27/04/2008

Exit les F-117, que nous réserve l’Oncle SAM ?

1438389755.jpg

Le 21 avril dernier l’ultime F-117 a effectué son dernier vol de la base aérienne d’Holloman au Nouveau-Mexique pour rejoindre Tonopah dans le Nevada, là même ou le chasseur bombardier avait effectué son premier vol en 1981. Stocké les F-117 seront toutefois maintenus en condition de vol, pour combien de temps ? Et surtout pourquoi un tel retrait et quels aéronefs pour les remplacer ? Voici quelques réponses :

Petit rappel :

 

Le F-117 Night Hawk construit par Lockheed-Martin est le premier chasseur bombardier furtif de l’histoire. Issu du bureau d’étude « Skunk Works » comme l’on été l’U2 et le SR-71, son existence fut gardée secrète jusqu’en 1988 et le secret qui entoura cet avion donna lieu à plusieurs fausses observations d’ovnis triangulaires, y compris durant la vague Belge d’ovnis (1989-1992). Au total 59 F-117 furent construit et 558 pilotes eurent le privilège de le piloter au sein du 4450th Tactical Group (surnommé : faiseur de divorce, les vols étant uniquement de nuit et le secret obligeant les pilotes à ne rien divulguer à leurs épouses !)

Stocké prêt au décollage :

Si ce retrait en a surpris plus d’un, la décision de l’US air Force, de les garder « bon de vol » force la réflexion suivante : Pourquoi ? Techniquement, une chose me paraît évidente, ce stockage ne devrait pas excéder 10 ans et ceci pour les raisons suivantes : le retrait définitif était à l’origine prévue en 2018, hors si la flotte de F-117 devait être réactivée cette période de temps coïncide avec la possibilité de garder la technologie des Night-Hawk opérationnel et de pouvoir disposer le cas échéant de pilotes ayant préalablement volé avec lui. Au-delà de cette période il ne serait tout simplement plus possible de les réactiver rapidement, et sans  avoir préalablement, établit un programme de mise à jour et de transition pour de nouveaux pilotes.

 

Coûts et F-22 Raptor :

 

Les coûts actuels exorbitants pour mener à bien les programmes F-22 et F-35 ont certainement forcé cette décision, de plus l’arrivée en escadrille des premiers F-22 Raptor qui remplacent les versions les plus anciennes des F-15 Eagle et ceci à plus forte raison que  la technologie furtive du Raptor permet donc également de prendre en " partie " la place du F-117. Il faut également se rendre compte que le F-22 et tellement chère, que sa mise en ligne a été allongée par décision du congrès américain, du coup, il se pourrait qu’en cas de coup dure l’US air Force ne dispose pas suffisamment d’avion à capacités furtives, dès lors garder en réserve les F-117, n’est qu’une  solution de sécurité ! 920907755.jpg

Autres options et petits secrets :

 

L’Oncle SAM a pour habitudes de ne pas agir à la légère en matière de technologies d’armement, le développement notamment des drones d’attaques comme le PREDATOR et la mise en route de divers projets encore plus perfectionnés permettent de penser que les tâches du F-117 sont en passe d’être reprisent par des engins télécommandés de nouvelles générations. Sans oublier de mentionner le programme AURORA,  dévoilé par erreur en 1985 lors d’une demande de budget du Département de la Défense, puis sujets à divers articles dans  le Jane’s Défense et le très sérieux  Aviation Week . l’Aurora donc, cet avion secret qui  pourrait atteindre des vitesses l’ordre de Mach 8 permet d’être polyvalent en matière de reconnaissance et  prévu à l’origine pour être le successeur des SR-71, et aurait évolué semble-t-il avec la possibilité de pouvoir larguer une charge autonome tel un missile de croisière, on estime que selon les budgets de la Défense une dizaine de ces engins pourraient survoler notre planète, et tout comme le F-117, coïnciderait avec certaines apparitions d’ovnis ! Sans vouloir prétendre connaître toute la vérité il me semble cependant que ces options expliquent ce retrait ! Ouvrons l’œil, donc !

 474239989.jpg

21:52 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |

17/04/2008

Breitling Jet Team passe à 7 avions!

1217026148.jpg

 

La saison 2008 de présentation de la patrouille acrobatique «  Breitling Team » se voit agrémentée d’un avion supplémentaire, à fin d’offrir de nouvelles figures pour le plaisir des amateurs de meeting d’aviation.

 

Crée en 1981 par Jacques Bothelin, avec trois avions (SIAI Marchetti 260) jusqu’en 1984 sous le nom patrouille Martini puis avec 4 Pilatus PC-7 rebaptisée Adecco puis Apache jusqu’en 2003 ou la patrouille prendra comme sponsor principal, les montres Breitling et optera pour une nouvelle monture l’avion d’entraînement Albatros L-39 d’Aero Vodochody (Tchéquie).De 4 puis progressivement jusqu'a 7 aujourd'hui, pour le plaisir des yeux !

 

Basé sur la Base aérienne 102 de Dijon-Darois en Bourgogne et bien qu’unique patrouille de démonstration pressionnelle civile sur jet, les membres sont tous issus de l’Armée de l’air Française et anciens pilotes de chasse. Les pilotes s’entraînent généralement de novembre à mars puis commence leur saison de démonstration à travers le monde au profit de meeting, fêtes et autres manifestations sportives.

 

La première démonstration à 7 aura lieu au Portugal les 26 et 27 avril prochain à Evora. Cette année, le jet Team Breitling effectuera 40 présentations dans 10 pays.

1874456729.2.JPG

21:15 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

13/04/2008

Pilatus PC-21, début de carrière!

1475518001.jpgLe dernier né de la firme Pilatus , le PC-21 va officiellement débuter sa carrière le 28 avril prochain au sein des Forces aériennes Suisse (soit 6 machines), ainsi qu’auprès des Forces aériennes Singapourienne d’ici fin juin !

Formation révolutionnaire sans  égal !

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet, et prendra dans notre pays la place des Northrop F-5F, qui seront dorénavant  uniquement destiné aux vols de contrôle pour les escadrilles de F-5 E  ainsi que comme avion de guerre électronique jusqu’au remplacement de ceux-ci.  En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter pour ne citer que ceux-là. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène.

 

Instrumentation très complète :

Pour permettre un tel degré de formation des pilotes des OCU (Operationnal Conversion Unit), le PC-21 dispose de nombreux équipements pour le vol de nuit, la simulation d’armement ainsi qu’une avionique dotée d’un HUD (FVD-4000), de l’UPFC (Up Panel Front Control) du système HOTAS (en français : Mains sur Manettes et Manche) le tout relié à trois grands écrans multifonctions de dernière génération. Soit deux écrans MLCD (Matrix Liquid Crytal Displays), le troisième, le PFD (Primary Flight Displays) pour la navigation tactique. Deux autres écrans plus petits affiches les paramètres moteurs ainsi que les données de vol. L’ensemble permet l’utilisation de lunette de vision nocturne de type NVIS classe B. Le cœur du système dispose d’un processeur de nouvelle génération PIV G4 offrant une puissance de calcul de 500 MHz, le tout câblé pour des mises à jour régulières. Un GPS et une centrale de navigation laser complètent le tout.2048410156.JPG

Mission Planning System :

Le MPS permet de préparer la mission au sol et de la télécharger par module directement dans le cockpit du PC-21. Le système est également compatible avec le simulateur et permet de refaire la mission en simulation ou inversement du simulateur vers l’avion. La carte mémoire servant lors du débriefing retrace fidèlement chacun des paramètres du vol. De plus, l’avionique étant totalement modulable, elle offre la possibilité de simuler progressivement  toute sorte d’environnements hostiles.

 

Entrée en service :

Les Aérodromes d’Emmen (LU) et de Sion (VS) sont directement concernés par l’arrivée de cette nouvelle monture. A Sion, l’école de pilote commencera ses vols en PC-21 à  la mi juillet, durant trois semaines puis fin octobre à début décembre. Pour permettre une instruction optimale, deux zones pourront être activées (selon études OFAC) pour l’entraînement des PC-21 puis ré affectées au trafic civil, il s’agit pour la première d’une région comprise entre Thoune, Susten, Buochs et Wolhusen, la seconde se trouvant entre Glaris, Urnasch et Schänis.

L’entraînement des pilotes Suisses sera désormais entièrement assuré par des avions Pilatus soit le NPC-7 (voir article « NCPC-7 un an déjà ») pour la formation de base puis le PC-21 !

Et à Singapour :

Actuellement les six premiers PC-21 de la Force aérienne Singapourienne ont été transférés sur la base aérienne de Pearce en Australie ou se trouve délocalisée l’école de pilotage de Singapoure, pour des raisons d’exiguïté du territoire. Fin juin de cette année commencera donc les premières transitions ! Pour mémoire, c'est le premier client export du PC-21 avec 19 aéronefs commandés.

22:04 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |

03/04/2008

Premiers vols grâce à une pile à hydrognène

458013507.jpgLe monde de l’aviation et de l’écologie vienne de connaître une petite révolution !

Pour la première fois dans l’histoire un avion à voler grâce à l’énergie de piles à combustion !

Sous la responsabilité de la Division R&D de Boeing Europe en collaboration avec des industriels Allemand, d’Autriche et d’Angleterre, un petit moto planeur  bi place de type Dimona  ( Dimona Aircraft Autriche) (voir photo) à effectué trois vols d’essais fin février et en mars dernier depuis l’aérodrome d’Ocana au sud de Madrid.

Pour ce faire, le moto planeur a été équipé d’un moteur électrique couplé à une hélice conventionnelle dont la puissance est générée de façon hybride entre une batterie Lithium Ion et une pile à combustion. Le principe étant que le système électrochimique convertit directement l’hydrogène en électricité et chaleur sans aucun rejet de dioxyde de carbone !

L’eau étant le seul échappement.

 

Lors de ces vols, le pilote à atteint une altitude 1000 mètres (3300 pieds) et une fois en vol palier il a déconnecter la batterie pour n’utiliser que la puissance générée par la pile à combustion. La vitesse de 100 kilomètres heures  pendant 20 minutes a pu être mesurée !

Quel avenir :

 

Les piles à combustible pourraient dans un proche avenir être utilisées pour les petit vols non habité tel que ceux des drones d’observation, puis équiper progressivement les ultra léger motoriser et prendre une part non négligeable dans l’aviation de tourisme. Bien que ce type d’énergie deviendra pas le principal fournisseur en alimentation de l’aviation commerciale, cette technologie s’ouvre un bel avenir en tant que système alternatif au groupe auxiliaires de puissances des avions de ligne de demain ainsi que dans l’aviation militaire.

18:20 Écrit par Pascal | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook | |