17/04/2015

A380, Emirates change de motoriste !

4658.jpeg

 

Emirates annonce un accord historique de 9.2 milliards dollars avec Rolls-Royce,  comprenant une commande de moteurs Trent 900 ainsi que leur maintenance à long terme. Ces moteurs seront utilisés pour propulser 50 Airbus A380 commandés lors du Dubai Air Show en 2013, qui entreront en service en 2016. Ce contrat est le plus conséquent jamais signé par Rolls-Royce, et l’une des plus importantes exportations pour une compagnie basée au Royaume-Uni. L’accord s’intègre dans le plan d’investissements mené actuellement par Emirates au Royaume-Uni et en Europe. 

 

Jusqu’ici, les A380 d’Emirates étaient motorisés par des Engine Alliance GP7200 (General Electric et Pratt & Whitney).

 

Avec ce partenariat, un nouveau cap est franchi par l’industrie aéronautique dans la région, assurant des emplois à travers toute la chaîne d’approvisionnement, de Bristol à l’Ecosse. Cette opération renforcera encore les liens commerciaux entre le Royaume-Uni et les Emirats arabes unis, sur la lancée des $13,4 milliards (€12,7 milliards) de commerce bilatéral enregistrés en 2013.

 

 

unnamed.jpg

 

Les investissements d’Emirates dans le programme Airbus A380 ont eu un impact significatif sur le Royaume-Uni et l’économie européenne en général. Une récente étude de Frontier Economics a établi qu’en 2013/2014, Emirates avait indirectement créé 7000 emplois au Royaume-Uni, correspondant à une contribution de $630 millions (€595 millions) au PIB. A travers l’Union Européenne, les 140 commandes d’A380 ont, d’après les estimations, participé à soutenir 41'000 emplois, soit une impressionnante contribution de $3.6 milliards (€3.4 milliards) au PIB.  

Le programme A380 est au cœur de la stratégie de développement d’Emirates. Soixante A380 sont actuellement en opération et 80 de plus ont été commandés, faisant d’Emirates de loin le plus gros acheteur pour cet appareil. Depuis son introduction en 2008, plus de 36 millions de passagers ont volé avec l’A380. Il a rendu les opérations d’Emirates plus efficaces, transportant davantage de passagers entre les principaux aéroports mondiaux avec un degré d’excellence particulièrement élevé, devenu une signature de la marque.

 

En plus de la contribution qu’apporte Emirates à l’économie britannique à travers son programme A380, la compagnie continue à jouer un rôle central dans la connexion des villes secondaires, avec des services directs uniques entre Dubai et Newcastle, Birmingham, Manchester ou Glasgow, offrant à ces villes 83 liaisons en une seule escale vers l’Afrique, l’Asie et l’Australie. Ces services sont bien sûr un atout pour les marchés émergents, soutenant le développement de centres régionaux et impactant positivement les investissements étrangers. Emirates assure aujourd’hui 16 liaisons quotidiennes vers le Royaume-Uni, dont 9 avec l’A380. 

En Suisse, l’A380 d’Emirates est actuellement en service sur l’un des vols quotidiens au départ de Zurich vers Dubaï. La compagnie a annoncé l’introduction de l’A380 sur le second vol à partir du 1er octobre 2015. 

 

schema_coupe_reacteur_trent900.png

 

Photos :  1 A380 Emirates  2 Signature de l’accord 3 @Emirates Moteur Rolls-Royce Trent 900 @ Rolls-Royce

Ravitaillement en vol pour le X-47B !

ucavrefuel.jpg

 

 

C’est une nouvelle grande première pour le drone expérimental de la marine américaine, le Northrop-GrummanX-47B qui a réalisé le premier ravitaillement en vol pour un aéronef de ce type. Après les décollages et atterrissages depuis un porte-avions, le X-47B ajoute donc un nouvel exploit à sa carrière.

 

Cette fois le drone X-47B a démontré sa capacité à effectuer un ravitaillement en vol de manière autonome en venant se brancher sur une nacelle de ravitaillement derrière un KC-707.

Il faut rappeler, qu’à l'origine, le X-47B n’était pas prévu pour tester le ravitaillement en vol, mais la bonne conduite des opérations du programme a permis au final, d’ajouter ce type d’essais. 

 

Le ravitaillement automatique : 

 

La réussite du ravitaillement en vol de manière autonome par un drone ouvre la voie à l’avenir à des systèmes de ravitaillement entièrement automatisés, qui pourront équiper des drones ,mais aussi des aéronefs pilotés. Le ravitaillement reste une des phases de vol les plus difficiles pour les pilotes, notamment lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises. L’arrivée de systèmes informatiques capables d’effectuer ce type de manoeuvre en toute sécurité, devraient agir comme un multiplicateur de force de la puissance aérienne. Cependant, les pilotes devront garder une capacité à revenir en manuel et être capable d’effectuer un « bon vieux » ravitaillement en cas de défectuosité technique.

 

18tge9oz7chanjpg.jpg

 

Caractéristiques du X-47B :

 

 Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maitrisé.

 

X47B_touch_and_go_05172013.jpg

 

Photos : 1 Ravitaillement en vol pour le X-47B 2 & 3 En essais sur porte-avions @ USN/Northrop-Grumman

 

 

16/04/2015

Inde, nouveau retard dans la modernisation des Jaguar !

IAF_Jaguar.jpg

 

 

New Dehli, la mise à niveau de la flotte de SEPECAT Jaguar de l'Indian Air Force  (IAF) par Hindustan Aeronautics Limited (HAL), annoncée en 2010, est susceptible d'être à nouveau retardée au-delà du délai prévu de 2017-18. 

 

Nouveaux retards : 


2871501136.jpg


 

La mise à niveau est retardée par l'incapacité du ministère de la Défense (MoDà conclure un contrat d'acquisition pour 280 moteurs Honeywell F-125IN pour un prix estimé à 2.5 milliards de dollars. 

Ce nouveaux retards font suite à une première série d’éléments qui étaient à l’origine de deux ans de retard en 2014. Le premier concerne des problèmes de fiabilité avec le nouvel ordinateur de mission (Darin III). Ce nouveau système de mission devait à l’origine être validé au début de l’année 2012, hors le centre d’essais technique de HAL ne l’a validé qu’à la fin de l’année 2013. 

Le second problème venait cette fois-ci de l’évaluation du moteur et de son intégration à la cellule. HAL n’avait en 2014 toujours pas terminé de fixer le cahier des adaptations de la cellule, pour l’intégration définitive de la nouvelle motorisation.

 

Rappel : 

 

L’ambitieux programme de modernisation de la flotte de Jaguar de l’IAF comprend deux phases : la première nommée «Darin III» prévoit l’amélioration de l’avionique, la capacité d’attaque et de navigation. 

La mise à jour intègre donc la nouvelle avionique  «state-of-the-art», y compris l'architecture informatique de Mission (MC), le système d'instruments de vol (EFIS), ainsi que le système d’enregistrement vidéo Solid State Digital Système Data Recorder (SSDVRS), les fonctions supplémentaires permettant le guidage de bombe avec système  de positionnement inertiel (INGPS), un nouveau pilote automatique, ainsi que l’intégration d’un nouveau radar Elta Systems M-20600 multi-mode, de nouvelles contre-mesures électroniques de type EL/L-822.

La mise à jour couvre également le système de cartographie de navigation. Le cockpit sera doté de deux écrans EFIS et d’un nouvel HUD à affichage tête haute. 

 

La seconde phase de modernisation dite «Darin IV» comprend la remotorisation de l’avion avec le moteur F125IN d’Honeywell en remplacement des actuels Rolls-Royce Adour Mk 821.  Ce nouveau moteur pèse 600 livres de moins que l'Adour et dispose d’une poussée de 9850 lbf (43.8kN) qui doit permettre au Jaguar de décoller 25% plus court qu’actuellement et ceci avec un rendement 36% supérieur à la motorisation actuelle. 

 Notons que les Jaguar de l’IAF ont déjà subi deux modernisations, Darin I & II.

De plus en matière d’armement, les Jaguar indiens doivent recevoir le missile courte portée air-air ASRAAM de MBDA .

 

3062229763.jpg

 

Photos : 1 & 3SEPECAT Jaguar de l’IAF @ IAF 2 moteur F125IN d’Honeywell @ Honeywell

 

HOP met en service l’ATR 72-600 !

hop72600.jpg

 

HOP! Air France renforce sa flotte avec la mise en service du premier des cinq ATR 72-600 de nouvelle génération acquis dans le cadre d'un accord conclu avec le lessor danois Nordic Aviation Capital (NAC). Le nouvel appareil viendra compléter la flotte d'ATR de HOP!, qui compte déjà 24 unités, et effectuera son premier vol commercial à la fin de la semaine. Les appareils restants devraient être livrés avant la fin de cette année.

 

Plus modernes, les cinq ATR 72-600 vont progressivement remplacer les anciens ATR 72-500 dans le cadre de la stratégie à long terme de HOP!, qui vise à moderniser sa flotte et à améliorer son réseau. Les ATR actuellement en service chez HOP! ont fait leurs preuves : non seulement productifs, flexibles et économiques, ces appareils sont parfaitement adaptés aux vols court-courriers et conjuguent confort haut de gamme et empreinte environnementale réduite.

 Le nouvel ATR 72-600 peut accueillir 72 passagers et arborera les nouvelles couleurs de HOP! Air France.

 

 

Photo : ATR 72-600 HOP ! @ ATR Aiorcraft

15/04/2015

La marine prépare la modernisation du V-22 !

CV-22_Osprey_flies_over_the_Emerald_Coast.JPG

 

La marine américaine prépare l’élaboration de la modernisation à mi-vie des Bell Boeing V-22 « Osprey ». Cette modernisation pourrait conduire à des changements structurels majeurs pour l’aéronef.

 

Par exemple, la marine américaine réfléchit à une alternative à l’actuel motorisation constituée des moteurs Rolls-Royce AE1107C. Une nouvelle motorisation, pourrait-elle être adoptée ? Telle est lune des grandes questions, que se posent actuellement les ingénieurs en charge de prévoir  le programme de mise à jour.

Selon les premières informations disponibles, les V-22 qui atteindront le cycle des 5’000 heures de vol devraient entrer en phase de mise à jour à mi-vie (MLU). 

Toujours dans l’idée d’une mise à jour, on réfléchit notamment à la possibilité d’un changement structurel l'aile et des nacelles. De plus, les améliorations seront possibles dans le cadre du câblage électrique et de l’amélioration de l’avionique et de la maintenance avec un nouveau système permettant un diagnostic des pannes.

 

Un nouvelle version du V-22 : 

 

On apprend par ailleurs, que la marine prévoit de remplacer ses actuels Northrop C-2 « Greyhound » qui ravitaillent les portes-avions par une nouvelle version du V-22. L’USN devrait donc se doter de 48 nouveaux V-22. 

 

 

Bell-Boeing MV-22 «Osprey» :

 

Le V-22 Osprey est avion de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent.

Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 320 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre.

En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de pré-série qui devra permettre la mise en service d’une escadrille «test». 

071004-N-1189B-080.jpg

 

Photos : Bell Boeing V-22 @ USN