin de l'année précédente des tests dans une soufflerie qui ont permis aux chercheurs de constater que leur modèle était plus stable que prévu.

L'idée des ailes volantes n'est pas nouvelle, le seul exemple existant jusqu'à présent est le bombardier furtif américain B2. Le seul problème de ce type d'appareil est leur instabilité aérodynamique qui oblige l'appareil à être en permanence contrôlé par voie électronique afin d'activer les gouvernails et maintenir l'équilibre de l'appareil. Il faudra encore attendre 15 à 20 ans pour que l'électronique atteigne la fiabilité nécessaire.


Le Smartfish de l’EPFL :


HyFish_300x_Rendering[1].jpg

 

Le projet Smartfish à l’EPFL à un but purement pédagogique, réalisé par des étudiants, l’objectif est de créer une maquette téléguidée de l’avion. Mais selon les futurs possibilités de financement privé, il n’est exclut de réaliser l’avion à l’échelle 1.1 pouvant emmené 1 à deux passagers.

Premier avion dit : Bio inspiré, le Smartfish s’appuie sur les propriétés hydrodynamiques de poissons comme le thon ou la raie. Sa forme longuement étudiée lui confère des propriétés aérodynamiques hors du commun. Le principal avantage de cet avion en serait sa très faible consommation. La principale difficulté résident dans le fait de pouvoir réaliser les commandes de vols électriques spécifiquement adaptées à son aérodynamisme particulier.

 

 

Photos 1 & 2 : NASA, image de synthèse et plan de du MHD.

Photo 3 : HAW, maquette de l'AC 20.30 en essais soufflerie.

Photo 4 : EPFL, Imagerie du Smartfish.

 

21:13 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook | |

Commentaires

Article très intéressant.

Des ailes volantes ont déjà volé, au stade prototype il est vrai. Les constructeurs suivants ont été pionnier dans le domaine:
- les frères Horten : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8res_Horten
- Jack Northrop : http://fr.wikipedia.org/wiki/Northrop_YB-35
http://fr.wikipedia.org/wiki/Northrop_YB-49

Mais il est vrai que le B2 représente le renouveau de la formule.

Écrit par : pascal (l'ing) | 12/11/2008

Réduction de la consommation, augmentation de la vitesse, beau programme.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/11/2008

jaime beaucoup c'est une tres bonne idée merci a vous

Écrit par : lili | 10/06/2009

jaime beaucoup c'est une tres bonne idée merci a vous

Écrit par : lili | 10/06/2009

merci pour ton site _il est trop jenial si t en a un autre envois mois le stp

Écrit par : legros | 10/03/2010

merci pour ton site _il est trop jenial si t en a un autre envois mois le stp

Écrit par : legros | 10/03/2010

Beau sujet, oui !

Dans les années fin 70 et 80, un physisien français dont j'ai oublié le nom, défandait griffes et ongles cette thèse de déplacement suivant le procédé MHD. Idée plus que révolutionnaire à son temps, et étant un poil parano il fut la risée de ses congénaires et passa pour un véritable farfelu pour ne pas dire charlatant ... C'est vrai qu'il ajouta à sa thèse sa personnalité étrange et une imagination quelque peu débordante qui ne plaidait guère en sa faveur, le sujet étant lui-même déja plus du domaine de la science fiction, surtout à cette époque !
Les scientifiques français ne le suivère pas dans ses rêves, pas plus que les autorités en la matière, et en concéquence de quoi aucun développement de l'idée ne suivit.
C'en fut tout autre aux USA, où l'idée depuis à fait son chemin ...
Maintenant à savoir si ce mode de propulsion arrive à terme un jour, c'est une autre histoire ... Passionnante !

Écrit par : joël | 10/03/2010

... Et l'Aile Rouge du Colonel Olrik dans "Le Secret de l'Espadon!" d'Edgar-P. Jacobs... C'est une aile volante qui date de 1950, peut de temps après le frères Horten.

Écrit par : Père Siffleur | 10/03/2010

Joël, ne s'agirait-il pas de Jean-Pierre Petit ?

Écrit par : Matthieu | 10/03/2010

Ah oui Jean-Pierre Petit, j'en ai écouté de ses interviews et les article sur son anciens sites :-)

Écrit par : Dddnews | 10/03/2010

Oui oui Mathieu !!!
C'est bien ce nom là merci, "Jean Pierre Petit" !!!
Je me souviens avoir vu il y a longtemps une vidéo sur une partie d'une emmission TV à laquelle il participait à l'époque des "pattes d'éléphant", très drôle ... !!
Merci de ton aide Mathieu ...

Écrit par : Joël | 10/03/2010

Bonjour

Par pitié, parlez Français comme tout le monde. Qu'est-ce que cela des

"pieds", des "noeuds", des "livres", sans parler de "pousses" etc . . . etc . . .

etc . . .

L'Aviation, non pas du futur, mais du présent . . . . . :

www.voler-sans-plus-pouvoir-s-ecraser.net

Bien cordialement Jean Vladimir Térémetz

Écrit par : Jean Vladimir Térémetz | 12/04/2010

Bonjour, le vol hypertonique commercial est encore à mon humble avis une entreprise trop risquée pour qu'il puisse voir le jour. À de telles vitesses il est impossible pour un être humain de piloter sécuritairement un appareil. La moindre fausse manœuvre aussi infime soit t'elle, engendrerait la désintégration instantanée de l'appareil. L'aventure X15 a tué deux pilotes. Bien sûr qu'il faudrait s'en remettre au pilotage par ordinateur, soit le pilotage automatique pour les vitesses supérieur à mach2.5. Même si ses systèmes sont aujourd'hui rendus fiable. D'autres phénomènes externes pourraient déstabiliser le vol de l'appareil et l'ordinateur de vol n'auraient pas le temps de réagir ce qui entraînerai là aussi, la désintégration de l'appareil. Que ce soit due à une instabilité atmosphérique momentanée à une rafale de vent subite ou encore à une éclaire qui frappe l'appareil, à de telle vitesse les systèmes informatiques attachés aux mécanismes physiques de l'appareil n'aurais pas le temps de stabilisé celui-ci. Aucune erreur n'est permise à ces allures. Les vols spatiaux qui décolle régulièrement de la terre atteignent eux aussi des vitesses hypersoniques, mais cela ne dure que quelques minutes. Il en va tous autrement pour un vol hypersonique qui doit durer de une heure à une heure trente. Dans ce cas le facteur de risque est beaucoup plus élevé. Je crois que l'avion spatial à beaucoup plus d'avenir pour les vols à grandes vitesses. Dans l'espace l'absence d'atmosphère élimine d'importantes contraintes de vol, et permet d'atteindre aisément de grandes vitesses. De plus avec l'expérience de la navette spatiale pour ne nommer que celle-ci, est maintenant une technique connue et bien contrôlé. En tous cas beaucoup plus que le vol hypertonique en atmosphère. Je ne doute pas de la capacité des ingénieurs à développer de tel machines, mais pour les raisons que je vien de mentionner je ne crois pas qu'une tel aventure soit viable un jour. Je pense plutôt que cette technologie va servir à développer l'avion orbital.

Bien à vous, Raymond Falardeau passionné d'aréonotique, d'astronotique et astronome amateur.

Écrit par : Raymond Falardeau | 11/10/2010

CELA FAIT PLUS DE TRENTE ANS QUE TOUT CE QUI S’EST ÉCRASÉ

N’AURAIT PAS DÛ S’ÉCRASER :


Cela fait plus de trente ans que toute l’aviation aurait due être refaite. Cela fait plus de trente ans que l’on ne prend pas mes AILES “VIVANTES” en considération. Cela fait plus de trente ans que l’on ne me prend pas en considération . . .

* * *

Dernièrement, volant avec mes ailes “vivantes”, ni passagers du vol AF 447 Rio-Paris, ni Champion du Monde de Voltige dans son avion personnel, n’auraient pu être massacrés par cet pourriture d’univers :

Voilà ce qu’aurait dû être la relation du Vol AF 447 Rio-Paris avec mes ailes :
“ Nous volions pourtant à 11.000 mètres, lorsque brusquement, sans transition, nous fûmes surpris par des turbulences d’une violence inouïe !
Pendant cinq minutes nous volâmes dans la tourmente. Mais nous devons à la vérité de dire que la façon dont s’est comporté notre nouveau Long-Courrier en cette circonstance, est absolument merveilleuse ! !
Nous pûmes nous rendre compte à l’amplitude et à la rapidité des mouvements de ses ailes “vivantes” de l’état d’agitation extrême de l’atmosphère. Mais nous ne ressentîmes aucun tangage, aucun roulis, aucune secousse, aucune agitation. Nous flottions immobiles dans l’air tourmenté comme un Oiseau, et les pilotes n’eurent jamais à reprendre les commandes, laissant l’avion et ses ailes “vivantes” continuer à voler comme si de rien n’était ! ! !

Le Champion du Monde de Voltige, quel que fut l’état turbulent de l’atmosphère, s’adaptant au peu de visibilité qu’il rencontra, serait redescendu à 30 km/h au besoin sans craindre quel que “décrochage” que ce soit, et aurait terminé son vol dans la sécurité et le confort de mes ailes “vivantes”, au lieu d’être précipités à plus de 100 km/h contre une colline.

www.voler-sans-plus-pouvoir-s-ecraser.net
jean.teremetz@free.fr

N’ayant toujours malheureusement, ni la fortune de Santos-Dumont, ni celle d’Howard Hughes, je n’ai toujours aucun moyen de mettre au point, d’expérimenter et de réaliser quoi que ce soit . . .
Fondamentalement, il ne peut tout de même pas être injuste que tout Trouveur soit l’immédiat et premier bénéficiaire de ses “Trouvailles” . . .


Bien cordialement Jean Vladimir Térémetz

Écrit par : Jean Vladimir Térémetz | 16/12/2010

L'avion est joli.

Écrit par : M et L | 22/07/2011

Je vois que je suis pas seul à m'intéresser à ces sujets

Écrit par : Raymond Falardeau | 26/03/2012

J'ai connu Jean-Pierre Petit personnellement dans les années 60. J'ai fait
un stage à la SNECMA, ou il avait un laboratoire d'études sur la
propulsion par MHD. Je vais fouiller dans mes notes d'étudiant pour
retrouver ce que j'en avais appris.

Écrit par : Eric Fletcher | 28/03/2012

Salutations M. Falardeau j'ai vu que vous étiez intéressé par l'aérospatiale, et l,espace j'ai bien aimé vos écrits. Qu'en serat'il vraiment je crois que nous sommes sur le point de le découvrir. J,ai travaillé sur le CF-100 et le CF-101 cela me rajeumit pas. À la prochaine...

Écrit par : Raymond Falardeau | 25/04/2012

Les commentaires sont fermés.