22/10/2008

F/A-18 suisses : 50'000 heures de vol

 

J-5007[1].JPG
Les avions de combat du type Boeing F/A-18 Hornet constituent le fer de lance des Forces aériennes suisses. Ce mardi 21 octobre 2008, les 33 appareils helvétiques ont accompli la 50'000eme heure de vol. Ils sont utilisés essentiellement pour le service de police aérienne dans l’espace aérien suisse, que ce soit lors de missions de routine ou en cas d’événements particuliers comme le World Economic Forum (WEF) ou l’EURO 08.

Le premier appareil d’une série comprenant au total 34 F/A-18 Hornet a été réceptionné par les Forces aériennes suisses le 23 janvier 1997. Après la perte d’un avion pendant un exercice de combat aérien en avril 1998, les Forces aériennes disposent encore de 26 F/A-18C monoplaces et de 7 F/A-18D biplaces. Il existe trois escadrilles d’aviation qui volent sur F/A-18 auxquelles sont affectés des pilotes professionnels. Pour accomplir leurs missions quotidiennes, les escadrilles 17 et 18 décollent de Payerne, tandis que l’escadrille 11 est stationnée à Meiringen. Les entraînements occasionnant de fortes nuisances sonores, par exemple les vols supersoniques et les vols à basse altitude, sont effectués régulièrement à l’étranger.

bfueld[1].jpg
Les Hornet représentent actuellement l’unique instrument permettant d’assurer le service de police aérienne et la défense aérienne en tout temps et quelles que soient les conditions météorologiques. Ils sont donc les véritables fers de lance des Forces aériennes suisses. La défense aérienne fait partie de la compétence fondamentale «Défense» de l’Armée suisse. Les Forces aériennes garantissent le maintien d’un savoir-faire minimal dans l’optique du pire cas de figure envisageable, à savoir un conflit armé. Le service de police aérienne est, par contre, une tâche effectuée chaque jour. Seules les Forces aériennes disposent de la compétence et des moyens nécessaires à cet effet. Des F/A-18 peuvent interrompre immédiatement des exercices en cours et recevoir l’ordre de procéder à l’identification ou à l’interception d’aéronefs étrangers qui ne s’annoncent pas à la radio, qui sont victimes de problèmes techniques ou qui violent les restrictions imposées dans l’usage de l’espace aérien. Les modifications que connaît l’environnement en matière de politique de sécurité ont eu pour conséquence que les Forces aériennes accomplissent, avec les F/A-18, des missions qui, auparavant, n’étaient pas prévues dans ce contexte. C’est ainsi que le service de police aérienne a été effectué pour la première fois avec des appareils équipés de missiles lors du WEF 2003. Depuis lors, cette procédure a été établie. Elle a également été appliquée lors du sommet du G-8 à Evian et pour l’EURO 08.

En ce moment, la flotte des F/A-18 est en cours de modernisation dans le cadre de l’«Upgrade 21» (programme d'armement 2001 et 2003), afin de rester concurrentielle face aux avions des forces aériennes étrangères. Cette modernisation comprend entre autres une meilleure avionique, les nouveaux engins guidés du type AIM-9X en combinaison avec le viseur de casque ainsi qu’un Datalink, qui permet l’échange de données digitales pendant le vol.

02ug2[1].jpg

Photo 1 :  Démonstration lors des Portes ouvertes à Sion // Pascal Kümmerling.

Photo  2 :  ravitaillement en vol avec un KC-135 de l'Armée de l'air française // DDPS, Swiss Air Force.

Photo 3 : Excercice en Suède à Kallax en 2004 en compagnie de Gripen // Sweden Air Force

16:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.