01/10/2016

Toujours plus de passagers turbulants !

boeing-747,-avion-grimper-au-coucher-du-soleil,-aube-du-soir,-decollage-au-coucher-du-soleil-173552.jpg

Genève, l’Association du transport aérien international (IATA) a publié des statistiques qui démontrent que le nombre de rapports d’incidents impliquant des passagers turbulents à bord des aéronefs a augmenté en 2015. Quelque 10 854 incidents impliquant des passagers turbulents ont été signalés à l’IATA l’an dernier par des compagnies aériennes de toutes les parties du monde. Cela correspond à un incident pour 1205 vols, soit une augmentation par rapport aux 9 316 incidents signalés en 2014 (un incident par 1’282 vols).

La majorité des incidents se rapportaient à des abus verbaux, le refus de suivre les instructions des membres d’équipage et d’autres formes de comportements antisociaux. Une proportion substantielle (11 %) des rapports signalaient des agressions physiques contre des passagers ou des membres d’équipage ou des dommages à l’aéronef. L’intoxication par l’alcool ou la drogue a été identifiée comme facteur dans 23 % des cas, et dans la grande majorité des cas, ces substances ont été consommées avant l’embarquement ou à même les réserves personnelles des personnes, à l’insu des membres d’équipage.

«Les comportements indisciplinés et turbulents sont tout simplement inacceptables. Le comportement antisocial d’une toute petite minorité de clients peut avoir des conséquences fâcheuses sur la sécurité et le confort de toutes les personnes à bord. L’augmentation du nombre d’incidents rapportés nous indique qu’il faut davantage de mesures dissuasives. Les compagnies aériennes et les aéroports sont guidés par les principes de base élaborés en 2014 pour aider à prévenir et à gérer ces incidents. Mais nous ne pouvons agir seuls. C’est pourquoi nous encourageons les gouvernements à ratifier le Protocole de Montréal de 2014 », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

La Convention de Tokyo a été modernisée par le Protocole de Montréal de 2014, comblant les vides qui subsistaient dans le cadre juridique international concernant les passagers turbulents. À ce jour, six États ont ratifié le protocole. « Il en faut plus afin d’en arriver à une approche uniforme de ce problème », ajoute M. de Juniac.

En 2014 également, l’industrie aérienne a élaboré des principes de base en vue d’une stratégie équilibrée et multi-intervenants pour contrer les comportements indisciplinés. Cette stratégie repose sur l’augmentation des mesures dissuasives internationales et l’amélioration de la prévention et de la gestion des incidents.

Dans certains pays, on s’est concentré sur le rôle de l’alcool comme déclencheur des comportements turbulents. Les compagnies aériennes ont déjà des lignes directrices fermes et des programmes de formation des équipages concernant le service responsable de boissons alcooliques. L’IATA soutient des initiatives comme le code de conduite lancé au Royaume-Uni, qui met l’accent sur la prévention des intoxications et de la consommation excessive d’alcool avant l’embarquement. Le personnel des bars et des boutiques hors-taxes dans les aéroports doit être formé pour servir de l’alcool de façon responsable et il faut éviter les offres qui encouragent ce qu’on appelle la « beuverie express ». Une expérience menée par Monarch Airlines à l’aéroport Gatwick de Londres a démontré que les cas de comportements turbulents peuvent être réduits de moitié avec cette approche proactive intervenant avant l’embarquement des passagers. L’industrie est persuadée que cette approche coopérative volontaire est préférable à des mesures très sévères de réglementation et d’attribution de permis.

« Il n’y a pas de réponse facile pour enrayer l’augmentation des comportements indisciplinés. Nous avons besoin d’une solution équilibrée faisant appel à la collaboration de toutes les parties prenantes. Les principes de base de l’industrie peuvent aider à gérer ce faible pourcentage des passagers qui abusent de l’alcool. Et cette démarche doit être accompagnée par les efforts des gouvernements qui doivent tirer profit de tous leurs mécanismes de dissuasion, y compris ceux prévus dans le Protocole de Montréal de 2014», conclut M. de Juniac. (source IATA).

Le MRJ débute ses essais aux USA !

mrj_ferry_flight_2.jpg

Le premier prototype du Mitsubishi MRJ n° FTA-1 atterri à l'aéroport international de Grant Couty à Moses Lake, près de Washington. L’avion avait décollé de Nagoya Aéroport au Japon à 13h28 heure locale, le 26 septembre, après un arrêt à l'aéroport Shin Chitose de Hokkaido, il a volé à Petropavlovsk-Kamchatsky dans l'extrême est de la Russie, d'où il a atteint l’Alaska pour le ravitaillement avant de faire son chemin vers le bas de la côte Pacifique de l'Amérique du nord, jusqu'à sa destination finale.

Les tests prévus aux Etats-Unis se feront depuis le nouveau centre d'ingénierie de Mitsubishi. Ces essais doivent permettre d’accélérer la programme en vue d’une certification en 2018.

Mitsubishi MRJ :

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range.Le MRJ sera le «  Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

 Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

Mitsubishi-RJ.jpg

Photos : 1 Arrivée aux Etats-Unis du MRJ 2 En vol @ Mitsubishi

 

 

30/09/2016

Vol inaugural pour le Yak-152 !

14468680-1468406163174628-7543230142899954417-o-1-1120x0-1024x768.jpg

Le nouvel avion d'entraînement Yakovlev Yak-152 a effectué avec succès son vol inaugural ce jeudi. Le Yak-152 doit venir remplacer la flotte vieillissante de Yak-52 destiné à la formation de base au sein des forces aérospatiales russes. L’avionneur Irkut a également annoncé avoir reçu un ordre de fabrication pour 150 exemplaires de l'avion.

Ce premier vol a été réalisé avec le pilote d’essai Vasily Sevastyanov qui a pu testé le bon fonctionnement des systèmes et de la motorisation.

p1685987.jpg

Le Yak-152 :

Le Yak-152 est un monomoteur, biplace, monoplan à aile basse d'une configuration classique avec un train d'atterrissage tricycle escamotable. Le train d'atterrissage antichoc dispose de pneus basse pression. L’avion doit permettre des décollages courts et atterrissages sur de petits terrains non préparés. L'équipement de l'aéronef permettra à l'élève d'acquérir la capacité d’apprendre à naviguer avec une instrumentation moderne. Le YaK-152 est doté d’un siège éjectable SKS- 94M pour garantir une évacuation sûre pour les membres d’équipage.

Doté d’une structure simple et robuste, pour une haute fiabilité et un entretien minime, l’avion aura un coût d’exploitation particulièrement bas. La configuration aérodynamique de l'aile et la forme en plan de l'aile et l’aérodynamique ont été sélectionné pour fournir les fonctions  les plus adaptées à la voltige.

Le Yak-152 devrait être doté d'un moteur Vedeneyev M-14X de 500 ch et offrir un rayon d'action de 500km, il pourra atteindre la vitesse de 500km/h mais pourra également offrir une motorisation allemande avec le moteur diesel RED A03 de 550 ch.

p1685990-1.jpg

 

Photos : le premier vol du Yak-152 @ Irkut

 

Premier A330 pour Rwandair !

A330_RwandAir.jpg

La compagnie de la République du Rwanda, Rwandair a pris livraison de son premier long-courrier gros porteurs Airbus A330. Au total la compagnie a passé commande pour deux appareils de ce type. La compagnie devient également l’opérateur de lancement en Afrique de l’Est.

L’A330 est le premier avion à large fuselage a entrer au sein de la flotte de RwandAir. Il est configuré dans un aménagement de cabine à trois classes avec 20 sièges en Business, 21 sièges en Premium Economy et 203 sièges en classe économique. L’A330 de RwandAir est propulsé par moteurs Rolls-Royce Trent 772B et sera déployé sur les routes à moyen et long-courriers à partir de sa base de Kigali vers des destinations dans toute l'Europe, l'Asie et le Moyen-Orient.

La famille A330, qui couvre 300 à 440 sièges, a attiré plus de 1’600 commandes, avec plus de 1’250 avions volant avec plus de 100 opérateurs dans le monde entier.

 

Photo : A330 RwandAir @ Airbus /H-Goussé

 

29/09/2016

Des Panther MBE pour la Marine Mexicaine !

yourfile-2.jpg

Airbus Helicopters a remis le premier hélicoptère de type H155MBE (EC565) « Panther » à la marine mexicaine. La cérémonie de remise s’est déroulée sur el site de Marignane. Au total la marine mexicaine a passé commande pour 10 appareils de ce type.

Ce premier « Panther » mexicain va rejoindre sa base au début du mois prochain et sera suivi deux autres au cours du mois de novembre. Les autres appareils seront livrés durant l’année 2017. Les pilotes de la marine mexicaine sont actuellement en formation sur le site d’Airbus Helicopters à Singapour.

Le H155 MBE« Panther » :

La version MBE du H155 (EC565) « Panther » permet la lutte tous temps anti-surface et la lutte anti-sous-marine (ASM), pour des opérations à partir de bâtiments porteurs d’hélicoptères ou de bases à terre.

Cet appareil de la nouvelle génération se caractérise par une technologie avancée (pales et tête rotor en matériaux composites et fenestron), des performances améliorées (vitesse, autonomie) et une maintenance simplifiée. Il est doté de moteurs Turbomeca Arriel 2N, qui offrent une augmentation de puissance de 15% par rapport aux modèles 2C qu'ils remplacent et soulever le poids au décollage maximale par 200 kg (441lb) à 4.5t.

L'équipement de mission comprend un sonar actif trempé à longue portée HELRAS. Le H155MBE peut emporter des torpilles ainsi que des missiles anti-navires

A ce jour, Airbus Helicopters a reçu 21 commandes pour le « Panther MBE », soit 11 pour l'Indonésie et 10 pour le Mexique.

airbus hélicopters,h155mbe panther,marine mexiciane,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : Le premier H155 MBE mexicain 2  le H155 MBE Panther @ Airbus Helicopters