20/06/2008

Les maladies prennent aussi l’avion !

cab.JPG

Si, il est devenu chose commune c’est bien de voyager en avion, mais qu’en est-il des maladies et des vecteurs comme les insectes ? La propagation d’épidémie est-elle favorisée avec ce moyen de transport, quel rôle l’avion joue-t-il dans  la diffusion des épidémies ? Après le volet sur  « les listes noires des compagnies aériennes », je vous propose un nouveau sujet d’intérêt public à l’approche des grandes vacances !

 

SRAS, Tuberculose, quels  risques en avion !

Le point commun entre ses deux maladies et la transmission aérogène, le confinement particulier d’une cabine d’avion favorise-t-il la transmission des maladies ? En fait, en vol le risque d’être contaminé dépend de la proximité avec le malade et la durée de cette exposition. D’après les études qui ont été menées, ce risque n’existe que sur les vols durant plus de 8 heures et uniquement si vous êtes assis sur le même rang ou dans  les deux rangs qui précèdent ou suivent la personne contagieuse. Seules ces cinq rangées de passagers sont donc à risque de contamination dans  un avion. Il faut savoir que les nouvelles normes de l’OMS obligent chaque transporteur aérien, à mettre à disposition du personnel et des passagers développant une toux des masques chirurgicaux. En cas de doute, le Cmdt de bord prévient l’escale d’arrivée, où une équipe médicale de l’aéroport prend en charge tous passagers susceptibles d’être contaminés.

 

La qualité de l’air en cabine :

La qualité de l’air en cabine y est bonne et selon le type d’avion, 50 à 90 % de l’air envoyé dans la cabine est neuf, préalablement réchauffé (l’air aspiré à l’extérieur au niveau des réacteurs est quasi stérile à haute altitude), le reste étant composé d’air retraité par des filtres HEPA à haute efficacité éliminant la quasi-totalité des germes et empêcher la propagation des virus dont l’efficacité est de 99,97%. Ces filtres sont soumis à une réglementation très stricte et doivent être changés après 5000 heures de vol. De plus, la ventilation se fait du haut vers le bas et limite ainsi au maximum les turbulences d’air et de poussière. Ce renouvellement s’effectue toutes les deux ou trois minutes, soit 20 à 30 fois par heures. On pourrait pratiquement comparer l’air que respirent les passagers dans un avion à celui d’un bloc opératoire, et quoi qu’il en soit, il est plus pur  que dans une salle de cinéma, un train ou un bus !

 

Désinfection des avions :

Vous avez peut-être déjà assisté à ce curieux ballet du personnel navigant qui consiste à marcher d’un pas rapide tout en pulvérisant de l’insecticide ! Il s’agit bien d’une désinfection de l’avion qui consiste à vaporiser un produit sur l’appareil pour éviter d’importer des insectes (p.ex., des moustiques) susceptibles d’être porteurs de maladies telles que la malaria ou la dengue. Les Compagnies aériennes appliquent en fait trois méthodes de désinfection :

1)      Résiduelle : Un insecticide est régulièrement vaporisé sur les surfaces internes de l’avion, à l’exception des aires servant à la préparation des repas, de sorte que si un insecte pénètre dans l’avion et se pose sur une surface, il recevra une dose suffisamment mortel. Cette méthode demeure efficace pendant 8 semaines et évite d’exposer les membres de l’équipage et les passagers aux vaporisations d’aérosols.

 2)      A l’arrivée : Malgré, le nom, cette méthode est utilisée avant le débarquement des passagers et l’ouverture des portes. Les membres d’équipages parcourent la cabine en vaporisant  des doses uniques d’aérosols approuvés selon la concentration prescrite.  

3)      Au début de la descente : Cette méthode est semble à la précédente, sauf qu’elle est employée au début de la perte d’altitude, soit juste avant que celui-ci se prépare à atterrir.

Détection dans les aéroports :

A fin d’éviter une contamination éventuelle, la prévention reste le meilleur moyen, dans la plupart des aéroports d’Asie comme celui de Hongkong, des caméras thermiques ont été mises en place pour signaler tout passagers affichant une température de plus de 38 c, ce qui bloque son embarquement. Plusieurs projets d’équipement de ce genre sont en coures  à travers le monde et en Europe.

 

Conclusion :

On le constate donc, la mondialisation due au transport aérien pose certains problèmes, mais les solutions ne manquent pas. La réaction rapide de l’OMS et des divers offices gouvernementaux responsables du transport aérien et du corps médical à réduit considérablement les risques. Les nouvelles technologies permettant le filtrage et la détection contribuent à cette sécurité de santé publique !

Commentaires

quel est l'insecticide vaporisé a l'arrivée des vols a Paris ? n'est pas nocif pour les pasagers et surtout l'équipage qui le respirent a chaque vol ?
merci de vos réponses
salutations
bruno

Écrit par : bruno | 19/10/2008

Monsieur Bruno,

Votre question est légitime! Il faut savoir que si l'insecticide aspergé dans les avions est autorisé, celui-ci est formellemnt interdit dans les navires de croisière. Sur un paquebot il y a des mousses et avec le type de poison utilisé, les mousses tiquent puis finissent par mourir. Le produit est facilement reconnaisable: il pique fortement le nez. Mais heureusement, personne n'a jamais pu constater que ça faisait fortement piquer du nez aux avions, d'où l'autorisation du produit maintenue par la IATA.

Écrit par : Père Siffleur | 19/10/2008

Apres deux voyages au Maroc et en Asie j'ai étè malade au retour .Pensez vous que l'on puisse developer des symptomes allergiques. je precise que j'etais en parfaite santé et que je n'ai pas eu ses symptomes apres deux voyages aux usa.

Écrit par : isa | 25/01/2009

Apres deux voyages au Maroc et en Asie j'ai étè malade au retour .Pensez vous que l'on puisse developer des symptomes allergiques. je precise que j'etais en parfaite santé et que je n'ai pas eu ses symptomes apres deux voyages aux usa.

Écrit par : isa | 25/01/2009

Bonsoir Isa,

N’ayant pas suivit de cursus médical, je ne peux que me baser sur mes connaissances de base de médecine aéronautique pour vous répondre ! Normalement n’existe pas de forme d’allergie à l’avion, si ce n’est une peur symptomatique (phobie). Par ailleurs, il faudrait un peu plus de détail sur les maux que vous avez eut en vol ? Le but étant de définir leur origine ! Par exemple : en retour d’un pays chaud, il arrive souvent que la climatisation de cabine d’un avion soit excessivement froide ce qui peut provoquer divers problème digestif notamment.
Bien à vous !

Écrit par : Pascal Kümmerling | 25/01/2009

Bonjour
Très intéressant cette note !
Pourriez-vous me donner vos sources OMS concernant les sprays?
Et avez-vous des informations plus précises sur les sprays (produit, quantitées, ...

Merci

Écrit par : Geoffroy | 04/02/2009

Bonjour Bruno et Geoffroy,

Suite à de nombreuses questions sur le sujet, je vous livre ici quelques infos sur les produits pulvérisés dans les cabines d’avions, ainsi que le liens disponible de l’OMS :

Contenu des insecticides
Les insectides contiennent des pyréthroïdes synthétiques dont l'usage est très répandu dans les produits d'entretien.
L'Organisation Mondiale de la santé évalue la sûreté des insecticides et recommande l'utilisation des pyréthroïdes synthétiques suivants :
• D-phénothrine, dont les effets entraînent la mort des insectes domestiques. Il est utilisé contre les moustiques, les mouches et les cafards
• Perméthrine est un insectide à large spectre utilisé contre de nombreux parasites


http://whqlibdoc.who.int/publications/2003/9242580287.pdf


Pour de plus amples questions, il vous faudra, prendre contact directement avec l’OMS (pas toujours facile, :-( !!) par contre, suivant vos besoins de voyages, les services de communication des grandes compagnies aériennes sont disponibles à ce sujet !

Meilleures Salutations à toutes et tous ! PK

Écrit par : Pascal Kümmerling | 05/02/2009

De l air pur dans les avions ?

Cet article n est vraiment pas sérieux. Il faudrait faire plus de recherche au lieu d approuver betement les recommandations de l OMS ( qui est un organisme plus que douteux ).

C est pas parcequ il y a un beau logo que tout ce qui en viens est clean.
ex: voir la grippe A....

Idées de recherche : huile de moteur dans les cabines avions, air deshydraté, manque d oxygene en cabine .... y a pas de quoi dire que l air des avions est pur !

Écrit par : Nico | 19/11/2009

Cher Monsieur,

Votre commentaire est visiblement l’œuvre d’un parfait profane la matière, vous confondez les retours d’odeur de kérosène du au démarrage des réacteurs à un moment ou le système de régénération du système d’air en cabine se trouve à son plus bas niveau de fonctionnement.
Par ailleurs, dans le domaine de l’aviation nous sommes obligés d’appliqué les normes de l’OMC en matière de santé, les besoins en matière de pressurisation de cabine obligent les constructeurs à appliquer des normes extrêmes en matière de composant et de filtration d’air.
L’article reflète parfaitement ce qui se fait actuellement au niveau sanitaire en milieu clos des avions les plus récents sur le marché.

Je vous invite la prochaine fois que vous aurez l’occasion de prendre l’avion à vous renseignez sur le sujet auprès du personnel de bord ! Etant moi-même membre depuis 15 ans du personnel navigant d’une grande compagnie, ce genre d’information fait également partie de nos attributions envers notre clientèle.

Écrit par : Ursula de Rozieres | 19/11/2009

bonjour, pour commencer, je n ai aucunes allergies et n en ai jamais eu, je ne prends aucuns medicaments. Je suis revenu du maroc ou j ai passé des vacances et en prenant l avion du retour ils ont vaporisé un insecticide. j etais bien avant de partir au maroc, pendant mes vacances au maroc et arrivé a la maison nous sommes deux a avoir la bouche pateuse et seche et ca dure depuis 6 jours.
Mon constat a été simple: on a subi un petit empoisonnement
a ceux qui me sortiraient oms,omc ou tout ce qu ils veulent
On est pas fait pour bouffer de l insecticide = chimique = synthetique
de toute facon les insectes viendront d une maniere ou d une autre, alors intoxiquer les gens pour leur securitee, faite moi rire et puis les autoritees si vous saviez, il n y a pas que le nuage radioactif et le sang contaminé a leur actif. arretez vous partez dans la totale non libertée, sinon il faudra vous attacher dans un caisson blindé yperbar comme ca il ne vous arrivera rien et vous ne pourrez plus rien faire de reprehensible, REVEILLEZ VOUS.

Écrit par : blancky | 15/05/2010

Je suis rentré le 12/08 du Maroc, et dix minutes après le passage A/R du spray dans la cabine (totale découverte car je n'avais pas quitté l'Europe depuis 2004), j'ai le nez qui a commencé à couler, puis après l'atterrissage un début de toux et à ce jour (soit 2 semaines plus tard), je suis toujours dans le même état, rhume carabiné et toux.
La relation avec ce produit ne fait pour moi aucun doute, mais je reste surpris de ne (presque) rien lire sur le web concernant cette intoxication, certainement aussi légitime que le vaccin contre la grippe H1N1...
De toute façon on n'en sortira pas vivant, mais bien malin qui saura de quoi il mourra !

Écrit par : Ben | 25/08/2010

Je viens de voir à la TV Suisse une émission ou l'on découvre tout de même des problèmes de l'air dans les avions. L'air passe devant les réacteurs et une partie est injecté dans l'avion. Ce qui veux dire que l'air passe par des conduits, pièces,etc...qui peuvent-être usés et avoir des fuites d'huiles, de produits divers,etc...Il est arrivé que lors de certains vol l'air était tellement pollué que les passagers avaient des nausées et même parfois les pilotes devaient utiliser le masque à oxygène dans la cabine. Aussi ce qui est arrivé que des avions ont dut atterrir d'urgence. Il y a du personnel et des passagers certes en minorité qui de nos jours sont malades (intoxication grave). Bien-sûr que les compagnies nient ces problèmes.Mais ont à l'habitude ces dernières années avec l'amiante, la dioxine, les métaux lourds partout,l'irradiation,etc...bizarre la recrudescence des cancers!!!
Croire en l'homme oui mais avec prudence car quant on voit de ce qu'il est capable pour de l'argent, pour sauvegarder sa place de travail,etc...
A bon entendeur salut.

Écrit par : Claude-François | 24/02/2011

" Calude-François : Oui, ce problème existe, cependant ce type d’intoxication reste marginale, de plus comme je l’explique dans l’article ci-dessus les avions récent (année 90) dispose de filtre EPA pour l’air en circuit, ce qui diminue fortement la causalité de toxicité en cas fuite. Les quelques problèmes constaté ayant été détecté principalement sur des appareils datant d’avant les années 90.

Rappelons que si fuite il y a, il s’agit avant tout d’un problème de maintenance technique ce qui est également très rare.

Les constructeurs sont parfaitement conscients de ce type de problème ainsi que le personnel navigant contrairement à ce qui est dit dans le reportage de la TSR. On peut se demander pourquoi des détecteurs ne sont pas installés ? La réponse est simple : si un transporteur effectue correctement la maintenance de ses appareils le risque est proche de zéro !

Le danger avec ce type de reportage est que l’on se focalise sur le problème en oubliant de mentionner que l’air respiré en cabine est quasi stérile donc bien moins nocif que l’air pollué de nos villes !

De plus, les systèmes d’aérations vont encore évoluer ces prochaines années avec effectivement le B787 de Boeing mais également le Cséries et l’A350.

Écrit par : PK | 25/02/2011

Les commentaires sont fermés.